Comment la sophrologie m’a accompagnée…

C’est une pratique que je ne connaissais pas vraiment avant le diagnostic de mon infertilité, pourtant je pensais déjà à consulter pour être plus détendue au quotidien.

Il a fallu d’abord trouver un ou une bon(ne) sophrologue… J’ai pris celle la plus proche de chez moi et parfois le hasard fait très bien les choses. Je suis tombée sur une jeune femme, très à l’écoute. Pour choisir son praticien on m’avait donné un conseil : prendre un rendez-vous et si on se retrouve avec quelqu’un en face de soi qui a l’air bien dans sa peau, épanouie dans sa vie, c’est plutôt bon signe ! Ça peut paraitre simpliste comme conseil mais c’est vrai qu’en y réfléchissant ma sophrologue est le genre de jeune femme qui sans se mettre en avant, ni se donner d’air de « grande dame » a l’air d’être quelqu’un d’épanouie, de joyeuse tout en étant calme et posée…

Elle a d’abord pris le temps de m’écouter, elle avait l’air au courant des préoccupations liées à la PMA… C’était important pour moi car même si on ne recherche pas un avis médical en consultant ce genre de praticien, c’est bien d’avoir quelqu’un en face de soi qui connait un minimum le processus…
Je ne le savais pas encore mais elle intervenait à des réunions d’informations dans mon centre PMA. Et je l’ai rencontrée (plus tard dans mon parcours) à une soirée débat sur le don d’ovocytes. A y réfléchir ça peut être une piste pour trouver des coordonnées de praticiens…

J’ai fait le choix des séances individuelles, certes cela représente un cout mais je me suis dit que je voulais mettre toutes les chances de mon côté… Mon conjoint n’en ressentait pas le besoin pour lui mais m’a poussé à le faire. J’en avais besoin, non pas pour « réussir », mais pour gérer au mieux la situation, pour être accompagnée…

Rapidement, je me suis entendue dire par ma sophrologue : « Un jour ou l’autre, d’une manière ou d’une autre vous serez maman ! » Quand j’y repense elle ne s’engage pas beaucoup en disant ça mais cette phrase a résonné longtemps et résonne encore en moi… On ne sait pas quand ni comment, mais ça donne envie d’y croire, d’avancer en tout cas ! Ça contrebalançait le discours des médecins qui étaient plutôt pessimistes sur mon « cas ». Et c’est de cette dose d’optimisme dont j’avais besoin…

Les rendez-vous (d’environ 1h à un rythme d’environ 2 par mois) se déroulent en 3 étapes :
Une partie discussion (à son bureau), où elle demande ce qu’il s’est passé depuis le dernier rendez-vous (à tous niveaux, pas seulement PMA)
Des exercices de respiration (debout avec une musique zen en fond sonore) : elle me montre l’exercice puis je le refais, c’est là que j’ai appris à respirer par le ventre (au début je n’y arrivais pas) et non en gonflant ma cage thoracique, bien plus détendant ! Ces exercices aident à évacuer les tensions accumulées pendant les semaines passées et à faire le plein de confiance et de sérénité pour les semaines à venir…
Une partie relaxation/visualisation (allongée toujours avec une musique zen en fond sonore), je ferme les yeux et elle me décrit une situation, tout en continuant les exercices de respiration. L’exercice de visualisation demande un certain lâcher prise qui s’apprend au fur et à mesure des séances. On peut ensuite faire appel à cette « image ressource » en cas de situation de stress par exemple. Ce n’est pas de l’hypnose puisqu’on reste conscient de ce qui nous entoure mais dans certaines intonations ça peut y ressembler. Enfin elle termine cet exercice en me demandant d’avoir « confiance en mes projets pour l’avenir » (tout est résumé !!).

Bref je ressortais des séances toujours reboostée, c’était mon moment de détente, c’était un besoin, il m’est même arrivé de rajouter une séance entre deux rendez-vous !

Ayant aussi « testé » l’acupuncture, même si ces deux pratiques ne sont pas comparables, la sophrologie me correspond mieux je la trouve plus complète grâce a ce moment de discussion qui précède la séance. C’est le côté humain qui me manquait dans le parcours médicalisé des traitements FIV. Il ne s’agit pas d’une séance de psychothérapie, on ne « creuse » pas vraiment mais on met des mots sur ce qui nous arrive et on tente de positiver la situation au maximum quoi qu’il arrive…

Et chose intéressante, une fois que la grossesse est installée, elle propose (comme de nombreux sophrologues) une préparation à l’accouchement et ayant l’ « habitude », je pense que j’y étais détendue alors pendant les séances bébé y bougeait beaucoup !
Et de toute façon la respiration qu’on apprend en sophrologie est quasiment la même qu’on nous apprend en cours de préparation à l’accouchement (classique).

Vous l’aurez compris la sophrologie m’a accompagnée pendant tout mon parcours et ce n’est pas terminé, c’est certain…
Mais comment trouver ces bons praticiens (quel que soit le domaine) ? Je me demandais l’autre jour si on ne pouvait pas trouver une manière de s’échanger ces « bonnes » coordonnées ou de les répertorier par ville ou par département. Mais là encore qu’en est-il au niveau légal ? Et comment maintenir cette liste à jour ?

Et vous avez-vous « testé » la sophrologie ou avez-vous été tenté(e) ?

7 réflexions au sujet de « Comment la sophrologie m’a accompagnée… »

  1. Hello!

    Je trouve qu’un annuaire des bons praticiens serait génial!! Par ville, par spécialité (acupuncteur, sophrologie, prof de yoga, massages, homéopathe etc…). J’ai tenté aussi l’acupuncture mais j’ai pas suivie finalement. J’ai repris le yoga, et voit une psy. Par contre, je serai interessée pour tenter d’essayer de nouvelles méthodes de relaxation

    J'aime

      1. Alors j’ai testé le yoga et l’acupuncture. J’envisage de m’inscrire pour un mois à une salle de sport (apparemment les endorphines rendent heureux^^). J’ai vu qu’au club m*d gym, y a des cours de sophrologie. Si certaines ont déjà tenté aussi les « sports » chinois de détente…

        J'aime

  2. Bonjour,

    Je suis sophrologue en Ile et Vilaine, près de Rennes, et je voulais vous indiquer deux annuaires de référence pour trouver un sophrologue sérieux dans votre région :

    Cet annuaire est tenu par la chambre syndicale des sophrologues. Cela vous assure d’avoir un sophrologue qui a reçu une formation spécifique :
    http://www.annuaire-sophrologues.fr/

    Celui-ci aussi assure d’avoir des sophrologues diplômés :
    http://www.annuaire.sophrologues.fr/

    J'aime

  3. salut à vous
    la FEPS est une fédération de 12 écoles en France. Ces écoles proposent une formation de sophrologue sur deux années, avec un minimum de 400 heures et un diplôme certifié RNCP (repertoire national des certificats professionnels). On peut y trouver une liste des pro près de chez soi. Bonne route!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s