Je suis un homme………….stérile – témoignage

Aujourd’hui, nous vous proposons le témoignage d’Antoine (le prénom a été changé),  qui a souhaité s’exprimer sur son histoire. Merci à lui d’oser se dévoiler.

« Marié un jour de décembre 2007 pluvieux, nous n’étions encore qu’étudiant lorsque moi et ma femme avons décidé de nous unir pour la vie. C’était jour de fête et c’était la première fois que l’ensemble de nos deux familles se découvraient.

Ce fut comme de nombreux mariages un moment court et intense, un moment de communion et de joie.

Malheureusement très tôt, pour des raisons économiques, nous avons dû nous séparer une première fois. Mais au lieu de faiblir notre amour n’a fait que se renforcer au rythme des week-end de retrouvailles.

Après 1 année de séparation, nous avons enfin pu vivre ensemble et ce fut un beau moment sur tous les points (projet d’achat d’appartement, travail sur le point de devenir stable), mais un élément à notre bonheur manquait. Le couffin restait toujours vide. »


 

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je me nomme Antoine, j’ai 35 ans, je suis enseignant. Je suis divorcé depuis le mois d’août 2016.

  • Comment avez-vous eu connaissance de votre stérilité ?

Après 4 ans de mariage, devant des inconnus (patients) et par une secrétaire médicale, en OutreMer, loin de mes racines (pour que ma femme et moi soyons heureux, la vie de couple est un combat, donc il faut parfois prendre le taureau par les cornes et tout faire quand on aime une personne).

  • Avez-vous une explication sur la nature et l’origine de votre stérilité ?

Personne n’est capable de m’expliquer la cause de mon azoospermie sécrétoire (peut être les pesticides, ayant vécu depuis mon enfance, au milieu des champs)

  • Souhaitiez-vous avoir des enfants avant l’annonce de votre stérilité ?

Oui, c’était l’une des choses les plus importantes de ma vie.

  • Qu’elle a été votre réaction à cette annonce ?

Ce fut catastrophique, aussi bien pour mon couple que pour mon estime personnelle.

  • Qu’elle a été la réaction de votre femme à cette annonce ?

Elle était complètement abasourdie. C’est ainsi que la stérilité a continué à fragiliser notre couple (difficulté de vivre ensemble pour des raisons économiques). Disons que la stérilité n’a fait qu’empirer la situation, elle n’a rien aidé.

  • Votre couple a-t-il été soutenu et accompagné au moment de cette annonce et ensuite ?

Absolument pas, nous avons même été séparé pour des raisons économiques.

  • Avez-vous réalisé des tentatives d’AMP ?

Ma femme n’a jamais réellement accepté, elle refusait aussi bien le don le don de sperme que l’adoption, elle ne souhaitait simplement plus fonder de famille avec moi.

  • Avez-vous exploré les différents chemins pour avoir quand même des enfants, l’adoption ? Le don de sperme ?

Oui (réponse ci-dessus)

  • Est-ce que vous avez eu besoin d’être accompagné, personnellement par un psychologue pour gérer votre divorce et votre stérilité ?

Non, cependant pour mon divorce je vais m’orienter vers un psy (lequel, pas encore décidé)

  • Est-ce que la stérilité est un frein à une nouvelle rencontre amoureuse ?

Personnellement, de moins en moins, mais cela sera toujours un handicap. En tant qu’enseignant en SVT, j’explique à mes élèves qu’un être vivant est un être capable de se nourrir, de grandir et d’AVOIR UNE DESCENDANCE. Chose dont je ne suis pas capable. J’appelle cela un handicap.

  • Avez-vous l’impression de n’être plus qu’un « homme stérile », ou arrivez-vous à vous voir plus positivement ?

Je suis en train de positiver, mais cela n’est pas simple. Je remercie, des femmes avec qui j’ai discuté de cela. Ces femmes me disent simplement que cela arrive (sous entendu que cela peut arriver à tout le monde) et cela me soulage un peu. Effectivement cela sous entend aussi qu’un homme n’est pas qu’un sac de spermatozoïdes.

  • Est-ce que vous trouvez du soutien parmi vos proches et vos ami(e-s) ?

Depuis mon retour en métropole oui. Avant, auprès  d’un AMI, qui est d’ailleurs actuellement en métropole.

  • Souhaitez-vous toujours avoir des enfants ? Par quels moyens ?

Si le destin, me le permet, oui. Mais cela n’est plus forcément une priorité. Je n’ai plus de grand problème avec le don de sperme. J’envisage le don de sperme dans la situation, où je ne veux pas priver mon éventuelle future femme d’une expérience qui est certainement compliquée, mais légitime, qui se nomme la grossesse et l’accouchement. Je considère qu’un père est certes dans le meilleur des cas, le père biologique, mais je souhaite éduquer mon enfant (quelle que soit son origine) avec une partie de mes valeurs (les autres étant celles de ma future conjointe). Cependant ce qui me gène le plus est le fait que cet enfant risque un jour de connaitre son père biologique et considérant les origines de chaque individu comme essentiel pour se construire, je ne m’opposerai jamais à cette volonté. Mais j’aurai mal pour lui, peur des conséquences que cela auraient sur sa personnalité. Cela en tout cas, ne pourrait se faire que suite à une discussion longue avec ma future conjointe (discussion que je n’ai jamais vraiment réussi à avoir avec ma précédente femme).

  • Est-ce que votre stérilité et votre désir de fonder une famille, vous prennent la tête quotidiennement ou arrivez-vous à prendre de la distance avec ces idées ? Souvent on dit aux femme infertiles, stériles qu’elles doivent arrêter d’y penser ?

Cela est encore très difficile, mais j’essaye de voir les choses autrement. Cela me hantera toute ma vie.  Oui en effet, j’y pense quasiment tous les jours devant mes élèves. Mais je considère qu’il ne faut pas combattre ces idées, il faut simplement les accepter et apprendre à vivre avec.

  • Une idée reçue circule toujours qui confond, stérilité et impuissance, que pouvez-vous nous en dire, comment vivez-vous cela ?

Ce sont deux choses différentes. Au moins je peux éprouver du plaisir à l’acte et faire plaisir à ma future conjointe (si j’ai de la chance).

  • Pourquoi avez-vous souhaitez témoigner de votre situation ?

Car je connais très peu de personnes qui en parlent, mais je sens que mon cas n’est pas isolé et je veux passer à autre chose, mieux vivre avec. La preuve est qu’en répondant à ce questionnaire, je me sens plus apaisé, car écouté et peut être compris ?

  • Connaissez-vous d’autres hommes dans votre situation ?

Oui, stériles mais pour d’autres raisons que moi.

Pensez-vous qu’il soit nécessaire d’agir pour que les tabous qui persistent au sujet de la stérilité masculine puissent tomber  ?

Oui. En communiquant sur la sujet, par des affiches, des émissions, et poursuivre sur des médias tels que le votre. J’accepterai personnellement de me présenter, je considère que la pire des choses et de rester dans le silence, car dans le silence, rien de guéri. Au mieux on stabilise.

MERCI beaucoup pour ce témoignage

 

8 réflexions au sujet de « Je suis un homme………….stérile – témoignage »

  1. Merci pour ce témoignage si précieux, c’est très intéressant d’avoir votre point de vue en tant qu’homme, cela me fait relativiser ma stérilité en tant que femme. Je vous souhaite de trouver la compagne qui saura vous accepter tel que vous êtes et que vous puissiez être heureux avec ou sans enfant.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour à tout le monde,

    Grand merci pour ce témoignage si intéressant qui nous donne encore de l’espoir nous tous les personnes infertiles ou stériles de l’Association BAMP.

    Encore une fois merci et à très bientôt.

    NDAYISHIMIYE Danis MEMBRE DE L’ASSOCIATION BAMP Téléphone :
    BP 2060 Bujumbura-BURUNDI

    Le 11/12/2016, Association de patients de l’AMP et de personnes

    J'aime

  3. Antoine, je vous souhaite de trouver sur votre chemin une compagne qui Antoine, je vous souhaite de trouver un jour une compagne qui saura se montrer assez douce et forte pour construire une nouvelle route avec vous. Vous avez raison de dire qu’il faut en parler, mon mari a la même optique. Après des mois horribles à vivre, il a aussi pris le parti d’expliquer, dédramatiser autant que possible, et il en parle ouvertement lorsque les gens que l’on rencontre se montrent intéressés. Ca fait tomber énormément de tabous, et tout le monde respire mieux.
    Si, un jour, dans votre nouvelle vie de couple vous souhaitez vous tourner vers le don, il y a des psychologues dans les Cecos. Tous ne sont pas merveilleux, mais ça peut déjà aider énormément à faire le tri dans ses pensées. Il nous faut, nous couples confrontés à la stérilité, arriver à reconstruire notre perception de la parentalité. C’est un vrai travail, mais mon mari et moi sommes persuadés que c’est aussi une richesse car la transmission de nos valeurs et de notre amour est ainsi le fruit d’une démarche très profonde.
    Je vous souhaite plein de courage, et plein de belles choses.
    Très sincèrement
    Sophie

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour ce témoignage. Dans notre cas, nous avons aussi fait des tests de stérilité, même si en réalité le problème ne venait pas là en ce qui nous concerne. Mon mari a été tellement rassuré d’apprendre qu’il n’était pas stérile ! J’ai l’impression que ça touche vraiment votre virilité. Alors que pour ma part, cela n’aurait rien changé. Je l’aime pour ce qu’il est et tant pis si ses spermatozoïdes déconnent ! Ce n’est pas ce qui fait la valeur d’un homme. De mon côté les examens ont révélé une insuffisance ovarienne – bien que je sois tombée enceinte naturellement à 3 reprises ! Cela ne m’a pas perturbée plus que ça non plus, mais c’est surtout qu’à cette époque-là on savait déjà qu’on était porteurs d’une anomalie génétique et que de toutes façons ces examens n’avaient aucun sens pour nous car on réfléchissait déjà au double don. La responsabilité était donc « reportée » sur nos donneurs. Ce qui finalement, étrangement, nous a enlevé un gros poids. Et dans un parcours PMA, un poids en moins ça compte.

    J'aime

  5. Merci pour votre témoignage, je suis un homme qui vit l’infertilité tout comme vous. C’est une situation à la fois complexe et cruelle. Afin de vivre et de témoigner ma détresse, j’ai décidé de créer un blog. Apres, c’est une façon comme une autre de surmonter l’infertilité, un peu comme une thérapie. Quoi qu’il en soit, je vous souhaite bon courage. pmasculin

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s