L’enfant de tous les possibles – télévision

Diffusion de ce reportage de Lise BARNEOUD et Lorène DEBAISIEUX, tourné en 2018 : « l’enfant de tous les possibles », le mardi 29 janvier, à 20h50, sur France 5

A voir évidemment, certaines scènes ont été tourné pendant la Semaine de Sensibilisation à l’Infertilité, organisée par votre association COLLECTIF BAMP, au mois de juin à Paris.

2 réflexions au sujet de « L’enfant de tous les possibles – télévision »

  1. Je visionne la bande annonce de cette émission, qui mentionne des parcours divers, je cite:  » parent célibataire, couples d’hommes ou de femmes, couples hétérosexuels qui ont laissé filé l’horloge de la fertilité »…
    Comment mieux renforcer des préjugés sur la PMA, en commençant le sujet ainsi … il m’aurait semblé juste d’évoquer les couples hétéros, qui n’ont pas « laissé filé l’horloge de la fertilité » qui n’arrivent pas à avoir d’enfants naturellement et doivent avoir recours à la PMA…
    Les couples infertiles n’ont pas forcément de raison apparente d’ y être confrontés.
    C’est ça aussi, l’infertilité, l’injustice…

    Si cela peut être utile de le dire, je n’ai aucun facteur de risque d’infertilité, jeune, corpulence dans la norme, non fumeuse, je mange sainement , je ne pratique pas de sport intensif et j’ai pourtant une infertilité importante sans origine précise identifiée, sans pathologie identifiable et je vis le fait de ne pas pouvoir avoir d’enfant comme extrêmement culpabilisante, alors je m’insurge quand je vois des annonces publicitaires dénonçant les effets du tabac ou des kilos en trop sur la fertilité dans les salles d’attente en PMA en imaginant combien ces messages me culpabiliseraient si j’étais concernée par ces « facteurs de risque ».
    Certes ces facteurs de risque nuisent à la fertilité et les réduire peuvent améliorer la fertilité, mais il faut faire attention à ne pas réduire toute l’infertilité à cette origine là.

    Et si les situations comme la mienne pouvaient éveiller les consciences au fait de prendre soin de notre environnement de vie
    (cf potentiels risques d’exposition in utero aux perturbateurs endocriniens) ce serait une raison suffisante pour les mentionner.

    L’infertilité, c’est destructeur et les préjugés et remarques auxquels on est soumis y contribuent largement…

    Solidarité à tous les prétendants au titre de parent…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s