Langes de verre « La très véridique histoire de l’enfant qui ne voulait pas naître »

Langes de verre « La très véridique histoire de l’enfant qui ne voulait pas naître »

Emmanuelle et Estelle, ont lu ce livre et elles vous donnent leur point de vue

A l’heure où le gouvernement réfléchit à la manière d’inscrire dans le droit l’origine des enfants nés de la procréation médicalement assistée avec don, ce livre entre en résonance avec  ce projet :  c’est l’expérience d’une femme qui, bien que mariée, a fait un enfant « toute seule » en raison de l’indifférence et du refus de son mari de  s’engager et de l’accompagner dans  un  processus médical long et difficile.

Langes de verre, c’est l’histoire d’une femme bientôt quadra qui essaie de devenir maman depuis plusieurs années. Entre les visites médicales en métropole et les périodes de mobilité professionnelle à l’étranger de son mari qu’elle suit, l’auteure raconte son parcours, les difficultés du couple et celles liées aux différences culturelles et géographiques.

On y découvre plusieurs passages du parcours dont l’insémination avec don gamète (spermatozoïdes).

Par moment, narratrice et auteure se confondent. A d’autres moments, c’est le futur enfant qui interpelle sa mère. Le récit est ponctué de nombreuses interrogations sans réponse. Il est également entrecoupé de citations et d’envolées lyriques, ce qui donne une lecture rythmée.

Le désir d’enfant tourne à l’obsession et masque d’autres aspects importants de nos vies. La souffrance et la solitude de l’auteure sont perceptibles. On imagine combien l’arrivée du fils miracle a dû apporter joie et délivrance.

A la question pourquoi avez-vous écrit ce livre ? L’auteure Anne-Marie Perreau répond :

«C’est la divulgation d’un secret de famille qu’il est très souvent difficile d’exposer de vive-voix. : Les non-dits sont les maîtres silencieux de nos destins. On a souvent peur de parler.  L’écrire et plus facile

La question du débat est posée.

Un thème important est la mésentente du couple, qui ne s’arrange pas avec les difficultés liées à l’infertilité, l’auteure a mené son combat seule …D’entrée de jeu, l’auteure faisant preuve de lucidité, elle s’explique quant à son choix de vie maritale d’alors mais n’excuse pas l’attitude passive de son mari face aux difficultés rencontrées, ni son absence de soutien quant aux démarches médicales.

L’autre thème abordé concerne l’affection reportée sur les animaux domestiques. Dans son récit, un petit chien est adopté après un simple et affectueux échange de regard. Puis le vide de l’enfant qui n’est pas là est comblé par la présence animale.

Enfin, le dernier thème intéressant dans cet ouvrage est cette autre vision et manière de résoudre les problèmes d’infertilité, suggérée par Jospéhine la voisine camerounaise. Les croyances, les solutions sont évidemment différentes selon l’endroit du globe où l’on vit.  Ce récit rappelle qu’on est le fruit d’une culture collective et contextuelle.

Le récit se passe dans les années 80.

Autre temps, autres mœurs….

A l’époque actuelle, l’auteure aurait peut-être franchi le pas vers une maternité en solo ?

Emmanuelle & Estelle

 

Pour plus d’informations sur ce livre c’est par ici sur le site BABELIO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s