Un petit + pour votre prochain transfert ?

Chaud devant, je découvre ce jour un article non seulement intéressant mais qu’on peut (selon moi) mettre en oeuvre sans trop de risque.

Il s’agit de ce qu’on a toutes (ou presque) dans notre sac à main : l’ibuprofène !

Selon une étude récente, prendre 1 ibuprofène (pas 15, ni la boite, on a dit 1 seul) aurait un effet positif lors d’un transfert d’embryon en terme de grossesse et d’implantation. Rien d’extravagant mais selon les chercheurs, quelques pourcentages de chance en plus.

Cet article redonne la pêche pour plein de raisons : les recherches continuent et continuent encore pour notre plus grand bonheur (on se sent moins seule) et les progrès (même petit) nous font chaud au cœur (surtout celui-ci qu’on peut mettre en œuvre sans passer par 15 médecins pour avoir une ordonnance !).

Alors voilà, je partage cette info qui nous donne un petit espoir en plus parce que soyons franches, c’est tout ce qu’il nous reste !! 😉

http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/FIV—un-traitement-par-ibuprofene-ameliore-le-resultat-4016.html#

Deux enfants nés d’un don d’ovocytes vitrifiés au CHU de Montpellier (Le Figaro, 05/09/13)

Un article rédigé par Guillaume Mollaret pour le Figaro nous informe des 1ere naissances cet été de bébés nés d’un don d’ovocyte vitrifié.

Une grande première en France, un vrai progrès par la technique de congélation ultra rapide qui permet à la fois une décongélation avec moins de dégâts et un confort pour la donneuse et la receveuse qui n’ont pas à synchroniser leurs cycles respectifs. De plus, la vraie nouveauté c’est la pratique de la congélation d’ovocyte et non pas d’embryon, et qui permet donc le transfert d’un embryon frais à chaque fois et non d’un embryon congelé/décongelé!

Deux enfants nés d’un don d’ovocytes vitrifiés

Par figaro iconGuillaume Mollaret – le 05/09/2013
Ces naissances, une première, ont eu lieu cet été au CHU de Montpellier

Cet été, le service de gynécologie-obstétrique du centre hospitalier universitaire de Montpellier a réalisé une première en donnant naissance à deux ­enfants issus d’ovocytes vitrifiés après un don.

«L’avantage de cette technique est qu’elle permet une meilleure programmation des tentatives de fécondation in vitro en fonction des besoins des couples receveurs, maximisant leur chance d’obtenir une grossesse», précise le Pr Hamamah, chef du département de biologie de la reproduction au CHU. À la différence des techniques précédentes où l’ovocyte est congelé très lentement, lors de la vitrification, les gamètes sont plongés directement dans l’azote liquide.

«La vitrification d’ovocytes issus d’un don permet une préservation totale de l’anonymat de la donneuse. Le couple receveur d’ovocytes ne risque pas de la croiser dans les couloirs de l’hôpital», résume le Pr Samir Hamamah. Plus efficace que les autres techniques, la vitrification apporte d’après ce dernier une garantie éthique supplémentaire au don d’ovocytes.

Cette pratique demeure largement méconnue et en déficit par rapport à la demande dans l’Hexagone. À tel point que le professeur languedocien n’hésite pas à conseiller aux couples de se rendre en Espagne, où le don d’ovocytes est rémunéré et donc plus répandu.

«Plus de confort à la donneuse»

La nouveauté est bien que l’ovocyte est issu d’un don car cette technique de conservation, très récente en France, avait déjà connu des succès par le passé. Elle existe par exemple au ­Japon depuis 1999 et dans l’Hexagone depuis 2012. Un retard français lié à une interdiction levée en 2011 par la révision des lois bioéthiques.

148 ovocytes matures issus d’un don ont ainsi été recueillis par l’hôpital de Montpellier. «La vitrification permet plus de confort à la donneuse qui peut….LA SUITE est ICI sur le site internet du FIgaro.

3 parents pour un bébé

Je sais bien que ce genre de chose n’est pas pour demain en France (après ils se demanderont pourquoi on part à l’étranger pour avoir une chance de fonder une famille) mais je trouve ça formidable qu’ailleurs la recherche continue.

Voici un article que je viens de trouver sur le sujet et intitulé « 3 parents pour un bébé ».