AMP et le travail, le néant dans le code du travail Acte II

AMP ET LE TRAVAIL,

LE NEANT DANS LE CODE

DU TRAVAIL

ACTE II

En Aout dernier, nous faisions état de la difficulté de concilier,  traitement, suivi médical et le travail.

Nous avions envisagé une  proposition de loi visant à une meilleure protection de la femme dans le cadre d’un processus de fécondation in vitro sur le modèle et l’exemple, d’une proposition Déposée par Mme Christine Defraigne au Sénat de Belgique.(Document législatif n° 5-175/1 du 23/10/2010).

Le collectif BAMP avait déjà rédigé un article sur le sujet : Ici  incluant la proposition de loi de Mme Christine Defraigne.

Sur le même sujet, Danslalueurdelavie (membre du collectif bamp) nous apprends qu’en Israel, la députée Orit Struck a déposée un projet de loi visant à protéger les femmes soumises à un traitement de fertilité.

Grâce à cette loi, les femmes  ne pourront pas être licenciées, et ce même si elles changent d’emploi.

Cette loi a été approuvée par le Ministre de la Santé Israélien.

Article complet : Ici

Cette députée explique si justement : « On ne peut rien faire pour apaiser la peine et la douleur qu’elles éprouvent tout au long du processus, mais on peut les aider quand même ».

Aujourd’hui encore,  en France les femmes en protocole AMP n’ont aucune protection dans le code du travail.

Le collectif BAMP a pour objectif de sensibiliser les politiciens pour qu’en France nous puissions obtenir une protection, comme les femmes enceintes, ou les femmes exposées au Distilbène. Lors de nos différentes rencontres avec les députés, nous parlons des propositions du collectif BAMP à ce sujet, propositions que vous pouvez trouver dans le manifeste.

Manifeste BAMP :

CONSTATS

  • Les soins nécessaires aux différents protocoles d’assistance médicale à la procréation sont très chronophages pour les patients (multiples prises de sang et contrôles échographiques, recueil, ponction) et leurs organisations dépendent des centres d’A.M.P. (qui peuvent être loin du lieu de travail du patient-salarié). Le salarié se retrouve à « jongler » avec ses horaires de travail et les horaires imposés par l’institution médicale.

  • Les absences et/ou les retards des salariés liés aux protocoles de soins sont souvent sources de conflits plus ou moins latents entre l’employeur et son salarié, mais aussi entre employés.

Propositions BAMP

32 – Nous souhaitons la création d’autorisations d’absence « A.M.P. », pour les patients, hors le cadre d’un arrêt de travail mais sur le modèle du mécanisme de l’article L1225-16 du code du travail, pour la totalité de la période du protocole de soins d’A.M.P., c’est à dire tous les rendez vous médicaux liés, du 1er contrôle au dernier contrôle d’une FIV.

33 – Nous souhaitons une réelle prise en compte des difficultés rencontrées par les patients vis-à-vis de leur milieu professionnel et la mise en place de mesures de facilitations de l’articulation soins A.M.P. et emploi.

34 – Nous souhaitons que soit mise en place une réelle protection contre les discriminations professionnelles et le harcèlement moral, des salariés confrontés à la nécessité de passer par un protocole de soin A.M.P. alors qu’ils travaillent.

Manifeste – Ajout de nouvelles propositions BAMP

Suite à l’article du 30 août sur le droit du travail et l’a.m.p., il est apparu important de rajouter une rubrique dans le manifeste sur ce sujet qui vous a fait beaucoup réagir.

Le manifeste a donc été modifié, si vous aviez déjà imprimé des exemplaires, vous devez en imprimer de nouveaux avec l’ajout de cette rubrique et du logo BAMP sur le manifeste.

CONCERNANT L’ARTICULATION A.M.P. / ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

 

CONSTATS

  • Les soins nécessaires aux différents protocoles d’assistance médicale à la procréation sont très chronophages pour les patients (multiples prises de sang et contrôles échographiques, recueil, ponction) et leurs organisations dépendent des centres d’A.M.P. (qui peuvent être loin du lieu de travail du patient-salarié). Le salarié se retrouve à « jongler » avec ses horaires de travail et les horaires imposés par l’institution médicale.
  • Les absences et/ou les retards des salariés liés aux protocoles de soins sont souvent sources de conflits plus ou moins latents entre l’employeur et son salarié, mais aussi entre employés.

 

Propositions BAMP

 

32 – Nous souhaitons la création d’autorisations d’absence « A.M.P. », pour les patients, hors le cadre d’un arrêt de travail mais sur le modèle du mécanisme de l’article L1225-16 du code du travail, pour la totalité de la période du protocole de soin d’A.M.P., c’est à dire tous les rendez vous médicaux liés, du 1er contrôle au dernier contrôle d’une FIV.

 

33 – Nous souhaitons une réelle prise de conscience en compte des difficultés rencontrées par les patients, vis-à-vis de leur milieu professionnel et la mise en place de mesures de facilitations de l’articulation soins A.M.P. et emploi.

 

34 – Nous souhaitons que soit mise en place une réelle protection contre les discriminations professionnelles et le harcèlement moral, des salariés confrontés à la nécessité de passer par un protocole de soin A.M.P. alors qu’ils travaillent.

 

 

Ce manifeste est amené à évoluer, si nous faisons de nouveaux constats ou si nos souhaits se concrétisent.

 

Fait le 24 septembre 2013

Le bureau collégial du LOGOOFFICIEL1

 

Adresse mail : collectifbamp@orange.fr

Adresse du blog : http://www.bamp.fr

En parler avec ma députée

Le 3 juin 2013, j’avais rendez-vous avec une des députées du Calvados, je venais pour lui parler de l’Assistance Médicale à la Procréation. C’est ce que j’avais dit au téléphone en prenant le rendez-vous.

Elle était là avec son attachée parlementaire, une jeune femme.

Elle m’a donné son avis personnel sur ce vaste sujet, et l’avis de son parti.

Elle a écouté ce que j’avais à lui dire au sujet de l’A.M.P., sur les discours très vifs, violents, que nous avons entendus au sujet de l’A.M.P. pendant les débats sur la loi relative au mariage. Des propos que des enfants en âge de comprendre et nés grâce à l’aide de la médecine procréative ont entendu. Des enfants qui se sont pris en pleine figure toute cette violence vis-à-vis de leur parents et/ou de leur mode de procréation.

Elle a écouté ce j’avais à lui dire, sur les nécessaires évolutions sociétales, juridiques, médicales que la France doit mettre en œuvre pour faire preuve d’intelligence, d’humanité, de solidarité, de modernité.

Elle a écouté ce que j’avais à lui dire au sujet du COLLECTIF BAMP. Oui, je n’ai pas pu m’empêcher d’être BAMP. Pourtant ce rendez-vous, il était prévu bien avant BAMP, mais là pas possible de faire comme si BAMP n’existait pas.

Elle a noté (enfin son attaché parlementaire) l’adresse du collectif BAMP, me disant que c’était très intéressant que les gens se mobilisent.

Elle m’a dit qu’elle est atterrée par les propos qu’elle entend dans les réunions publiques auxquelles elle participe.

Qu’au niveau de son groupe parlementaire lors des débats à l’Assemblée nationale, ils avaient comme consignesde ne pas répondre aux provocations verbales faites par l’opposition et que là aussi, les propos étaient vraiment très rétrogrades, agressifs, insultants.

Elle m’a dit que c’était super important pour eux, les politiques, d’avoir des témoignages de personnes qui vivent l’infertilité, les parcours d’Assistance médicale à la procréation. Qu’il fallait que nous restions en contact, car elle espérait que la loi sur la famille serait mise en discussion à la rentrée, si le gouvernement actuel ne reculait pas par crainte de diviser encore les Français et de perdre des électeurs !

Que les amendements que proposent les députés pendant les discussions sur la loi peuvent être alimentés par les citoyens, donc par nous. Qu’il faut donc que nous soyons en lien, pour dire ce qui ne va pas et ce qui pourrait être.

 Elle m’a dit qu’il fallait que je rencontre les autres députés, ce que j’ai prévu de faire, mais que je n’ai pas encore eu le temps de faire. Et de la tenir informée des retours que j’aurais avec eux.

Nous allons donc adresser le manifeste du Collectif BAMP, à cette femme députée de l’Assemblée nationale française, elle m’a laissé son adresse mail pour que nous gardions le contact. C’est important.

Je vais bientôt retourner la voir lors d’une de ses permanences, pour lui remettre en main propre le manifeste du collectif BAMP.

Vous pouvez,vous aussi, demander à rencontrer vos député-e-s, pour leur parler de l’A.M.P. en France, pour leur parler du collectif BAMP et de ses projets. N’oubliez pas d’apporter le manifeste !

Si chacune des personnes participant au collectif de près ou de loin, allaient rencontrer son ou sa député-e, cela ferait déjà pas mal de petites voix qui associées les unes aux autres pourraient faire grand bruit.

Alors n’hésitez pas ! Soyez BAMP !

Et venez nous raconter ensuite comment se sont passés vos rendez-vous .

J’ajoute ici le commentaire de CELINE qui vous permet de trouver qui est votre député.

Vous pouvez aussi rencontrer votre sénateur !

Quand comme moi, on ne sait pas ou plus qui est son député….
Outil pour le/la trouver : http://www.assemblee-nationale.fr/13/qui/circonscriptions/index.asp

On peut « fouiner » sa « sensibilité potentielle » à la problématique l’AMP :
1- en regardant dans ses fonctions à quelles commissions, groupes d’étude il/elle appartient
2- en allant en bas à gauche de sa fiche: questions posées en séance, travaux, propositions de loi, à quelle commission il/elle siège…

Ceux membres de la Commission des affaires sociales sont certainement les plus « sensibles » OU pas… vu les horreurs qui ont pu être dites lors du débat pour le mariage pour tous…
http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=/14/tribun/xml/xml/organes/420120.xml

LE MANIFESTE

logo_BAMP

LE MANIFESTE

Tribune pour des INFERTILITÉS FERTILES

Préambule

Les médias parlent de nous, mais souvent de façon éhontée.

Les médecins spécialistes en A.M.P. parlent de nous, mais trop souvent sans nous.

Le commun des mortels parle de nous, mais sans rien y comprendre.

Les politiciens n’osent pas parler de nous, mais pourtant ils devraient.

Avec 1 couple sur 6 qui consulte pour un problème lié à l’infertilité et 2 à 3 %1 des enfants nés en France, grâce à l’aide de la médecine procréative, il y a pourtant beaucoup à dire et à faire.

Nous avons donc décidé de parler nous-mêmes, pour que nos paroles ne soient pas déformées. Vous trouverez ci-dessous les constats que nous avons pu faire directement auprès des personnes confrontées à l’infertilité, ainsi que des propositions que le « Collectif BAMP ! » souhaiterait voir mises en œuvre le plus rapidement possible.

 Résumé des Propositions

  • Nous souhaitons une prise en compte, au niveau politique, de l’impact de la dégradation de l’environnement sur le niveau d’infertilité de la population.

  • Nous souhaitons une amélioration des équipements techniques à disposition des équipes soignantes, tant en quantité qu’en qualité, ainsi que l’accès à des dispositifs innovants.

  • Nous souhaitons une transparence sur les taux de réussite des centres A.M.P.

  • Nous souhaitons que les moyens mis en œuvre soient à la hauteur des besoins, avec notamment : une meilleure répartition géographique des centres A.M.P. permettant un accès raisonnable pour l’ensemble des patients ; une augmentation conséquente du numerus clausus en gynécologie médicale et un signal fort en faveur de la recherche dans le domaine.

  • Nous souhaitons un réel dialogue entre le corps médical et les patients, s’inspirant des pratiques d’autres pays européens, et incluant un accès aux médecines alternatives.

  • Nous souhaitons la mise en place d’un diagnostic complet en amont des prises en charges, afin d’éviter des dépenses de temps et d’argent inutiles.

  • Nous souhaitons la mise en place d’une politique sur le don de gamètes en phase avec les besoins réels.

  • Nous souhaitons une révision de la loi de bioéthique pour s’adapter aux évolutions de notre société, incluant l’ensemble des techniques existantes de façon égale, et se basant sur un réel débat en amont.

  • Nous souhaitons la mise en place d’une communication claire et pertinente sur l’infertilité et sur l’A.M.P., faisant intervenir les personnes directement concernées.

  • Nous souhaitons que les personnes directement concernées par l’infertilité et l’A.M.P. soient consultées dans les débats à venir aux sujets des aspects éthiques, juridiques et médicaux de l’Assistance Médicale à la Procréation.

Détail des Constats et des Propositions

Résumé des Propositions2

CONCERNANT L’AUGMENTATION TRES IMPORTANTE DE L’INFERTILITÉ HUMAINE 3

CONCERNANT L’A.M.P. EN GÉNÉRAL ET SON ORGANISATION 4

CONCERNANT LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE 5

CONCERNANT LES DONS DE GAMÈTES 6

CONCERNANT LES LOIS DE BIOÉTHIQUE 8

CONCERNANT L’IMAGE DE L’INFERTILITÉ ET DE L’A.M.P. EN FRANCE 9

CONCERNANT LES PROCHAINS ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’A.M.P. 11

CONCERNANT L’ARTICULATION A.M.P. / ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE 11

 CONCERNANT L’AUGMENTATION TRES IMPORTANTE DE L’INFERTILITÉ HUMAINE

CONSTAT

  • Beaucoup d’études scientifiques alertent sur les effets néfastes sur la fertilité humaine des produits chimiques que l’on trouve dans les aliments, les rejets toxiques de l’industrie et les perturbateurs endocriniens.

Propositions BAMP

1 – Nous souhaitons que les questions de dégradations environnementales et d’augmentation de l’infertilité, au même titre que les questions générales de santé,soient au centre des préoccupations politiques et sociétales.2

 CONCERNANT L’A.M.P. EN GÉNÉRAL ET SON ORGANISATION

CONSTATS

  • Trop grandes disparités de prise en charge sur le territoire, tant en termes de moyens, que de qualité des prises en charges médicales et humaines.

  • Délais trop longs pour la prise en charge de certaines pathologies (dons de gamètes).

  • Délais souvent trop longs pour la prise en charge des patients à partir de 35 ans.

  • Mauvaise répartition géographique des centres de soins proposant l’A.M.P., inégalité des moyens techniques mis à disposition des équipes et donc des patients.

  • Absence de données fiables, contrôlées, indépendantes, quant aux taux de réussite des centres.

  • Retard de la recherche médicale relative à l’A.M.P. par rapport aux autres pays européens.

  • Des avancées technologiques sont utilisées à l’étranger, permettant de meilleurs résultats, donc des économies.

Propositions BAMP

2 – Nous souhaitons l’amélioration des équipements techniques à disposition des équipes soignantes, tant en quantité qu’en qualité, de même que l’accès à des dispositifs innovants, avec notamment :

  1. Le développement des moyens des centres A.M.P et la mutualisation des savoirs, compétences et techniques, ainsi que l’harmonisation des pratiques des différents centres A.M.P. tendant vers les meilleures techniques existantes.

  2. La diffusion massive et immédiate à tous les centres publics de toute innovation thérapeutique reconnue comme susceptible d’augmenter les taux de réussite.

  3. Un signal fort en faveur du développement de la recherche afin que l’infertilité inexpliquée ne le reste pas, et la promotion d’études à grande échelle et proposition automatique, après plusieurs échecs de FIV, d’inclusion dans une étude notamment lors d’un diagnostic d’infertilité inexpliquée.

3 – Nous souhaitons la création de nouveaux centres sur le territoire afin que chaque patient soit à moins d’une heure de son lieu de traitement.

4 – Nous souhaitons que les taux de réussite de chaque centre, élaborés selon une méthodologie identique par typologie d’infertilité et techniques utilisées, soient accessibles et communiqués au public en toute transparence.

5 – Nous souhaitons une augmentation conséquente du numérus clausus en gynécologie médicale. La pénurie actuelle et programmée de la spécialité de gynécologue ne peut qu’avoir des conséquences désastreuses face à une prévalence de l’infertilité qui elle ne fait que croître !

 CONCERNANT LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE

CONSTATS

  • Un cruel manque de dialogue entre les patients et les médecins dans de trop nombreux lieux de soins.

  • Des dépenses inutiles et coûteuses par manque d’exploration médicale optimale dès le début du parcours.

  • Trop de protocoles médicaux non adaptés aux réels problèmes des patients.

  • Manque d’un réel accompagnement tant médical, que psychologique, pendant le traitement, à la suite du transfert et en cas d’échec (résultat négatif, fausse-couche).

Propositions BAMP

6 – Nous souhaitons une prise en charge co-partagée entre les patients et les médecins A.M.P, avec un réel échange d’informations. Le médecin A.M.P n’est pas tout puissant et le patient A.M.P n’est pas tout ignorant !

7 – Nous souhaitons la mise en place d’une réflexion autour de la réalisation des diagnostics d’infertilité en amont d’une prise en charge d’A.M.P., permettant ainsi le dépistage précoce de certaines infertilités, avec notamment la création d’un « bilan d’entrée en AMP » standardisé dès le début du parcours, et d’un bilan complet comprenant un volet génétique et un volet immunitaire pour les deux membres du couple dès la première FIV. Ceci mènera à des économies de temps et d’argent, aussi bien pour les patients que pour la sécurité sociale.

8 – Nous souhaitons que les équipes médicales françaises puissent s’inspirer de ce qui se pratique dans d’autres pays européens en termes d’accompagnement (administratifs, médicaux, humains) dans les parcours d’A.M.P.

9 – Nous souhaitons la mise en place d’une aide psychologique pendant les parcours d’A.M.P. et que soit proposé et pris en charge au titre de l’infertilité l’accès à des techniques dites alternatives pendant les protocoles souvent difficiles physiquement et moralement (sophrologie, acupuncture, ostéopathie).

 CONCERNANT LES DONS DE GAMÈTES

CONSTATS

  • Une situation de carence inadmissible en Europe 

  • Une politique trop « frileuse » pour donner les moyens aux équipes médicales de proposer des soins adaptés aux besoins répertoriés

  • Une politique d’information et de communication autour de la question du don de gamètes complètement invisible.

Propositions BAMP

10 – Nous souhaitons qu’une vraie politique soit mise en place pour favoriser les dons de gamètes (spermatozoïdes, ovocytes, embryons) en France.

11 – Nous souhaitons qu’une campagne d’information soit mise en œuvre sur le long terme, sur les dons de gamètes, sur leur nécessité, sur leur impact sociétal.

12 – Nous souhaitons la mise en place d’un réel accompagnement de qualité des donneuses d’ovocytes.

13 – Nous souhaitons un dépistage génétique systématique des donneurs de gamètes afin d’éviter notamment tout risque de transmission de maladie autosomale récessive

14 – Nous souhaitons une modification des lois de bioéthique sur la question des dons de gamètes, afin que l’ampleur du problème et l’inadéquation des pratiques actuelles soient pris en compte.

15 – Nous souhaitons la publication du décret permettant d’ouvrir aux femmes n’ayant pas encore d’enfant la possibilité de faire don de leurs ovocytes.

16 – Nous souhaitons l’abrogation pure et simple de la circulaire du 14 janvier 2013 visant les médecins-gynécologues qui évoqueraient ou préconiseraient le don d’ovocyte à l’étranger avec leurs patients.

17 – Nous souhaitons l’accès aux dons de gamètes aux couples en infertilité inexpliquée, qui même sans pathologie identifiée se retrouvent en échec après le parcours d’A.M.P., inséminations et FIV.

18 – Nous souhaitons le renforcement et l’application des dispositions relatives aux dons d’embryons surnuméraires sans projet parental. En développant la solidarité entre couples et en favorisant le don d’embryons, en déterminant un délai de conservation maximum ou en cohérence avec l’âge de la mère pour bénéficier d’une prise en charge A.M.P.

 CONCERNANT LES LOIS DE BIOÉTHIQUE

CONSTATS

  • Des lois de bioéthique qui bloquent la recherche.

  • Des lois de bioéthique qui induisent une représentation péjorative sur les nouvelles manières « d’avoir des enfants » au XXIe siècle.

  • Des lois de bioéthique qui créent des inégalités entre les citoyens français.

  • Des lois de bioéthique qui s’appuient sur des paradigmes idéologiques datant du XXe siècle.

Propositions BAMP

19 – Nous souhaitons la révision des lois de bioéthique pour adapter la loi aux évolutions sociétales, aux nouvelles structures de la parentalité, de la famille, de la manière de faire des enfants.

20 – Nous souhaitons que toutes les infertilités soient traitées de façon égale, qu’elles soient hormonales, fonctionnelles (insuffisance ovarienne précoce), physiologiques (absence de sperme, utérus immunologiquement ou physiquement hostile, voire inexistant) ou inexpliquées.

21 – Nous souhaitons que chaque couple se voit proposer sur le territoire français une solution appropriée dans un délai raisonnable. En cas d’indisponibilité de la technique en France ou en raison de délais matériellement incompressibles, nous souhaitons, contrairement à l’hypocrisie actuelle, un accompagnement vers des solutions au sein États partenaires avec continuité de la prise en charge.

22 – Nous souhaitons que nos enfants, nés grâce à un don, puissent avoir la possibilité s’ils en ont besoin un jour, s’ils en ont le désir, d’avoir des informations sur la personne  qui a donné un jour ses gamètes (spermatozoïdes ou ovocytes).

23 – Nous souhaitons la mise en place d’une législation plus moderne concernant les dons de gamètes en France, en sortant de la logique qui calque le don de gamètes sur le don de sang, notamment en étudiant la possibilité d’une indemnité.

24 – Nous souhaitons la mise en place d’un vrai débat intelligent, indépendamment de toute autre actualité législative, sur les nouvelles manières d’avoir des enfants, d’être une famille au XXIe siècle. Dans ce cadre, nous souhaitons :

  1. que les débats ne soient pas pris au piège des clivages politiques, pour ouvrir au maximum la réflexion et imaginer de réelles évolutions sociétales ;

  2. que toutes les techniques, sans exclure la Gestation Pour Autrui et le double don, puissent être abordées dans le cadre d’un débat, médicalement, sociologiquement, anthropologiquement et éthiquement serein et argumenté.

 CONCERNANT L’IMAGE DE L’INFERTILITÉ ET DE L’A.M.P. EN FRANCE

CONSTATS

  • Une image péjorative, erronée est véhiculée par les médias, sur les personnes ayant recours aux techniques d’Aide Médicale à la Procréation.

  • Les personnes qui y ont recours sont affectées par cette méconnaissance et cette forme de dénigrement poussant à traiter le sujet de façon superficielle et caricaturale.

  • Les enfants nés grâce à une technique d’A.M.P. ont entendu, ces derniers temps, des propos très violents, dénigrants, réducteurs sur leurs parents, les techniques qui ont permis leur naissance et donc sur eux-mêmes.

Propositions BAMP

25 – Nous souhaitons faire entendre les voix des personnes directement concernées par l’infertilité et l’aide médicale à la procréation ; pour que les préjugés, les idées toute faites, qui portent préjudice aux enfants nés grâce à une technique de procréation médicalement assistée et aux adultes confrontés à l’infertilité, ne soient plus véhiculés.

26 – Nous souhaitons mettre en place nationalement, une semaine annuelle d’information, de communication sur l’infertilité et l’A.M.P.

27 – Nous souhaitons rappeler que l’infertilité et l’accès à l’A.M.P. ne sont ni une fantaisie ni un luxe mais bien que l’infertilité est une pathologie qui doit être traitée dans toutes ses composantes au même titre que n’importe quelle autre pathologie et que l’accès à des soins de qualité est un droit.

28 – Nous souhaitons que l’ensemble de la société française respecte les enfants et les familles au sens large (parents, grands-parents, oncles, tantes, cousins, cousines) qui vivent et existent grâce aux progrès médicaux relatifs à la procréation médicalement assistée.

29 – Nous souhaitons protéger nos enfants des propos et des actes violents, leur offrir une société plus humaniste, ouverte, tolérante, moderne, intelligente.

 CONCERNANT LES PROCHAINS ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’A.M.P.

CONSTATS

  • Les États Généraux ne doivent pas être pris en otage par le Comité Consultatif National d’Éthique et orientés uniquement sur des questions d’éthique et ne porter que sur l’ouverture à de nouvelles indications sociétales.

Propositions BAMP

30 – Nous souhaitons que les États Généraux de l’A.M.P. conduisent à la rédaction d’un rapport indépendant établissant un état des lieux de l’A.M.P. en France, identifiant les enjeux, listant les problèmes et proposant pour chacun des solutions, avec un calendrier précis conduisant à l’élaboration rapide d’un projet de loi A.M.P. et d’un Plan A.M.P. avec les financements appropriés.

31 – Nous souhaitons que les personnes directement concernées par l’infertilité, l’A.M.P. soient entendues lors de ces états généraux, notamment au travers des associations qui les regroupent et les représentent.

CONCERNANT L’ARTICULATION A.M.P. / ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

CONSTATS

  • Les soins nécessaires aux différents protocoles d’assistance médicale à la procréation sont très chronophages pour les patients (multiples prises de sang et contrôles échographiques, recueil, ponction) et leurs organisations dépendent des centres d’A.M.P. (qui peuvent être loin du lieu de travail du patient-salarié). Le salarié se retrouve à « jongler » avec ses horaires de travail et les horaires imposés par l’institution médicale.

  • Les absences et/ou les retards des salariés liés aux protocoles de soins sont souvent sources de conflits plus ou moins latents entre l’employeur et son salarié, mais aussi entre employés.

Propositions BAMP

32 – Nous souhaitons la création d’autorisations d’absence « A.M.P. », pour les patients, hors le cadre d’un arrêt de travail mais sur le modèle du mécanisme de l’article L1225-16 du code du travail, pour la totalité de la période du protocole de soins d’A.M.P., c’est à dire tous les rendez vous médicaux liés, du 1er contrôle au dernier contrôle d’une FIV.

33 – Nous souhaitons une réelle prise en compte des difficultés rencontrées par les patients, vis-à-vis de leur milieu professionnel et la mise en place de mesures de facilitations de l’articulation soins A.M.P. et emploi.

34 – Nous souhaitons que soit mise en place une réelle protection contre les discriminations professionnelles et le harcèlement moral, des salariés confrontés à la nécessité de passer par un protocole de soin A.M.P. alors qu’ils travaillent.

Ce manifeste est amené à évoluer, si nous faisons de nouveaux constats ou si nos souhaits se concrétisent.

Adresse mail : collectifbamp@orange.fr

Adresse du blog : www.bamp.fr

Fait le 24 septembre 2013

Le bureau collégial du Collectif BAMP !  logo_BAMP

1 2,7% en 2010, soit 1 enfant sur 40 d’après l’agence de biomédecine (source : http://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2011/donnees/procreation/01-amp/synthese.htm)

2 « en 1962 […], la thèse était avancée selon laquelle des produits chimiques présents dans l’environnement pourraient exercer des effets délétères tant sur la faune sauvage que sur la santé humaine, et même compromettre la capacité à se reproduire. Depuis le début des années 1990, aux États-Unis comme en Europe, cette question alimente un vif débat sur la détérioration de la santé reproductive humaine, aussi bien dans la communauté scientifique qu’au niveau du public, des média, du monde industriel, des instances réglementaires et politiques […] Le but de ce numéro du BEH est, au-delà des controverses, d’apporter des informations qui permettent d’éclairer les choix réalisés dans les orientations de la surveillance et de la recherche […] et les stratégies de prévention et de prise en charge des pathologies, enfin de construire des solutions appropriées, qui permettent le développement que nous souhaitons sans altérer nos fonctions de base, en particulier celle de procréer. » – Enjeux environnementaux pour la fertilité humaine, Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, Institut de Veille Sanitaire, 21/02/2012.

VOTRE ENGAGEMENT POUR LE MANIFESTE, votre signature VIA CE LIEN, à diffuser très largement.

Vous devez aussi imprimer le manifeste (en format paysage, deux pages par feuille, recto-verso cela fait trois feuilles au lieu des 11 pages) pour le présenter à vos médecins, à vos ami-e-s.

Manifeste v10 version pdf à imprimer

MANIFESTE – MANIFESTONS-NOUS

Mesdames, Messieurs

Voilà, le bureau collégial du « Collectif BAMP ! » vous propose le manifeste du collectif BAMP.

Ce document, va nous servir de base pour dire ce que nous souhaiterions voir évoluer dans le monde de l’infertilité et de l’A.M.P. Française. Cette version, peut faire l’objet de légères modifications pendant l’été.

Nous allons avoir besoin de montrer que nous sommes nombreux derrière le projet BAMP !

Nous vous demandons de trouver les argument qui puissent convaincre vos conjointes, conjoints, maris, femmes, pacsée, pacsé, chéri, chérie, celui ou celle qui partage votre projet de parentalité et votre chemin A.M.P. pour y arriver.

Qu’ils viennent nous rejoindre officiellement, c’est à dire pas juste en disant chez vous : « Oui je soutiens le Collectif BAMP !« , mais en venant nous le dire ici. En demandant à s’inscrire sur la liste des membres ou sur celle des ami-e-s de la cause BAMP !

Nous avons décidé d’attendre la rentrée du mois de septembre pour communiquer « largement » auprès des médias, des institutions et des personnalités qui pourraient être concernées par les questions d’infertilité, d’A.M.P. et de mobilisation des patients.

Aujourd’hui, nous avons « juste » envoyé un courrier (via les commentaires à la suite de l’article et via les mails des journalistes) à l’Express en droit de réponse du collectif BAMP à l’article sur le classement des centres AMP français. Le collectif BAMP ne pouvait pas rester sans rien dire, sur cet article.

A la rentrée, nous vous demanderons alors, de faire circuler officiellement via vos réseaux amicaux, familiaux, via les forums auxquels vous participez, les informations sur l’existence du collectif BAMP. Mais d’ici là, rien ne vous empêche de parler du collectif BAMP à votre entourage professionnel, familial, amical, médical. Vous pouvez imprimer le manifeste, (pour le présenter à vos médecins, vos amis), en format paysage deux pages par feuille et en recto-verso, cela donne trois feuilles, sinon, c’est 11 pages.

Nous sommes en train de constituer une liste des institutions, des personnalités que nous allons contacter pour les informer de l’existence du collectif BAMP, donc si vous avez des idées, vos commentaires ou via le mail du collectif nous permettrons d’enrichir la liste des contacts.

Merci

Pour les dames du bureau.