Positive Day ? Positive Year ?

TROMPEE de stylo3

 

Pour les vœux 2015 nous vous avions proposé ça……………....malheureusement beaucoup se trouvent un an plus tard, au même point. L’accumulation des échecs en plus, qui nécessite des ressources importantes pour garder un peu d’énergie, de volonté, de moral, de désir, d’estime de soi et de son couple.

D’autres ont eu la chance de voir arriver un petit, une petite, des enfants nés, des grossesses en cours. C’est sans doute ce qui nous porte à continuer le chemin. Oui l’AMP fonctionne pour certaines personnes, pas assez nombreuses (il faudrait améliorer les taux de réussite des FIV, faire des progrès dans la recherche), mais ça fonctionne.

Certains ont même la JOIE PURE, d’un positif à Noël avec un taux qui grimpe comme il faut. Oui ça aussi ça existe. C’est à la fois insupportable (pourquoi chez eux et pas chez nous ?) et encourageant, car du jour au lendemain on peut passer d’un état à l’autre (Je suis vide-Je suis enceinte).

D’autres attendent toujours l’arrivé d’un enfant du bout du monde, une attente sans action, sans perspectives qu’un horizon morne (en dehors des moments de réalisation des dossiers).

D’autres encore sont restés définitivement sur le bord de la rive face à celle de la parentalité. Pas d’enfant dans le ventre, pas d’enfant à l’horizon. Mais quoi alors ? La vie qu’il faut poursuivre, qu’il faut construire autrement, patiemment, ardemment.

Le jour de l’an est peut-être pire que Noël, car pour certains les neveux, les enfants des copains, les petits des voisins viennent enguirlander, agrémenter « ce jour des enfants ».

Le jour de l’an, c’est LE JOUR, où il faut souhaiter le meilleur, à tous et à sois même. Le jour où il faut être heureux, content, positif ! Faire des vœux que l’on a déjà fait mille fois, cela devient très douloureux, insupportable. Recevoir les vœux des autres, en gardant le sourire : « Oui la santé, merci, oui le bonheur aussi, et les enfants surtout ! Bah, là mon gars c’est beaucoup, beaucoup plus compliqué. Mais comment te dire ? ». Relisez cet article sur le droit d’être triste.

Dites le, dites que Ok vous prenez les vœux de bonne santé, pour l’amour aussi, mais dites que pour les enfants, c’est vraiment compliqué, que vous êtes triste, inquiet. Que vous avez besoin de soutien, de compréhension, de reconnaissance de cette situation invivable. Dites que cela fait trois ans que vous vous souhaitez : « un enfant cette année ! ». Dites que l’année dernière à la même époque vous étiez en train de vivre une fausse couche. Dites que cette nouvelle année vous aimeriez qu’elle soit simple, lumineuse, pleine d’espoirs et de résultats positifs. Mais qu’entre la réalité et les vœux, il y a un océan de peurs et de souffrances.

Cette période des bons vœux, qui connait son apogée dans cette nuit du passage de l’ancienne à la nouvelle année, peut aussi être une ressource importante, un nouvel élan, un jour positif pour une année positive. Profitez de ce rite de passage « festif » pour renouer avec votre moi d’avant, celui qui avait envie, celui qui était léger et insouciant, celui qui était joyeux, heureux, confiant. Soyez généreux avec vous même ne vous proposez pas la lune, mais juste peut-être l’échelle pour chercher à y grimper.

Amour, Paix, Espoirs, Douceur,

Allez encore une fois, on y croit ou on fait semblant d’y croire pour le meilleur : vous-même.

 

 

 

 

 

 

 

Nouveaux visuels : Don d’ovocytes et Don de spermatozoides

Photo 903
Désolée, je n’ai pas eu le temps de repasser les affiches !

 

La semaine prochaine la nouvelle campagne sur le don de gamètes en France, va être lancée dans la presse notamment. Espérons que cela soit suffisant pour informer largement, motiver de potentiels donneurs et donneuses et permettre ainsi une augmentation des dons.

Voici les visuels (affiches et petites brochures) que vous allez pouvoir trouver dans les centres AMP et un peu partout ailleurs aussi, nous l’espérons.

Visuels que vous pouvez aussi distribuer pour participer à cette campagne de communication et d’information qui va durer sur plusieurs années.

Photo 908

 

Photo 910
Les brochures

 

Les textes à l’intérieur des brochures sont identiques  à ceux de la précédentes campagne. C’est juste l’extérieur qui change.   En haut les documents de la précédente campagne en bas les nouveaux. Couleurs plus pastels pour la nouvelle campagne.

Photo 916Photo 918Photo 917

 

 

Affiches de la nouvelle campagne sur le don de gamètes en France. En espérant que le message soit vu, entendu et compris.

Photo 901Photo 902

Photo 904Photo 905

 

Photo 907 Photo 906

Qu’en pensez-vous ? Nous attendons vos avis sur ces nouveaux visuels.

 

Nos proches et l’infertilité

Parce qu’il y a un sujet qu’on a toutes et tous en commun quel que soit notre parcours, quel que soit notre « degré » d’infertilité.

La réaction et l’attitude au quotidien de nos proches.

Je suis tombée sur cet article paru dans le blog d’une femme sans enfant, Catherine-Emmanuelle DELISLE.

On peut tout trouver au sein du Collectif BAMP! : certains ont des proches présents et compréhensifs, d’autres se tapent des réflexions à n’en plus finir, d’autres sont ignorés. Il y a les réactions immédiates et les réactions sur le long terme (au début tout le monde est derrière vous puis à 3 ou 4 ou + de FIV, on ne voit plus personne même avec de bonnes jumelles).

Il y a une phrase assez étonnante qui dit  » d’après les interviews qu’elle (Brené Brown) a menées à travers les années, c’est pour les personnes ayant des problèmes de fertilité que la population en général aurait le moins d’empathie. »

Là on se dit « Mince (parce que je suis polie) décidément on est des supers chanceux! »

L’analyse est intéressante même si un peu choquante en notre qualité de 1er concerné : ce serait en grande partie notre faute.

Avec un peu de recul et de connaissance en AMP on se dit (à contre coeur parce qu’on n’aime pas que ce soit notre faute) que peut être, il est vrai que beaucoup d’entre nous en parlent peu ou n’ont pas fait leur « coming-out ». Dans cette optique, comment être comprise et soutenue ?

D’un autre côté, en ma qualité de Tittounett infertile et avec mon vécu de grande communicatrice de l’infertilité je peux dire que ce n’est pas tout à fait vrai.

J’en parle volontiers à tous les coins de rue, dès que l’occasion se présente. Je me balade avec mon sac BAMP! que personne ne peut ignorer (oui vous avez toutes bavées devant le 7, souvenez-vous ! 😉 ). Et pourtant, en plein dans ma FIV DO n°3, je me sens un peu seule et peu de personnes se demandent où j’en suis (du moins me le demande directement). Ce n’est pas faute d’avoir dit depuis quelques mois que ma prochaine tentative se ferait avant la fin de l’année (on est le 10 décembre, plus fin de l’année que ça tu meurs quand même!).

Mais du coup, je dirais qu’à notre tour, mettons nous à leur place (c’est le chat qui se mort la queue, soyons tous empathiques avec les empathiques!).

Car ce n’est pas évident d’être un proche d’infertile. On a peur de dire des choses blessantes ou mal interprétées. Parce qu’une réflexion le lundi peut être bien prise alors que la même 3 jours après ne le sera pas (oui parce que notre humeur joue un peu aux montagnes russes il faut bien le dire).

Moi même j’ai dû répondre agressivement à 1 ou 2 personnes parce qu’elles m’en auront parlé à un moment où je n’avais pas envie d’en parler et un mois après j’ai envie d’en parler mais il n’y a plus personne. La faute à qui ?

Mais je pense malgré tout que pas mal de personnes s’arrêtent à la sympathie et ne vont pas jusqu’à l’empathie. La différence est très bien expliquée dans l’article d’ailleurs.

Bref, je trouve cet article intéressant même si au final, si nos proches le lisent, ils penseront peut être « ah bah tu vois c’est à elle de nous appeler ». Et ça, soyons franc, ça n’arrange pas nos affaires.

*************EDIT**************** témoignage proposé en fin d’année 2013. Merci Titounnett et bonne route sur le chemin de la maternité. Reste à savoir si les proches plutôt absents lors des moments difficiles réapparaissent comme par miracle (La PMA fait bien des miracles, de tous ordres!) ensuite ….