Fertilité : des cosmétiques interdits

1292846

Fertilité : des cosmétiques interdits

« Google-tan » un soir, sur le net, je tombe au hasard de mes recherches sur un article intitulé :  «  Fertilité : des cosmétiques interdits« .

De suite, rien que le titre, cela m’interpelle et surtout m’inquiète !!  Après les phtalates, les parabens, le bisphénol A, les pesticides, voilà les cosmétiques !

J’apprends avec stupeur qu’un composé de cosmétique appelé le Chloroacétamide(1) a été interdit par l’ANSM (l’Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Le CSSC (Comité Scientifique Européen pour la Sécurité des Consommateurs) avait émis un avis sur cette substance et confirme qu’elle pourrait nuire à la santé des consommateurs ainsi qu’à la fertilité.

Le chloroacétamide est un conservateur dans les cosmétiques, (interdit depuis le 14 juin 2012), généralement utilisé dans les crèmes, gels douche, shampoings, lotion…

Ce composé, après des études et recherches auprès de rats serait susceptible d’altérer la fertilité et provoquer des malformations congénitales. (vous pouvez lire l’article complet voir le lien ci-dessous)

 

Je continue les recherches et remarque que le Chloroacétamide est également un conservateur… mais… également un herbicide ???

Tout cela est très inquiétant pour notre santé, des études, des enquêtes, devraient être mises en œuvre afin de trouver, des alternatives à ces produits.

Mais comment lutter efficacement contre le lobby industriel ?

Pourquoi les consommateurs ne sont-ils pas informer des risques encourus, quant à l’utilisation et surtout aux risques de ces composés chimiques ?

Dans le manifeste du collectif BAMP, nous faisons état de ces produits chimiques, des dégradations environnementales, désastreux pour la santé. Par ce constat , ces questions doivent être au cœur des préoccupations des politiques.

Pour le moment, nous sommes dans l’obligation d’être vigilants dans nos achats, surtout envers les produits suspects qui contiennent les appellation suivantes: « Chloro-Acetamide » ; « alpha-Chloroacetamide », « Chloro acetamide ».

Il est impératif de s’informer et d’apprendre à lire les étiquettes des produits en rayon.

Article complet :

 http://sante.journaldesfemmes.com/genital-urinaire/fertilite-et-chloroacetamide-0612.shtml

Article :  du JournalDesFemmes.com

(1) selon Wikipédia : Le chloroacétamide est un composé organique chloré de formule C2H4ClNO, utilisé comme herbicide et conservateur. Il se présente sous la forme d’une substance cristalline jaune ou incolore, très soluble dans l’eau.

AMP et GPA chez les couples homosexuels: les interrogations de l’Académie de médecine

 

Dans la « guéguerre » qui oppose Académie de médecine et Comité Consultatif National d’éthique (CCNE), les académiciens ont dégainé les 1ers!

Avec un rapport qui s’interroge sur l’AMP avec don de sperme pour les femmes seules (ils ont semble t il oublié qu’il n’y a pas que les couples de femmes qui sont bannis de l’AMP en France, mais aussi les célibataires), mettant en avant la pénurie de don de sperme qui mettrait de toute façon en déroute tout élargissement des bénéficiaires, et invitant à une large campagne de communication sur le sujet.

Également au programme, la gestation pour autrui. Sous l’angle exclusif de couples homosexuels masculins, oubliant une fois encore que cette technique est aussi parfois utile aux couples hétéro alors même que l’un des arguments principaux souvent évoqué pour maintenir son interdiction c’est le fait que l’infertilité des couples masculins n’est pas « pathologique ». Alors que pour les couples hétéro, cette infertilité pathologique est avérée et l’indication médicale claire. L’argument qui sert à dénier le bénéfice de la GPA aux uns ne permet pas pour autant à ceux qui correspondent aux exigences médicales de l’obtenir, mais dans ce domaine, ce n’est surement pas le dernier « argument » biaisé.

 

Beaucoup de questions, des pistes, des gants, des moufles, des parapluies…Espérons que le débat qui en découlera (ou pas….) ne soit pas exclusivement trusté par les Anti-Tout et tout-le-monde et que l’ensemble des techniques soient étudiées sans préjugés et pour tous les bénéficiaires. Tout cela avant l’écriture d’un projet de Loi de santé désormais encore repoussé à 2015 au mieux pour son vote. IL faudra alors se souvenir que la Loi n’a pas vocation exclusive à interdire, mais bien au contraire à encadrer, c’est tout de même assez différent…

L’article qui mentionne ces rapports de l’Académie de Médecine est ICI, et le communiqué de presse et la synthèse de la position des académiciens est LA.

Un autre article, un peu plus complet, est à lire ICI.

 

 

 

Infertilité: quelles conséquences sur le couple? (L’Express, 07/03/2014)

Infertilité:

quelles conséquences sur le couple?

Infertilité: quelles conséquences sur le couple?

Je googoolise, et je tombe sur un article de la journaliste Caroline Franc , sur l’express.fr datant du 07/03/2014, dans lequel elle aborde le sujet douloureux de l’infertilité, le couple, les crises, l’intimité.

Elle y parle très justement des effets dévastateurs que peut avoir un parcours PMA dans le couple, l’ intimité.

les témoignages sont émouvants.

Vous trouverez l’Article complet ici : Ici

Celui ci , me fait immédiatement penser à un billet BAMP publié en juillet 2013, suite à un article plus ou moins  semblable ; j’avais envie de vous le re-proposer.

Article BAMP : Ici

Sexualité : le couple à l’épreuve en PMA

Mettre des mots sur nos maux.(phrase d’irou)

Nous sommes de très loin les seuls à connaitre ces baisses ou perte de libido. Les témoignages qui vont dans ce sens sont nombreux, j’ai fais le choix de ne pas les mettre, par pudeur ; nous savons que trop bien ce que nous vivons depuis le début du parcours, les situations nous les vivons et les connaissons. cette pudeur, intimité que nous avions au début à disparue.

Nous avons perdu tout cela, de part cette intrusion médicale.

Tout ces enchainements de faits, nous malmène physiquement et surtout moralement ; la moindre simple visite chez un ostéopathe devient cauchemardesque.

je tenais simplement par ce petit « billet » dire que cela est une « affaire » de tous dans un parcours PMA.

Cela inquiète au début, on n’ose pas en parler au conjoint, on hésite, Nous Vénusiennes , Eux Marsiens… le dialogue n’est pas le même, le besoin de parler, non plus d’ailleurs..

L’accompagnement psychologique est à revoir, rien que sur le parcours dans son ensemble, alors un accompagnement pour ce « problème » là, est- il de l’ordre du rarissime ? Déjà accepter le problème et l’admettre est un pas en avant, se rassurer, en parler ouvertement, et essayez de trouver des solutions à deux ? Je sais que vider « son sac » face à un tiers peut faire du bien, et le psychologue de la PMA joue son rôle, même si elle n’a pas de recette miracle. Tout est de l’ordre de la patience, de compréhension mutuelle et de respect dans son couple.

La solution est sans doute à nous de la trouver ? de part notre parcours, notre vie de couple ? nos besoins ? Ressentons nous le besoin d’en parler à un tiers ? comment notre couple réagit face à cette épreuve ?

la question qui taraude aussi c’est : « Est ce que tout rentre dans l’ordre, lorsque le parcours PMA est finie ? »

Les moments d’intimité et de plaisir à deux disparaissent au fur et à mesure en PMA et il ne pas oublier que la souffrance de ce parcours n’est pas à sens unique, même si les hommes n’en parlent jamais.