ESP’OPK une nouvelle association sur un sujet important !

Nous sommes ravies de vous annoncer que l’association COLLECTIF BAMP ! et l’association ESP’OPK s’associent pour la santé des femmes !

Vous pourrez désormais nous retrouver ensembles lors de certains événements ou autres projets.

 

L’association Esp’OPK est une association visant à développer la connaissance générale autour du Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK). Elle cherche à améliorer la prise en charge de ce syndrome et à apporter un soutien particulier aux femmes concernées.

Le syndrome des ovaires polykystiques est un syndrome chronique touchant environ 10% des femmes d’âge fertile et qui entraîne des troubles endocriniens complexes qui provoquent fréquemment la perturbation des cycles menstruels voir une Anovulation totale.

L’association Esp’OPK a pour but de développer divers projets, notamment :

  • La création d’une plateforme d’informations fiables et vérifiées visant à permettre un meilleur accès à des informations claires concernant le SOPK.
  • Le développement de formations autour du SOPK.
  • La mise en place de campagnes de dons permettant d’accélérer la recherche sur le syndrome et les solutions pouvant y être apportées.
  • Le développement de campagnes d’information et de sensibilisation au SOPK
  • La mise en place d’une structure de soutiens et d’accompagnement pour les femmes diagnostiquées,
  • Et encore tellement d’autres projets qui ne demandent qu’à voir le jour.

A travers ce partenariat, nos deux associations pourront travailler ensembles autour de cette cause touchant à la santé féminine et étant à l’origine de l’infertilité de 75% des patientes concernées par le syndrome. Nous vous invitons à témoigner votre soutien à l’association Esp’OPK en vous rendant sur leurs pages Facebook, Instagram, ou Twitter.

Pour toute information supplémentaire, vous pouvez également vous rendre sur le site ESP’OPK

Nous avons hâte de vous partager nos prochaines actions communes.

 

 

L’association collectif BAMP à l’endomarch

Samedi 30 mars à Paris, c’est l’endomarch, une journée dédiée à la mise en lumière des femmes atteintes d’endométriose. Une marche mondiale pour donner de la visibilité à cette maladie et aux femmes qui en souffrent.

Comme tous les ans, BAMP sera présent pour témoigner, informer et agir au sujet de l’infertilité, de l’assistance médicale à la procréation, de l’après AMP sans enfant. L’endométriose est une des premières causes d’infertilité.

Vous pourrez, notamment, retrouver Sandrine, qui organise les rencontres « Vivre sans enfant après l’AMP ». Parce qu’avec l’endométriose, même l’AMP ne permet pas toujours de sortir des parcours d’AMP avec des enfants.

Si vous souhaitez venir lui donner un petit coup de main pour tenir le stand, prenez contact avec elle : vivresansenfant@bamp.fr

Rendez-vous sur le parvis de la mairie du 15ème arrondissement

Le site de l’endomarch

 

Je ne suis plus celle que je suis – Paysages de l’infertile

Aujourd’hui nous allons vous parler d’un projet artistique qui nous tient à cœur. En effet, chez BAMP nous pensons que la création artistique, sous toutes ses formes, est un moyen important et nécessaire pour communiquer sur l’infertilité, pour permettre aussi aux personnes qui vivent ces parcours difficiles de s’exprimer. C’est pour ces raisons que depuis la création de l’association, nous avons créés l’exposition participative TRACES : l’infertilité laisse des traces. Et que certaines de nos référentes organisent des ateliers créatifs.

C’est donc avec une grande joie et beaucoup d’enthousiasme, que nous avons accueillis le projet d’Anne-Laure et de Xavier, lorsqu’ils nous l’ont présenté. C’est toujours un moment important, l’engagement créatif, la mise à nu d’une histoire d’infertilité et d’AMP, sujets encore tabous dans notre société.

A départ, il y a le texte d’Anne-Laure, puis les photographies de Xavier suite à leur rencontre, viennent compléter, élargir la possibilité de montrer, de dire l’invisible, indicible histoire, qu’Anne-Laure vit dans son corps et sa tête : l’enfant qui ne vient pas, le vide du corps malgré l’AMP. Le texte d’Anne-Laure, nous le trouvions déjà puissant lorsqu’elle nous avait confié le premier jet, il y a maintenant quelques années. Les photos de Xavier sont épurées mais pourtant pleines de sens, de sensations, elles parlent autant que le texte, elles disent au delà des mots, car elles montrent le corps qui d’ordinaire se cache, le corps à corps, le corps à nu, rien plus rien que les mots pour tenir encore debout ? Non le corps est là, il se dérobe, il se refuse mais il est là, au centre, au cœur pour le bien et le mal.

De la rencontre entre Anne-Laure et Xavier va naître le projet « Je ne suis plus celle que je suis – paysage de l’infertile« . Anne-Laure et Xavier ont pour projet une exposition programmée du 3 au 19 décembre 2018 à Paris, galerie l’Anachronique dans le 18ème. Exposition des photos de Xavier GAVAUD avec une mise en scène sonore du texte d’Anne-Laure. Un livre regroupant le texte et les photos, ainsi que des tirages photographiques d’art sont prévus. Une conférence est également en cours de préparation pour parler d’art et d’infertilité, d’art thérapie où de thérapie par l’art. « Différentes personnalités ont déjà donné leur accord de principe pour intervenir à ce moment (Mylène  Botbol, professeur de philosophie et de bioéthique ; Maïa Bramy, Ecrivain ; Monique Bydlowski, psychiatre, psychanalyste, directrice de recherche à l’INSERM ; Carla Canullo, philosophe italienne, professeur à l’université ; Sylvie Epelboin, gynécologue, coordinatrice du centre d’assistance médicale à la procréation, hôpital Bichât ; Edith Vallée, docteur en psychologie clinique ; Silke Schauder, professeur de psychologie clinique et psychopathologie, métapsychologie de la création…). »

De notre point de vue, c’est un projet fort et inédit en France que nous proposent Anne-Laure et Xavier, sur ce sujet de l’infertilité et de l’AMP. Ce type de travail créatif et artistique, peut, il nous semble permettre de briser le mur de l’indifférence, de la méconnaissance, faire prendre conscience. Dire et montrer l’intime et l’universel désir de porter la vie, frustré, brisé par son impossible réalisation. Comment sortir de cela, comment être et vivre ? Ce sont toutes ces questions et ces propositions que nous offrent, aujourd’hui Anne-Laure et Xavier. Nous avons hâte de découvrir l’ensemble de ce projet. Rendez-vous au mois de décembre !

Mais pour cela ils ont besoin d’un coup de pouce de chacun d’entre nous. « Dans cette démarche, nous vous proposons de devenir partenaires de ce projet en participant à cette campagne de financement participatif. »

Avant nous vous laissons découvrir une partie du texte et des photos et si vous souhaitez leur apporter votre soutien et votre participation financière, tous les liens sont dans le texte qui suit les extraits du livre.

 

 

Ce coup de pouce peut prendre différentes formes  :

  • un soutien financier à ce projet via un financement participatif, même 5 euros peuvent faire la différence. C’est par ici que cela se passe 
  • un soutien financier via la pré-commande du livre, d’un tirage photo numéroté et signé, ou des deux. Voir ci-dessous, tous les détails des différentes propositions et des tarifs correspondants :

Si vous souhaitez réserver le livre ou des tirages de l’exposition, merci de compléter et de renvoyer à Xavier GAVAUD le « BON de PARTICIPATION » (voir à la fin de ce message), avec votre paiement par chèque ou via le compte paypal précédemment indiqué.  Vous pouvez ensuite envoyer le bon de participation accompagné du règlement, soit par voie postale, soit par mail. Toutes les coordonnées de Xavier GAVAUD sont indiquées ci-dessous.

« Les participations seront disponibles en fin d’année et délivrées aux alentours de décembre 2018, selon l’avancée de notre production. Celles-ci vous seront délivrées soit par voix postale, soit « en main propre » lors de l’exposition ou lors d’une rencontre sur Paris ou aux alentours de Brest à définir avec nous.Bien sûr, nous demeurons à votre disposition pour tous compléments d’informations. Nous serions ravis de vous compter parmi nos soutiens, et, dans cette idée, n’hésitez surtout pas à diffuser cette campagne de participation.

Anne-Laure

et Xavier Gavaud »

 

Et si on pensais aux synéchies ?

Nous vous en avions déjà parlé, lors d’un précédent article : BAMP a réalisé fin 2017, un document d’information sur les synéchies à destination des professionnels (gynécologues, obstétriciens, médecins, chirurgiens, etc.).

« Pouvant entraver l’implantation de l’embryon ou empêcher la fécondation, les synéchies ont un impact majeur sur la fertilité. Pourtant, ce facteur est souvent mal connu de tous, médecins et femmes. Seuls certains chirurgiens gynécologues ont l’expertise nécessaire à la prise en charge des synéchies. »

Gézabelle qui travaille sur ce dossier depuis un an et demi, vous propose aujourd’hui la brochure : « Préserver sa fertilité. Que faire après certains actes obstétricaux ou certaines chirurgies gynécologiques ?« 

Cette brochure à destination des femmes va être mise en ligne sur le site du CNGOF avec la brochure qui est déjà disponible pour les médecins.

C’est une nouvelle étape dans le travail d’information et d’accompagnement des femmes pour la préservation de leur cavité utérine et donc d’une partie importante de leur fertilité.

Car une femme informée, est une femme qui pourra faire des choix et être actrice de sa santé reproductive.

Vous pourrez retrouver des exemplaires sur les différents stands de l’association en région. Mais si vous souhaitez imprimer un exemplaire au format A4 et recto-verso, c’est par là

De plus, nous pouvons déjà vous dire qu’une session sur les synéchies est en préparation pour le prochain congrès du CNGOF qui aura lieu à Strasbourg au mois de décembre 2018.

Les professionnels de la gynécologie et de l’obstétrique pourrons retrouver ces brochures sur le stand de votre association lors de ce congrès et lors d’autres rendez-vous à venir.

 

Si vous avez besoin d’être informée, accompagnée et orientée sur ce sujet des synéchies vous pouvez contacter Gézabelle via SYNECHIE@BAMP.FR 

POUR la prévention, POUR la santé reproductive, POUR la santé des femmes, POUR leur information

Mon Petit Embryon

Mon petit,

Mon petit embryon,

Mon petit embryon qui ne connaît rien de moi et moi de lui.

Y a-t-il eu accroche ?

Le petit s’est-il cramponné à moi ? Ai-je voulu de lui pour que la grande aventure commence ?

Mon alchimie,

Ma petite alchimie s’est-elle opérée ?

Pour donner naissance à un amas de cellules en devenir.

Ma mûre, ma morula,

Ma petite mûre est-elle repartie du néant ? S’est-elle arrimée à ma membrane nourricière ?

Mon corps te supportera-t-il ?

Tu devrais faire 1 mm. Un traitement au lieu de la rencontre de deux corps.

Je fais quelque chose que je ne devrais pas avoir. Une femme seule qui s’autorise à concevoir un enfant seule. Scandale, péché des temps anciens, support fabriqué, aisé pour une société en mal de moralité et d’ordre moral. De prétendue filiation. Vraie question mais un prétexte pour faire honte… aux femmes qui désirent ardemment qu’un jour on les appelle « maman ».

Blastocyste nom barbare pour un, mon petit costaud.

Prêt pour se nidifier. En théorie. La chance après le courage.

Deviens ce que tu es.

Mes ovaires tirent, sont douloureux, est-ce toi qui exprime tes besoins ? ou les règles qui tapent, frappent, arrachent et ne tarderont pas à saigner et à faire saigner le cœur et le corps.
Fatigue du traitement ou d’un petit être qui s’accroche et exprime ses besoins. Stress de ne pas pouvoir, de ne pas savoir, d’être effondrée et non déçue, d’être jugée comme une incapable, mutilée et me replonger dans ma sexualité abîmée… De ne pas être à la hauteur. Avoir trop de peine pour quelque chose qui n’existe pas encore.

Désolée de ne pas avoir « choisi une PMA » comme on choisirait de faire Verdun ou Ravensbrück. Choisir de se battre, de rentrer sur un champ de bataille où il y aura plus d’aléatoires, d’inconnus, des pertes, des mutilés, des disparus, des blessures indicibles… Non je n’ai pas « choisi » de faire une PMA. C’est absurde.

J’ai choisi de combattre le destin et porter la vie.

Et les pourquoi ?

D’en avoir fait trop ou pas assez, quelque chose qui cloche en moi, dans ma tête, dans mon corps, capable d’accrocher des bouts d’endomètres mais pas de petits bouts… Cruelle réalité depuis l’âge de 10 ans. Sans le savoir. Sans un mot, un nom dessus, sans traitement pour cette maladie-là.

Supporter les femmes enceintes. Leur joie et leur ventre arrondi avec un bébé qui entendra la voix in utéro de leur papa. Celles qui conçoivent naturellement et qui n’auront pas à subir les regards réprobateurs.

La PMA c’est avant tout une histoire de deuil, deuil d’une relation charnelle pour concevoir, se sentir pleine, pleine d’un amour avec l’homme qu’on aime et qui nous aime.

Deuil d’une maternité partagée, d’une famille traditionnelle que l’on a connu.

Deuil des gènes que l’on porte.

La PMA en solo. C’est aussi renoncer à l’estime des autres pour retrouver l’estime de soi.

Le temps cette tragédie féminine.

Bienheureux les couples qui n’ont pas besoin qu’on les aide pour donner naissance à un enfant.

Remercier les donneurs et les cliniques étrangères qui malgré leur appétence financière aident toutes les femmes à devenir mère.

Il n’y a pas de diplôme pour devenir parent.

 

Elisa

 

 

 

 

 

 

 

Pour la troisième fois, Elisa vient de subir un nouvel échec suite à une AMP réalisée à l’étranger.

Seule

Préservation de la fertilité – discriminations et réalité française

Aujourd’hui, nous donnons la parole à J. au sujet de la préservation de la fertilité. Entre manque d’information, discriminations et souffrances, elle nous dévoile un morceau de son parcours de femme pour préserver sa fertilité, dans l’espoir d’avoir un jour des enfants. La révision de la loi de bioéthique va devoir statuer sur la préservation hors contexte d’infertilité. Pour rappel BAMP, demande que toutes les femmes qui le souhaitent puissent accéder à une information et un bilan de fertilité et à une préservation de leur fertilité (si elles le souhaitent). La pétition que nous avions lancée il y a 5 mois, lors de la publication de l’avis du CCNE est toujours active, vous pouvez la signer ici. Pour que cette situation change en 2018 !

Laissons J. répondre à nos questions

Est-ce que tu peux te présenter ?
J’ai 38 ans, je suis parisienne, je travaille dans le secteur des ressources humaines, et je suis célibataire.

Avant de t’engager dans un processus de préservation de ta fertilité, avais-tu déjà pensé /envie d’avoir des enfants un jour ?
J’ai toujours voulu avoir des enfants. Je n’ai malheureusement pas encore rencontré la bonne personne.

Cette préservation, elle représente quoi pour toi ? Un potentiel enfant ? Une assurance fertilité ? Un acte réalisé sous les pressions qui pèsent sur les femmes ?
J’ai voulu congeler mes ovocytes afin de préserver ma fertilité et de pouvoir ainsi un jour fonder une famille, mon rêve depuis toujours.

Est-ce que tu a pris la pilule ? Combien de temps ou depuis combien d’années ?
J’ai pris la pilule pendant 20 ans. Je l’ai arrêtée cet été quand j’ai décidé de m’engager dans ce processus de préservation de la fertilité.

Est-ce que tu es suivi par un gynécologue ?
J’étais suivie par une gynécologue oui, mais elle ne m’a pas vraiment soutenue dans mon projet, probablement à cause de la loi française qui réserve la PMA aux seuls couples hétérosexuels et exclut ainsi les femmes célibataires. Alors j’ai essayé d’en changer, mais ce n’est pas facile de trouver un ou une gynécologue qui accepte de soutenir les femmes célibataires dans ce projet.

As-tu déjà reçu une information sur la fragilité de la fertilité féminine et sa « courte » durée ?
Je déplore le manque d’information sur la fertilité. Je n’ai pas été informée sur la chute de la fertilité après 35 ans, le seul discours qu’on m’a tenu était qu’on faisait des enfants de plus en plus tard de nos jours, et qu’il ne fallait pas que je m’inquiète.

Quand as-tu pris conscience/ décidé d’aller faire vitrifier tes ovocytes ?
A 35 ans j’ai commencé à réfléchir à ce sujet sérieusement, j’ai vu sur internet qu’on pouvait faire congeler ses ovocytes à l’étranger. J’en ai parlé à ma gynécologue qui m’a écrit le nom de la clinique qu’elle connaissait en Espagne tout en me disant que le peu de femmes qu’elle avait suivies dans ce processus avaient plutôt 38 – 39 ans, ce qui m’a dissuadée de m’engager dans cette démarche à ce moment-là, croyant que j’avais encore le temps.

Qu’est-ce qui t’as décidé à passer le pas ? Informations grand public ? Information via un médecin ? Autres ?
A 38 ans j’ai repensé à la phrase de ma gynécologue (l’âge moyen de 38 – 39 ans), je me suis dit qu’il était temps, que je n’avais toujours par rencontré la bonne personne pour fonder une famille et qu’il fallait que je préserve ma fertilité pour pouvoir fonder une famille un jour.

Cette décision a-t-elle été difficile à prendre ou pas ? Si oui, qu’est-ce qui a été le plus dur ?
Cette décision a été difficile à prendre car c’était le plan B, celui qu’on active quand on n’a pas réussi à faire ce qu’on voulait vraiment faire, à savoir fonder une famille à temps, comme toutes mes autres amies. Tout a été dur, l’énergie et le temps que ça demande, les fonds que ça exige, la peur de devoir se piquer dans le ventre avec toutes ces hormones et ne pas supporter leurs effets indésirables, la peur de l’échec, l’horrible nouvelle de ma très basse réserve ovarienne suite au bilan hormonal, et le pire, le fait de ne pas être soutenue et d’être discriminée par l’Etat français et tout le système de santé qui en dépend.

Est-ce que tu as été accompagné par un gynécologue en France dans cette démarche ?
Ma gynécologue a accepté de me faire les ordonnances pour le bilan hormonal, et ensuite les ordonnances pour les contrôles de suivi pendant le traitement hormonal, mais a par contre refusé de me prescrire le traitement hormonal (1400 euros à ma charge). A la suite de mon bilan hormonal, quand j’ai reçu les résultats de l’AMH et de la FSH (taux permettant d’évaluer la réserve ovarienne), et que j’ai compris que j’avais de gros problèmes de fertilité, elle ne m’a pas reçu en rdv, on a juste échangé 5 minutes au téléphone. Avec du recul aujourd’hui je ne comprends pas pourquoi elle ne m’a pas reçue en rdv au vu de ces résultats catastrophiques. Je suis en insuffisance ovarienne précoce, et j’ai dû le découvrir en lisant des forums, des articles scientifiques, et en consultant après coup deux autres gynécologues, consultations qui m’ont été très difficiles à obtenir vu que je suis célibataire.

Est-ce que tu as été accompagné par ta famille ? Tes ami-es ? Autres ?
Je suis partie en Espagne avec une amie, ça a été très difficile de trouver une personne capable de me suivre à l’étranger. En effet, c’est une procédure comme toutes les procédures de PMA qui suivent le cycle de la femme et donc on ne peut pas prévoir le voyage plus de 48 heures avant. Je n’en ai pas parlé à ma famille, je n’ai pas osé.

Avant de partir, est-ce qu’un bilan de fertilité t’a-t-il été proposé ?
Oui, j’ai fait un bilan complet un mois avant de partir, voir mes réponses plus haut.

Comment s’est passé l’aspect médical de ton protocole de stimulation en vue de la préservation ?
Le traitement hormonal s’est bien passé car une amie infirmière a accepté de me montrer comment faire les piqures la première fois. J’étais terrorisée à l’idée de devoir me piquer mais sa présence m’a vraiment apaisée. J’ai réussi à trouver un laboratoire d’analyse et un laboratoire de radiologie assez proches de mon travail pour mon suivi. Les radiologues étaient très disponibles pour ces examens, ayant des créneaux réservés tous les matins pour les échographies pelviennes. Après coup j’ai réalisé que le suivi échographique était peut-être un peu rapide, la radiologue ayant vu 7 follicules alors qu’à la ponction on m’a ensuite assuré qu’il n’y en avait que 5 et que la radiologue avait dû se tromper.

Comment s’est passé l’aspect social pendant ton protocole de stimulation en vue de la préservation ?
Mes deux chefs à mon travail ont été compréhensives, elles m’ont laissé arriver un peu plus tard que d’habitude un matin sur deux pendant toute la période de stimulation. Je pense que j’ai réussi à construire une relation de confiance avec elle et c’est ce qui explique que j’ai pu gérer mon emploi du temps à mon rythme. Par contre lors de mon départ pour la ponction, j’ai dû prendre des jours de congés personnels car je ne me sentais pas capable d’annoncer aux gérants de mon entreprise que j’allais suivre une intervention de PMA, même si je savais que j’avais le droit à des jours selon la loi française.

Dans quel pays es-tu partie ?
Je suis partie en Espagne, à Barcelone.

Pourquoi ?
C’est la clinique dont m’avais parlé ma gynécologue, et c’est celle qui avait l’air la plus sérieuse, la plus avancée médicalement. Je n’avais pas trouvé d’études sérieuses comparant les cliniques donc j’ai suivi mon instinct, je ne sais pas si j’ai bien fait, de toute façon quand on a pas de droits en France on fait comme on peut ailleurs, et parfois ce n’est pas le meilleur choix mais on ne le réalise qu’après.

En partant à l’étranger pour réaliser cet acte médical, n’avais-tu pas l’impression de marcher sur les pas des femmes qui dans les années précédant la loi Veil sur le droit à l’avortement, passaient les frontières françaises pour aller avorter ?
Je n’ai pas pensé à la loi Veil, mais une chose est sûre j’étais extrêmement triste, triste de me dire que j’étais discriminée dans le pays que j’avais autant chéri par le passé. Ayant eu la chance de vivre et d’étudier dans plusieurs pays dans le monde pendant 7 ans, j’ai pu comparer les systèmes politiques et les systèmes de santé, et j’étais persuadée que la France était un pays libre et social, et donc en accord avec mes valeurs. C’est avec effroi que j’ai pu lire les textes sur la PMA réservant l’accès aux droits aux couples hétérosexuels uniquement, et que j’ai pu constater que je n’y avais pas droit, malgré mon insuffisance ovarienne, que j’étais exclue : pas d’ordonnance pour les médicaments, pas de rende- vous chez le gynécologue si je ne venais pas avec mon conjoint etc…

Combien as-tu dépensé pour cet acte à Barcelone ?
Toutes mes économies, 3500 euros. Je n’ai plus rien en banque, c’est très difficile.

Ta tentative récente a échoué, car un seul follicule sur ce cycle. Comment as-tu réagi aux deux mauvaises nouvelles arrivées en même temps : pas de préservation possible et une possible insuffisance ovarienne ?
C’était très dur. J’avais été mal informée. Si j’avais le droit à la PMA en France j’aurais pu demander un deuxième avis facilement, et on m’aurait peut-être dit que j’étais en insuffisance ovarienne et que cela ne servait plus à rien de préserver ma fertilité. Mais je n’ai pas eu de 2ème avis et j’ai réalisé que j’avais été faire cette procédure pour rien.

Que vas-tu faire ? Dans quel état psycho-social te trouves tu, au retour de cette tentative échouée ?
Je ne vais pas bien. J’ai vu une psychologue spécialiste de la fertilité pour un rdv de 45 minutes samedi dernier. Je n’ai pas les moyens de la voir régulièrement, mais ça m’a fait du bien.

Comment as-tu reçu l’avis du CCNE (comité consultatif national d’éthique) qui est contre la préservation de la fertilité qu’ils nomment « sociétale » ?
Je suis choquée, surtout qu’il contredit l’avis de l’Académie de Médecine émit quelques jours plus tôt, le rapport de l’Académie de médecine de juin dernier est très bien écrit et je ne reprendrai pas ses arguments il vaut mieux le lire ( ICI) mais c’est une évidence que la préservation de la fertilité est une procédure à la fois nécessaire et juste, aussi bien pour les femmes célibataires que pour les milliers de couples qui partent à l’étranger pour faire appel au don d’ovocyte car la France n’est pas en mesure de répondre à leurs problèmes d’infertilité. L’avis du CCNE et est en désaccord avec presque toutes les pratiques européennes, la France devrait se poser des questions si elle fait figure d’exception, nous ne sommes plus au 19eme siècle.

Pense-tu que la préservation de la fertilité doit être rendue possible pour toutes les femmes qui le souhaitent ?
Je pense que le plus important c’est d’informer la population. Ce n’est pas normal qu’il y ait des panneaux « mangez 5 fruits et légumes » partout et qu’il n’y ait en comparaison presque rien sur les problèmes de fertilité. Cela s’appelle la prévention dans le domaine de la santé publique et cela devrait être une priorité : informer. Le rapport de l’Académie de Médecine le dit clairement « Le premier devoir éthique est en effet d’informer les femmes de l’influence de l’âge sur leur fécondité naturelle, ce que trop d’entre elles ignorent ». Par ailleurs je pense que le plus important c’est de vivre avec son temps, la France devrait prendre en considération le vieillissement de la population et le fait que les femmes font des enfants de plus en plus tard, et agir en conséquence. Enfin, je suis outrée que la France discrimine les femmes célibataires en ce qui concerne la PMA (et toutes autres discriminations bien sûr).

As-tu l’impression que cet échec et tout ce que cela implique, bouleverse totalement ta vie actuelle, remet en question ta vie passée et oblitère ta vie future ?
Je ne sais pas, je suis perdue car c’est une annonce très dure que d’être en insuffisance ovarienne précoce et de ne pas pouvoir avoir d’enfants de soi, et ceci de surcroit dans un pays où l’on est discriminée parce qu’on est seule.

Est-ce que tu as un message particulier à faire passer aux personnes qui vont réviser la loi de bioéthique et voter ou pas des changements importants pour la vie de nombreuses femmes ?
Comme je le disais plus haut : Informer, vivre avec son temps, et ne pas discriminer.

Qu’est-ce qui est le plus douloureux pour toi aujourd’hui ? Le traitement et la ponction ? Les représentations sociales de la préservation ? L’interdiction posée par la loi française ? L’incertitude vis à vis d’une possible grossesse avec tes ovocytes ?
Tout est dur, mais le plus dur c’est d’être discriminée, comment est-ce possible que je vive et travaille dans un pays qui m’exclut ? Je suis doublement seule, seule car célibataire, et seule car pas soutenue par mon propre pays.

Si l’information t’avais été donné au bon moment, penses-tu que tu y aurais été sensible ?
Oui, bien sûr ! Qui ne sait pas aujourd’hui qu’il faut manger 5 fruits et légumes par jour ? C’est de la prévention et la prévention c’est pour tous les spécialistes de santé publique l’intervention la plus cout-efficace (mon ancien métier était spécialiste de santé publique d’où mes connaissances dans le domaine). C’est le devoir de la France d’informer sur un sujet aussi essentiel que la fertilité.

Penses-tu que tu cela aurais changé ta vie ? De quelle manière ?
Je ne sais pas. J’aurais surement congelé mes ovocytes plus tôt. Ou j’aurais fait une enfant seule à l’aide de l’IAD. Maintenant c’est trop tard.

Que faudrait-il faire pour que l’information des jeunes générations soit possible ?
Informer, informer, informer. Il y a mille façons, par l’éducation, par la presse, ce n’est pas mon métier, mais la France en est capable, je me répète mais tant pis : 5 fruits et légumes, ça on a su faire, alors pourquoi pas informer sur un sujet qui concerne la moitié de la population française ?

 

Merci J.

 

En France bien que la loi autorise la préservation de la fertilité, depuis toujours pour les hommes (qui veulent faire une vasectomie) et depuis 1986 pour les femmes dans le cadre de la FIV, nous constatons quotidiennement depuis la création de notre association que dans la réalité quotidienne des femmes en France cette information et l’accès à cette préservation ne se fait pas. Le dernier rapport de l’INCA et de l’agence de la biomédecine sur la préservation dans le cadre du cancer, qui est l’indication première, ne se fait pas. Ce qui est vraiment problématique.

En 2014, la première loi de bioéthique fixe un cadre pour la préservation de la fertilité : L’article L. 2141-11 du Code de la Santé Publique stipule que : «Toute personne peut bénéficier du recueil et de la
conservation de ses gamètes ou de son tissu germinal lorsqu’une prise en charge médicale est susceptible d’altérer sa fertilité, ou lorsque sa fertilité risque d’être prématurément altérée« . Le texte ne précise pas spécifiquement ce qui « est susceptible d’altérer sa fertilité ».

Les traitements gonadotoxiques (pour traiter un cancer), les insuffisances ovariennes précoces (mais si les bilans de fertilités ne sont pas fait comment savoir que nous sommes en IOP ?, l’endométriose (mais si vous connaissez des femmes atteintes d’endométriose à qui ont à préconiser une préservation de la fertilité par ponction ovocytaire, j’aimerais bien les rencontre.

Les donneuses d’ovocytes peuvent, si elles « produisent » assez d’ovocyte (+ de 5), conserver pour elle-même. Mais dans l’état actuel de la loi, elles ne pourront utiliser leur gamètes conserver que dans le cadre d’une AMP en couple hétérosexuel)

Le dernier rapport conjoint de l’INCA et de l’Agence de la biomédecine précise que  17200 personnes DEVRAIENT POUVOIR bénéficier d’une information sur la préservation de leur fertilité avant un traitement contre le cancer.  Le rapport précise même : « l’accès à la préservation de la fertilité n’est actuellement pas effectif pour l’ensemble des personnes concernées« . La marge de progrès est énorme, surtout lorsque l’on sait l’augmentation des cas de cancers.

Il y a donc URGENCE à mieux INFORMER sur la fragilité et la courte durée de la fertilité féminine, les femmes et les gynécologues qui les prennent en charge.

Il y a urgence à PROPOSER des bilans de fertilité aux femmes qui le souhaiteraient.

Il y a urgence à ce que la loi de bioéthique soit MODIFIEE pour être plus cohérente avec la santé reproductive des femmes, avec leur liberté de faire des choix éclairés en ce qui concerne leur fertilité.

 

Venez signer la pétition BAMP sur ce sujet, venez rejoindre l’association engagée dans ce combat pour les droits des femmes

Fausses couches – une étude alarmante ?

« Une nouvelle étude menée à l’université de Lund (Suède) par Emma Råsmark Röpke, gynécologue-obstétricienne (Fédération Nordique des sociétés d’obstétrique et de gynécologie) et doctorante montre que la part des femmes qui font 3 fausses couches ou plus d’affilée a augmenté de 58 % en 10 ans. (2002-2013). Le facteur explicatif le plus probable est l’environnement au sens large du terme« .

Merci à Barbara, qui vit en Suède pour cette information. Qui nous permet de vous rappeler que notre association remet depuis plus de quatre ans, maintenant, les questions liées à l’infertilité et la stérilité dans un contexte environnemental. La hausse des situations d’infertilités étant liées à un croisement de deux tendances, l’une « sociale » (familles recomposées, âge de la première maternité qui augmente) et l’autre « environnementale » (baisse de la quantité et de la qualité des spermatozoïdes, impacts délétère pour nos gamètes, celles de nos enfants des perturbateurs endocriniens).

S’il est assez simple d’évaluer le volume et la qualité des gamètes masculine, les gamètes féminines sont beaucoup moins accessibles. Mais pourquoi serions-nous à l’abri de l’effet délétère du bain chimique dans lequel nous baignons quotidiennement ?

Cette étude semble vouloir s’intéresser à mettre en évidence le lien entre les fausses couches à répétition et la dégradation de l’environnement. Pour l’instant, toutes les preuves ne sont pas scientifiquement faites. Travail sur le long terme, qui doit trouver aussi un biais pour isoler, certains indicateurs, car tellement d’éléments constituent « l’environnement ».  « D’ailleurs, la récolte de ces types de données par le passé est déterminante sur les résultats de l’étude. Est-ce qu’on mesurait le nombre de FC dans les années 80, 70, 60, etc. ? Les femmes, partageaient-elles ces informations ? Consultaient systématiquement ? Sous-entendu, le corps médical avait-il même la possibilité de récupérer des données ? »

Les questions environnementales sont un des éléments dont il faut tenir compte. Et dont l’impact négatif sur nos capacités de reproduction, nous semble une évidence, mais ce point de vue ne semble pas partagé par tous.

C’est pour cette raison que les premiers articles de notre manifeste, portent sur ces aspects. Egalement pour cette raison que nous avons adhéré au Réseau Environnement Santé, car pour nous la protection de notre santé reproductive et celle de nos enfants passent par une prise de conscience des populations, la mise en place de politiques et de comportements protecteurs vis à vis de nos capacités de reproduction.

C’est pour cette raison que nous nous mobilisons au côté du R.E.S pour une grande loi de Santé Environnementale pour 2018 ou 2019.

 

SOURCE =  NCBI, National Center for Biotechnologie Information article en date du 18 août 2017.

INTRODUCTION:
The aim of this study was to estimate the incidence of recurrent pregnancy loss (RPL). The prevalence of RPL defined as three or more consecutive miscarriages before gestation week 22, is often stated to be 1%. To our knowledge no study has estimated the incidence of RPL, which might be more informative and clinically relevant than the prevalence.
MATERIAL AND METHODS:
This retrospective register-based study was conducted from 2003 until 2012 in Sweden with data provided by the Swedish National Board of Health and Welfare. In all, 6852 women were registered with the diagnoses of RPL in the National Patient Register. The incidence of RPL is the number of new women receiving the RPL diagnosis per year in the numerator and population at risk in the denominator.
RESULTS:
For each year, from 2003 to 2012, the incidence was calculated in two different risk populations: [1] all women aged 18-42 years, and [2] all women registered as being pregnant (deliveries or miscarriages). The average incidence in the study period was 53 per 100 000 (0.05%) in women aged 18-42 years and 650 per 100 000 (0.65%) in women who had achieved pregnancy in the period. The incidence of RPL in the two risk populations increased by 74 and 58%, respectively, during the study period.
CONCLUSION:
This study suggests that the incidence of RPL increased during the 10-year period studied. Causes can only be speculated upon in this study design, but might be associated with environmental changes, as the increase was fairly rapid.
© 2017 Nordic Federation of Societies of Obstetrics and Gynecology.
KEYWORDS:
Recurrent pregnancy loss; abortion (habitual); epidemiology; incidenc