Questionnaires sur les facteurs de risques d’infertilité

La SMR Société de Médecine de la Reproduction vous propose de répondre à deux questionnaires, pour récolter des informations sur notre niveau d’information des facteurs de risques d’infertilité.

« Ce questionnaire a été conçu dans le cadre d’une thèse de médecine générale avec pour objectif de déterminer les informations dont vous disposez sur les facteurs favorisants l’infertilité et ce, AVANT d’avoir consulté un gynécologue spécialisé dans l’Aide Médicale à la Procréation (AMP) ; et d’objectiver par quel(s) moyen(s) vous avez eu ces informations. »

Deux questionnaires, un pour les Dames et un pour les Messieurs, auxquels vous pouvez répondre en ligne en cliquant sur les liens suivants.

Infertilité, quand faut il s’inquiéter ? (L’Express, 23/05/2014)

A l’occasion de la Journée de l’infertilité, quelques journaux, (trop peu!) ont bien voulu s’intéresser au sujet dont L’Express qui propose un article qui pose la question du « comment distinguer un délai normal d’un problème de fertilité » ?

Comment distinguer un délai normal d’un vrai problème de fertilité voire de stérilité?
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/infertilite-quand-faut-il-s-inquieter_1545578.html#PdfmaoyfZxGvTiFK.99

L’article est ICI.

Comment distinguer un délai normal d’un vrai problème de fertilité voire de stérilité?
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/infertilite-quand-faut-il-s-inquieter_1545578.html#PdfmaoyfZxGvTiFK.99

 

 

Vos magazines préférés ?

Courant septembre, nous avions lancé une action à large spectre visant à présenter le collectif BAMP ! à la presse féminine, la presse masculine, ainsi que quelques autres publications. Cette action de communication s’est formalisée par l’envoi de textes types, adaptés à la spécialité de chaque magazine.

 Au final, le mail a été adressé à une cinquantaine de rédactions représentant environ 300 contacts, dont près de 200 étaient valides. Sur ces 200 contacts, un seul mail a trouvé réponse : un message automatique d’absence pour congé maternité. Les 199 autres personnes, chef de rédactions, assistants, secrétaires, stagiaires, reporters… n’ont pas donné signe de vie.

 Cela ne veut pas dire que le sujet ne les intéresse pas, cela ne veut pas dire que la presse ne veut pas entendre parler de BAMP !, cela ne veut pas dire que l’infertilité n’a pas sa place dans les médias.

 Cela veut simplement dire que nous ne sommes pas parvenus à obtenir la visibilité suffisante pour attirer leur attention.

 Vous trouverez ci-après les messages types adressés ainsi que la liste des 24 rédactions les plus visibles que nous avons contactées en vain et les adresses mail correspondantes, publiques, de leurs « courriers des lecteurs ». Nous vous invitons si vous le souhaitez à reprendre cette action en adressant un petit mot au nom du collectif, à l’attention des titres que vous lisez et dans lesquels vous aimeriez entendre parler plus souvent et plus justement de l’infertilité, de l’AMP, et de cette réalité qu’est notre vie. Vous pouvez vous inspirer des messages envoyés ou faire beaucoup plus concis en reprenant juste la présentation du collectif, à vous de jouer. Pour être efficace, il est important de cibler l’action dans le temps. Alors ce week-end, samedi 7 et dimanche 8 décembre, à vos mails, chers membres de BAMP !

 Il ne s’agit en aucun cas de manifester de l’agressivité ou de polluer le courrier de ces rédactions. Il s’agit de leur montrer que BAMP ! est un collectif vivant, qu’il grandit à travers nous tous. Si chacune des rédactions reçoit une dizaine de messages provenant des membres du collectif, notre visibilité sera meilleure et notre légitimité en tant que groupe sera reconnue.

 Attention : depuis l’envoi des mails, certains magazines (notamment Santé Magazine) ont publié des articles sur des sujets relatifs à l’infertilité, l’AMP ou autre. Avant tout envoi, une petite vérification n’est pas superflue, il serait dommage de pointer du doigt des magazines qui jouent déjà le jeu.

MAG

CONTACT

AUFEMININ.COM redaction @aufeminin.com
AVANTAGES avaredac@gmc.tm.fr //  redactionweb@magazine-avantages.fr
BE redaction@be.com 
BIBA christine.regnier@mondadori.fr
CAUSETTE lescopines@causette.fr // contact@netandpro.com
COSMOPOLITAN cosmoredaction@gmc.tm.fr
COSMOPOLITAN.FR speraud@gmc.tm.fr
ELLE ellemagazine@hfp.fr
FEMME ACTUELLE femmeactuelle@prisma-presse.com
FHM
GLAMOUR sduverger@condenast.fr
GRAZIA veronique.barluet@mondadori.fr  //  redac2.grazia@mondadori.fr
LE JOURNAL DES FEMMES srigon@ccmbenchmark.com
MADAME FIGARO smeusnier@lefigaro.fr
MARIE CLAIRE gvoisine@gmc.tm.fr   //  redactionweb@marieclaire.fr
MARIE FRANCE formulaire en ligne http://www.mariefrance.fr/nous-contacter
MAXI collot@maxi.presse.fr
MEN’S HEALTH formulaire en ligne http://www.menshealth.fr/contact/
PRIMA courrier@prima.fr
PSYCHOLOGIES MAGAZINE redaction@psychologies.com
REPONSE A TOUT ! redaction@fleuruspresse.com
SANTE MAGAZINE http://www.santemagazine.fr/contact
TOP SANTE formulaire en ligne http://www.topsante.com/contactez-nous
VERSION FEMINA Constance Poniatowski via formulaire en ligne http://www.femina.fr/Version-Femina/Nous-contacter

Exemple de courrier (mag féminin) :

Cher magazine,

Chaque mois, chaque semaine, tu nous fais rire, sourire, réfléchir, nous rends parfois plus belles, nous parles de notre poids, de nos jobs, de nous coups de cœurs et de nos coups de gueule, abordes parfois des sujets léger et parfois des sujets plus graves.

Mais il est assez rare que dans ces pages que nous lisons tu abordes la question du mal d’enfant, des tentatives de fécondation in vitro qui défilent, du temps qui passe, des traitements médicaux qui s’enchaînent. Alors il est difficile pour nous, les femmes et les couples qui en souffrons, de trouver des informations. Et on se sent isolées, seules avec nos peines, au milieu de copines, sœurs, cousines, qui font des enfants facilement. On a l’impression que le mal dont on souffre est orphelin, honteux. On l’enfonce au plus profond de nous, on serre les dents. Et on souffre encore davantage.

Et pourtant, quand on commence à chercher, on trouve. D’abord sur les forums « publics » en cherchant des renseignements, puis par hasard on trouve un blog, puis deux puis trois. Avec stupeur on découvre que non, on n’est pas la seule dans ce « cas ». Des centaines de femmes partagent nos souffrances.  On se prend de passion pour les péripéties des autres, on apprend un tas de choses, bien plus de choses que chez nos gynécologues. Et un jour on se lance, on crée son propre blog. On tisse des liens, des affinités se créent. On se retrouve au cœur d’un formidable réseau de solidarité, et la vie est transformée. Mais toutes ne trouvent pas ces réseaux de femmes qui tiennent des blogs, ce soutien qui découle des échanges entre blogeuses.

Le mois de mai a vu naître un projet magnifique qui va encore plus loin que la belle solidarité de ces réseaux. En mai, BAMP est né. BAMP, (B pour Blog et AMP pour Assistance Médicale à la Procréation), c’est le collectif qui invite toutes les personnes touchées directement ou indirectement par le douloureux sujet de l’infertilité, de l’assistance médicale à la procréation, du mal d’enfant. BAMP entend faire bouger les institutions, faire connaître notre univers encore secret. BAMP a beaucoup de choses à dire, beaucoup de choses à apporter à toutes ces personnes qui continuent de souffrir, isolées dans leur coin. Et je crois, cher magazine, que tu pourrais aider BAMP, rien qu’en en parlant dans tes pages.

PRESENTATION OFFICIELLE DU COLLECTIF BAMP :

Le COLLECTIF BAMP n’est pas un forum (il y en a beaucoup qui fonctionnent déjà très bien), mais bien un regroupement de personnes qui souhaitent associer leurs forces, leurs compétences, leurs histoires autour de revendications en lien avec les multiples problématiques liées à l’infertilité et à l’A.M.P. en France.

Le collectif BAMP veut parler et faire parler de l’infertilité.
Le collectif BAMP veut agir à tous les niveaux possibles, pour faire évoluer les mentalités, les pratiques, les lois qui régissent les différentes aspects de l’infertilité en France.

Le collectif BAMP a rédigé un manifeste, contenant des constats et des propositions d’amélioration de l’A.M.P. en France.

Adresse du blog du collectif : www.bamp.fr

Adresse mail du collectif : collectifbamp@orange.fr

Parce que tu t’adresses à nous, les femmes, qui te suivons parfois depuis l’adolescence. Parce que tu as su nous conseiller quand on cherchait le Prince charmant, parce que tu sais épauler celles qui deviennent mamans. Parce qu’entre les deux, il manque un maillon : nous, les femmes et les hommes infertiles.

Exemple de courrier : (mag masculin)

 

Cher magazine de Mon Homme,

Chaque mois, chaque semaine, tu parles à Mon Homme. Tu le fais rire, sourire, réfléchir, le cultives un peu, lui parles de sa grosse voiture, de son boss, des sautes d’humeur de sa femme, de ses derniers joujoux high-tech. Tu abordes parfois des sujets légers et parfois, un peu plus rarement parce que l’Homme est pudique, des sujets plus graves.

Mais il est assez rare que dans ces pages que Mon Homme feuillette tu abordes la question du mal d’enfant, des tentatives de fécondation in vitro qui défilent, du temps qui passe, des traitements médicaux qui s’enchaînent, du moral qui s’épuise. Et pourquoi ça, cher magasine de Mon Homme ? Parce que la stérilité dérange ? Parce qu’elle met mal à l’aise ? Parce que l’on a trop tendance à confondre infertilité, impuissance, que ce n’est pas un sujet viril ? Que sortir des clichés pour parler de sexualité, c’est compliqué ? Pourtant Mon Homme, je te l’assure il est viril. Seulement ton silence et celui des autres hommes l’empêchent d’en parler, même s’il en souffre. Alors il est très difficile pour Mon Homme de trouver des informations, de trouver ses marques, sa place, dans ce monde étrange de l’Assistance Médicale à la Procréation. Rassure toi, cher magasine de Mon Homme, tu n’es pas le seul. Tes collègues féminines se taisent elles aussi.

Et pourtant, nous les femmes, on en parle. Bien plus facilement que Mon Homme. Et quand on commence à chercher des informations, on trouve. D’abord sur les forums « publics » en cherchant des renseignements, puis par hasard on trouve un blog, puis deux puis trois. Avec stupeur on découvre que non, on n’est pas la seule dans ce « cas ». Des centaines de femmes partagent nos souffrances. Et on se rend compte que Mon Homme, il n’est pas le seul à se murer dans son silence. Les Hommes des copines, pour la majorité d’entre eux, réagissent comme de la même manière. Isolés, même au sein de leurs couples.

Le mois de mai a vu naître un projet solidaire qui va encore plus loin que les liens tissés par ce réseau de femmes. En mai, BAMP est né. BAMP, (B pour Blog et AMP pour Assistance Médicale à la Procréation), c’est le collectif qui invite toutes les personnes touchées directement ou indirectement par le douloureux sujet de l’infertilité, de l’assistance médicale à la procréation, du mal d’enfant. BAMP entend faire bouger les institutions, faire connaître notre univers encore trop secret. BAMP a beaucoup de choses à dire, beaucoup de choses à apporter à toutes ces personnes qui continuent de souffrir, isolées dans leur coin, à ces hommes qui n’osent pas parler. Et je crois, cher magazine de Mon Homme, que tu pourrais aider BAMP, rien qu’en en parlant dans tes pages, montrant ainsi à Mon Homme que lui non plus n’est pas tout seul.

PRESENTATION OFFICIELLE DU COLLECTIF BAMP :

Le COLLECTIF BAMP n’est pas un forum (il y en a beaucoup qui fonctionnent déjà très bien), mais bien un regroupement de personnes qui souhaitent associer leurs forces, leurs compétences, leurs histoires autour de revendications en lien avec les multiples problématiques liées à l’infertilité et à l’A.M.P. en France.

Le collectif BAMP veut parler et faire parler de l’infertilité.
Le collectif BAMP veut agir à tous les niveaux possibles, pour faire évoluer les mentalités, les pratiques, les lois qui régissent les différentes aspects de l’infertilité en France.

Le collectif BAMP a rédigé un manifeste, contenant des constats et des propositions d’amélioration de l’A.M.P. en France.

Adresse du blog du collectif : www.bamp.fr

Adresse mail du collectif : collectifbamp@orange.fr

Ed Houben (France 2 et Le Figaro)

Pour certains vous avez dû tomber par hasard sur un reportage le jeudi 26 septembre dernier,  lors du JT de France 2, sur un « donneur » privé de gamète aux Pays-Bas.

Ce reportage ne reflétait en rien la réalité d’un vrai donneur de gamètes encadré par les CECOS. Celui -ci donnait une image fortement négative aux téléspectateurs sur les donneurs de gamètes. 

Et surtout il était annoncé comme un exemple de cas concret au sujet des débats éthiques autour de la PMA.

Vous pouvez  visualiser le reportage et la réponse BAMP ici !

C’est pourquoi , nous avons posté un droit de réponse concernant ce reportage :

Nous, patients et ex-patients en Assistance médicale à la procréation, membres du collectif BAMP, désirons nous exprimer, quant au reportage diffusé, sur votre chaîne France 2 le jeudi 26 Septembre concernant, M. Ed Houben, donneur de sperme, qui est le père génétique de 102 enfants.
Sujet annoncé ainsi : « science…le débat éthique sur la PMA voici un cas concret et saisissant… »
Dans une période difficile pour le don de gamète en France, et autour d’un sujet comme l’AMP déjà incomprise par les non-usagers et par là-même ramenant souvent des échos néfastes aux patients, nous ne pouvons que constater que des journalistes, se devant de rapporter l’information, amalgament un tel sujet avec des techniques d’AMP.

Certes M. Pujadas conclut en exprimant que c’est « un cas si particulier » mais afin de véhiculer une image plus juste de l’AMP, il paraît évident que vous énonciez des faits généraux avant de passer à un cas individuel (qui n’a d’ailleurs rien à voir avec de l’AMP !).

Si votre intention réelle était un jour de donner la parole à une population qui souffre d’infertilité, et à donner de réelles informations sur ce système qu’est l’AMP, rempli déjà, de trop de préjugés et de tabous, nous vous conseillons de mener un véritable travail de recherche en vous rapprochant par exemple de notre Collectif BAMP ! représentant des usagers de l’AMP. (www.bamp.fr)
Nous pensions le journal télévisé sérieux et informatif, non pas sensationnel et source de polémique.
Plutôt que de participer à ce genre de reportage (qui a plutôt sa place dans de toutes autres émissions) nous vous invitons fortement à faire un reportage sur les CECOS en France, et ainsi préciser, du manque cruel de dons de gamètes, et de faire un appel à des donneurs potentiels.
Bien à vous.
Le collectif BAMP

Après ce reportage nous avons continué nos recherches et nous avons constaté que beaucoup parlaient de ce « cher » ED.

Le journaliste Stéphane Kovacs pour Le Figaro notamment : 

Vous pouvez  visualiser le reportage et la réponse BAMP ici !

Nous l’avons vu tard mais nous n’allions pas rester silencieux, c’est pourquoi , nous avons aussi posté un droit de réponse concernant ce reportage :

Il est fort dommage que cet individu soit identifié comme « donneur de sperme ». En cette période difficile pour le don de gamètes en France, et autour d’un sujet comme l’AMP déjà incomprise par les non-usagers et par la même ramenant souvent des échos néfastes aux patients, nous ne pouvons que déplorer l’amalgame qu’un tel sujet peut provoquer.

Nous connaissons votre travail d’informations, au sujet de l’infertilité notamment, il est si simple de par l’énonciation de cas particuliers et individuels de tomber dans du sensationnel, pourriez-vous rester vigilants quand à cela.

Il serait intéressant de parler de façon plus générale de l’AMP, et d’en exposer l’image réelle.

Si votre intention devenait un jour celle-ci, nous vous conseillons de vous rapprocher de notre Collectif BAMP ! représentant des usagers de l’AMP. (www.bamp.fr).

Donner la parole à une population qui souffre, et collecter de réelles informations sur ce système qu’est l’AMP, rempli déjà, de trop de préjugés et de tabous, serait une réelle prise en compte des épreuves que ces personnes subissent et un partage de cette affection de longue durée qu’est l’infertilité.

Bien à vous.

Le collectif BAMP.

N’oubliez-pas, nous avons + de 400 yeux et oreilles au sein du collectif, mais même celles-ci ne sont pas assez nombreuses pour tout collecter… Alors n’hésitez pas à envoyer un petit mail à collectifbamp@orange.fr dès que vos yeux ou oreilles frétillent !

Top santé magazine très Bamp (Sept 2013)

top-sante_n-276_aout-2013

Top santé Magazine n°276 – Septembre 2013

le magazine du mois de septembre est paru dans tous les kiosques.

Il consacre dans son numéro, un article très Bamp ! (page 80) très cher à nos cœurs, à notre action : Le don d’ovocytes mode d’emploi.

Cet article rédigé, par la journaliste Stéphanie Paicheler, parle très justement du manque de donneuses et explique très simplement la marche à suivre afin d’être donneuse.

Cet article explique :

* Qui peut donner ?

– Etre en bonne santé âgée de – de 37 ans et déjà mères (une loi votée en juillet 2011 autorise les femmes n’ayant pas eu d’enfant à donner leurs ovocytes, mais son décret d’application se fait tjs attendre).

* Qui peut en bénéficier ?

* Quelle est la procédure ?

Afin que les donneuses potentielles se sentent rassurées par le don d’ovocytes, il est conseillé de visiter le site de l’agence de la biomédecine : www.dondovocytes.fr

Tél : 0 800 541 541 (numéro vert)

Merci à Top Santé Magazine pour cet article, et à la journaliste d’avoir traité ce sujet. Nous savons que trop bien le manque d’information sur le don.

« La loi n’a pas à dire qui peut devenir parent » – Rue89

Voici encore un article qui date aussi (7 novembre 2010) écrit lui aussi par Blandine GROSJEAN, pour RUE 89, mais qui est vraiment très intéressant à lire. Comment peut-on expliquer les retards de la France (2010) en matière d’Assistance Médicale à la Procréation, tant d’un point de vu technique, juridique, et social.

Je vous invite à le lire dans son intégralité en cliquant sur ce lien.

Le point de vu d’une sociologue, Dominique MELH directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la procréation, de la filiation et de l’enfantement par don.

Elle a écrit notamment :

  • MEHL D., Les lois de l’enfantement. Procréation et politique en France, 1982-2011, Paris, Presses de Science Po, 2011, 262 p.

Je pense que nous allons informer cette dame de l’existence du Collectif BAMP.

Myomes et infertilité : indications thérapeutiques

Mais tout d’abord, un peu de vocabulaire pour faciliter la compréhension: les myomes utérins sont des tumeurs bénignes qui se développent dans la musculature de l’utérus. Ils sont souvent connus sous le nom de fibrome. En colonisant l’utérus, ils peuvent empêcher l’embryon de s’implanter correctement,, voire de s’implanter tout court. 

L’article qui suit, écrit par Philippe MERVIEL et une équipe de chercheurs,  est à lire .

Myomes et infertilité

En 2011, Somigliana rapportait une étude sur les taux de grossesse en FIV en cas de myome interstitiel sans empreinte sur la cavité utérine. Cette étude prospective concernait 240 femmes, 120 avec myome et 120 sans, ajustées sur l’âge et le nombre de cycle de FIV. Les femmes avec myomes (de 10 à 50 mm de diamètre) étaient explorées par 3 médecins (variabilité intra et extra-observateur < 20%) en échographie et hystérosonographie, avec exclusion des myomes avec empreinte cavitaire ou ceux qui avaient plus de 50% de leur diamètre en sous-séreux. Lorsque plusieurs myomes interstitiels co-existaient, le diamètre du plus gros myome était retenu. La stimulation ovarienne a consisté en un protocole long agoniste de la GnRH + FSH/hMG avec les conditions habituelles de déclenchement, de culture embryonnaire et de transfert. Dans 61 cas (51%) le myome interstitiel était isolé, alors qu’il y en avait 2 (18% des cas), 3 (18%), 4 (9%) et 5 (4%) chez les autres femmes.

Dans 40 cas (33%), le ou les myomes interstitiels présentaient d’une composante sous-séreuse < 50% de leur diamètre. Le diamètre moyen du myome interstitiel était de 22 +/- 10 mm avec une médiane de 19 mm (15-27). Le risque relatif en cas de myome, ajusté sur l’IMC, l’indication, les cycles annulés et le nombre d’embryons transférés, est de 1,40 (IC95% [0,72-2,75]) pour le taux de grossesse et de 1,53 (IC95% [0,73-3,23]) pour le taux de naissance vivante par cycle débuté. De même les taux de fausse-couche spontanée sont de 21% versus 27% (p : 0,74) que la femme ait ou non un myome interstitiel.

Les auteurs ont étudié l’impact d’un myome purement interstitiel ou interstitiel et sous-séreux (< 50% du diamètre), d’un myome interstitiel isolé ou de 2 ou plus, d’un myome interstitiel de < 20 mm par rapport à ≥ 20 mm : il n’existe aucune différence significative selon ces situations.

Six méta-analyses depuis 2001 se sont penchées sur l’impact des myomes interstitiels sur la fertilité, avec des résultats divergents. Pritts (2001) et Donnez (2002) n’avaient pas retrouvé d’impact de ces myomes sur la fertilité, alors que Benecke (2005), Somigliana (2007), Pritts (2009) et Sunkara en 2010 montraient un effet négatif des myomes interstitiels sur les chances de grossesse. Cette dernière méta-analyse incluait 19 études et rapportait un risque relatif de grossesse et de naissance vivante en présence d’un myome interstitiel de 0,85 (IC95% [0,77-0,94], p : 0,002) et de 0,79 (IC95% [0,7-0,88], p 4-6 cm) aient un impact sur la fertilité et que leur exérèse améliore celle-ci. Cependant, la limite de toutes ces études est l’âge de la femme lors de l’analyse des résultats, car on sait que cette pathologie survient plus fréquemment chez les femmes après 38 ans, à une période où d’autres éléments comme la qualité ovocytaire ou l’âge du conjoint peut intervenir dans les chances de grossesse.

Résumé :

Si les myomes sous-muqueux sont responsables d’infertilité, et leur exérèse souhaitable, la question des myomes interstitiels sans participation dans la cavité utérine reste d’actualité. Il apparaît néanmoins que des myomes interstitiels de plus de 5 cm doivent être opérés, afin d’améliorer l’implantation embryonnaire. Ceux-ci peuvent être traites par coelioscopie (si 4 cm. Il est évident que la taille du myome doit être prise en considération si l’on pense que le myome interstitiel perturbe la vascularisation myométriale, sous-endométriale et endométriale et interfère donc avec la grossesse par ce biais.

 

Les interventions lors des JTA font l’objet d’articles complets. Articles qui sont très intéressants à lire. Vous trouverez sur le site de Journées Techniques Avancées, une liste avec de très nombreux articles écrits par des médecins, des chercheurs. 

Source : lesjta.com