A parents AMP HEUREUX, bébés AMP HEUREUX !

Parce qu’il est nécessaire en 2018 de devoir défendre l’assistance médicale à la procréation, le don de gamètes, contre les attaques idéologiques, contre les menaces de manifestations massives des anti-PMA, contre les propos violents et insultants des apôtres d’un seul modèle de famille, d’une seule procréation qui serait « digne » de respect. Nous donnons la parole aujourd’hui, aux équipes de chercheurs qui travaillent depuis 2013, sur une étude au sujet des aspects psychologiques des « FAMILLES PMA » : relations parents-enfants dans les familles hétéro et homo parentales ayant recours à la procréation médicalement assistée

Petit rappel sur cette étude menée depuis plus de 5 ans maintenant, en Angleterre, France et Pays-Bas. Les chercheurs travaillent sur les émotions (stress, anxiété, dépression) et la qualité initiale de la parentalité, le début de la parentalité, les interactions psycho-sociales des parents qu’ils soient gay, lesbienne, hétérosexuel. Les chercheurs ont donc interrogés ces parents sur leurs ressentis pendant la grossesse et les premiers mois de vie de leur premier enfant né-es grâce à une GPA pour les pères gay, un don de gamètes (insé ou fiv) pour les mères lesbiennes, une fécondation in vitro (avec ou sans don de gamètes) pour les pères et mères hétérosexuels.

Cette étude, a laquelle certains membres de notre association ont participé, avance.

Les premières publications sortent. Et savez-vous ce que donnent les premiers résultats ?

« Il n’y a pas de différences émotionnelles majeures, ni de différences dans le bien-être parental, ni sur la qualité initiale de la parentalité entre les différents « types » de familles. »

« Tous les parents (gay, lesbienne, hétéro) ont exprimé des taux très bas de stress, d’anxiété et de dépression. Ils sont tous relativement satisfaits de leur relations inter-parentales« .

Pour nous ces résultats n’ont rien de surprenants, c’est une évidence que la sexualité n’a rien à voir ni dans le désir de fonder une famille, ni dans les émotions et les capacités à être parents, à investir la parentalité, à être dans des interactions positives tant pendant la grossesse que pendant les premiers mois (et les suivants aussi !) de vie de nos bébés AMP. Mais c’est vraiment intéressant, pas les temps qui courent que des études puissent mettre en évidence cela. Sans extrapoler (mais un peu quand même), il nous semble évident aussi, que nos enfants AMP, tant désirés, tant espérés grandissent dans des environnements plus sensibles, plus ouverts à la qualité de la parentalité.

Si, si n’en déplaise à certains fâcheux, nos enfants vont bien, ils sont heureux, intelligents, bienveillants, ouverts, joyeux, malicieux, formidables. Car sachez-le, mesdames et messieurs les anti-PMA, l’infertilité, le recours à l’AMP nous oblige à nous interroger sur ce qu’est la parentalité, sur ce qu’est notre désir de fonder une famille, sur ce que cela implique, impose. Les épreuves rencontrées sur le chemin AMP vers notre parentalité, nous obligent à relativiser, à renoncer, à espérer, à réfléchir, bien plus que vous pouvez l’imaginer.

Message de service à tous les médias si prompts à ne donner la parole qu’aux anti-PMA, sur ces sujets de l’AMP, de la parentalité par AMP, nous sommes là et nous en sommes heureux et nos enfants aussi ! Et nous allons le dire et le redire.

#1couple6 #ParlerAutrementAMP #40ansFIV #40ansdeBébésAMP #ParentsCommeLesAutres #bioéthique2018 #PMAOUI #POURAMP

 

 

 

Un grand MERCI aux chercheurs investis dans cette étude :

Bérengère RUBIO

Olivier VECHO

Susan GOLOMBOK

Martine GROSS

Loes VAN RIJN-VAN GELDEREN

Henny BOS

Kate ELLIS-DAVIES

Alice WINSTANLEY

Mickael E LAMB

Laboratoire de psychologie IFSTTAR, Université Paris-Nanterre, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Centre d’études en sciences sociales du religieux, CNRS, Research Institute of child development and education University Amsterdam, Division of psychology NottinghamTrent University, Département Of psychology University of Cambridge, Center for family research University of Cambridge

 

La PMA en images : un bout de parcours photographié !

Céline, notre référente  en Alsace a eu la chance de croiser la route d’une talentueuse photographe qui a mis en images quelques moments PMesques !

En effet, Céline, PMette au long cours a « gagné » un reportage photos chez une photographe alsacienne qui souhaitait sortir des sentiers battus et publier quelque chose de différent !

C’est aussi l’occasion de parler de l’assistance médicale à la procréation en dehors du cercle des infertiles.

Du coup, Céline a choisi cette photographe (Marie) pour ses photos de mariage, grossesse et bébé…le courant étant bien passé suite à ce challenge photographique !

D&D-23

C’est réussi !
Ça prend aux tripes, ça fait couler des larmes…et en plus cela fini de la plus belle des façons !

Marie nous a autorisé à communiquer et partager le lien de ce reportage  : http://mdpix.fr/portfolio/reportage-de-vie-photographe-alsace/

Site de la photographe : http://mdpix.fr/
Page Facebook : https://www.facebook.com/mariedallagnolmdpix/?fb_dtsg_ag=AdwcVeXoR9fFudCHyMP2MzqEAjFwKNlzurTqYwlrnq9DmQ%3AAdz0CGLen30odZWAUTM47qXPQi_ybVE1R3VNn9eeRCi_SA

Nous partageons donc ici une partie d’un parcours qui aura duré 16 ans !
Un tel parcours permet de donner de l’espoir à celles qui attendent sur le quai, Céline est devenue maman à 41 ans et elle gardera un merveilleux souvenir d’une partie de ses tentatives de PMA !

HAPPY BIRTHDAY – 40 ans de bébés FIV !

Aujourd’hui, 25 juillet 2018, nous fêtons la naissance, il y a 40 ans du premier bébé FIV : Louise BROWN. Happy Birthday !

Comme vous le savez sans doute, en fin d’année 1977, les parents de Louise BROWN voient leur énième FIV fonctionner, madame Brown est – ENFIN- enceinte et la naissance est prévue pour l’été 1978. Pour rappel, cela fait des années que les équipes médicales Britanniques et sans doute dans d’autres pays aussi, travaillent sur la mise au point d’une nouvelle technique pour résoudre les problèmes de fertilité. Avant la réussite de cette première FIV, seul l’insémination artificielle existait, mais elle ne pouvait répondre qu’à une partie des problèmes de fertilité.

A l’époque de nombreux couples tentent, depuis quelques années, avec l’aide des médecins de voir aboutir leur projet de parentalité, sans succès. En 1977, la FIV en était à ses balbutiements, les techniques que nous connaissons maintenant, n’existaient pas. Il fallait tout inventer, tout tester. Pour rappel à l’époque les ponctions se faisaient par laparoscopie (incisions abdominales, pour aller récolter les ovocytes), les femmes prenaient des doses d’hormones importantes, les injections se faisaient à l’hôpital. L’échographie était aussi à ses débuts. Tout cela était expérimental pour les médecins, porteur d’espoir pour les couples impliqués, mais avec tellement d’incertitudes. Tous étaient des pionniers, qui ont permis qu’aujourd’hui, nous puissions, nous aussi célébrer les naissances de nos bébés « FIV ».

 

Nous profitons donc de cet anniversaire pour souhaiter la bienvenue aux tout nouveaux bébés FIV et FIV avec don de gamètes, mais aussi les naissances obtenues grâce aux inséminations, aux transferts d’embryon (TEC et TEV), au double don, au don d’embryons, de ces derniers mois.  A tous les bébés qui viennent remplir de joies et de bonheurs leurs heureux parents. Et ils sont nombreux !

D’ailleurs l’INED nous rappelle dans une étude récente (juin 2018) que plus de « 1 enfant sur 30  devraient être conçu en 2018 grâce à une techique d’AMP » (FIV, IA, TEC, DON), Et c’est sans compter tous les enfants nés en France grâce à une AMP réalisées à l’étranger (qui ne sont pas comptabilisés dans les chiffres INSERM, INED et ABM).  En France « La FIV domine désormais le paysage de l’assistance médicale, représentant 70% des enfants conçus par AMP« , (Elise de La Rochebrochard, Numéro 556 « Population et Sociétés » Juin  « Un enfant sur trente conçu par assistance médicale à la procréation en France »). Les « bébés AMP » représentent environ 3.4 % des naissances totales en France. Depuis la naissance d’Amandine en 1981, l’INED nous indique qu’en 2019 plus de 400 000 personnes seront né-es grâce à la Fécondation In Vitro.

Au niveau mondial, ce sont plus de 6 millions de personnes qui sont nées grâce à la FIV, donc si vous ajoutez les autres techniques comme l’insémination artificielle, cela fait beaucoup de monde.

Nous profitons de ce jour d’anniversaire pour souhaiter la bienvenue aux bébés de nos adhérents et de nos membres actifs (qui se reconnaîtrons), mais aussi à tous les autres bébés de l’AMP. Merci pour les beaux faire-part de naissances qui illuminent notre boite aux lettres et que nous sommes heureux de recevoir.

Des pensées encore toutes chamboulées, pour Déborah (référente BAMP à Nouméa) et son mari, qui vivent à Nouméa une histoire incroyable, avec l’adoption d’une petite fille de trois mois, tout en étant enceinte de trois mois d’un bébé FIVdon d’ovocyte. C’est juste énorme ce qui vous arrive.

Bienvenue aux bébés filles et FIV don ovocyte de Céline (référente BAMP en Alsace) et Manu.

Nous souhaitons aussi la bienvenue aux enfants venus d’ailleurs, qui ont rejoint – ENFIN – une famille qui les attendait depuis longtemps. Des pensées particulières pour Florence et Germain qui ont créer BAMP avec moi, il y a cinq ans maintenant et qui sont les heureux parents d’un superbe petit garçon – ENFIN –

BIENVENUE à TOUS ces superbes enfants de l’amour et FÉLICITATIONS aux heureux parents.

copyright V.R.

 

Nous adressons aussi plein de courage et de persévérance aux personnes qui sont encore en attente, ainsi qu’à ceux qui n’attendent plus.

 

#19782018 #happybirthdayIVF #40ansDeFIV #HappybirthdayLouiseBROWN #FIV40ans #babyIVF #bebeFIV #happybirthday #LouiseBROWN