La PARENTAISE

L’équipe de l’association COLLECTIF BAMP, est émue de vous annoncer la création par Ludivine GUINET, d’un espace de ressources, de réflexions et de soutien autour de l’après PMA sans enfant. Problématique que notre association n’a jamais occulté car c’est une réalité vécue par beaucoup d’entre nous (hommes et femmes). Un sujet encore plus tabou que l’infertilité et l’AMP, nous devons ensemble contribuer à ce qu’il ne le soit plus.

Mais pourquoi ce nom, LA PARENTAISE ? C’est un jeu de mot, pour dire : « les parents se taisent » et le mot parenthèse, Les personnes qui sont sorties de l’amp sans enfant, se sont beaucoup projetées en tant que parents, sont parents dans leur tête, se voient parents, se pensent parents. Ou ils voudraient ne plus se vivre, ni se penser parents mais ils ne peuvent le dire, ils doivent taire cette histoire, ce désir, car notre société ne laisse pas d’espace, ni de lieu pour parler de cette situation. C’est aussi la métaphore de la PARENTHÈSE, ouvrir une parenthèse, fermer la parenthèse.

En tout cas, c’est le nom de ce nouveau projet et cela lui va bien.

Ludivine, nous t’adressons nos encouragements et notre soutien, pour ce beau projet solidaire et collectif.

 

La parentaise

Cet espace a été conçu pour toutes les personnes qui se questionnent et souhaitent échanger sur la construction d’une vie possible sans enfant, il y a autant d’éléments de réponse que de parcours de vie.

En 2014, j’ai créé mon blog pour témoigner de mon cheminement du renoncement vers le deuil de la maternité en espérant que cela puisse aider les personnes qui se questionnent sur l’après PMA sans enfant.

Enrichie par cette expérience personnelle et par mon métier d’art-thérapeute, je propose donc aujourd’hui un espace de soutien autour de 3 axes :

  • Des réflexions pour se questionner, avancer et cheminer.
  • Des ressources pour se documenter (articles, livres et témoignages).
  • Du soutien pour se sentir épaulé et pour échanger via le forum privé.

 

 

Cet espace est collectif, n’hésitez pas à partager également vos idées & articles pour que nous puissions ensemble briser le silence autour de ce deuil si tabou et invisible aux yeux de la société.

Il y a malheureusement trop peu d’échos sur l’après-PMA en cas d’échec et pourtant il est important d’avoir conscience qu’un couple sur 2 peut ressortir de la PMA sans enfant. Devant un tel manque sur ce sujet et n’ayant trouvé que trop peu de ressources en France, j’ai eu envie de créer cet espace de soutien :

  • pour être en lien avec d’autres personnes et permettre de rompre la sensation d’isolement.
  • pour faire entendre la voix de ceux qui n’osent pas forcément s’exprimer.
  • pour valoriser d’autres chemins différents de ceux qu’on avait prévus.

photo
Ludivine GUINET, Art-Thérapeute

LA PARENTAISE c’est par là

Je ne suis plus celle que je suis – Paysages de l’infertile

Aujourd’hui nous allons vous parler d’un projet artistique qui nous tient à cœur. En effet, chez BAMP nous pensons que la création artistique, sous toutes ses formes, est un moyen important et nécessaire pour communiquer sur l’infertilité, pour permettre aussi aux personnes qui vivent ces parcours difficiles de s’exprimer. C’est pour ces raisons que depuis la création de l’association, nous avons créés l’exposition participative TRACES : l’infertilité laisse des traces. Et que certaines de nos référentes organisent des ateliers créatifs.

C’est donc avec une grande joie et beaucoup d’enthousiasme, que nous avons accueillis le projet d’Anne-Laure et de Xavier, lorsqu’ils nous l’ont présenté. C’est toujours un moment important, l’engagement créatif, la mise à nu d’une histoire d’infertilité et d’AMP, sujets encore tabous dans notre société.

A départ, il y a le texte d’Anne-Laure, puis les photographies de Xavier suite à leur rencontre, viennent compléter, élargir la possibilité de montrer, de dire l’invisible, indicible histoire, qu’Anne-Laure vit dans son corps et sa tête : l’enfant qui ne vient pas, le vide du corps malgré l’AMP. Le texte d’Anne-Laure, nous le trouvions déjà puissant lorsqu’elle nous avait confié le premier jet, il y a maintenant quelques années. Les photos de Xavier sont épurées mais pourtant pleines de sens, de sensations, elles parlent autant que le texte, elles disent au delà des mots, car elles montrent le corps qui d’ordinaire se cache, le corps à corps, le corps à nu, rien plus rien que les mots pour tenir encore debout ? Non le corps est là, il se dérobe, il se refuse mais il est là, au centre, au cœur pour le bien et le mal.

De la rencontre entre Anne-Laure et Xavier va naître le projet « Je ne suis plus celle que je suis – paysage de l’infertile« . Anne-Laure et Xavier ont pour projet une exposition programmée du 3 au 19 décembre 2018 à Paris, galerie l’Anachronique dans le 18ème. Exposition des photos de Xavier GAVAUD avec une mise en scène sonore du texte d’Anne-Laure. Un livre regroupant le texte et les photos, ainsi que des tirages photographiques d’art sont prévus. Une conférence est également en cours de préparation pour parler d’art et d’infertilité, d’art thérapie où de thérapie par l’art. « Différentes personnalités ont déjà donné leur accord de principe pour intervenir à ce moment (Mylène  Botbol, professeur de philosophie et de bioéthique ; Maïa Bramy, Ecrivain ; Monique Bydlowski, psychiatre, psychanalyste, directrice de recherche à l’INSERM ; Carla Canullo, philosophe italienne, professeur à l’université ; Sylvie Epelboin, gynécologue, coordinatrice du centre d’assistance médicale à la procréation, hôpital Bichât ; Edith Vallée, docteur en psychologie clinique ; Silke Schauder, professeur de psychologie clinique et psychopathologie, métapsychologie de la création…). »

De notre point de vue, c’est un projet fort et inédit en France que nous proposent Anne-Laure et Xavier, sur ce sujet de l’infertilité et de l’AMP. Ce type de travail créatif et artistique, peut, il nous semble permettre de briser le mur de l’indifférence, de la méconnaissance, faire prendre conscience. Dire et montrer l’intime et l’universel désir de porter la vie, frustré, brisé par son impossible réalisation. Comment sortir de cela, comment être et vivre ? Ce sont toutes ces questions et ces propositions que nous offrent, aujourd’hui Anne-Laure et Xavier. Nous avons hâte de découvrir l’ensemble de ce projet. Rendez-vous au mois de décembre !

Mais pour cela ils ont besoin d’un coup de pouce de chacun d’entre nous. « Dans cette démarche, nous vous proposons de devenir partenaires de ce projet en participant à cette campagne de financement participatif. »

Avant nous vous laissons découvrir une partie du texte et des photos et si vous souhaitez leur apporter votre soutien et votre participation financière, tous les liens sont dans le texte qui suit les extraits du livre.

 

 

Ce coup de pouce peut prendre différentes formes  :

  • un soutien financier à ce projet via un financement participatif, même 5 euros peuvent faire la différence. C’est par ici que cela se passe 
  • un soutien financier via la pré-commande du livre, d’un tirage photo numéroté et signé, ou des deux. Voir ci-dessous, tous les détails des différentes propositions et des tarifs correspondants :

Si vous souhaitez réserver le livre ou des tirages de l’exposition, merci de compléter et de renvoyer à Xavier GAVAUD le « BON de PARTICIPATION » (voir à la fin de ce message), avec votre paiement par chèque ou via le compte paypal précédemment indiqué.  Vous pouvez ensuite envoyer le bon de participation accompagné du règlement, soit par voie postale, soit par mail. Toutes les coordonnées de Xavier GAVAUD sont indiquées ci-dessous.

« Les participations seront disponibles en fin d’année et délivrées aux alentours de décembre 2018, selon l’avancée de notre production. Celles-ci vous seront délivrées soit par voix postale, soit « en main propre » lors de l’exposition ou lors d’une rencontre sur Paris ou aux alentours de Brest à définir avec nous.Bien sûr, nous demeurons à votre disposition pour tous compléments d’informations. Nous serions ravis de vous compter parmi nos soutiens, et, dans cette idée, n’hésitez surtout pas à diffuser cette campagne de participation.

Anne-Laure

et Xavier Gavaud »