Préservation de la fertilité, APPEL à témoignage

Le sujet de la préservation de la fertilité des femmes est une des demandes importantes portées par notre association. Une possible évolution de la loi est à l’étude dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique. Nous en parlons a chaque fois que nous rencontrons des politiciens. Pourtant, il reste beaucoup à faire pour informer les femmes et faire évoluer les mentalités à ce sujet. En sachant que préserver sa fertilité, n’est pas gage d’un bébé au bout du chemin. Nous avons lancé une pétition sur ce sujet, que vous pouvez continuer à signer et à diffuser.

Vous trouverez ci-dessous la demande d’une journaliste, qui souhaite faire un documentaire sur ce sujet. Si vous souhaitez témoigner, prenez directement contact avec elle. MERCI

 

« Bonjour Virginie, voici comme prévu mon appel à témoins :

Bonjour à toutes,
Je suis journaliste pour Arte et réalisatrice de documentaire, et je souhaite passer un appel à témoins.

– Je cherche à suivre une femme française qui voudrait faire congeler ses ovocytes à l’étranger.
L’idée c’est de montrer le parcours des Françaises qui veulent décaler leurs grossesses – ou en tout cas se laisser le temps – illustrer leur quotidien et leur voyage à quelques mois du vote sur la révision des lois de bioéthique. Qui sait, peut-être que ça pourrait contribuer à sensibiliser l’opinion sur cette question méconnue de l’autoconservation !?

– Je cherche aussi à rencontrer une femme qui serait allée à l’étranger (en Espagne par exemple) mais pour qui la procédure n’aura pas marché, ou pas très bien : certaines cliniques promettent l’auto-conservation sans vraiment vérifier la réserve ovarienne de leurs clientes, et cela peut créer des déceptions.

– Je cherche une femme (qui a été ou qui est) malade et à qui on a parlé (ou pas) de l’autoconservation avant une opération ou une chimiothérapie fatidique.

– Je cherche une femme qui a pu avoir un enfant grâce à son autoconservation il y a quelques années. Ou alors quelqu’un qui souhaite désormais « utiliser » ses gamètes pour réaliser une FIV.

Le but de ma démarche, c’est de laisser une grande place au témoignage et aux expériences de vie pour bien expliquer par quoi passent les femmes pour gérer leur fertilité dans la France de 2018.

Pour me contacter : alienor.carriere@gmail.com ou 0675276377
Merci ! »

 

#autoconservation #préservationFertilité #fertilité #infertilité #vitrificationOvocytaire #droitsDesFemmes #Santé

Mais pourquoi faut-il adhérer à l’association Collectif BAMP ?

Régulièrement nous recevons des messages nous demandant : « mais pourquoi faut-il adhérer à l’association et comment faire ? »

POURQUOI adhérer à l’association ?

  • Parce que vivre d’amour et d’eau fraiche, cela ne suffit pas, même pour des bénévoles qui vivent d’engagement et de temps bénévolement dédiés à la cause collective.
  • Car justement nous sommes une association, ce qui implique un minimum de budget pour fonctionner. Notre budget est constitué en majorité par les dons et les adhésions. Nous ne percevons aucun financements privés, ce qui nous permet d’être indépendant. Et nous ne percevons pas non plus de financements publics, ce qui fait que notre budget est tout petit.
  • Parce que BAMP est une association impliquée sur différents sujets en liens avec l’assistance médicale à la procréation, l’infertilité, la préservation de la fertilité, le don de gamètes, la santé reproductive, etc. et à différents niveaux :
    • Des bénévoles de l’association participent à deux groupes de travail avec l’agence de la biomédecine : un sur la santé des femmes et des enfants suite à une FIV et l’autre sur le don de gamètes en  France.
    • Des bénévoles organisent des rencontres tous les mois dans vos régions et une fois par an la semaine de sensibilisation à l’infertilité, ainsi que d’autres colloques.
    • Parce que depuis 4 ans maintenant, des bénévoles participent aux différents rendez-vous des professionnels de l’AMP : congrès FFER, journées SMR, Congrès du CNGOF, etc….
    • Des bénévoles  sont disponibles pour répondre à vos questions par mail, par téléphone sur : le don de gamètes, amp-travail, médecines complémentaires, les synéchies, la préservation de la fertilité
    • Des bénévoles de l’association, son engagés pour témoigner auprès des médias, participer activement aux états généraux de la bioéthique,
    • Des bénévoles passent du temps à réaliser des dossiers thématiques et des visuels qui vont avec, que vous pouvez ensuite utiliser : sur les synéchies utérines, sur l’amp-travail, sur la santé reproductive, sur les cliniques étrangères/don de gamètes, dossier de remboursement des soins à l’étranger, etc…
    • Des bénévoles vont défendre le point de vue des patients de l’amp et vous représenter dans les instances dédiées, pour pouvoir obtenir des évolutions des prises en charges.
    • etc……..encore tant de choses restent à faire.
  • Votre adhésion permet aussi, symboliquement de montrer que le projet défendu par l’association est important pour vous et que vous nous apportez donc votre soutient. C’est très important pour nous. Une association qui a 20 adhérents, n’a pas le même poids qu’une association ayant 2000 ou 20 000 adhérents.
  • Parce que toutes les actions réalisées par les bénévoles nécessitent parfois des frais (transports, impressions de documents, frais du site internet, assurance,  etc…) et souvent beaucoup de temps.
    • Les bénévoles ne sont pas rémunérés, mais ils passent du temps, posent des congés, pour assurer les différentes actions et les différents rdv que vous êtes nombreux à trouver « super », « formidables », « nécessaires », etc…
  • Pour pouvoir intégrer une association dynamique, ouverte et devenir vous aussi, si vous le souhaitez, « membre actif ».

 

COMMENT faire ?

  • c’est très simple : c’est vous qui choisissez le montant de l’adhésion que vous souhaitez payer. CETTE adhésion est déductible des impôts, ainsi qu’un don que sous souhaiteriez faire en plus de votre adhésion.
    • soit par courrier, envoyez nous un chèque et la fiche d’inscription complétée (l’adresse postale est sur la page dédiée l’inscription)
    • soit en ligne, paiement et envoi de la fiche complétée. C’est par là 
  • Les noms que l’on met devant les montants c’est, juste pour les distinguer.
  • L’adhésion est renouvelable TOUS LES ANS, comme toutes les associations. Puisque votre adhésion, permet de constituer le budget annuel de l’association.
  • Pour rappel, le montant minimum de l’adhésion à notre association est de 15 euros si vous adhérez seul-e et de 22 euros au minimum si vous adhérez en couple.
  • Ce qui vous permettra d’inscrire une réduction d’impôts de 66 % (dans la limite de 20% de votre revenu). Un reçu fiscal vous est envoyé. A titre d’exemple :
    Si vous versez 50 euros à BAMP, cela ne vous coûte que 17 euros, la différence étant déductible de vos impôts
    Si vous versez 100 euros à BAMP, cela ne vous coûte que 34 euros
    Si vous versez 1000 euros à BAMP, cela ne vous coûte que 340 euros…….MERCI à vous.

Nous comptons sur vous, comme vous comptez sur nous pour accomplir les objectifs de l’association COLLECTIF BAMP, association reconnue d’intérêt général et reconnue comme interlocutrice sérieuse et indépendante par les instances médicales et administratives. MERCI

 

Sans partenaire masculin mais………………. avec des pathologies impactant la fertilité – Témoignage

Mon portrait
A 10 ans, règles douloureuses, je ne savais pas que ce jour-là bouleverserait à jamais mon destin de femme.

Ce passage de petite fille à jeune fille fut radical, non pas vers une quelconque émancipation mais vers un combat contre les autres et au bout du compte surtout contre moi-même.
J’ai fait à la manière de M. Jourdain de la prose sans le savoir…

Chaque mois, une bonne dizaine de jours, sans répit, arrachages, crampes, hémorragies,  jour comme nuit, fatigues chroniques, douleurs de dos et articulaires…

Dans l’indifférence générale. Du moins, je disais poliment « je suis indisposée ». Il fallait accepter de se tordre de douleurs, de s’évanouir et de s’excuser d’être tout le temps malade. De consulter des médecins ébahis : « Y en a qui ont mal… d’autres non, c’est comme ça. Vous verrez tout s’arrêtera au premier enfant. »
De voir mes parents démunis.
Pathologies hormonales en tout genre. Mauvais côté de la barrière. La faute à pas de chance.
Cacher, faire comme si. Le diagnostic correctement posé par des médecins compétents il a fallu attendre longtemps, longtemps attendre. Colère.

Dernièrement une soignante m’a dit : « Vous savez que maintenant l’endométriose, on la considère comme une vraie maladie ! » Etat de sidération.

L’enfant, les enfants, le couple ne sont pas venus comme dans mes rêves de petite fille.
Je suis compliquée parait-il. Les douleurs gynécologiques transforment votre quotidien et changent votre rapport au monde, à l’autre… Puis, il y a eu la vie avec son lot de joies et de malheurs.
Mes amours se font attendre et m’ont rendue spectatrice du bonheur des autres. Celles qui tombent enceintes mais « ce n’était pas prévu ! » A plaindre. « La pauvre, elle va faire comment avec ses trois enfants… » Par contre, celles qui n’ont pas d’enfant, peu d’empathie envers leur sort.

Je me suis tournée vers la procréation médicalement assistée tardivement car je ne me sentais pas de faire un enfant toute seule. Je rêvais toujours de former famille. Faire les choses dans l’ordre.
Je pensais rentrer en PMA la fleur au fusil.

Je savais que j’allais devoir être forte, supporter le regard des autres et les réflexions. « Un enfant c’est le fruit de l’amour » pas d’un donneur de sperme, d’un géniteur inconnu… « Tu veux fonder une famille monoparentale ! » Non un choix par défaut, vous connaissez l’horloge biologique ?

Je ne pensais pas que j’allais autant devoir rembourser ma banque, je ne pensais pas à tous ces allers retours non pas pour faire du tourisme mais pour faire une FIV avec ponction et des transferts.

Je ne pensais pas à toutes ces analyses, ces biopsies, scratching, aux hystérosmachin truc, à ces traitements invalidants qui vous mettent en difficultés professionnelles.

En Espagne, on passe par enchantement du courage à la chance. Pour une française, présenter sa carte bleue au lieu de sa carte verte vitale… c’est juste inacceptable.

3 échecs, le miracle se fait attendre. Je sais maintenant que tous les enfants ne mettent pas 9 mois à venir au monde. Un désir qui se transforme en chemin de croix. Au-delà du courage.
Je ferai tout pour que cet enfant soit heureux, être un parent et faire famille. Je sais qu’un jour un père viendra pour reprendre le titre d’un article du journal Libération !

Il y aura filiation, il y aura éducation, il y a aura beaucoup d’amour à donner et … le destin décidera.