Aucun bébé ne doit naitre pré-pollué

C’est la phrase choc de la toute nouvelle pétition du R.E.S. ( Réseau Environnement Santé), dont BAMP est devenu, depuis quelques temps, membre. Nous avons choisi d’adhérer à cette association car nous partageons des valeurs communes, un combat commun : la santé environnementale et son impact sur la fertilité humaine, la lutte active pour faire changer la situation. Nous reviendrons prochainement vers vous pour vous parler d’actions communes que nous allons mettre en place avec le R.E.S.

BAMP  soutien cette pétition pour deux raisons principales :

  • pour protéger les bébés que nous avons tant de mal à voir arriver dans nos vies à cause de l’infertilité, de la stérilité. Il faut protéger les générations futures et c’est aujourd’hui que nous essayons d’avoir des enfants. Aujourd’hui, pas demain. Allons-nous continuer à regarder les cas de cancer, de diabète, d’infertilité se développer chez nos enfants ? Prévention, avenir, santé, reproduction ;
  • parce que le thème de la préservation de notre santé reproductive est au cœur du projet associatif BAMP et ce depuis la création de l’association en 2013. Nous disons depuis le début de l’association qu’il ne suffit pas de proposer de l’AMP, si on ne s’occupe pas en même temps des causes qui voient la santé reproductive des humains se dégrader ( voir ici).  « Toxiques en augmentation, fertilité en perdition !« , il faut traiter les causes au lieu de courir derrière des solutions qui ne sont pas très efficaces (entre 20 % et 25 % de taux de réussite pour les FIV en France). Que ferons-nous lorsqu’il ne restera plus qu’un spermatozoïde viable sur terre ? Sans parler des liens que les chercheurs soupçonnent et étudient entre perturbateurs endocriniens et certaines pathologies comme l’endométriose…

Nous vous invitons donc à signer la pétition du R.E.S. et à la partager.

En espérant qu’elle remporte plus de succès que celle lancée, il y a un mois par BAMP ! Celle-ci a quand même recueilli à ce jour un peu plus de 2120 signatures, sur un sujet difficile, qui reste tabou, ce n’est pas si mal. N’oubliez pas que vous pouvez toujours signer et partager, relayer sur les réseaux sociaux, etc., car l’élection présidentielle n’a pas encore eu lieu ! De plus, nos demandes couvrent aussi d’autres aspects que ceux sur lesquels notre futur président pourrait directement intervenir.

Mais nul doute que la pétition du RES obtiendra plus de signatures, car on y parle des bébés, c’est mignon les bébés, et universel, c’est moins difficile à partager que l’infertilité.  Je ne vous dis pas si nous étions sur les bébés hérissons, les millions de signatures que nous récolterions !

Allez trêve de plaisanteries, il y a une grande urgence sanitaire. Pour signer et partager la pétition du R.E.S c’est par ici.

Et pour celle de BAMP c’est par là.

Merci. Pour eux, pour vous, pour nous.

Les mots du combat – web documentaire Gaëlle Michineau

logo_contour_transp

 

Avec beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup de retard nous vous présentons le web documentaire qu’une jeune journaliste, Gaëlle Michineau, a réalisé dans le cadre de sa formation.

Elle avait fait appel à BAMP pour trouver des personnes d’accord pour témoigner de leur parcours d’AMP, c’était en fin 2014, début 2015……Beaucoup de retard donc dans la présentation de ce travail, désolée.

Ce travail universitaire, elle aurait aimé l’approfondir, le compléter par des témoignages de personnes n’ayant pas eu d’enfant, d’autres ayant obtenus une grossesse grâce à un don de gamètes. Mais elle a manqué de temps pour cela. Peut-être qu’un jour elle pourra aller plus loin dans ce travail.

En attendant, nous vous invitons à regarder son web documentaire par ici

 

 

Familles PMA – Etude Européenne

BAMP est un peu sous pression : GAGNER le concours pour pouvoir organiser dans de bonnes conditions une semaine de sensibilisation sur l’infertilité à Caen (d’ailleurs, le programme vous sera bientôt annoncé). Mais il se passe d’autres choses dans le monde de l’infertilité.

Souvenez-vous en septembre 2013, nous vous avions parlé d’une étude lancée au niveau Européen et donc en France sur les familles « PMA ».

Certains adhérents de l’association BAMP ont participé en 2013, 2014 à cette étude qui consisté à des rendez-vous avec la famille, votre enfant et les chercheurs.

Nous relançons l’information, car les chercheurs cherchent toujours de nouvelles familles pour enrichir leur étude.

Voici les critères de sélections  :

  • Il faut que cela soit votre premier enfant, que vous attendez ou déjà né et qu’il soit âgé de moins de 4 mois.
  • Une première rencontre avec les chercheurs, a lieu aux 4 mois de votre enfant, puis une deuxième pour ses 1 an.
  • Naissances en 2013, 2014, 2015
  • Les chercheurs se déplacent partout en France.

Si vous rentrez dans ces critères, il ne faut pas hésiter à téléphoner pour échanger plus précisément sur votre situation et votre éventuelle participation.

Nous vous invitons donc à aller sur le site « Etude familles-pma » pour vous permettre d’avoir de plus amples informations. Vous pouvez contacter les personnes qui s’occupent de cette étude pour la France, Olivier Vecho, Martine Gross et Bérengère Rubio.

Voici le témoignage d’une adhérente qui a participé à cette enquête.

 » Etudes Famille Pma
Ces derniers mois, on a entendu et, on entend encore, beaucoup de choses sur nos enfants, à nous les infertiles, les homosexuels. Toutes ces choses nous font hurler. On voudrait pouvoir crier la vérité mais nos voix ne percent pas.
Une étude sociologique, Famille-PMA, nous donne une chance de montrer qui sont nos enfants.
C’est, enceinte à ma quatrième FIV, alors que BAMP était tout juste créé, que j’ai entendu parler de cette étude. Au lieu de rester bras ballants, avec notre bonheur à nous, nous avons décidé de nous inscrire.
Le principe est simple : une visite chez nous aux quatre mois du bébé, une autre sur Paris pour les 1 an. L’équipe et l’interlocutrice Bérangère Rubio, sont à l’écoute, disponibles et conciliants. Ils s’adaptent à nos contraintes de temps, de distance, aux besoins de l’enfant. Aucune intrusion ni voyeurisme dans ces rencontres. Bébé n’est pas contraint ou mis dans des situations qui pourraient le déstabiliser ou l’inquiéter inutilement.
Nous avons réalisé les deux visites, et sommes contents de l’expérience. Je suis plutôt du genre à vouloir rester dans mon cocon, à protéger ma bulle familiale.  »

Voilà, si cela peut vous donner envie de participer à cette étude, pour faire évoluer les représentations de l’infertilité, des couples infertiles et de leur enfants, surtout n’hésitez pas.

Le premier article que nous avions fait en 2013 pour vous présenter cette étude.

Un vote et un partage pour la vidéo BAMP, merci