Vers la fin de la congélation-décongélation des ovocytes et des embryons ?

La Haute Autorité de Santé s’est autosaisie sur sa compétence « d’évaluation des technologies de santé« , d’une démarche d’évaluation  des « actes de vitrification et réchauffement ovocytaire – vitrification et réchauffement embryonnaire« . Les résultats de cette évaluation, ainsi que les préconisations ont été publié le 26 juillet 2017.

Cette évaluation indique :

  • Que les études montrent que l’évaluation de l’efficacité d’aucune des techniques – congélation/décongélation versus vitrification/dévitrification ne peut être démontré, en ce qui concerne leur impact sur les taux de naissance vivante. En d’autres termes obtenir de « beaux embryons » ne préjuge aucunement d’un bébé à l’arrivée.
  • Que la vitrification/dévitrification des ovocytes et des embryons donne de meilleurs résultats en terme :
    • survie des ovocytes et des embryons à la dévitrification
    • grossesse clinique (différent de naissances vivantes)
  • Qu’il n’y a pas de différence significative entre des ovocytes frais et des ovocytes vitrifiés
  • Qu’il n’y a pas de risque supplémentaire à l’utilisation de la vitrification
  • Que la technique de vitrification/dévitrification est largement répandue dans les équipes d’AMP en France
  • Que le protocole d’utilisation est indiqué dans le guide des bonnes pratiques en AMP. Guide sur lequel nous avons travaillé avec l’Agence de Biomédecine fin 2016 et début 2017, pour y apporter des modifications dont certaines ont été retenues.

La Haute Autorité de Santé au regard de ces conclusions, préconise de substituer « totalement » la vitrification/dévitrification des ovocytes et des embryons à la congélation/décongélation. Reste à vérifier si toutes les équipes non encore équipés des systèmes de vitrification (descente ultra rapide de la température) vont pouvoir rapidement s’équiper pour que l’harmonisation des pratiques vers plus de performance (Proposition n°18 du Manifeste BAMP) soit rapidement effective sur tout le territoire. Espérons aussi qu’au delà des soucis financiers, certaines équipes ne fassent pas de la résistance au changement. A suivre donc, nous resterons vigilantes pour que ce « progrès » puisse bénéficier à tous.

Un nouveau terme va donc être utilisé, en remplacement de décongélation ou dévitrification, dans cette période transitoire où les deux méthodes vont cohabiter, suite à cette publication de la H.A.S. Car actuellement, certains d’entre vous ont des embryons ou des ovocytes congelés, quand d’autres ont des « vitrifiés » ! Vous entendrez donc peut-être parler de « réchauffement embryonnaire« , pour mettre tout le monde d’accord, mais surtout pour l’assurance maladie.

Si vous voulez lire le dossier dans le détail, c’est par ici

En parler avec ma députée

Le 3 juin 2013, j’avais rendez-vous avec une des députées du Calvados, je venais pour lui parler de l’Assistance Médicale à la Procréation. C’est ce que j’avais dit au téléphone en prenant le rendez-vous.

Elle était là avec son attachée parlementaire, une jeune femme.

Elle m’a donné son avis personnel sur ce vaste sujet, et l’avis de son parti.

Elle a écouté ce que j’avais à lui dire au sujet de l’A.M.P., sur les discours très vifs, violents, que nous avons entendus au sujet de l’A.M.P. pendant les débats sur la loi relative au mariage. Des propos que des enfants en âge de comprendre et nés grâce à l’aide de la médecine procréative ont entendu. Des enfants qui se sont pris en pleine figure toute cette violence vis-à-vis de leur parents et/ou de leur mode de procréation.

Elle a écouté ce j’avais à lui dire, sur les nécessaires évolutions sociétales, juridiques, médicales que la France doit mettre en œuvre pour faire preuve d’intelligence, d’humanité, de solidarité, de modernité.

Elle a écouté ce que j’avais à lui dire au sujet du COLLECTIF BAMP. Oui, je n’ai pas pu m’empêcher d’être BAMP. Pourtant ce rendez-vous, il était prévu bien avant BAMP, mais là pas possible de faire comme si BAMP n’existait pas.

Elle a noté (enfin son attaché parlementaire) l’adresse du collectif BAMP, me disant que c’était très intéressant que les gens se mobilisent.

Elle m’a dit qu’elle est atterrée par les propos qu’elle entend dans les réunions publiques auxquelles elle participe.

Qu’au niveau de son groupe parlementaire lors des débats à l’Assemblée nationale, ils avaient comme consignesde ne pas répondre aux provocations verbales faites par l’opposition et que là aussi, les propos étaient vraiment très rétrogrades, agressifs, insultants.

Elle m’a dit que c’était super important pour eux, les politiques, d’avoir des témoignages de personnes qui vivent l’infertilité, les parcours d’Assistance médicale à la procréation. Qu’il fallait que nous restions en contact, car elle espérait que la loi sur la famille serait mise en discussion à la rentrée, si le gouvernement actuel ne reculait pas par crainte de diviser encore les Français et de perdre des électeurs !

Que les amendements que proposent les députés pendant les discussions sur la loi peuvent être alimentés par les citoyens, donc par nous. Qu’il faut donc que nous soyons en lien, pour dire ce qui ne va pas et ce qui pourrait être.

 Elle m’a dit qu’il fallait que je rencontre les autres députés, ce que j’ai prévu de faire, mais que je n’ai pas encore eu le temps de faire. Et de la tenir informée des retours que j’aurais avec eux.

Nous allons donc adresser le manifeste du Collectif BAMP, à cette femme députée de l’Assemblée nationale française, elle m’a laissé son adresse mail pour que nous gardions le contact. C’est important.

Je vais bientôt retourner la voir lors d’une de ses permanences, pour lui remettre en main propre le manifeste du collectif BAMP.

Vous pouvez,vous aussi, demander à rencontrer vos député-e-s, pour leur parler de l’A.M.P. en France, pour leur parler du collectif BAMP et de ses projets. N’oubliez pas d’apporter le manifeste !

Si chacune des personnes participant au collectif de près ou de loin, allaient rencontrer son ou sa député-e, cela ferait déjà pas mal de petites voix qui associées les unes aux autres pourraient faire grand bruit.

Alors n’hésitez pas ! Soyez BAMP !

Et venez nous raconter ensuite comment se sont passés vos rendez-vous .

J’ajoute ici le commentaire de CELINE qui vous permet de trouver qui est votre député.

Vous pouvez aussi rencontrer votre sénateur !

Quand comme moi, on ne sait pas ou plus qui est son député….
Outil pour le/la trouver : http://www.assemblee-nationale.fr/13/qui/circonscriptions/index.asp

On peut « fouiner » sa « sensibilité potentielle » à la problématique l’AMP :
1- en regardant dans ses fonctions à quelles commissions, groupes d’étude il/elle appartient
2- en allant en bas à gauche de sa fiche: questions posées en séance, travaux, propositions de loi, à quelle commission il/elle siège…

Ceux membres de la Commission des affaires sociales sont certainement les plus « sensibles » OU pas… vu les horreurs qui ont pu être dites lors du débat pour le mariage pour tous…
http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=/14/tribun/xml/xml/organes/420120.xml