Vers la fin de la congélation-décongélation des ovocytes et des embryons ?

La Haute Autorité de Santé s’est autosaisie sur sa compétence « d’évaluation des technologies de santé« , d’une démarche d’évaluation  des « actes de vitrification et réchauffement ovocytaire – vitrification et réchauffement embryonnaire« . Les résultats de cette évaluation, ainsi que les préconisations ont été publié le 26 juillet 2017.

Cette évaluation indique :

  • Que les études montrent que l’évaluation de l’efficacité d’aucune des techniques – congélation/décongélation versus vitrification/dévitrification ne peut être démontré, en ce qui concerne leur impact sur les taux de naissance vivante. En d’autres termes obtenir de « beaux embryons » ne préjuge aucunement d’un bébé à l’arrivée.
  • Que la vitrification/dévitrification des ovocytes et des embryons donne de meilleurs résultats en terme :
    • survie des ovocytes et des embryons à la dévitrification
    • grossesse clinique (différent de naissances vivantes)
  • Qu’il n’y a pas de différence significative entre des ovocytes frais et des ovocytes vitrifiés
  • Qu’il n’y a pas de risque supplémentaire à l’utilisation de la vitrification
  • Que la technique de vitrification/dévitrification est largement répandue dans les équipes d’AMP en France
  • Que le protocole d’utilisation est indiqué dans le guide des bonnes pratiques en AMP. Guide sur lequel nous avons travaillé avec l’Agence de Biomédecine fin 2016 et début 2017, pour y apporter des modifications dont certaines ont été retenues.

La Haute Autorité de Santé au regard de ces conclusions, préconise de substituer « totalement » la vitrification/dévitrification des ovocytes et des embryons à la congélation/décongélation. Reste à vérifier si toutes les équipes non encore équipés des systèmes de vitrification (descente ultra rapide de la température) vont pouvoir rapidement s’équiper pour que l’harmonisation des pratiques vers plus de performance (Proposition n°18 du Manifeste BAMP) soit rapidement effective sur tout le territoire. Espérons aussi qu’au delà des soucis financiers, certaines équipes ne fassent pas de la résistance au changement. A suivre donc, nous resterons vigilantes pour que ce « progrès » puisse bénéficier à tous.

Un nouveau terme va donc être utilisé, en remplacement de décongélation ou dévitrification, dans cette période transitoire où les deux méthodes vont cohabiter, suite à cette publication de la H.A.S. Car actuellement, certains d’entre vous ont des embryons ou des ovocytes congelés, quand d’autres ont des « vitrifiés » ! Vous entendrez donc peut-être parler de « réchauffement embryonnaire« , pour mettre tout le monde d’accord, mais surtout pour l’assurance maladie.

Si vous voulez lire le dossier dans le détail, c’est par ici

Donneuse d’ovocyte ? Emilie, 30 ans, sans enfant – Interview du mois

241-273-fille

Il y a quelques mois déjà, Emilie avait pris contact avec BAMP pour avoir des informations sur le don d’ovocytes en tant que potentielle donneuse sans enfant. Elle venait de vivre une fin de non-recevoir d’un CECOS, alors qu’elle s’était présentée pour y donner ses ovocytes. 

A l’époque la publication du décret dit « nullipares » n’était pas du tout d’actualité. Enfin pour BAMP, il était d’actualité car nous en parlions à tous les institutionnels (ABM, politiques, médecins AMP) que nous rencontrions, dans l’espoir de voir avancer cette situation ubuesque d’un décret voté dans une loi, mais pas applicable car pas publié au J.O. 

Entre-temps une autre jeune femme avait pris contact avec l’association BAMP, suite à la campagne de l’ABM « Donneur de Bonheur », elle aussi ne comprenant pas pourquoi elle ne pouvait pas donner ses ovocytes. Nous voulions donc mettre en lumière la volonté de ces femmes « sans enfant », prêtes à donner leurs ovocytes. 

Nous avions trouvé la démarche et les réflexions d’Emilie très intéressantes,  espérant que son témoignage puisse venir compléter nos actions en faveur de la publication du décret.

Au moment où Emilie nous rendait ses réponses, le décret autorisant les personnes sans enfant à donner leurs gamètes est revenu sur le devant de la scène : validé par le conseil d’Etat (info BAMP du 25/09) sur le point d’être publié au Journal Officiel. La situation est sur le point de changer, les femmes sans enfant vont pouvoir donner leurs ovocytes. Dans quelles conditions exactement ? Nous ne le savons pas encore . C’est l’arrêté d’application qui va définir tout cela.

Nous vous invitons à lire le témoignage d’Emilie, la dernière question a été posée ces derniers jours un peu avant le publication du décret « don de gamètes ». Bonne lecture.

 

V.R : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?
E. : Je m’appelle Emilie, j’ai 30 ans et je vis à Paris depuis bientôt 4 ans.

 
V.R : Comment avez-vous eu connaissance de la possibilité de faire un don d’ovocyte ?
E. : Je sais depuis un certain temps que le don de gamètes existe en France, ayant des cas d’infertilité dans ma famille, je connais un peu le sujet. Mais c’est avec la dernière campagne d’information que l’on a pu voir sur le web et entendre à la radio que j’ai commencé à réfléchir plus sérieusement à ce projet. Bien que l’idée ait germé dans ma tête il y a de cela un peu plus d’un an déjà, mais sans suite jusqu’ici.

V.R : Vous avez pris récemment contact avec l’association COLLECTIF BAMP, car souhaitant faire un don d’ovocyte en France, vous avez vu votre dossier refusé par le Cecos où vous vous êtes présentée sur le motif que vous n’avez pas d’enfant. Quelle a été votre réaction face à ce refus ?

E. : Pour commencer, avant de me rendre au CECOS le plus proche de chez moi, j’ai cherché des informations sur le net pour savoir quelles étaient les conditions pour être éligible pour être une donneuse potentielle : j’ai été surprise de voir que certains sites évoquaient bien la possibilité pour les femmes de faire un don d’ovocytes en France mais ne faisaient absolument pas mention du décret d’application qui jusqu’ici l’interdit aux femmes nullipares, c’est à dire aux femmes sans enfant.

Il m’a fallu écumer plusieurs sites web et recouper l’information pour me rendre compte qu’effectivement, les femmes sans enfant n’ont toujours pas le droit de donner leurs ovocytes, mon déplacement au CECOS n’a fait que confirmer mes doutes. Je suis d’ailleurs repartie sans aucune information supplémentaire, juste un « non » catégorique et sans appel et sans plus d’explication, « le décret d’application concernant les femmes sans enfants n’est pas passé », point.

J’ai pris une claque. Je suis ressortie un peu sonnée avec un sentiment d’incompréhension mêlé d’interrogations : pourquoi n’ai-je pas le droit de venir en aide à des personnes en situation d’infertilité puisque précisément je n’ai pas de projet d’enfant pour le moment ?

De plus, je me disais à cet instant (et un peu sous le coup de la colère, je dois l’avouer) que c’était un comble de refuser quelqu’un aux vues du nombre déjà très faible de donneuses en France. J’étais triste, en colère, vexée, scandalisée, indignée  en révolution contre le monde entier bref, esseulée sur mon bout de trottoir et surtout blessée. Blessée par le sentiment de ne pas être une femme « comme il faut », ne rentrant pas dans les normes établies, ne remplissant pas les critères requis.

V.R : Vous ne saviez pas avant d’aller dans un Cecos pour engager votre démarche, qu’en France le don de gamètes est réservé aux personnes ayant déjà des enfants ? Que pensez-vous de cette restriction ?

E. : Au-delà de la restriction elle-même, j’aimerais savoir pourquoi. Comme dit plus haut, en ressortant du CECOS, je n’ai eu aucune explication et c’est bien cela qui me gêne. L’interdiction est une chose, reste la justification d’une telle interdiction. Quels sont les arguments qui ont convaincu les décideurs de légiférer en ce sens ? Nous ne le savons pas.

V.R : Pensez-vous être au fait du déclin « rapide » de la fertilité féminine dans le temps, l’horloge biologique féminine induit une chute de la qualité ovocytaire vers 35 ans ?

E. : Je dois avouer qu’avant de m’engager dans ce projet de don de gamètes, je ne m’étais pas vraiment posé la question même si je suis parfaitement au courant du déclin de la fertilité après 35 ans. Mais aujourd’hui, après ces quelques mois à me renseigner, tout cela est plus concret dans ma tête. C’est important d’en être consciente certes mais d’un autre côté, c’est une angoisse qui fait figure d’épée de Damoclès car on sait que le temps est compté. Évidemment, en tant que femme, ça fait réfléchir et on perçoit l’avenir un peu différemment.

 
V.R : Qu’est-ce qui a déclenché chez vous l’envie de faire ce type de don ?

E. : L’une de mes tantes s’est battue pendant des années pour tenter de tomber enceinte mais après de nombreuses tentatives infructueuses et une santé fragilisée par les traitements successifs, elle et son mari ont dû se rendre à l’évidence qu’ils ne pourraient jamais concevoir d’enfants naturellement. Ma propre mère a eu elle aussi des difficultés pour avoir ma petite sœur mais a finalement réussi.

N’ayant pas de désir d’enfant pour le moment et consciente par mon expérience familiale de ce que peuvent endurer des femmes et des hommes qui eux, souhaitent plus que tout devenir parents, je souhaitais tout simplement faire bénéficier à des personnes en situation d’infertilité d’une partie de mes ovocytes. Plus simplement, je me disais : « autant que ça serve à quelqu’un qui en a besoin maintenant ». Mais tout n’est pas si simple et nous ne faisons pas ce que nous voulons avec notre corps, surtout quand on est une femme, j’y reviendrai un peu plus tard.

V.R : Un ovocyte qu’est-ce que cela représente pour vous ? Envisagez-vous ce que cela peut représenter pour un couple qui attend un don d’ovocyte pour être parent ?

E. : Pour être honnête, je ne m’étais pas vraiment posée la question avant de m’intéresser au don d’ovocytes. Je suis une femme, mon corps est doté d’un appareil reproducteur a priori en bon état de fonctionnement et donc, par définition, j’ai cette capacité naturelle de porter un fœtus et de mettre au monde un enfant, en théorie.


Je pense que c’est au moment où l’on est confrontées aux différentes analyses nécessaires pour déterminer le nombre et la qualité de ces propres cellules, (analyses nécessaires pour savoir si l’on peut être donneuse potentielle) que l’on prend conscience de leur importance. Ce qui était de l’ordre de l’idée un peu vague devient alors puissamment concret : vous détenez un savoir inédit sur vous-même, un savoir indescriptible, unique, intime et immense à la fois. Ce qui n’est pas forcément évident à gérer.

Car même si vous le savez déjà, vous avez désormais devant vos yeux la preuve concrète par les chiffres que le temps est limité pour un jour peut-être faire un enfant comme je le disais précédemment. Il s’agit aussi quelque part d’une prise de conscience de sa propre finitude en tant qu’être humain mais aussi et avant tout en tant que femme, sentiment je dois dire un peu déroutant.
Quant à ce que cela peut représenter pour des femmes et des hommes en situation d’infertilité, j’imagine que ce doit être une grande responsabilité pour eux notamment pour la femme car la fécondation n’est pas forcément au rendez-vous et si elle ne tombe pas enceinte, cela peut être vécu comme un échec voire un drame. La pression doit être grande pour eux.

V.R : Pensez-vous que le fait de donner ses gamètes, sans avoir déjà des enfants change quelque chose à la situation ? 
E. : C’est justement ce qui m’interroge et je retournerais la question en la posant aux femmes qui ont précisément déjà des enfants. En quoi est-ce différent pour elles et en quoi sont-elles plus capables que les nullipares de donner leurs ovocytes ?
Selon moi, (et je continue à réfléchir à la question encore aujourd’hui), il faudrait penser la question du don au-delà du fait d’être mère ou pas, pour moi, ce sont deux sujets bien distincts. Faire un don d’ovocytes c’est avant tout le choix d’une femme avant d’être le choix d’une mère, voilà mon avis.
Il est réducteur de penser qu’une femme sans enfant ne serait pas capable d’envisager un don de gamètes sous prétexte qu’elle n’est pas mère, pour moi, il n’y a pas de lien. Je suis une femme avec un utérus et une réserve ovocytaire, au même titre qu’une femme qui a des enfants. Mais une femme avant tout. Je serais d’ailleurs curieuse d’avoir l’avis de femmes sans enfants qui ont fait un don dans d’autres pays. Qu’en pensent-elles ? Quel est leur avis ? Se sont-elles senties différentes après un don ?

Regrettent-elles leur geste ? Imaginent-elles l’enfant né grâce à leur don de gamètes ? Une multitude de questions qui me fait dire que l’aspect psychologique est très important : toute femme, qu’elle ait des enfants ou non doit prendre le temps nécessaire pour bien y réfléchir. On peut très bien imaginer qu’une femme qui, bien qu’ayant des enfants ait des difficultés à aller au bout du projet. Pourquoi une femme sans enfant n’en serait-elle pas capable, est-elle perçue par le législateur comme « moins femme » ? Je perçois cette restriction faite aux nullipares comme une injustice, une mise au banc. Quelque part, nous sommes pointées du doigt, rabaissées, stigmatisées car non mère. Rien que le terme « nullipare » est dévalorisant, on se sent inférieures car n’appartenant pas la sacro-sainte caste des mères, on est en quelque sorte perçues comme des intouchables, des non-aptes, c’en est presque humiliant. Comme si nous n’étions pas capables de penser le don d’ovocytes correctement, comme il faut. Mais alors, quels sont les arguments qui permettraient d’affirmer qu’une femme déjà mère, elle, pense le don d’ovocytes correctement, comme il faut ? Etre mère ne fait pas tout et ce statut n’assure pas forcément les femmes qui le sont à se sentir prête à prendre la responsabilité de cet engagement.

 
En définitive, je suis une femme, mon corps renferme un certain nombre d’ovocytes et je n’ai en aucun cas à m’excuser de m’intéresser à ce sujet. Mon point de vue vaut autant que celui d’une autre femme avec ou sans enfant, voilà mon point de vue.

 
C’est surtout l’absence d’arguments justifiant cette interdiction (je n’ai rien vu en ce sens sur le web) qui me fait penser qu’elle est une grande injustice. D’un autre côté, on pourrait s’autoriser à penser la chose suivante (et ce n’est qu’une hypothèse) : imaginons que cette interdiction ait été mise en place non pas parce qu’on estime que les femmes sans enfant ne sont pas assez ou correctement armées psychologiquement pour s’engager dans cette aventure, car c’en est une ! Mais plutôt pour, sans oser l’admettre ou l’avouer, préserver l’intégrité du corps des femmes nullipares et leur éviter de prendre un risque qu’elles pourraient très bien ne pas avoir à prendre. Si on pense cette restriction ainsi, il s’agit alors d’une interdiction par principe de précaution : un mécanisme de protection contre leur gré et sans l’avis des principales intéressées, ce qui signifie que la procédure de don d’ovocytes comporte des risques médicaux et psychologiques connus et qu’on ne veut pas prendre la responsabilité de mettre en danger la santé d’une femme qui pourra potentiellement donner la vie plus tard. Si je suis ma logique, Il s’agit encore une fois d’une atteinte au corps des femmes par la restriction qui leur est fait d’en user comme bon leur semble. Et d’un autre coté, on pourrait dire également qu’en autorisant les femmes déjà mères à donner leur gamètes on pense que le risque est moindre car, puisqu’elles ont déjà fait des enfants, leur faire courir ce risque serait moins grave… Bref, l’utérus appartient (encore et toujours) au monde avant d’appartenir à la femme qui l’abrite. Contrôle des corps, éthique et biopolitique, nous sommes en plein dedans.

Pour finir, j’userai d’une formule un peu cynique en disant que : puisque je n’ai pas d’enfants, peut-être que je ne suis pas capable de penser par moi-même, de raisonner correctement, d’émettre un jugement, d’avoir le recul nécessaire et la pleine conscience de mon corps. J’admets que le ton est un peu provocateur mais en définitive, au regard du législateur (et de la société elle-même d’ailleurs), ma qualité de femme nullipare semble invalider dès le départ et sans autre forme de procès toute tentative de penser le sujet du don d’ovocyte purement et simplement.

V.R :Envisagez-vous de faire un don pour faire monter sur la liste d’attente un couple que vous connaissez ou simplement pour faire un don ? Quelle situation préfériez-vous : connaître et aider un couple en particulier ou ne rien savoir de l’aboutissement de votre démarche ?

E. : Je préfèrerais envisager un don sans savoir à qui iraient mes gamètes pour la raison suivante : Il s’agit pour moi d’une démarche personnelle et mûrement réfléchie (même si je sais que je n’ai pas le droit pour le moment et que rien ne dit que je serais admissible par la suite)* et je souhaiterais, le cas échéant préserver ma liberté de choix plutôt que de risquer d’endosser une culpabilité, d’avoir le sentiment de devoir rendre des comptes ou subir une quelconque pression vis-à-vis de personnes de mon entourage en mal d’enfant, ou au contraire, qu’on se sente redevable envers moi. Cela pourrait mettre en péril une relation familiale ou amicale, engendrer des conflits entre les deux parties… Bref, il s’agit certes d’une démarche altruiste mais je pense qu’il est important que les femmes qui envisagent de se lancer dans cette procédure s’approprient pleinement ce choix, qu’elles décident par et pour elles-mêmes avant tout, n’oublions pas qu’il s’agit de notre corps et que proposer sa candidature pour faire un don, c’est déjà prendre la responsabilité d’accepter de porter atteinte à sa propre intégrité corporelle pour le bien d’autrui. Rien ne nous y oblige certes mais il s’agit d’une décision courageuse qui doit être soutenue, respectée, comprise par l’entourage.


Je pense qu’il est en effet important d’en parler autour de soi pour ne pas se sentir seule face à soi-même, face aux portes closes, aux questions sans réponse, aux jugements divers (sans parler de ceux qui pensent savoir mieux que vous sans même vous connaître). Bref, partager ses interrogations, ses sentiments divers et ne l’oublions pas, faire connaître le don d’ovocytes autour de soi car cela reste encore aujourd’hui très mal connu du grand public. Sujet d’autant plus sensible en ce moment avec les débats houleux autour de la PMA, de la gestation pour autrui et autres qui touchent aux questions de la procréation et de la filiation, vastes débats.

V.R : Que pensez-vous du fait que le don de gamètes (comme le don de sang) soit altruiste (sans rémunération) ?

E. : J’ai eu la chance de rentrer en contact avec une femme, déjà maman qui a eu le courage d’aller au bout du parcours et son expérience un peu chaotique m’a confortée dans l’idée que le don d’ovocytes doit, non pas être rémunéré mais rétribué, comme en Espagne par exemple pour les raisons suivantes : le traitement nécessaire à la stimulation ovarienne peut en effet provoquer des effets secondaires inattendus et parfois même certaines complications qui bien que rares existent : en effet, pour lancer une stimulation ovarienne, le corps de la femme va recevoir une forte dose d’hormones de synthèse et on ne peut pas prévoir à l’avance comment celui-ci va réagir et bien que la surveillance et les contrôles médicaux soient très précis, on ne peut pas prédire à l’avance le jour où la ponction sera réalisée car, encore une fois, le processus évoluera en fonction de chaque femme. La prise de poids est également un facteur à prendre en compte et il est loin d’être anodin : chez certaines il sera minime et plus important chez d’autres sans assurance de tout perdre à la fin du processus… Sans parler des divers casse-têtes logistiques endossés par la donneuse comme des jours de congés à prendre car s’engager dans une procédure de don d’ovocytes c’est aussi investir de son propre temps : il faut faire des analyses régulières, prévoir de faire garder ses enfants si besoin notamment pour le jour de la ponction réalisée sous anesthésie générale (et là encore le corps reçoit des traitements chimiques qu’il faut pouvoir supporter), avancer les frais médicaux et des frais de transports…

Bref, il s’agit d’un parcours complexe, qui prend du temps, bien plus qu’un don de sperme par exemple, soyons honnête. Il ne faut pas oublier que ces femmes sont volontaires, donnent de leur temps et mettent leur corps à disposition de la médecine pour pallier aux difficultés de procréation naturelle voir à la stérilité définitive d’autres personnes qu’elles ne connaitront jamais, c’est très courageux. Aussi je pense qu’il est nécessaire de lever ce tabou autour de l’aspect financier et qu’il faut penser une rétribution pour ces femmes qui prennent des risques et sans lesquelles un bon nombre de personnes ne seraient pas aujourd’hui parents.


Je dois ajouter que, selon moi, le mot « don » n’est pas bien approprié pour parler du don d’ovocytes : comme dit plus haut, la procédure médicale chez les femmes est bien plus lourde et complexe qu’un don de sperme chez les hommes. En effet, ces derniers vont pouvoir, seuls et par leurs propres moyens provoquer l’érection et l’éjaculation nécessaire pour donner leurs gamètes, ce qui est impossible chez les femmes. Dans leur cas, il va falloir aller chercher ces cellules, c’est à dire les ponctionner à l’intérieur de leur corps par une intervention médicale par définition invasive.


Voilà pourquoi le mot « don » m’interroge un peu dans ce cas précis : il y a comme un déséquilibre entre homme et femme qui ne semble pas questionné et qui pourrait être débattu pour interpeller le législateur sur la question du bien fondé d’une rétribution pour les donneuses.

 
V.R : Pensez-vous être bien informée sur l’aspect médical, sur les risques liés à la stimulation et à la ponction ?
E. : Non, vraiment pas. A travers les différents sites que j’ai pu voir sur le web, on parle bien de la procédure, des différentes étapes mais c’est en rentrant en contact avec cette jeune femme décrite plus haut, qui avait déjà fait un don, que je me suis vraiment rendue compte des risques liés à un stimulation ovarienne. Bien-sûr, son cas est peut-être (et je l’espère) isolé mais les différents témoignages de donneuses semblent toujours positifs et ne rentrent pas vraiment dans les détails, peut-être pour éviter de faire peur aux potentielles donneuses qui ne sont déjà pas très nombreuses…


Récemment, j’ai vu un documentaire allemand sur Arte : « Désir d’enfant » d’Inna Borrmann*. La documentariste, allemande, filme et commente, avec l’aide de son compagnon son parcours de FIV : elle n’hésite pas à montrer la quantité de médicaments qu’elle doit s’injecter chaque jour, son ventre qui enfle comme une baudruche… Oui, s’engager dans un projet de don d’ovocytes, il ne faut pas se voiler la face, c’est prendre des risques physiques car on ne sait jamais comment le corps va réagir, chaque femme est différente. S’engager dans ce projet c’est avant tout mettre son corps à disposition de la médecine un peu comme ces personnes qui participent à des tests médicaux. Mais eux sont rémunérés.

V.R : Avez-vous eu besoin d’échanger avec d’autres femmes en parcours de don d’ovocyte (donneuses et/ou receveuses) pour prendre la décision de donner ?

E. : Oui, comme dit précédemment, c’est grâce à cette jeune femme et le récit concret et détaillé de son expérience que j’ai pu avancer dans ma réflexion. Sans elle, je crois que je serais encore à tourner en rond avec mes interrogations…

V.R : Que pensez-vous de la loi actuelle en France qui prône l’anonymat des donneurs et donneuses de gamètes ? Du point de vue de la donneuse et du point de vue de l’enfant à naitre.
E. : Je pense que c’est plutôt rassurant pour les donneuses/rs de savoir qu’on ne viendra pas leur demander de compte dans l’avenir. Dans une société où tout le monde est connecté, les informations et les données toujours plus nombreuses et recoupées, le droit à l’anonymat et à l’oubli est aujourd’hui très difficiles à préserver et il me semble important d’y prendre garde.
Cependant, j’admets qu’il est compliqué de revendiquer ce droit à l’anonymat lorsqu’on se place du côté de l’enfant né grâce à cette technique : personnellement, je pense que je serais prête à laisser des informations de type morphologiques par exemple pour que la future jeune femme ou le futur jeune homme puisse avoir un support sur lequel projeter ses questionnements du type « de qui je tiens ces yeux, ce menton, etc.) J’essaie de me mettre à leur place en me disant que sans doute, moi aussi, j’aimerais bien savoir de qui je tiens telle ou telle particularité physique si j’étais née grâce à un don de gamètes. Tout le monde a besoin de savoir d’où il vient pour savoir où il va, c’est humain.
Et en même temps, on ne peut pas, comme je le disais refuser aux donneuses/rs ce droit fondamental à rester anonyme, c’est très compliqué…

V.R : Si la loi, changeait en introduisant par exemple la possibilité d’un don semi-anonyme, l’enfant pouvant accéder s’il le souhaite à sa majorité à des informations non identifiantes sur la donneuse (année de naissance, couleur des yeux, des cheveux), feriez-vous quand même un don ou pas ? Expliquez votre réponse.

E. : J’y ai réfléchi et comme je le disais précédemment, la réponse est oui. On ne peut pas occulter le fait que donner quelques cellules si minuscules soient-elles engendrera vraisemblablement la naissance d’un enfant qui portera en partie notre patrimoine génétique. C’est un petit bout de notre mémoire et de notre identité que nous lui donnons pour qu’il/elle puisse naître et faire son propre chemin dans la vie. Bien-sûr il/elle fera sa propre expérience dans son environnement avec ses parents, ses amis mais si l’enfant demande un beau jour à ses parents comment il a été conçu, il est évident qu’il faudra simplement lui dire la vérité. On peut aussi s’interroger sur la capacité ou non de futurs parents à recevoir un don de gamètes, arriveront-ils à assumer ce choix vis-à-vis de l’enfant à naître ? Rien n’est moins sûr.
S’engager dans une procédure de don de gamètes implique d’être capable de se poser ce genre de questions et de prendre cette responsabilité en toute connaissance de cause. Aussi je pense qu’il est important d’en parler autour de soi, d’échanger pour mieux appréhender le sujet, peser le pour et le contre avant d’entamer toute procédure.

V.R : Idem, si la loi changeait en permettant aux enfants nés grâce à un don d’ovocyte d’accéder à leur majorité à des informations identifiantes (nom, adresse, profession) sur la donneuse, feriez-vous quand même ce don ? Pouvez-vous expliciter votre réponse ?

E. : Je n’en sais rien… Je dois avouer que je n’ai pas réfléchi à cette possibilité. Ne pouvant pas m’engager plus loin pour le moment dans cette procédure de don, j’ai du mal à me projeter, c’est vrai. Aussi, je ne suis pas sûre d’avoir le recul nécessaire au moment d’écrire ces lignes pour émettre un avis objectif et répondre clairement à cette question pour le moment.

V.R : Si la France offrait la possibilité de vitrifier vos propres ovocytes hors de tout contexte d’infertilité médicale, feriez-vous cette démarche pour vous-même aussi (comme une assurance fertilité pour l’avenir) ?

E. : Oui, je pense que j’y réfléchirais.
Ce décalage entre l’âge « idéal » pour concevoir un enfant et les différents rôles que nous, femmes sommes amenées à jouer dans notre société ou même les contraintes que nous subissons (maladie, précarité ou autres) nous pénalisent quand nous choisissons de faire un enfant à un âge plus tardif que la moyenne. Cependant, les droits et libertés acquis non sans difficultés au fil du temps nous font parfois oublier que nous restons encore aujourd’hui tributaires de notre système reproducteur, « livré » à la naissance avec une date buttoir implacable, c’est terrible mais malheureusement, c’est ainsi.
Proposer la vitrification d’ovocytes aux femmes, ça serait donc leur offrir la possibilité d’anticiper l’avenir et de réduire l’angoisse de la fameuse horloge biologique. De prendre le temps de vivre leur vie de femme en évitant la pression sociale et les phrases du types : « va falloir commencer à y penser. » Ce serait leur octroyer le pouvoir de décider par elles-mêmes ce qu’elles jugeraient bon pour elles-mêmes. En définitive, il s’agirait d’un engagement et d’un droit à revendiquer, celui de s’approprier et maitriser son corps sans attendre que la société et la médecine le fasse à leur place.


Alors oui, si l’on me proposait de faire vitrifier une partie de mes ovocytes, j’y réfléchirais, sans aucun doute. Même si le taux de réussite d’une grossesse reste aléatoire, il me semble tout de même plus pertinent de s’engager dans une FIV avec des ovocytes plus jeunes lorsqu’on approche la quarantaine. Reste à discuter des conditions médicales et des risques physiques car s’engager dans un projet comme celui-ci n’est pas anodin, cela nécessite de prendre des traitements assez lourds pour provoquer une stimulation ovarienne puis une ponction sous anesthésie et comme dit précédemment, faire vitrifier ses ovocytes ne garantit pas forcément une grossesse dans le futur.


De plus, il y a l’aspect financier à prendre en compte : Quel serait le prix à payer? Celui-ci serait-il fixe pour toutes les femmes ? Quid d’un possible remboursement de la sécurité sociale ? Ou bien encore envisagerait-on une pratique dans des cliniques uniquement privées comme en Espagne où la vitrification est devenue un business plus que juteux ? On peut d’ailleurs évoquer le cas de ces Françaises qui choisissent d’aller là-bas moyennant une somme d’argent conséquente (plusieurs milliers d’euros) car oui, choisir sa vie de femme, finalement, ça se paie, littéralement.


Bref, c’est un sujet complexe qu’il ne faut pas prendre à la légère mais je pense qu’il faut se poser la question et faire en sorte que les femmes aient accès à ces informations. Durant ces derniers mois, je dois avouer que je me suis renseignée seule et je n’ai pas honte de dire que je suis passée pour une casse-pied auprès de plusieurs professionnels car visiblement je posais trop de questions. Mais il s’agit tout de même de notre corps et savoir que nous pourrions avoir un jour ce choix à notre disposition est capital. Si jamais la loi autorise les femmes à effectuer une vitrification de leurs ovocytes, je pense que je serais la première et à faire circuler l’information et à en parler autour de moi.

V.R : Pensez-vous avoir un jour, envie d’avoir vous-même des enfants ?
E. : Oui, je pense. Je dois avouer que depuis que je me suis intéressée à ce sujet, la question de la maternité m’intrigue de plus en plus. Comme beaucoup de femmes, je me dis que j’ai le temps et les aléas de la vie font que ce n’est pas toujours le bon moment mais je garde cette idée dans un petit coin de ma tête.

V.R : Lorsque  nous avons fait cette interview, la publication du décret n’était pas du tout d’actualité. Aujourd’hui, il est sur le point d’être publié, accompagné d’un arrêté d’application qui va sans doute « organiser » de façon plus stricte la question de la vitrification pour la donneuse et la potentielle utilisation pour elle-même.
Qu’est-ce que provoque l’imminence de cette publication ? Quelles réflexions et quels sentiments éprouvez-vous ?

E : Je suis vraiment ravie d’apprendre cette nouvelle. Cependant, je me demande pourquoi tant de tergiversation pour autoriser les femmes nullipares à candidater au don d’ovocytes, pourquoi cela a t-il demandé autant de temps?

Quant à la vitrification pour la donneuse elle-même, en effet, je suis curieuse de voir les paramètres d’encadrement qui seront publiés. Maintenant, dans le cas où une femme se présente pour donner ses ovocytes mais qu’après analyses et autre tests psychologiques, on lui refuse l’accès, aura-t-elle pour autant droit à faire vitrifier ses ovocytes ?

Je me pose cette question car, dans mon cas, après avoir fait un test AMH qui s’est avéré plutôt médiocre, j’ai recontacté une clinique britannique où l’une des conseillères m’a expliqué que je ferais mieux d’abandonner car je risquais de ne pas être éligible…Alors, dans ce cas, si je ne peux pas donner pour autrui parce que précisément pas assez fertile ou risquant de mal répondre aux traitements,  cela signifie que j’aurais moi-mêmes des soucis de procréation à l’avenir et qu’une vitrification pourrait être une solution…

Dans ce cas, devrais-je payer de ma poche cette procédure médicale pour tenter de mettre malgré tout quelques chances de mon coté pour l’avenir ou bien la loi me permettra tout de même d’en bénéficier gratuitement ? Aurais-je le droit de le faire, tout simplement ?

Vraiment, je me pose la question et j’aimerais savoir précisément ce que proposerait cet arrêté d’application.
Espérons que les femmes dans mon cas ne soient alors pas doublement pénalisées car ça serait une très grande injustice.

Quant à celles qui souhaiteraient faire vitrifier leur ovocytes mais qui ne souhaitent pas faire un don, auront-elles accès à cette possibilité ? Si tel est le cas, devront-elles également payer les frais de l’intervention ?  Ou bien faire comme ces Françaises qui partent en Espagne moyennant une grosse somme d’argent ?

L’arrêté donne-il des détails sur ce point ?

 

 

Merci beaucoup pour cet échange fort argumenté et intéressant.

Et vous qu’en pensez-vous ?

 

* http://www.arte.tv/guide/fr/047823-000/desir-d-enfant/?vid=047823-000_PLUS7-F

Infertilité : L’AMP aux confins du progrès médical

Je vous invite à lire cet article très intéressant et plutôt BAMP parlant des avancées de ces dernières années en matière d’AMP. Vous pouvez retrouver le version en ligne ici.

P.S. Le le Dr Joëlle Belaisch-Allart, pourrait donc devenir un potentiel contact ?

Infertilité : L’AMP aux confins du progrès médical

Qu’il s’agisse de la contraception, du tabac ou de la mastectomie préventive, de profondes remises en cause ont émaillé l’actualité ces derniers mois. L’Assistance Médicale à la Procréation ne fait pas exception. Du moins, pour les questions sociétales qu’elle soulève. Faut-il autoriser son accès aux couples de femmes homosexuelles ? Faudra-t-il permettre la gestation pour autrui ? Pour l’heure, le Dr Joëlle Belaisch-Allart, spécialiste de la question, dresse un bilan médical positif.

Le Généraliste. Quelles évolutions notables ont été enregistrées dans le domaine de l’Aide médicale à la procréation (AMP) ces dernières années ?

Dr Joëlle Belaisch-Allart. Louise Brown, premier bébé FIV dans le monde est née en 1978. En France, Amandine naît à Clamart en février 1982 puis Alexia à l’hôpital de Sèvres en juin de la même année. La FIV est au final une technique récente. Pour autant, la FIV d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle d’il y a 30 ans. Les femmes étaient hospitalisées 8 jours?; elles passent désormais quelques heures dans le centre le jour de la ponction, puis tout se déroule en ambulatoire.

Le progrès majeur des dernières années est la micro-injection de spermatozoïdes – ou ICSI – qui permet aux hommes souffrant d’infertilité majeure d’avoir une chance de devenir génétiquement père. La vitrification ou congélation rapide des ovocytes et embryons représente un autre progrès remarquable que ce soit pour l’ovocyte dans le cadre du don d’ovocyte (permettant la création de banques d’ovocytes) ou pour le blastocyste permettant la culture prolongée de l’embryon et le transfert d’un embryon unique de 5 ou 6 jours avec un taux de succès de 50 %. Aujourd’hui, 2,5 % des enfants qui naissent (soit un sur quarante) sont issus d’une technique d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Ce taux peut sembler considérable mais, contrairement à d’autres pays où l’insémination n’est pas considérée comme une technique d’AMP, en France les inséminations intra-utérines (IIU) entrent dans le cadre de l’AMP tout comme la FIV, la micro-

injection, la congélation d’embryons congelés, le don d’ovocytes et l’accueil d’embryons.

Quelles sont les techniques d’AMP auxquelles on a le plus souvent recours ? Cette répartition a-t-elle évolué ces dernières années ? Si oui, pourquoi ?

Désormais l’ICSI est la technique la plus utilisée, 65 % des cas selon dans les dernières données de l’Agence de biomédecine. Les causes masculines d’infertilité liées à la dégradation de la qualité du sperme ou à l’âge des demandeurs, sont devenues la première cause de recours à l’AMP.

Les demandes d’AMP sont-elles satisfaites ?

L’AMP est prise en charge par l’Assurance Maladie jusqu’au premier jour du 43e anniversaire et la majorité des centres français ne prennent pas en charge les femmes au-delà de cet âge. Il faut rappeler que le taux moyen d’accouchement par tentative tous âges confondus est de 20 % en France (soit une tentative sur cinq). Mais ce taux chute à 5 % à l’âge de 42 ans ! Par comparaison, la fécondabilité, à savoir la probabilité de concevoir par cycle, est de 25 % à l’âge de 25 ans, 12 % à 35 ans et 6 % à 40 ans. Les délais d’attente sont de l’ordre de quelques mois avant la première consultation, le délai légal de réflexion de 1 mois avant la seconde consultation et la réalisation de la première tentative. Ces délais varient selon l’offre de soins. Il est évident qu’en région parisienne, les femmes attendent moins que dans les zones peu pourvues en centres d’AMP !

Quel est le taux d’échec de l’AMP ?

Il varie selon l’âge de la femme. Les taux cumulatifs des naissances (après 4 tentatives) dépassent les 70 % pour les femmes de moins de 30 ans mais n’atteignent pas 20 % après 40 ans. L’âge de la femme est un facteur décisif d’échec. Pour cette raison, l’OMS a modifié en 2009 la définition de l’infertilité afin de raccourcir l’âge de recours à l’AMP : un an de rapports réguliers infertiles suffit à motiver une consultation en centre spécialisé. Et toutes les sociétés savantes françaises recommandent de consulter au bout de 6 mois à partir de l’âge de 35 ans.

Connaît-on mieux les risques des techniques d’AMP pour la femme ?

Il reste quelques incertitudes mais les données sont en grande majorité rassurantes. Depuis la grossesse obtenue après inducteurs de l’ovulation par Bruno Lunenfeld en 1961 en Israël, plus de 45 ans se sont écoulés. Une épidémie de cancers aurait largement eu le temps d’apparaître et d’être rapportée… Dans une société ou le nombre de femmes infertiles augmente ainsi que l’âge de la première grossesse, les éventuels effets néfastes des traitements de la fertilité doivent être mis en balance avec les bénéfices physiques et psychologiques attendus d’une éventuelle grossesse grâce à ces traitements. Le risque zéro n’existe pas et si risque minime il y a, il est à mettre en balance avec le bénéfice d’avoir un enfant.

Quelles décisions politiques manquent à l’AMP ?

Il faudrait que nos tutelles soutiennent clairement la prise en charge de l’infertilité en France et que les politiques soient bien conscients que l’infertilité est une maladie au sens défini par l’OMS, à savoir un état de bien-être physique, psychique et social. L’AMP n’est pas une médecine de luxe ou de la convenance. Il est certain que par les temps de crise actuelle, ce discours est difficile à entendre mais nos patientes ne comprendraient pas que les IVG soient prises en charge à 100 % et que l’infertilité ne le soit pas.

Comment la France se place-t-elle du point de vue éthique par rapport à ses homologues internationaux ?

La France est très en retrait en matière d’AMP sociétale par rapport à l’Europe. D’après la loi de bioéthique, l’AMP est actuellement réservée aux couples formés d’un homme et d’une femme présentant une infertilité médicalement constatée. Les femmes seules et les femmes homosexuelles qui souhaitent un enfant sont acceptées dans les centres de nombreux pays européens limitrophes (Belgique, Espagne, Pays-Bas, Danemark, Grande-Bretagne). Certes, nous ne disposons pas de chiffres mais une visite dans un centre d’AMP de Bruxelles est édifiante. Le nombre de femmes françaises homosexuelles prises en charge en Belgique est impressionnant. Comment ne pas s’interroger sur le bien-fondé d’une loi qui interdit ce que l’état voisin autorise et parfois même au sein de la même communauté ? Le fait qu’une technique soit disponible ailleurs n’est en rien une justification mais il est indispensable de réfléchir avant de condamner une pratique ou de la qualifier de non éthique.

Il faut analyser les véritables raisons de nos attitudes, trop souvent basées sur des croyances davantage que sur la raison. L’intérêt de l’enfant, trop souvent mis en avant, n’est pas toujours évident. Les publications sur le devenir des enfants nés de parents homosexuels sont en majorité rassurantes. Les données de la littérature suggèrent, en effet, que la qualité de la parentalité intervient plus que l’orientation sexuelle des parents et que les enfants de mères lesbiennes ou de pères gays ne deviennent pas plus homosexuels que les autres et diffèrent peu des enfants élevés par les hétérosexuels en termes de développement psychologique et d’identité sexuelle. Concernant la gestation pour autrui, les hommes et les femmes sont certes égaux en droit mais différents physiologiquement. Et les femmes sont dépourvus de cet Y qui a assuré le pouvoir des mâles pendant de siècles. Faut-il, au nom de l’ « égalité » homme-femme interdire l’accès à l’AMP aux couples de femmes parce que la parentalité des couples d’hommes requiert des techniques plus lourdes et plus contestables ? Mais tout ceci n’est qu’un avis personnel.

Les récentes avancées des techniques de congélation des ovocytes permettent aux femmes de recourir à l’AMP à un âge où leur fertilité sera compromise. Faut-il autoriser l’autoconservation ovocytaire ?

Le désir d’enfant est de plus en plus tardif et les techniques classiques d’AMP ne compensent pas la chute de la fertilité liée à l’âge. Ce que seul le don d’ovocyte peut compenser. Les progrès de la congélation ovocytaire, l’autorisation de la vitrification ovocytaire lors de la révision des lois de bioéthique en 2011 et la possibilité offerte aux donneuses sans enfants de conserver une partie de leurs ovocytes pour elles-mêmes ont ouvert la voie à l’autoconservation ovocytaire dite de convenance. Cette pratique sociétale est légale dans certains pays et offre des avantages évidents pour les femmes. Toutefois ses conséquences possibles méritent un débat de société.

Propos recueillis par le Dr Linda Sitruk