Rencontre thématique en région parisienne

Le samedi 27/10 à 14h dans une clinique du 93 

RENCONTRE THÉMATIQUE avec  Magalie Benoit Sophrologue et Psychopraticienne spécialiste du couple. Nous parlerons de nos parcours passés et réussis, des grossesses FIV en abordant les traumatismes ciblés sur la conception (IMG, IVG, échecs d’implantations, fausses couches…).
Rencontre gratuite pour les adhérents et 10 euros pour les non adhérents.
Nombre de place limitée.

Réservations auprès d’Emmanuelle : collectifbamp75@gmail.com

Rencontre thème Paris

 

L’AMP est une affaire de couple, BAMP doit l’être aussi !

 
 
C’est avec grand plaisir que j’ai lu il y a quelques jours la première interview BAMP! L’action est en marche et chaque pas en avant est un vrai bonheur pour moi.
Comme souvent, ce nouvel article a été l’occasion d’autres échanges via les commentaires de chacun(e). Irouwen a relevé le détail du nombre de membres. 200. C’est un chiffre qui peut paraître conséquent au vu du jeune âge du collectif. Ou bien c’est un chiffre qui peut sembler dérisoire pour que l’on ait suffisamment de poids pour se faire entendre. Ce chiffre, j’en suis sûre, n’empêchera en rien que chaque membre se sente investi et souhaite agir concrètement pour une amélioration du futur de toutes les PMettes.
Mais comme l’a très justement relevé Irouwen, ce 200 pourrait être un 400. Et pour doubler en un rien de temps notre liste de membres, il suffirait simplement d’y inclure ces hommes qui vivent la PMA à nos côtés.
La PMA est une affaire de couples, l’action du collectif BAMP! devrait donc l’être aussi. Alors certes, la grossesse que nous désirons toutes reste trop souvent une affaire de femmes, l’homme gravite dans ce bonheur là mais il ne porte pas l’enfant. En PMA, c’est un peu pareil, l’homme est présent mais ce n’est pas lui qui vit la plupart des traitements et examens.
Ces mentalités évoluent, qu’on soit une future mère ou une PMette, on a envie de redonner toute sa place à l’homme avec qui l’on vit, on a envie d’une égalité.
Derrière chaque femme du collectif BAMP!, il y a donc cet homme. Il partage (ou partagera) votre grossesse, il partage vos états d’âme lorsque les cycles défilent, vos peines et vos souffrances lors des examens qui nous incombent. Il doit être mis au courant de ce collectif, partager avec vous le souhait d’une évolution de la PMA en France. Il voit bien au quotidien, tout comme vous, les failles que peut avoir le système.
Je sais, vous allez me dire que certains hommes s’en moquent, qu’ils sont là et qu’ils ont envie de cet enfant autant que vous mais qu’ils ne font que suivre le pas parce que seul ce chemin pourra nous amener vers la maternité. Mon homme est de ceux-là. Il ne souffre pas plus que ça de notre parcours, il avance par là, parce que c’est notre route. Il n’a pas le besoin de s’exprimer sur le sujet (même pas avec moi). Il ne voit même pas d’un très bon œil la communauté bloguesque, il n’a pas conscience du positif que cela m’apporte.
Et pourtant. Hier je lui ai parlé de BAMP! Je lui ai dit ce nombre de membres, le fait qu’il y ait très peu d’hommes inscrits alors qu’ils sont bien là, dans l’ombre, à soutenir leur compagne.
Il n’a pas ressenti le besoin de venir lire ce qui se dit ici. Peut être que ça viendra un jour. En tout cas désormais, il sait que ce collectif existe. Et lorsque nous serons de retour en France (car nous n’y vivons plus pour le moment), si nous devons faire la connaissance directe des failles du système, je saurai lui dire : « tu vois, c’est pour ça que l’on se bat, pour moi, pour nous, pour tous les couples infertiles ».
Dès à présent, il y aura donc un MonsieurHiberne dans la liste des membres. Quelque soit le niveau d’implication de vos compagnons, que vous ayez un blog ou non (et qu’ils le sachent ou pas!), vous pouvez leur parler du collectif. Ils y seront les bienvenus. Pour nous soutenir une nouvelle fois. Ou pour agir !

Bichon Rose

 Cela fait 4 ans et demi que Bichon et moi, nous nous sommes rencontrés. Tout a été vite entre nous, vie de couple, mariage, envie de fonder une famille.

Et dire qu’avant de le rencontrer, je ne voulais pas de vie de couple, pas de mariage, et encore moins d’enfant, il en était hors de question. Ce jour de décembre 2008 il est rentré dans ma vie, tout à changé. J’ai su que c’était Lui, l’homme de ma vie, celui avec lequel je voudrais me marier, avoir des enfants, vieillir à ses cotés, ce fût une évidence.

Un soir d’avril 2009, Bichon m’a fait part de son envie de construire une famille ensemble, j’ai arrêté la pilule le soir même. Les mois ont défilés, les années, 2 ans ont passés. Nous avons attendus 2 ans avant de consulter, car entre temps, nous nous sommes mariés, avec les préparatifs, etc…, on avait autre chose en tête, même si on espérait. Je croyais que d’y penser moins avec les préparatifs du mariage, ferai son effet. Il faut avouer que je pensais tout le temps aux essais bébé. Pendant ce temps, j’ai eu le droit aux phrases typiques « tu y pense trop », « ça va venir », etc … Au bout de 2 ans, on se doute que quelque chose cloche.

Juin 2011 : Il a fallu, que Bichon ai un rdv avec le médecin généraliste (pour un truc banale),  pour qu’il demande une ordonnance prescrivant un spermogramme, une intuition ?!. 1 er spermogramme : azoospermie, 2 ème : oligospermie,  etc …. Il a fallu 5 spermogrammes pour conclure que Bichon a une OATS très sévère.

Notre médecin généraliste nous avait envoyé vers une gynéco traditionnelle, qui m’avait fait faire tous les examens de fertilité, pas de soucis pour moi, avant de nous envoyer à son tour vers une gynéco spécialiste en infertilité, Dr Miracle.

Septembre 2001 :  Le parcours PMA commence. Bichon a également fais des examens plus poussés avec l’urologue beau gosse, échos, spermogrammes, prises de sang, taux d’hormones, etc … Tout est nickel, sauf les résultats des spermogrammes : OATS très sévère, et pas de zozos congelables.

Juin 2012 : Quelques temps, plus tard, Bichon et moi, nous avons eus rdv avec le biologiste (le plus humain des spécialistes que nous avions vus) nous propose de réaliser une biopsie testiculaire, en même temps que ma ponction d’ovocytes. Nous avons accepté, il fallait tenter le tout pour le tout, soit je prenais les traitements pour rien, soit il y avait de bons spermatozoïdes et on continue. C’était quitte ou double.

Quelques semaines plus tard, nous avions rdv avec Dr Miracle, elle ne savait pas vraiment quoi faire devant le degré d’infertilité de Bichon, je pense qu’elle ne savait pas comment nous parler du don. Mais Bichon, a directement proposé de tenter la biopsie testiculaire comme nous en avions discuté avec le biologiste. Dr Miracle est allée voir sur le champ le biologiste pour lui demander conseil, ce qui a été fructueux.

Septembre 2012 : 1 ère FIV ICSI. J’ai bien réagit aux traitements, mais la peur de faire tout ça pour rien, que la biopsie ne donne rien me terrifiais, mais Bichon était optimiste, comme toujours. Ma ponction s’était bien déroulée, 10 ovocytes, et à notre grande surprise la biopsie testiculaire avait donné un très bon résultat, 10 paillettes de bons spermatozoïdes. Cette 1 ère FIV ICSI a été négative, comme la deuxième en février 2013.

Pour le moment nous sommes en « pause pma », 2 ans de pma, je sais que c’est moins que certaines, mais j’ai besoin de souffler, et Bichon aussi. Cette pause me permets de perdre du poids, et arrêter de fumer (je n’ai pas totalement arrêté mais je suis sur le bon chemin), je veux me désintoxiquer du tabac avant de commencer la 3 ème FIV ICSI, certainement en septembre/octobre.

En ce moment ça se bouscule dans ma tête, la pause pma me fait du bien, mais en même temps ça me manque. L’euphorie que l’on ressent quand on est en iac, iad, fiv, etc … ce sentiment qui fait qu’on se dit « peut être que cette fois sera la bonne », ça me manque, j’ai besoin de ressentir ça. Un part de moi a peur aussi, puisque la qualité des embryons n’est pas terrible, aucun embryons congelés. Il me reste 2 chances, c’est déjà bien, j’ai peur que ce parcours ne finisse pas comme on le voudrai, peur de me dire, qu’après c’est fini, que je connaitrai jamais ce qu’est d’être enceinte, voir mon ventre vide à jamais. Je sais, ce n’est pas optimiste comme schéma, mais je suis comme ça, c’est ma nature. Malgré tout, l’espoir est encore permis.

J’espère mettre un bon coup de pied au derrière de DNLP !