En direct des FFER 2015 : témoignage

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après 5h de train, j’arrive à Montpellier entre palmiers et terrasses de café. Pas le temps d’en profiter : direction le CORUM, où se déroulent les FFER 2015. Je suis accueillie par Virginie avec deux bonnes nouvelles : celle de l’amendement sur travail et AMP (déjà vue sur le site BAMP), et celle toute fraîche du décret sur les donneuses et donneurs qui n’ont pas encore d’enfants.

Le colloque est impressionnant, avec une forte représentation des laboratoires. On a l’impression d’être au salon du mariage, à ceci près que les publicités pour les faire-part et la déco de table sont remplacées par d’autres pour les seringues de Puregon. On reste rêveuse devant le collecteur de sperme avec 3 vagins artificiels et 20 diaphragmes stériles à usage unique (muni de ses lunettes 3D avec écouteurs et espaces de stockage pour documents audiovisuels).

Je vois partout des vitrines avec des petits tubes en plastique coloré. Je me demande bien de quoi il s’agit, jusqu’à ce qu’une étiquette me révèle qu’il s’agit de cathéters, et que j’ai été en contact très rapproché avec eux lors de précédents transferts (mais curieusement, à l’époque, j’avais moins l’occasion d’admirer les choix de couleurs…).

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le vendredi et le samedi s’enchaînent des communications très denses, sur les pathologies, les questions sociales ou les nouvelles techniques de traitement. On retiendra surtout la séance controverse du samedi matin : faut-il admettre les femmes de plus de 40 ans en AMP ? Faut-il vitrifier les embryons à J2 ou à J5 ? Faut-il proposer aux femmes jeunes en IOP une FIV, ou directement un don d’ovocyte ? Lisez nos prochains comptes-rendus pour en savoir plus !

 

11h30 le samedi : c’est l’heure des rencontres ABM (agence de la biomédecine) et praticiens de l’AMP. Anne Courrèges, nommée à la présidence de l’agence en janvier dernier, rappelle l’importance de l’Assistance Médicale à la Procréation dans l’agenda de l’ABM. L’agence a connu de nombreux changements ces derniers mois, avec un renouvellement du conseil d’orientation et du conseil d’administration. Un des chantiers majeurs est celui de la préservation de la fertilité (l’agence est pilote de l’un des projets dans ce domaine, dans le cadre du plan Cancer III), et l’agence s’investit également beaucoup dans les questions de financement de l’AMP. Anne Courrèges note une forte amélioration de la vigilance en AMP, ce qui permet par exemple un meilleur suivi des effets indésirables.

 

Malgré le rappel des nombreux contentieux auxquels l’agence a pu avoir à traiter au cours des derniers mois, la conférence se termine sur deux notes d’espoir :
-L’ABM compte multiplier à l’avenir les campagnes d’information sur le don de gamètes. La campagne radiophonique du printemps a eu un impact positif en termes de retombées de presse et de sensibilisation, mais les résultats restent encore à mesurer en termes de passage à l’acte.
-Et bien sûr, un mot sur le fameux décret sur les donneurs/donneuses n’ayant pas procréé, qui devrait être prochainement publié, mais il faudra encore attendre un arrêté de bonnes pratiques.

 

BAMP a officiellement été invité par la nouvelle présidente Sylvie Epelboin à participer activement aux FFER 2016. Nous avons pu aussi présenter en direct l’association à Anne Courrèges directrice de l’agence de biomédecine (mais elle nous connaissait déjà !) et l’heure est déjà venue de se séparer.

 

Merci à ALTINAI pour ce compte rendu, merci surtout à elle (dans son 4ème mois de grossesse gémellaireDO) et à son mari d’avoir traversé la France pour l’association.