Le don d’ovocyte à Rennes

Cette année pour cause de révision de la loi de bioéthique, qui vient modifier profondément la question du don de gamètes, il n’y aura pas de campagne de communication faite par l’Agence de la Biomédecine.

Cette période de transition entre la loi encore en vigueur, les modifications votées en première lecture qui seront dans la loi en 2020 (fin de l’anonymat des donneurs et des donneuses pour les adultes nés via un don de gamètes, mise en place d’une commission d’accès aux informations non identifiantes et à l’identité du donneur ou de la donneuse, ou du couple donneur) n’est pas propice à une communication claire.

Mais dans le même temps, il faut quand même communiquer, si nous ne voulons pas que le nombre de donneurs et de donneuses chute trop pendant cette période de transition législative. L’impact des campagnes nationales et locales a son importance, car elles permettent de maintenir un minimum de donneurs et donneuses. 

A Rennes, le docteur DOMIN-BERNHARD, gynécologue au CHU, communique sur le don dans une émission de France3 BRETAGNE, à voir à partir de 19minutes30. La Bretagne, une des régions avec l’Ile de France, avec le plus de don qui se répartissent entre les trois centres autorisés à faire du don d’ovocyte notamment : deux publics (CHU de Rennes et de Brest) et un privé clinique de la Sagesse à Rennes. 

D’ailleurs l’année dernière, le CHU de Rennes avait organisé une campagne de communication locale sur le don d’ovocyte, dont nous vous avions parlé ici. Campagne qui avait permis d’avoir plus de 60 femmes qui s’étaient présentées en tant que donneuses.

Vous pouvez vous aussi, participer à la diffusion des plaquettes et des affiches sur le don de gamètes, comme vous l’aviez déjà fait les années précédentes. Plaquettes et affiches que vous pouvez commander directement sur le site de l’agence de la biomédecine.

 

#Parlonsdudondegamètes
#desfamillesgraceauxdonsdegamètes

Documentaire – Les enfants du secret

Un documentaire diffusé sur ARTE cette semaine, à voir pour mieux comprendre les enjeux actuels de la révision de la loi de bioéthique en ce qui concerne l’organisation et le fonctionnement en France du don de gamètes, ainsi que les besoins et propositions des représentants des associations pour faire évoluer la loi en France. Le système Français doit changer, dans l’intérêt des enfants.

« Dans un bouleversant journal intime filmé, Rémi Delescluse, né d’un donneur anonyme, enquête sur son géniteur et rencontre celles et ceux qui militent pour la levée du secret.

La compagne de Rémi Delescluse va bientôt mettre au monde une fille. À l’approche de l’heureux événement, le futur papa prend soudain conscience qu’un vide s’invite à la fête : « Ma fille porte déjà en elle une part de cet homme et je ne sais absolument rien de lui », constate-t-il. Lui, c’est le donneur anonyme dont le sperme a servi à l’insémination artificielle de la mère de Rémi. Le désir d’humaniser cet homme, mais aussi de connaître ses antécédents médicaux, la moitié de son patrimoine génétique lui étant inconnu, pousse le réalisateur à partir en quête de ses origines dans un film en forme de bouleversant et instructif journal intime filmé.

Deux cents enfants à lui seul
En France, depuis le début des années 1970, environ 70 000 enfants ont été conçus par insémination avec donneur anonyme, et la loi leur interdit toujours d’obtenir la moindre information sur leur géniteur. Dans les banques de sperme (les CECOS), les médecins avaient imaginé un dispositif construit autour du secret pour dissimuler la présence du donneur, car ils bousculaient alors l’ordre naturel de la conception et la société française n’y était pas encore disposée. Rémi Delescluse dévoile un système opaque, longtemps resté sans réel contrôle, comme l’atteste le témoignage d’un « serial donneur » qui aurait permis la conception d’environ deux cents enfants. Le cinéaste rencontre également des femmes et des hommes venus au monde de la même manière que lui. Une première génération devenue adulte qui, après avoir suivi en vain la voie légale, s’empare en derniers recours de tests ADN (interdits en France) pour retrouver leurs donneurs. À travers cette quête intime, le film explore le poids des secrets de famille et interroge les frontières de la filiation. »


Réalisation : Rémi Delescluse
Pays : France Année : 2019
 
 

Pour visionner le documentaire c’est par ici sur ARTE

RDV aux courants de la liberté

Comme tous les ans à Caen, en Normandie, au mois de juin, il y a trois jours de courses à pieds, Les courants de la Liberté : marathon, semi-marathon, 10 km, les enfants qui courent, la Rochambelle, etc…..

Et comme tous les ans les professionnels du CECOS et du Centre d’AMP du CHU de Caen, tiennent un stand d’information sur le don de gamètes au village des Courants de la Liberté.

Un stand pour y parler du don de gamètes notamment, pour donner de la visibilité à ce sujet et pour « recruter » de futures donneurs et donneuses. 

 

 

 

 

Le samedi 15 juin et le dimanche 16 juin à partir de 16 heures, vous pourrez aussi rencontrer deux représentantes de l’association Collectif bamp. 

 

https://www.lescourantsdelaliberte.com/fr

 

Rencontre à Caen !

Retrouvez Julie pour une rencontre à CAEN !

Venez échanger autour de l’infertilité, le samedi 29 juin de 10h à 12h 

Rencontre Caen
Inscriptions/renseignements : collectifbampcaen@gmail.com

Les dons médicaux sujet d’une rencontre à Lyon

Le mercredi 15 mai, l’association COLLECTIF BAMP a répondu à l’invitation de l’association « LOCAUX’MOTIV » dans le quartier de la Guillotière à Lyon.

Soirée conviviale autour du don médical (sang, organes, gamètes). Avec des représentants de plusieurs associations, dont BAMP.

Association Cassandra ACCL

EFS (Etablissement Français du Sang)

Rendez-vous donc à Lyon pour une soirée d’information, d’échange sur le don

Langes de verre « La très véridique histoire de l’enfant qui ne voulait pas naître »

Langes de verre « La très véridique histoire de l’enfant qui ne voulait pas naître »

Emmanuelle et Estelle, ont lu ce livre et elles vous donnent leur point de vue

A l’heure où le gouvernement réfléchit à la manière d’inscrire dans le droit l’origine des enfants nés de la procréation médicalement assistée avec don, ce livre entre en résonance avec  ce projet :  c’est l’expérience d’une femme qui, bien que mariée, a fait un enfant « toute seule » en raison de l’indifférence et du refus de son mari de  s’engager et de l’accompagner dans  un  processus médical long et difficile.

Langes de verre, c’est l’histoire d’une femme bientôt quadra qui essaie de devenir maman depuis plusieurs années. Entre les visites médicales en métropole et les périodes de mobilité professionnelle à l’étranger de son mari qu’elle suit, l’auteure raconte son parcours, les difficultés du couple et celles liées aux différences culturelles et géographiques.

On y découvre plusieurs passages du parcours dont l’insémination avec don gamète (spermatozoïdes).

Par moment, narratrice et auteure se confondent. A d’autres moments, c’est le futur enfant qui interpelle sa mère. Le récit est ponctué de nombreuses interrogations sans réponse. Il est également entrecoupé de citations et d’envolées lyriques, ce qui donne une lecture rythmée.

Le désir d’enfant tourne à l’obsession et masque d’autres aspects importants de nos vies. La souffrance et la solitude de l’auteure sont perceptibles. On imagine combien l’arrivée du fils miracle a dû apporter joie et délivrance.

A la question pourquoi avez-vous écrit ce livre ? L’auteure Anne-Marie Perreau répond :

«C’est la divulgation d’un secret de famille qu’il est très souvent difficile d’exposer de vive-voix. : Les non-dits sont les maîtres silencieux de nos destins. On a souvent peur de parler.  L’écrire et plus facile

La question du débat est posée.

Un thème important est la mésentente du couple, qui ne s’arrange pas avec les difficultés liées à l’infertilité, l’auteure a mené son combat seule …D’entrée de jeu, l’auteure faisant preuve de lucidité, elle s’explique quant à son choix de vie maritale d’alors mais n’excuse pas l’attitude passive de son mari face aux difficultés rencontrées, ni son absence de soutien quant aux démarches médicales.

L’autre thème abordé concerne l’affection reportée sur les animaux domestiques. Dans son récit, un petit chien est adopté après un simple et affectueux échange de regard. Puis le vide de l’enfant qui n’est pas là est comblé par la présence animale.

Enfin, le dernier thème intéressant dans cet ouvrage est cette autre vision et manière de résoudre les problèmes d’infertilité, suggérée par Jospéhine la voisine camerounaise. Les croyances, les solutions sont évidemment différentes selon l’endroit du globe où l’on vit.  Ce récit rappelle qu’on est le fruit d’une culture collective et contextuelle.

Le récit se passe dans les années 80.

Autre temps, autres mœurs….

A l’époque actuelle, l’auteure aurait peut-être franchi le pas vers une maternité en solo ?

Emmanuelle & Estelle

 

Pour plus d’informations sur ce livre c’est par ici sur le site BABELIO

DON DE GAMETES : une enquête nationale inédite et incontournable !

Inédite, nécessaire, historique, incontournable, ambitieuse voilà les qualificatifs que nous portons sur cette enquête au sujet de l’information du mode de conception pour les enfants nés via un don de gamètes. Enquête qui a été mise en ligne lundi 8 avril. 
 
Nous l’espérions, nous l’attendions cette étude sur la question de l’information des personnes nées via un don de gamètes.
 
Car si pour notre association il est évident que les parents et futurs parents d’aujourd’hui, dans leur grande majorité, informent leurs enfants ou veulent les informer sur leur mode de conception, nous n’avions que les chiffres relatifs à de petites cohortes (moins de 100 familles interrogées). Bien que les études Toulousaines, Marseillaises de ces dernières années, sur des petites cohortes de familles, indiquent clairement un fort pourcentage de parents qui informent ou souhaitent informer leur enfants du mode de conception. Une étude d’une plus grande ampleur était nécessaire.  Pour la dernière enquête Toulousaine présentée en septembre 2018 au congrès FFER, ce sont 96 couples qui ont participé à l’étude. Les résultats vont donc dans le sens que nous voyons dans notre expérience associative les parents d’enfants nés via un don de gamètes parlent de la stérilité, du mode de conception à leurs enfants : « 49% des parents du groupe ICSI ont informé leur enfant majoritairement à partir de l’âge de 10 ans alors que 74% des parents IAD l’ont fait avant l’âge de 6 ans. Au total 88% des couples ont levé ou ont l’intention de lever le secret pour le groupe ICSI contre 82% dans le groupe IAD. Comparée aux publication internationales, notre enquête révèle un taux d’information du mode de conception élevé dans la population étudiée. Ceci est en accord avec deux études récentes françaises démontrant une plus grande évolution vers la levée du secret ». Source (Nadjet NOURI) FFER 2018
 
Cette nouvelle étude nationale qui vient d’être lancée par l’assistance publique des hôpitaux de Marseille et le CECOS , via une plateforme publique de questionnaires en ligne (questionnaire parents, et questionnaire adultes nés via un don) à pour ambition de récolter un très grand nombre de réponses. Tant des parents d’enfants nés via un don de gamètes que des personnes adultes nées via un don et cela sur plusieurs générations. Donc si vous avez eu vos enfants, il y a plusieurs années cette enquête est aussi pour vous. Il en est de même si vous êtes un adulte d’au moins 18 ans, nés via un don de gamètes.
 
Mercredi 10 avril, nous avons pu discuter de cette étude avec le docteur Catherine METLZER-GUILLEMAIN responsable de cette enquête et du CECOS de Marseille. Nous lui avons dis notre joie, notre enthousiasme et notre grand intérêt pour cette enquête. Nous vous invitons vraiment à remplir ce questionnaire qui est très court, pour que les résultats puissent refléter le plus précisément possible la question de l’information des enfants nés via un don de gamètes en France.  L’enquête comporte deux volets un quantitatif via les questionnaires en ligne et un volet qualitatif avec des entretiens qui vont être proposés aux familles volontaires. Cela va donner une grande enquête très complète et qui pourra aussi mettre en évidence les points de vue en fonction des générations de parents et d’enfants. 
 
Que vous soyez parents d’enfants nés via un don de gamètes (ovocytes, spermatozoïdes, embryon ou double don), que cette AMP via un don ai été réalisé en France ou à l’étranger, que vous soyez un couple hétérosexuel, homosexuel ou une femme seule, nous vous proposons de répondre à cette étude proposée par l’assistance publique des hôpitaux de Marseille.
 
Vous connaissez des personnes nées via un don de gamètes ? Si elles ont 18 ans, elles peuvent répondre à cette enquête dans la partie qui leur est consacrée.
Vous connaissez des parents d’enfants nés via un don de gamètes, vous êtes vous même parents ? Surtout n’hésitez pas une seconde, les questions ne prennent que 5 minutes
 
 
 

Lancement d’une grande étude sur l’information des personnes nées grâce au recours au

don de gamètes : Une première en France

Publié le :
09/04/2019 à 11:08

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (CECOS du Laboratoire de biologie de la reproduction – Hôpital de la Conception) et le Centre Norbert Elias, lancent une grande étude sur les pratiques d’information dans le recours au don de gamètes (ovocytes ou spermatozoïdes). Financée par l’Agence de la Biomédecine, il s’agit de la première étude à l’échelle nationale qui se penche sur la circulation de l’information dans les familles.

Conduite en sciences sociales et médicales, cette étude a donc pour objectif principal d’évaluer à l’échelle nationale l’information des personnes conçues par don de gamètes sur leur mode de conception. Elle croise les points de vue et l’expérience des parents et des personnes qui sont nées grâce à ces techniques. Elle utilise une démarche à la fois quantitative et qualitative en s’appuyant d’une part sur des questionnaires en ligne et d’autre part sur des entretiens semi-directifs, destinés aux parents ayant eu recours à un don et aux personnes qui en sont issues.

« Cette étude poursuit un double objectif, détaille le Pr Catherine METLZER-GUILLEMAIN, responsable du service de Biologie de la Reproduction (CECOS – Hôpital de la Conception, AP-HM), d’une part, esquisser de grandes tendances concernant le partage de l’information sur le recours au don dans les familles et d’autre part, comprendre les motivations des choix parentaux et le vécu des personnes nées de don quant à cette information. En éclairant les dynamiques familiales et personnelles associées au partage de l’information ou à son absence, elle permettra un meilleur accompagnement des personnes et des familles concernées par le recours au don. »

Vous avez conçu votre enfant grâce à un don de spermatozoïdes ou un don d’ovocytes, en France ou à l’étranger ?
Cliquez ici

Vous avez 18 ans ou plus et vous avez été conçu grâce à un don de spermatozoïdes ou un don d’ovocytes, en France ou à l’étranger ?
Cliquez ici

 

Les pratiques d’information dans le recours au don de gamètes / Page Parents

Nous étudions la manière dont les parents ayant eu recours à un don de gamètes (spermatozoïdes ou ovocytes) informent ou non leur(s) enfant(s) de leur mode de conception.

 

L’enquête s’intéresse à la fois à la prise de décision des parents, à leur expérience et leur point de vue quant au partage de l’information.

Cette enquête permettra aussi d’apporter aux professionnels de l’assistance médicale à la procréation une meilleure vision de l’expérience des parents afin qu’ils améliorent leurs pratiques d’accompagnement.

Basée sur le volontariat,  la participation est confidentielle et anonyme.

Nous vous proposerons également de participer à un entretien avec un membre de notre équipe. Cet entretien se fera sur rendez-vous, dans un lieu prévu au préalable avec vous.

Nous vous proposerons également de participer à un entretien avec un membre de notre équipe. Cet entretien se fera sur rendez-vous, dans un lieu prévu au préalable avec vous.

 

Si vous voulez plus d’information, rendez-vous sur le site de l’APHM.

A partager très largement pour des résultats de grande ampleur ! 

#donDeGamètes #DesFamillesGraceAuxDons #donOvocyte #donSpermatozoides #DonEmbryon #doubleDOn #ParlonsDuDonDeGamètes