CAEN : rencontre BAMP !

Retrouvez Julie pour une rencontre à un nouvel horaire !
RDV à Caen le samedi 27 avril entre 10h et midi 

Rencontre Caen

Inscriptions/renseignements : collectifbampcaen@gmail.com

MERCI cela fait du bien

Bonjour,
Je vous envoie ce mail pour vous remercier chaleureusement .
Il y a maintenant 2 ans nous étions perdus après un arrêt PMA de 4 ans.
Nous étions en démarches adoptives  dans une attente interminable.
Des événements personnels m’ont conduit à repenser autrement la PMA et à envisager le don d’ovocyte.
J’avais contacté Maia et les enfants Kdo par rapport au choix de cliniques.
Cherchant un échange avec des patients étant passés par la PMA, j’avais échangé téléphoniquement en janvier 2015 avec Virginie (co-fondatrice de BAMP).
Elle m’avait écouté, donné des pistes qui se sont avérées déterminantes.
Nous avons enfin eu un réel suivi sérieux et parisien.
Nous nous sommes envolé en mars 2016 pour la République Tchèque.
Avec beaucoup de  chance je suis tombée enceinte dès le premier transfert.
Aujourd’hui nous sommes parents depuis le 19 décembre 2016 de notre petite fille.
Merci infiniment pour votre écoute et le combat de Bamp que je suis régulièrement.
[…]
En tout cas, nous écrivons une nouvelle page de notre vie.
Longue vie à BAMP!!
S.
Merci à S. pour ce message, qui nous fait du bien et qui nous rappelle pourquoi, nous nous investissons au quotidien pour la cause BAMP !
Les référents sont joignables par mail et/ou par téléphone.
Avez-vous signé la pétition BAMP ? 48 propositions pour améliorer la prise en charge de l’infertilité et de l’AMP en France.

Association AGAPA : Colloque le 22 Septembre

logo AGAPA

COLLOQUE DE L’ASSOCIATION

AGAPA

http://www.association-agapa.fr/

AFFICHE AGAPACapture

A l’occasion de ses 20 ans d’existence, AGAPA désire, par ce colloque, créer un temps de réflexion et d’échanges entre les différents acteurs concernés, afin que chacun puisse proposer un accompagnement toujours plus adapté aux personnes en souffrance et, que celles-ci puissent trouver en elles les ressources pour aller vers l’apaisement.
INSCRIPTION ET PROGRAMME  :  Ici
Créée en 1994, l’association AGAPA propose accueil, écoute et accompagnement, à toute personne touchée par la mort d’un enfant autour de la naissance ou par une grossesse qui n’a pu être menée à terme.

Vous avez vécu, ou l’un de vos proches a vécu, une interruption de grossesse médicale, ou accidentelle, IMG, fausse-couche, grossesse extra-utérine, réduction embryonnaire, mort in utero).  Cet événement est récent, ou remonte à plusieurs, voire de très nombreuses, années. Aujourd’hui, vous ressentez peut-être  le besoin d’en parler. Peut-être aussi est-ce difficile de le faire avec votre entourage.
C’est pour vous offrir un espace de parole et un soutien que l’association AGAPA a été créée en 1994. Oser dire, vous donner le droit d’exprimer ce que vous ressentez et savoir que cela va être écouté, sans jugement d’aucune sorte, peut être source d’apaisement.

AGAPA vous propose, si vous le souhaitez, un accueil, une écoute et un accompagnement, respectueux de ce que vous êtes et de votre histoire, quel que soit ce que vous avez vécu.
AGAPA vous propose également de participer à un groupe de parole et d’entraide, seul(e) ou en couple, si vous souhaitez rencontrer des personnes ayant vécu, comme vous,
une grossesse interrompue (fausse couche, IMG, mort in utero) ou la perte d’un enfant à la naissance. Ce site vous donne un aperçu de qui nous sommes et de ce que nous proposons.
N’hésitez pas à prendre contact avec AGAPA :
AGAPA Paris
42, rue St Lambert – 75015 Paris
Tél : 01 40 45 06 36
E-mail : contact@agapa.fr

Etre Bamp, même un petit peu : c’est pas si facile!!!

Aujourd’hui forte des premières réactions BAMP de quelques pmettes (par ex: ALICE), j’ai décidé moi aussi d’apporter ma « petite » contribution, une goutte d’eau dans la marre mais si on le fait tous!!! La vie pmette serait un peu plus douce. 😉

Ce n’est pas grand chose, mais j’avais vraiment cette image en tête, ça n’avait pas pu ne choquer que moi, ce n’est pas possible, forcément d’autres étaient passées par là et y passeront!

Dans mon centre après 2 échecs FIV on nous envoie faire le test pour le sucre, donc pendant 1 heure vous restez allongé dans la pièce des prises de sang de votre laboratoire.

Je vais toujours au même labo, sympas, font pas mal, un labo très très fréquenté car ils font des examens que les autres font pas.

C’était en décembre dernier je crois, donc là assise, après avoir bu leur boulgi boulga, dans mes pensées (2 échecs, demain re-hystéroscopie, que va donner le caryotype?, et l’IRM c’est quand les résultats? et pourquoi ça marcherait la 3ème?…) j’ai une envie primaire…les sanitaires? je dois y aller… je me lève, je sors, en refermant la porte…je le vois…il pendouille à la poignée…un « do not disturb » à la mode de chez eux c’est à dire : LE PICTOGRAMME QUI TUE :Une femme enceinte semi-allongée!!! Je vous jure! Elles le savaient, et elles m’ont tout de même étiqueté, elles ont osés !!!

Je vous laisse imaginer mes pensées, mon ruminage pendant le temps qui a suivi, etc…J’ai souvenir que j’avais laisser un comm sur le blog que je suivait pour faire sortir tout ça tellement je bouillonnais, par contre à eux je n’avais rien dit! A l’époque il n’y avait pas BAMP, je n’avais pas cette force qui aujourd’hui m’aide à savoir que ce genre de sentiment n’appartient pas seulement à moi, nous sommes plusieurs à être blessées par tout ça, ou par juste ça!

Cette image m’est vraiment restée gravée, et m’a choquée!

Donc tout à l’heure ça m’a pris, j’ai pris mon téléphone, et j’ai appelé! Pendant que ça sonne, mon cœur bas de plus en plus fort je l’entends qui résonne dans ma poitrine…ça m’énerve, « allez reprends le dessus mince!!!non mais oh! C’est pas si difficile! ».

La secrétaire répond.

« Si vous pouvez m’accorder 2 minutes de votre temps, j’aurais une remarque à vous faire pour que vous puissiez la faire remonter au responsable! »

Ma voix de plus en plus chevrotante (ça m’énerve et en même temps je prends conscience au fur et à mesure que oui c’était important pour moi de leur dire) je lui signifie donc que nous sommes surement nombreuses dans mon cas à passer cet examen et leur explique la nécessité pour eux de prendre en compte les souffrances de chacun.

Elle me comprend (je sais qu’elles ont dans leur équipe une nana expmette gagnante en fiv3, c’était peut-être elle?) et me passe la biologiste en chef pour que je lui dise!

Là rebelote! La voix de la chèvre repart de plus belle…impossible de cacher mon émotion (ça m’énerve!!!!) je lui explique..le picto=le symbole, les souffrances… Elle me demande où j’en étais dans mon parcours à ce moment là? — Mais peu importe…en plus je crois que c’est aussi un examen pour les fausses couches à répétition(je n’ose imaginer!!) alors Ecoute moi!!!! CHANGE CETTE PANCARTE!!!!

Elle comprends. (Enfin!) elle me dit qu’elle s’excuse si ce n’est pas fait quand je reviendrai mais qu’elle va le faire au plus vite et que j’avais raison de me manifester. « de mon côté ça à l’air pourtant si simple à changer!! » ouioui c’est vrai mais… enfin je vais le faire!!

Pour finir elle me demande où j’en suis au niveau des fivs. « 4ème en septembre » mais je lui montre que je ne veux pas m’étaler…

Elle clôture la conversation en m’assaillant d’un « IL FAUT GARDER CONFIANCE » , j’ai un semblant de « oui » qui est sorti et on raccroche.

RRRRRRRRaaaaaaaaaaaahhhhhhh!!!!!! Mais vas-y culpabilise moi, si j’y crois pas ça va pas marcher….et moi qui dit : « oui » RRRRRRRRRRRRaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhh!!!!!!!

J’y été presque, j’avais réussi et BOOM! juste sur la fin!Patatra!Mince alors!

J’aurais essayé!

(en tout cas si il est pas enlevé la prochaine fois je l’embarque et le crame!!! 🙂 )

(vivement les flyers BAMP…j’en veux un sur les idées reçues!)

Comment la sophrologie m’a accompagnée…

C’est une pratique que je ne connaissais pas vraiment avant le diagnostic de mon infertilité, pourtant je pensais déjà à consulter pour être plus détendue au quotidien.

Il a fallu d’abord trouver un ou une bon(ne) sophrologue… J’ai pris celle la plus proche de chez moi et parfois le hasard fait très bien les choses. Je suis tombée sur une jeune femme, très à l’écoute. Pour choisir son praticien on m’avait donné un conseil : prendre un rendez-vous et si on se retrouve avec quelqu’un en face de soi qui a l’air bien dans sa peau, épanouie dans sa vie, c’est plutôt bon signe ! Ça peut paraitre simpliste comme conseil mais c’est vrai qu’en y réfléchissant ma sophrologue est le genre de jeune femme qui sans se mettre en avant, ni se donner d’air de « grande dame » a l’air d’être quelqu’un d’épanouie, de joyeuse tout en étant calme et posée…

Elle a d’abord pris le temps de m’écouter, elle avait l’air au courant des préoccupations liées à la PMA… C’était important pour moi car même si on ne recherche pas un avis médical en consultant ce genre de praticien, c’est bien d’avoir quelqu’un en face de soi qui connait un minimum le processus…
Je ne le savais pas encore mais elle intervenait à des réunions d’informations dans mon centre PMA. Et je l’ai rencontrée (plus tard dans mon parcours) à une soirée débat sur le don d’ovocytes. A y réfléchir ça peut être une piste pour trouver des coordonnées de praticiens…

J’ai fait le choix des séances individuelles, certes cela représente un cout mais je me suis dit que je voulais mettre toutes les chances de mon côté… Mon conjoint n’en ressentait pas le besoin pour lui mais m’a poussé à le faire. J’en avais besoin, non pas pour « réussir », mais pour gérer au mieux la situation, pour être accompagnée…

Rapidement, je me suis entendue dire par ma sophrologue : « Un jour ou l’autre, d’une manière ou d’une autre vous serez maman ! » Quand j’y repense elle ne s’engage pas beaucoup en disant ça mais cette phrase a résonné longtemps et résonne encore en moi… On ne sait pas quand ni comment, mais ça donne envie d’y croire, d’avancer en tout cas ! Ça contrebalançait le discours des médecins qui étaient plutôt pessimistes sur mon « cas ». Et c’est de cette dose d’optimisme dont j’avais besoin…

Les rendez-vous (d’environ 1h à un rythme d’environ 2 par mois) se déroulent en 3 étapes :
Une partie discussion (à son bureau), où elle demande ce qu’il s’est passé depuis le dernier rendez-vous (à tous niveaux, pas seulement PMA)
Des exercices de respiration (debout avec une musique zen en fond sonore) : elle me montre l’exercice puis je le refais, c’est là que j’ai appris à respirer par le ventre (au début je n’y arrivais pas) et non en gonflant ma cage thoracique, bien plus détendant ! Ces exercices aident à évacuer les tensions accumulées pendant les semaines passées et à faire le plein de confiance et de sérénité pour les semaines à venir…
Une partie relaxation/visualisation (allongée toujours avec une musique zen en fond sonore), je ferme les yeux et elle me décrit une situation, tout en continuant les exercices de respiration. L’exercice de visualisation demande un certain lâcher prise qui s’apprend au fur et à mesure des séances. On peut ensuite faire appel à cette « image ressource » en cas de situation de stress par exemple. Ce n’est pas de l’hypnose puisqu’on reste conscient de ce qui nous entoure mais dans certaines intonations ça peut y ressembler. Enfin elle termine cet exercice en me demandant d’avoir « confiance en mes projets pour l’avenir » (tout est résumé !!).

Bref je ressortais des séances toujours reboostée, c’était mon moment de détente, c’était un besoin, il m’est même arrivé de rajouter une séance entre deux rendez-vous !

Ayant aussi « testé » l’acupuncture, même si ces deux pratiques ne sont pas comparables, la sophrologie me correspond mieux je la trouve plus complète grâce a ce moment de discussion qui précède la séance. C’est le côté humain qui me manquait dans le parcours médicalisé des traitements FIV. Il ne s’agit pas d’une séance de psychothérapie, on ne « creuse » pas vraiment mais on met des mots sur ce qui nous arrive et on tente de positiver la situation au maximum quoi qu’il arrive…

Et chose intéressante, une fois que la grossesse est installée, elle propose (comme de nombreux sophrologues) une préparation à l’accouchement et ayant l’ « habitude », je pense que j’y étais détendue alors pendant les séances bébé y bougeait beaucoup !
Et de toute façon la respiration qu’on apprend en sophrologie est quasiment la même qu’on nous apprend en cours de préparation à l’accouchement (classique).

Vous l’aurez compris la sophrologie m’a accompagnée pendant tout mon parcours et ce n’est pas terminé, c’est certain…
Mais comment trouver ces bons praticiens (quel que soit le domaine) ? Je me demandais l’autre jour si on ne pouvait pas trouver une manière de s’échanger ces « bonnes » coordonnées ou de les répertorier par ville ou par département. Mais là encore qu’en est-il au niveau légal ? Et comment maintenir cette liste à jour ?

Et vous avez-vous « testé » la sophrologie ou avez-vous été tenté(e) ?