Invitation CAP AMP : une enquête pour comprendre l’AMP transnationale

Vous avez sans doute participé, au mois de juin au questionnaire qui a été mis en ligne par l’équipe de sociologues de l’INED (Institut national d’études démographiques), qui travaillent sur la : Santé sexuelle et reproductive (UR14).
Aujourd’hui cette équipe vous invite à participer « à la journée d’études Cap AMP : une enquête pour comprendre l’AMP transnationale qui aura lieu le 7 décembre 2018 de 10h à 17h, à l’Ined.

Le recours l’AMP à l’étranger est un phénomène encore peu étudié et documenté. Pourtant en France de nombreuses personnes partent faire une AMP dans un autre pays. Une première enquête qualitative a été réalisée en 2010-2012 auprès de personnes résidentes en France rencontrées dans des cliniques étrangères de 4 pays européens (Grèce, Belgique, Danemark et Espagne). Cette étude a montré que les recours transnationaux de l’AMP concernaient aussi bien les couples de même sexe, les femmes seules que les couples hétérosexuels. Les raisons étaient d’échapper aux contraintes légales, médicales et financières et de vouloir bénéficier d’une prise en charge considérée comme plus rapide, humaine et performante. Néanmoins il n’existe pas d’études chiffrées permettant de dire combien de personnes sont concernées, qui elles sont, et comment se déroule leur parcours d’AMP.

Nous envisageons un nouveau projet de recherche pour répondre à ces questions, en interrogeant directement la population concernée et en mobilisant différents outils statistiques pour estimer leur nombre. Pour préparer ce nouveau projet de recherche, nous avons lancé en juin 2018 une première vague d’enquête que nous avons appelée Cap AMP (https://capamp.site.ined.fr/). Et c’est un succès ! Grâce à vous ! En moins de deux mois nous avons eu plus de 300 réponses. Cette enquête nous renseigne sur le parcours AMP des participant·e·s, et les réseaux sociaux sur lesquels ils/elles s’appuient durant leur parcours d’AMP à l’étranger.

Nous organisons dans ce cadre une journée d’études sur les recours transnationaux de l’AMP. La première partie de la journée (ouverte au public) sera dédiée à la présentation des résultats de Cap AMP, suivie d’échanges avec la salle. La seconde partie de la journée sera consacrée à des ateliers pour échanger sur ces recours. Ces ateliers aideront l’équipe de recherche à concevoir la grande enquête en projet.

Votre participation à cette journée d’études nous serait une aide précieuse pour consolider notre projet de recherche. Le partage de votre avis, de vos expériences et connaissances nous permettra de mieux comprendre les recours transnationaux de l’AMP depuis la France et de construire une enquête qui tient compte des besoins et contraintes des personnes concernées.

Merci de nous confirmer votre participation, et de préciser la tranche horaire de votre venue si vous ne pouvez pas rester toute la journée. Nous vous enverrons en octobre le programme de cette journée avec de plus amples informations sur les ateliers.

Les adhérent·e·s de votre association sont également les bienvenus pour assister aux présentations du matin et surtout pour participer aux ateliers de l’après-midi. Les places sont limitées et l’inscription de vos adhérent·e·s est obligatoire. »

 

Merci de vous inscrire auprès de Virginie (collectif@bamp.fr) si vous souhaitez participer à cette journée du 7 décembre. 

Étude ABM des couples receveurs d’un don de gamètes

Message de l’agence de BioMédecine pour les couples receveurs d’un don de gamètes.

Photo 28-05-2015 15 10 01
10 ans de l’Agence de Biomédecine 28 et 29 mai 2015

 

VOUS AVEZ BÉNÉFICIÉ D’UN DON DE SPERMATOZOÏDES OU D’OVOCYTES ? VOTRE EXPÉRIENCE NOUS INTÉRESSE.

Nous menons une étude pour mieux connaître le vécu des couples ayant bénéficié d’un don de gamètes.

Si vous êtes dans cette situation et que, grâce au don, vous avez eu un enfant entre 2011 et 2015, vous pouvez proposer votre candidature à etudegametes@bm.com

Vous trouverez plus d’informations sur le site de l’ABM, espace Assistance Médicale à la Procréation ICI

P.S. : Nous pensons que cette étude concerne les couples ayant reçu un don de gamètes en France, mais c’est à vérifier auprès de l’ABM, via l’adresse mail dans l’annonce.

Protocole FAMIOP – PMA de la Salpétrière

Protocole FAMIOP – PMA de la Salpétrière

Le Service d’Endocrinologie et médecine de la Reproduction conduit une étude dans le champs de l’insuffisance ovarienne familiale. Le recrutement est en cours, aussi vous pouvez participer dès lors que vous correspondez aux critères ci dessous.

Une Analyse génétique des cas familiaux d’insuffisance ovarienne prématurée est en cours à l’hopital de la Salpétrière, dans le Service d’Endocrinologie et médecine de la Reproduction .

Cette étude a pour but d’identifier et caractériser les gènes responsables de l’insuffisance ovarienne prématurée dans sa forme familiale afin d’améliorer la prise en charge et le diagnostique de cette pathologie.

Il s’agit d’un recrutement national dans différents centres de référence dont le notre à la Pitié Salpêtrière.

Ce protocole concerne une population de 20 familles regroupant dans une même famille : plusieurs cas d’insuffisance ovarienne et des sujets masculin ou féminin non atteints.

La durée de participation à l’étude est d’une journée et consiste en un examen clinique et un prélèvement sanguin pour l’analyse génétique après obtention de votre consentement.

Conditions de participation :

  • Au moins 2 cas d’insuffisances ovarienne dans la famille prouvée par :
    • Aménorrhée avant l’âge de 40 ans
    • Taux de FSH > 30 mUI/ml
    • Origine Caucasienne
  • Apparenté non atteint des patientes (homme ou femme de la famille)

si vous êtes dans ce cas, et que vous souhaitez participer à cette étude, voir le contact ci-dessous :

Contacts :
Jérôme DULON
Tél : 01 42 16 02 11
Fax : 01 42 16 02 85
Courriel : jerome.dulon@psl.aphp.fr

Courriel de l’étude : iop.pitie@psl.aphp.fr

CONGRES FFER 2014

La Fédération Française d’Etudes de la Reproduction organise pour sa 19ème année un colloque qui regroupe pendant trois jours, les chercheurs, les biologistes, les gynécologues, les médecins, les sages-femmes qui interviennent dans l’A.M.P. Il se déroule  du 17 au 19 septembre. Plusieurs groupes de recherches et d’études, présentent ainsi leurs travaux, lors de ces journées.

Le GEDO (Groupe d’Étude sur le Don d’Ovocyte), le BLEFCO (Biologistes des Laboratoires d’Études de la Fécondation et de la Conservation de l’Oeuf), la SALF (Société d’Andrologie de Langue Française), La  SCGP (Société de Chirurgie Gynécologique et Pelvienne), des unités de l‘INSERM et d’autres encore. Tous sont des entités  qui regroupent des médecins, des chercheurs, des étudiants. Certains de vos gynécologues, les biologistes, les équipes des services A.M.P. dans les C.H.U. font partis de l’un ou de l’autre des ces groupes d’études.

Ils explorent scientifiquement tous les domaines de l’infertilité (et /ou de la fertilité), de la gynécologie, de la reproduction humaine. Ils cherchent ainsi, à mieux comprendre « comment ça marche« , à améliorer leurs moyens de diagnostic, à développer des traitements  plus efficaces.

Nos médecins, ceux que l’on croisent dans leur cabinet, au CHU sont des gens qui cherchent à comprendre, qui cherchent à améliorer la prise en charge qu’ils peuvent nous proposer. Pour cela, ils se forment et s’informent, pour, nous l’espérons une médecine de la reproduction Française, plus performante. Mais en France, les équipes manquent de moyens et de volonté politique pour soutenir la recherche (l’un étant la conséquence de l’autre) pour avancer un peu plus loin dans la compréhension des mécanismes complexes et encore inexplorés de la fertilité humaine.

bandeau-accueil

L’association Collectif BAMP sera présente lors de ces 3 journées FFER, représentée par deux Dames Du Bureau et deux adhérentes (Fanny et Artemise), que nous remercions vivement pour leur présence.

Nous pensons que c’est important que les association de patients participent à ces journées. L’année dernière nous avions pris contact avec les organisateurs, mais les frais d’inscriptions étaient trop élevés. Cette année, grâce aux contacts que nous avons établis depuis l’année dernière avec le Professeur Samir Hamamah de Montpellier et Madame le Docteur Belaisch-Allart de Sèvres, BAMP a été invité à participer à ces trois jours de colloque.

Nous allons donc, non pas intervenir pour représenter les patients, nous allons simplement tenir un stand BAMP, ce qui est déjà beaucoup !  La présence d’une association de patients est une nouveauté.

N’oublions pas, qu’en France, il n’est pas dans les mœurs, que médecins et patients participent à une même tribune. Nous aimerions que cela change, nous pensons sincèrement que l’échange et la collaboration entre patients et médecins peut apporter des changements positifs. Notre participation à ce colloque est un premier pas, dont nous nous réjouissons.

Grâce à notre présence là-bas, nous allons pouvoir présenter aux professionnels de l’A.M.P. l’association BAMP, ses adhérents et ses projets. Dire que nous existons et que nous soutenons nos médecins.

Nous allons aussi pouvoir écouter ce qui se dit sur des sujets tous intéressants :

  • Vitrification Ovocytaire et Embryonnaire
  • Les échecs d’implantation
  • Echanges sur l’évaluation des résultats des centres d’AMP
  • L’AMP ET SES MAUX
  • ACCOMPAGNEMENT DES COUPLES LORS DE LEUR PARCOURS DE PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE : UN ENJEU MAJEUR
  • PROCRÉER PAR DON
  • L’IMPLANTATION
  • LES SITUATIONS LIMITES EN CHIRURGIE OU AMP
  • SESSION LE RISQUE EN AMP
  • ACTUALITÉS EN GONADOTROPHINES
  • SESSION NUTRITION ET FERTILITE
  • ENVIRONNEMENT ET REPRODUCTION
  • L’AZOOSPERMIE SECRÉTOIRE
  • CULTURE, PHILOSOPHIE ET SOCIÉTÉ
  • SAGE FEMMES EN AMP : UNE SPÉCIALITÉ A PART ENTIÈRE
  • LA CONGÉLATION D’OVOCYTE DANS LE CADRE DE LA PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ
  • CONTROVERSES EN AMP
 Nous vous invitons à lire le programme détaillé :
Mercredi 17 septembre 2014 / matin 10h-12h30
ATELIER – BLEFCO/CECOS Molière
> Vitrification Ovocytaire et Embryonnaire
Modérateurs : Florence Brugnon, Jean-François Guérin
– Entre efficacité et toxicité : comparaison des milieux de vitrification ovocytaire / Hanae Pons-Rejraji
– Système fermé/système ouvert : protéger/préserver / Pierre Boyer
– Vitrification – réchauffement, du principe à la pratique / Célia Ravel
– Stockage des ovocytes et des embryons vitrifiés : modification des pratiques ? / Oxana Blagosklonov
– Transport d’ovocytes et d’embryons vitrifiés : une entreprise risquée ou une routine quotidienne ? /ValérieVernaeveATELIER – SFEF Salle 9
> Les échecs d’implantation
Modératrice : Isabelle Cédrin
– Les échecs liés à la qualité embryonnaire ou gamétique / François Vialard
– Les échecs liés à l’utérus : cause mécanique et vasculaire / Lionel Reyftman
– Les échecs d’origine immunitaire générale ou thromboembolique / Isabelle Cédrin
– Les échecs liés à une dysimmunité endométriale / Nathalie Lédée
– Comment préparer l’endomètre de façon optimale pour les transferts d’embryons congelés ? /BettinaBstandingATELIER – AGENCE DE LA BIOMÉDECINE Salle 6/7
> Echanges sur l’évaluation des résultats des centres d’AMP
Modérateurs : Nicolas Chevalier, Claude Giorgetti
– Evaluation des résultats 2010-2012 : Etat des lieux – retours sur la méthodologie / Fabienne Pessione
– Indicateurs complémentaires d’activité : interprétations, utilisations / Dominique Royère
– Evaluation des résultats sur les données individuelles 2013 : méthodologie, modèle d’ajustement / Sabrina Di Costanzo
Mercredi 17 septembre 2014 / après-midi 13h30-19h
OUVERTURE OFFICIELLE DU CONGRES – 13H30
Joelle Belaisch-Allart, Rachel Lévy et Jacqueline Selva
SESSION GEFF / SALF / AFU 14H-16H Auditorium
L’AMP ET SES MAUX
Modérateurs : Jean-Luc Pouly, NicolasThiounn- Analgésies de la ponction / Dan Benhamou
– Quelles chances d’avoir un enfant après un traitement FIV infructueux ? / Elyse de la Rochebrochard
– Quelle place pour la souffrance psychique ? / Sarah Bydlowsky
– Si près de l’enfant (paroles de patiente) / Géraldine Jumel-Lhomme
– La douleur de l’homme infertile / Jean-Marc Rigot

16h-16h30 Pause et visite des posters

SYMPOSIUM PFIZER – 16H30-17H30

Auditorium
ACCOMPAGNEMENT DES COUPLES LORS DE LEUR PARCOURS DE PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE : UN ENJEU MAJEUR

Modérateurs : Joelle Belaisch-Allart, Bernard Nicollet

– Quand le regard croise l’écoute… / Dominique Cornet, Charlotte Sibony-Dudkiewicz
– Quels intérêts présente la voie d’administration pour les patients au quotidien ? / Maëliss Peigné
– Questions/Réponses
SESSION CECOS – 17H30-19H Auditorium
PROCRÉER PAR DON
Modérateurs : Nathalie Rives, Louis Bujan

– Etre stérile et procréer / Zohra Perret
– Procréer avec ses gamètes ou avec gamètes de donneur : quelle dynamique familiale ? / Najet Nouri
– Le don dans les récits de conception : pratiques narratives de parenté par don de gamètes / Nikos
Kalampalikis, Marjolaine Doumergue
– Représentation croisée du don : donneur et receveur / Jean-François Guérin, Jean-Pierre Durif
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE GEFF – 19H

Jeudi 18 septembre 2014 / Matin 9h-12h30
Sessions Parallèles – 9h-12h30

SESSION SFEF / 9H-11H00 – Auditorium
L’IMPLANTATION
Modérateurs : Pascale Chavatte-Palmer, Philippe Merviel

– Contrôle du développement de l’embryon par l’utérus / Olivier Sandra
– Adiponectine-leptine et implantation / Marie-Noëlle Dieudonné
– La réceptivité endometriale à la lumière de l’OMICs / Delphine Haouzi
– Cellules souches et implantation / Carlos Simon
SESSION SCGP / 9H-11H00 – Salle Molière
LES SITUATIONS LIMITES EN CHIRURGIE OU AMP
Modérateurs : Nathalie Massin, Auber Agostini

– Hydrosalpinx après 40 ans : chirurgie tubaire ? / Jean-Marc Mayenga
– Endometriose profonde avant 30 ans : resection digestive ? / Pietro Santulli
– Uterus polyfibromateux adenomyosique : metrectomie ? / Jean-Louis Benifla
– Synechie complexe recidivante : chirurgie itérative ? / Auber Agostini
– Tumeur borderline de l’ovaire unilaterale : annexectomie homolatérale ? / Christophe Poncelet

11h-11h30 Pause et visite des posters

Sessions Parallèles – 11h30-12h30

COMMUNICATIONS ORALES SÉLECTIONNÉES – Auditorium
Modérateurs : Bernard Nicollet, Isabelle Koscinski

– Fréquence des anomalies congénitales des enfants issus de FIV en France en 2012 / Fabienne Pessione,
Agence de la biomédecine
– Production in vitro des spermatozoïdes à partir des testicules de souris prépubères : tissus frais, congelés
et vitrifiés / Ludovic Dumont, C.H.U. de Rouen
– Fertilité et réserve ovarienne : étude des connaissances des étudiantes sages-femmes du sud-est de la
France / Laura Chelli, Ecole Universitaire de Maïeutique Marseille-Méditerranée (EU3M)
– L’impact des histones résiduels au sein de la chromatine spermatique sur l’évolution des embryons et
l’obtention de grossesse en AMP / Cyrielle Fournier, Inserm U846
– Dix ans de préservation de la fertilité masculine hors traitement potentiellement stérilisant: bilan d?activité
dans 5 centres de la Fédération Française des CECOS / Jeanne Perrin, CHU la Conception, Marseille
– AMH et prédiction des résultats en FIV / Charles Tibi, Hopital Américain

SESSION LE RISQUE EN AMP
– Salle Molière
Modérateurs : Jean-Marc Ayoubi, Véronique Chabert-Orsini

1. L’anticipation et le management du risque en AMP / Vanessa Gayet
2. Le risque et les marqueurs de SHO dans la pratique courante / Didier Dewailly
3. Stratégies pour la stimulation des patientes à risque de SHO / Paul Barrière

Avec le soutien institutionnel des Laboratoires Ferring

Sessions Parallèles – 12h45-14h00

SYMPOSIUM MSD – Auditorium
ACTUALITÉS EN GONADOTROPHINES
Modérateurs : Paul Barrière, Christophe Blockeel

– Le choix de la dose de gonadotrophine / Paul Barrière
– Innovation en stimulation ovarienne dans la pratique au quotidien / Christophe Blockeel
– Questions/réponses

SESSION NUTRITION ET FERTILITE – Salle Molière
ENVIRONNEMENT ET REPRODUCTION
Modérateurs : Rachel Lévy, Éric Sedbon

– Pollution et reproduction, impact sur la descendance / Pascale Chavatte-Palmer
– Longévité nutrition reproduction / Hugo Aguilaniu
– Environnement et reproduction, la part du mâle / Rachel Lévy

Avec le soutien institutionnel des laboratoires Gallia

Jeudi 18 septembre 2014 / Après-midi 14h15-19h
Sessions Parallèles – 14h15-16h

SESSION SALF / AFU – Auditorium
L’AZOOSPERMIE SECRÉTOIRE
Modérateurs : Marc Bailly, Anne-Marie Junca

– Optimisation/traitement avant prélèvement chirurgical / Hervé Lejeune
– Technique chirurgicale (macroscopique vs microscopique) / Eric Huyghe
– Techniques d’extraction des spermatozoides de la pulpe testiculaire / Aline Papaxanthos
– Prélèvement asynchrone versus synchrone / France Verhaeghe
SESSION GEDO – Salle Molière
CULTURE, PHILOSOPHIE ET SOCIÉTÉ
Modérateurs : Hélène Letur, Betty Rossin

– Diversité culturelle et don de gamètes et d’embryons / Sylvie Epelboin
– Aspects philosophiques du don de produits du corps humain / Bernard Baertschi
– Pourquoi ne pourrait-on pas bénéficier de l’aide des centres privés dans l’exercice
du don d’ovocytes ? / Bernard Nicollet

ATELIER SAGE FEMMES / 14H30-17H30 – Salle 6/7
SAGE FEMMES EN AMP : UNE SPÉCIALITÉ A PART ENTIÈRE
Coordonnateurs : Valérie Blanchet, Sophie Gabach

– Etat des lieux : compétences des sages-femmes en AMP en France / Valérie Blanchet, sage-femme – Cochin
– Analyse de l’enquête 2014 et débat / Sophie Gabach – sage-femme – Sèvres
– Présentation d’une enquête : sage-femme en AMP en Italie /Giula Meucci, sage-femme – Florence (présentation enquête italienne)
– Présentation ESHRE et perspectives / Valérie Blanchet, sage-femme – Cochin

Avec le soutien institutionnel des laboratoires Ferring

16h-16h30 Pause et visite des posters

Sessions Parallèles – 16H30-18H30
SESSION GRECOT – Auditorium
LA CONGÉLATION D’OVOCYTE DANS LE CADRE DE LA PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ
Modérateurs : Catherine Poirot, Jean-Paul Taar

– La vitrification d’ovocytes matures / Christine Decanter, Blandine Courbière
– la MIV / Charlotte Sonigo
– Congélation des ovocytes comme technique additionnelle à la congélation d’ovaire / Flora Marzouk
– Quelles limites d’âge ? Limite basse / Brigitte Clavier ; Limite haute / Jacqueline Selva
SESSION GRAINES DE CHERCHEUR – Salle Molière
Modérateurs : Karine Reynaud, Jean Philippe Wolf

– Tissu adipeux et fertilité chez la femme: Expression et rôle de la visfatine dans les cellules de la granulosa
humaine / Maxime Reverchon (Tours-Nouzilly)
– Topaz1, un nouveau gène impliqué dans la spermatogénèse / Alix Luangpraseuth (Jouy-en-Josas)
– Junon/Izumo, le nouveau couple clé de la fécondation? / Virginie Barraud-lange (Cochin, Paris)
– La communication cellulaire entre les gamètes lors de la fécondation : les exosomes / Achraf Benammar (Bichat, Paris)
– Le nucléole, siège de la biogenèse des ribosomes, et son rôle dans le développement embryonnaire précoce /
Maimouna Kone (Jouy-en-Josas)
– Orateur à préciser

Vendredi 19 septembre 2014 / Matin 9h-13h45
SESSION GEFF/BLEFCO – 9H-11H – Auditorium
CONTROVERSES EN AMP
Modérateurs :JoelleBelaischAllart, Patrice ClémentChaque sujet fera l’objet d’une très courte présentation pour puis contre et d’une discussion avec la salle
– Faut-il congeler les ovocytes ou les embryons ?
Les ovocytes / Pierre Boyer – Les embryons / Christophe Sifer
– La morphologie des embryons a-t-elle encore un intérêt ?
Oui / Christophe Roux – Non / Samir Hamamah
– La stratégie du tout-congelé est-elle réaliste coté biologiste ?
Oui / Anne Marie Junca – Non / Philippe Terriou
– La stratégie du tout-congelé est-elle l’avenir coté clinique ?
Oui / Vanessa Gayet – Non / Géraldine Porcu
– Faut-il imposer le SET dans les bons cas ?
Pour / Chadi Yasbeck – Contre / Philippe Merviel

11h-11h30 Pause et visite des posters

Sessions Parallèles – 11H30-12H30

COMMUNICATIONS ORALES SÉLECTIONNÉES – Auditorium
Modérateurs : Catherine Patrat, Robert Wainer

– La construction d’un score global permettant de noter une tentative d’AMP / Catherine Rapin, INSERM U846
– L’ADN libre intra-folliculaire : nouveau biomarqueur de qualité embryonnaire / Tiffany Mulet, Département de Biologie de la Reproduction, Hôpital Arnaud de Villeneuve, CHU Montpellier
de Biologie de la Reproduction, Hôpital Arnaud-de-Villeneuve, CHU Montpellier
– Aspect morphologique du blastocyste et devenir clinique / Noémie Celton, CHRU Bretonneau, Tours
– Pathologies hypertensives et don d’ovocytes. Résultats d’une large étude comparative / Hélène Letur-
Köenirsch, Centre de Fertilité, Institut Mutualiste Montsouris, Paris
– Fertilité après embolisation des artères utérines pour fibromes symptomatiques, sans autre facteur
d’infertilité: des résultats encourageants / Antoine Torre, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines
– 2014: l’AMP en France dans la mouvance de la procréation pour tous / Véronique Amice, CHRU de Brest

SESSION PROJET DE RECHERCHE EN FERTILITÉ – Salle Molière
Avec le soutien institutionnel des laboratoires Merck Serono
INNOVATION EN MÉDECINE DE LA REPRODUCTION

– Présentation du « Grant for Fertility Innovation (GFI) » depuis 2009 – Apporter une nouvelle vague d’innovation
en fertilité pour le bien-être des couples et leur garantir des plus grandes chances de grossesse. 4 projets
français acceptés : Dominique Royère, François Vialard, Nathalie Lédée, Samir Hamamah
– Modalités de soumission et de sélection des projets de recherche / Sylvie Chabac, Directeur Médical Merck Serono
– Le Win test : Window Implantation Test / Samir Hamamah
– Le Pif (Preimplantation Factor) : un biomarqueur prédictif de viabilité de grossesse / François Vialard
– Recherche de biomarqueurs au niveau des cellules du cumulus par des puces à protéines en phase
inverse / Vincent Puard
– Discussion

Avec le soutien institutionnel des laboratoires Merck Serono

CONFÉRENCE D’ACTUALITÉ – 12H30-13H – Auditorium
Modérateur : Jacqueline Selva

– Le diagnostic génétique des embryons est-il la solution des femmes de plus de 38 ans / Antonio Pellicer

L’AGENCE DE BIOMÉDECINE et l’AMP – 13H-13H45 – Auditorium
Modérateurs : Joelle Belaisch Allart, François Olivennes

– Politique de l’ ABM / Karim Laouabdia
– Questions/réponses à l’Agence : nos problèmes au quotidien / Karim Laouabdia, Dominique Royère

CLÔTURE ET REMISE DES PRIX – 13H45 – Auditorium

Restez connecté sur le compte Facebook et le compte twitter BAMP, pour pouvoir vivre en direct ces  trois journées.

Nous vous invitons a lire le mot des Présidentes, sur le site des FFER

Les bébés issus de la FIV

Voici un article sur une recherche récente concernant la santé des bébé issus de la FIV.

Rien de réjouissant. Je trouve que l’augmentation des risques de cancer et de leucémie sont simplement énormes : « 65% de risques en plus de développer une leucémie et 88% des cancers du cerveau et du système nerveux central ».

Il s’agit ici de conséquences liées, selon les scientifiques, à nos gamètes à moitié pourris (appelons un chat un chat) ou aux hormones qu’on peut ingérer ou à la congélation de nos brybry, bref ils n’en savent trop rien en fait.

En dehors de ça, j’ai essayé de m’inscrire sur le site pour avoir le texte complet de l’expérience qui est hélas payant. Selon le résumé, malgré mon anglais affligeant, je dirais que l’expérience a été faite sur 25 sujets (corrigez moi si je me trompe) ce qui est assez faible comme échantillon je trouve.

Encore une fois, j’aimerais en parler à un cancérologue car on parle de risque mais comment peuvent-ils le savoir ? Ils connaîtraient donc une analyse qui permet de dire si on est susceptible d’avoir tel ou tel cancer ? Car il ne s’agit pas de cancer « déclaré » mais de « risque ». Je suis perplexe sur le sujet.

Voici l’article dont je parle sur santé planet

La bonne nouvelle malgré tout est qu’une autre analyse similaire a été menée. Non pas une méta-analyse (ensemble d’études indépendantes) mais une grande étude britannique élaborée sur plus de 6 ans de suivi de 106 000 enfants issus de la PMA. Expérimentation qui devient LA référence sur ce sujet et qui est reprise par de nombreux médias.

Ici les résultats sont nettement plus rassurants. Non, la PMA n’augmenterait pas les risques de cancer chez les enfants. 2 cancers seraient potentiellement un peu plus courant chez les enfants issus de la PMA.

Attention ici aussi, car le nouvel obs précise en fin d’article qu’une étude australienne s’est penchée sur les risques de malformation congénitale dont les résultats ne seraient pas très enthousiasmants.

Cela nous rappelle aussi que la science et les progrès scientifiques dépendent des aléas des expérimentations et que 2 études peuvent avoir des résultats totalement contradictoires en fonction de la façon dont elles sont menées. Peut être qu’une nouvelle étude viendra bientôt contredire l’expérimentation australienne sur les malformations congénitales (on l’espère en tout cas!).

Voici le 2nd article ici

Sociologie, AMP et monde du travail, une thèse en cours

Le collectif BAMP a été contacté récemment par une sociologue, Madame Irène-Lucile HERTZOG qui travaille à l’université de Caen, au CERReV (centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités).

Sa thèse va porter sur : « le travail féminin et la procréation médicalement assistée : une articulation stratégique« 

Sujet qui a été abordé par les membres du collectif BAMP, dans cet article, rédigé au mois d’aout 2013 et les commentaires qui ont suivi, nous ont amené à modifier le manifeste du collectif BAMP en ajoutant une rubrique sur l’articulation entre un protocole d’assistance médicale à la procréation et un emploi salarié. Nous avons donc fait deux constats et trois propositions (Numéros 32, 33 et 34), que vous pouvez retrouver sur la page du manifeste. Que ce sujet soit traité par une sociologue, montre aussi toute l’importance de cette question qui est trop souvent laissé pour compte. Laissant la femme gérer comme elle peu,  son suivi de fiv avec ses horaires, son employeurs et ses collègues de travail.

Madame Hertzog a déjà rédigé un projet de thèse dont vous pouvez trouver le résumé ici

Par ailleurs elle a déjà écrit des articles sur le même sujet que vous pouvez trouver sur le site RAISON-PUBLIQUE.FR, ici.

Dans cet article, elle aborde la question de l’intrusion de la sphère privée dans la sphère professionnelle. Comment les femmes disent ou pas quelque chose de leur parcours d’A.M.P. dans le cercle professionnel.

Samedi 28 septembre, trois membres du collectif BAMP devaient rencontrer Madame Hertzog, pour parler du collectif BAMP, l’historique de sa création, les objectifs du collectif, son projet d’actions. Finalement seules deux dames du bureau ont pu se rendre au rendez-vous, la troisième personne, membre du collectif BAMP, n’a pas pu, finalement se libérer pour ce rendez-vous.

Après presque 2 heures d’entretien, sur l’A.M.P., le collectif BAMP, le travail, elle nous a félicité et encouragé à poursuivre le travail engagé, en constatant qu’en 5 mois, nous avions déjà fait beaucoup de choses et rassemblé un peu plus de 220 membres (Messieurs venez vous inscrire sur la liste des membres, s’il vous plait) autour du projet du collectif BAMP. Nous lui avons dis que nous trouvions que son objet de thèse était totalement en phase avec le projet BAMP et le besoin évidemment d’analyse sociologique de cette situation et que nous soutenions son projet de recherche.

Madame HERTZOG a déjà beaucoup de témoignages récoltés lors d’entretien avec des femmes salariées et en parcours d’A.M.P. à Cherbourg, Caen (C.H.U.), Paris (Béclère), et Nantes. Nous avons évidemment relayé le fait que, lors de la publication de l’article, nous avions reçu de nombreux témoignages sur les difficultés rencontrées par les femmes avec leur contexte professionnel. Elle est donc tout à fait d’accord pour faire des entretiens avec des membres du collectif BAMP confrontés à un contexte professionnel difficile du fait d’un traitement d’A.M.P.

Si vous souhaitez contacter Madame HERTZOG, pour évoquer avec elle votre situation, envoyez nous un mail à l’adresse suivante :

collectifbamp@orange.fr, nous vous ferons parvenir son mail en retour.

Possibilité de banques d’ovocytes grâce à la vitrification

L’article suivant à été publié par le Professeur Barrière, sur la congélation des ovocytes et les raisons pour lesquelles cela permet d’envisager l’établissement de banques d’ovocytes.

L’article se trouve ici sur le site des JTA.

Celle-ci, a été techniquement longue à stabiliser et à fiabiliser, les évolutions techniques se sont étalées sur plus de 20 ans.

Dès lors que ce pas, a été acquis, des réflexions techniques, sociologiques et philosophiques se sont ouvertes à propos des utilisations possibles de la congélation ovocytaire et donnent lieu à des débats importants, tant chez les professionnels de l’AMP que dans la société.

Les réponses actuellement apportées varient selon les pays et correspondent aux sensibilités politiques et des populations.

* Aspects techniques :

L’essentiel des données bibliographiques majeures reposent sur les travaux de deux équipes européennes.
Ceux de Laura Rienzi de Rome ont été développés au moment où les équipes italiennes n’étaient pas autorisées à inséminer plus de trois ovocytes de mars 2004 à mai 2009.

Les travaux d’Ana Cobo au sein du groupe IVI en Espagne ont été justifiés par une pratique importante du don d’ovocyte. A fin octobre 2011, les différents centres IVI ont vitrifié plus de 97000 ovocytes (A Cobo, communication personnelle).

Une étude prospective randomisée chez des couples en ICSI a comparé le devenir d’ovocytes de la même patiente soit inséminés lors du recueil, soit vitrifiés et décongelés ultérieurement si les ovocytes frais n’avaient pas permis l’obtention de la grossesse attendue.

Le taux de survie des ovocytes a été de 96.8% et le taux de fécondation et le développement embryonnaire n’étaient pas différents entre les ovocytes frais et vitrifiés.
Le taux de grossesse évolutive après vitrification était satisfaisant à 30% par cycle.

L’efficacité de la méthode sera validée sur une série plus large qui analysera le taux cumulatif de grossesses après transferts frais puis un ou deux cycles de décongélation d’ovocytes vitrifiés .

Seul l’âge de la femme influence négativement les résultats.

L’efficience de la vitrification embryonnaire dans un programme de don d’ovocytes a été prouvée dans une étude randomisée et contrôlée sur 300 transferts issus d’ovocytes frais versus 300 transferts issus d’ovocytes préalablement vitrifiés .

La vitrification a pu être jugée plus efficace que la congélation lente vis à vis du taux de survie après décongélation, de l’intégrité du DNA, de l’analyse du fuseau mitotique malgré l’absence d’alignement plus fréquent entre le fuseau méiotique et le globule polaire.

* Aspects de la sécurité sanitaire :

La majorité des équipe ont obtenu de meilleurs résultats en vitrification avec des systèmes ouverts qui exposent directement le matériel biologique vitrifié à l’azote liquide.

L’obtention d’azote liquide stérile reste actuellement expérimental. Afin de ne pas maintenir un contact direct avec l’azote liquide, un stockage dans la vapeurs d’azote a été proposé et validé.

Cependant une étude a été conduite concernant des ovocytes et embryons vitrifiés provenant de patientes séropositives : 6 pour l’HIV, 11 pour l’hépatite C, 6 pour l’hépatite B et une patiente co-infectée B et C. Aucune séquence virale n’a pu être observée dans les liquides folliculaires, les milieux de culture et l’azote liquide utilisé pour la vitrification.

Dans cette étude, les matériels de vitrification étaient ouverts .

Il n’a par ailleurs pas été décrit de contamination croisée par les méthodes de décongélation tant en médecine humaine qu’en médecine vétérinaire.

* Application cliniques :

Une revue générale confirme l’efficience de la vitrification ovocytaire pour l’utilisation d’une banque de dons d’ovocytes. Elle recense 1051 cycles de dons à IVI et 168 cycles à Atlanta. Les taux de grossesse par transfert sont respectivement de 55.4% et 56.5%

Cinq études randomisées et contrôlées ont été reprises dans une méta-analyse. Elles incluent 4282 ovocytes vitrifiés, 361 ovocytes congelés en congélation lente et 3524 ovocytes frais. Les taux de survie, de fécondation et le développement embryonnaire apparaissent meilleurs après vitrification qu’après congélation lente.

* Applications en cancérologie et préservation de la fertilité :

La vitrification ovocytaire permet d’ouvrir un nouveau champ de la préservation de la fertilité, notamment pour les femmes non en couple.

Elle permet pour les couples mariés de conserver des gamètes plutôt que des embryons. Cela réduit les conséquences éthiques de la situation, notamment en cas de séparation du couple ou décès de l’un d’entre eux. Elle ne fige pas la situation conjugale où le lien entre les deux partenaires pourrait se limiter à l’existence d’embryons communs.

Cette méthode nécessitera de disposer d’un relatif temps oncologique avant les traitements stérilisants afin de conduire la procédure de stimulation et de recueil. Le prélèvement d’ovocytes immatures sans stimulation est théoriquement possible mais se heurte aux limites techniques et probablement épigénétiques de la maturation in vitro.

* Applications sociales :

Dès 2004, une compagnie nord américaine (Extended Fertility) a proposé la conservation d’ovocytes des femmes jeunes afin de pouvoir retarder ou mettre en place plus tardivement leur projet parental.

Les questions éthiques soulevées sont nombreuses et différents concepts sont avancés : responsabilité, choix individuel, autonomie de la personne soignée, principe de bienfaisance.

A l’inverse, on souligne l’absence de validation définitive de la méthode, le grand nombre d’ovocytes nécessaires à l’obtention d’une naissance (mais les chiffres disponibles concernent pour la plupart une population plus âgée et infertile). On soulignera aussi un excès de techniques médicales dans la procréation et des actions contraires à l’ethnologie habituelle de la reproduction. La naissance d’espoirs potentiellement injustifiés est probable et les risques augmentés des grossesses tardives sont certains.

Une éducation médicale plus efficace pourraient être une alternative à la demande de grossesses tardives.

Certains auteurs interrogent à juste titre le rêve d’immortalité et sur l’évolution du projet parental des couples appartenant souvent aux classes sociales et éducatives élevées. Le fait de repousser le projet parental pourrait être l’expression d’une relative immaturité à devenir parents. Une partie des couples et de la population générale manifeste une confiance excessive tant dans les possibilités de grossesses naturelles que dans l’efficience de l’AMP.

* Conclusion :

L’apport technologique de la congélation et la vitrification ovocytaire permet de faciliter la gestion du don d’ovocytes en créant des banques d’ovocytes permettant de dissocier les cycles de dons des cycles des femmes receveuses. Cette technologie ouvre par ailleurs un champ de préservation de la fertilité pour les femmes bénéficiant d’un traitement stérilisant mais aussi pour des souhaits personnels de différer leur parentalité. Une modélisation concernant l’efficience de trois cycles de congélation à l’âge de 35 ans permettrait un taux de naissance vivante à 45 ans de 84.2%, tandis qu’une attitude expectative donnerait 51.2% et la mise en place de la FIV à 40 ans 63.5% (16).

Le débat ne fait que commencer et les décisions des soignants, de la société et des politiques feront l’objet de très probables vives discussions dans les années à venir.

Paul BARRIERE – Sophie MIRALLIE – Thomas FREOUR.
CHU NANTES
Source : Les JTA

La vitrification des embryons est une nouvelle technique de congélation ultra-rapide qui garantit un taux de survie de 9 embryons sur 10. Cette méthode permet plus de TEC et donc redonne de l’espoir à des couples pour qui les fécondations in-vitro étaient jusque là un échec.

Une vidéo en date du 16 janvier 2012:

http://videos.tf1.fr/jt-20h/2012/la-vitrification-un-espoir-pour-la-fecondation-in-vitro-6936713.html