Invitation à Paris – Je ne suis plus celle que je suis

L’exposition « Je ne suis plus celle que je suis – Paysages de l’infertile » arrive à Paris du 1er au 19 décembre 2018.

« Ce projet photographique constitue le témoignage du parcours d’une femme confrontée à l’infertilité. C’est raconter tout le cheminement d’un traumatisme, tant sur le plan physique que psychique, dans les paysages du corps et des pensées, de l’intime. L’acte photographique permet là d’entrer dans une dimension cathartique pour elle qui a perdu une part de sa nature, de son identité,  elle qui se définit elle-même par ces mots : je ne suis plus celle que je suis

Du samedi 1er au mercredi 19 décembre 2018, ce projet sera présenté dans sa globalité, série photographique, livre, bande son, et un cycle de conférences afin d’ouvrir la parole sur ce sujet de société auquel de nombreuses personnes participeront. En pièces jointes vous trouverez la version numérique du flyer avec le programme de cette quinzaine.

Rendez-vous à la galerie L’Achronique, 42 rue du Mont-Cenis, Paris 018, ouverture du lundi au vendredi de 15h à 19h, et sur rendez-vous, vernissage le mardi 4 décembre à partir de 18h30 en présence de l’artiste et de la modèle. »

Nous avons  l’honneur de vous inviter à l’exposition/conférences à la galerie L’Achronique, Art & Philosophie, Paris 18ème,  :

  • Le 1er décembre, Virginie RIO, co-fondatrice de BAMP ouvrira la conférence. Rdv à 14h
  • Le 4 décembre aura lieu le vernissage de l’exposition
  • Le 11 décembre, une conférence à partir de 19h
  • Le 12 décembre, une conférence à partir de 16 h
  • Le 13 décembre, une conférence à partir de 19 h

Tous les détails dans l’affiche ci-dessous

 

 

http://www.xaviergavaud.fr/photographies/paysage-infertile.html

 

Contacts galerie L’Achronique :

Caroline Guth Mirigay

Fondatrice

+33 6 22 89 01 54

www.achroniqueatelierartiste.net

www.a-chroniques.com

 

Quand ELLE donne la parole aux femmes sans enfants après l’AMP

Souvent, nous sommes interpellés sur facebook ou twitter, sur le fait que personne ne parle de l’après AMP sans enfant. Pourtant, nos adhérents et nos fidèles lecteurs savent que ce sujet est au cœur de notre projet associatif et que nous en parlons, et on nous le reproche aussi !

Des rencontres BAMP sur ce thème sont proposées, des projets sont en cours de réalisation sur ce thème : un livre et un documentaire. Nous avons un visuel qui parle de cela, car on ne peut pas envisager l’AMP sous le seul angle du : « t’inquiète pas, une petite FIV et hop tu l’auras ton gosse« .

Car nous connaissons trop de gens pour qui l’AMP s’est terminée par choix ou par force, sans l’enfant tant désiré, sans plan B de l’adoption non plus. Alors, il nous semble important de dire et de redire que notre association ne ferme pas les yeux sur ce sujet, bien au contraire ! Il faut en parler, parler de ce désir si grand, si fort, si total, des échecs si douloureux, si impossibles à vivre et de la vie d’après. Car oui, il y a une vie après !

Nous sommes heureuses que le magazine ELLE  de cette semaine, consacre trois pages sur ce sujet : avec les témoignages de deux de nos adhérentes de la première heure : Ludivine et Clotilde.

Un grand merci à Anne LAMOTTE (journaliste) qui a réalisé ces entretiens qui permettent de donner de la visibilité à l’après AMP sans enfant.

Sans partenaire masculin mais………………. avec des pathologies impactant la fertilité – Témoignage

Mon portrait
A 10 ans, règles douloureuses, je ne savais pas que ce jour-là bouleverserait à jamais mon destin de femme.

Ce passage de petite fille à jeune fille fut radical, non pas vers une quelconque émancipation mais vers un combat contre les autres et au bout du compte surtout contre moi-même.
J’ai fait à la manière de M. Jourdain de la prose sans le savoir…

Chaque mois, une bonne dizaine de jours, sans répit, arrachages, crampes, hémorragies,  jour comme nuit, fatigues chroniques, douleurs de dos et articulaires…

Dans l’indifférence générale. Du moins, je disais poliment « je suis indisposée ». Il fallait accepter de se tordre de douleurs, de s’évanouir et de s’excuser d’être tout le temps malade. De consulter des médecins ébahis : « Y en a qui ont mal… d’autres non, c’est comme ça. Vous verrez tout s’arrêtera au premier enfant. »
De voir mes parents démunis.
Pathologies hormonales en tout genre. Mauvais côté de la barrière. La faute à pas de chance.
Cacher, faire comme si. Le diagnostic correctement posé par des médecins compétents il a fallu attendre longtemps, longtemps attendre. Colère.

Dernièrement une soignante m’a dit : « Vous savez que maintenant l’endométriose, on la considère comme une vraie maladie ! » Etat de sidération.

L’enfant, les enfants, le couple ne sont pas venus comme dans mes rêves de petite fille.
Je suis compliquée parait-il. Les douleurs gynécologiques transforment votre quotidien et changent votre rapport au monde, à l’autre… Puis, il y a eu la vie avec son lot de joies et de malheurs.
Mes amours se font attendre et m’ont rendue spectatrice du bonheur des autres. Celles qui tombent enceintes mais « ce n’était pas prévu ! » A plaindre. « La pauvre, elle va faire comment avec ses trois enfants… » Par contre, celles qui n’ont pas d’enfant, peu d’empathie envers leur sort.

Je me suis tournée vers la procréation médicalement assistée tardivement car je ne me sentais pas de faire un enfant toute seule. Je rêvais toujours de former famille. Faire les choses dans l’ordre.
Je pensais rentrer en PMA la fleur au fusil.

Je savais que j’allais devoir être forte, supporter le regard des autres et les réflexions. « Un enfant c’est le fruit de l’amour » pas d’un donneur de sperme, d’un géniteur inconnu… « Tu veux fonder une famille monoparentale ! » Non un choix par défaut, vous connaissez l’horloge biologique ?

Je ne pensais pas que j’allais autant devoir rembourser ma banque, je ne pensais pas à tous ces allers retours non pas pour faire du tourisme mais pour faire une FIV avec ponction et des transferts.

Je ne pensais pas à toutes ces analyses, ces biopsies, scratching, aux hystérosmachin truc, à ces traitements invalidants qui vous mettent en difficultés professionnelles.

En Espagne, on passe par enchantement du courage à la chance. Pour une française, présenter sa carte bleue au lieu de sa carte verte vitale… c’est juste inacceptable.

3 échecs, le miracle se fait attendre. Je sais maintenant que tous les enfants ne mettent pas 9 mois à venir au monde. Un désir qui se transforme en chemin de croix. Au-delà du courage.
Je ferai tout pour que cet enfant soit heureux, être un parent et faire famille. Je sais qu’un jour un père viendra pour reprendre le titre d’un article du journal Libération !

Il y aura filiation, il y aura éducation, il y a aura beaucoup d’amour à donner et … le destin décidera.

Commission des Affaires Sociales – AMP/TRAVAIL

Vote main leveée

Depuis plusieurs semaines, le bureau de l’association collectif BAMP, ces adhérents, ainsi que des personnes très directement concernées  se mobilisent pour que les couples salariés en parcours d’AMP puissent bénéficier d’une protection juridique leur permettant de s’absenter de leur travail pour les rendez-vous médicaux en lien avec l’infertilité de leur couple.

Des documents de travail sur ce sujet ont été produit par l’association, des rendez-vous avec des députés ont été réalisé dans différents départements français par des personnes qui se sont dit : « c’est maintenant qu’il faut agir pour faire changer la situation« . Cette mobilisation a payé, puisque nous avons reçu des retours très positifs de certains groupes parlementaires, pas de réponse du tout d’autres groupes parlementaires. Comme si cette question AMP/TRAVAIL avait une « couleur politique », qui semble s’accorder avec certaines autres couleurs, mais pas avec toutes. Bref. Un citoyen = un vote.

Aujourd’hui en fin de journée les députés membres de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale vont se réunir pour présenter tous les amendements ajoutés au texte initial du projet de Loi Santé.

L’amendement 301 bis proposé et voté par les sénateurs au mois d’octobre, est déjà inclus au texte en tant qu’article 20 ter bis. Cet article propose d’autoriser les femmes en parcours d’amp à s’absenter pour suivre des soins en rapport avec leur infertilité. C’est déjà une avancée très importante et nous remercions les sénateurs d’avoir proposé cela.

Mais les hommes, qui sont eux aussi des patients AMP, ont été oublié. Notre document de travail parle du couple en parcours d’AMP, les deux membres de ce couple doivent pouvoir  bénéficier de ces autorisations d’absence ensemble. Notre proposition d’amendement parle donc du couple.

Les députés que nous avons contactés lors de rendez-vous ou par mail, nous ont confirmé leur soutien à cet amendement. L’échec de la commission mixte paritaire, nous a permis d’ajouter cet amendement pour une protection du couple.

Aujourd’hui et demain, l’ensemble des amendements proposés vont être présentés et soumis aux votes des membres de la commission des Affaires Sociales. Nous espérons que la Ministre Marisole Touraine, ne s’oppose pas à cette avancée sociale importante pour bon nombre de couples en parcours d’AMP. Devant le Sénat elle s’était opposé à l’amendement 301bis, en évoquant le projet de renvoyer cette question à plus tard lors de la  réforme du code du travail.

Les membres de notre association de patients de l’AMP, aimeraient que l’article 20 ter du Titre II du projet de Loi Santé, intitulé « Faciliter au quotidien les parcours de santé », chapitre III « Garantir l’accès aux soins », soit modifié MAINTENANT. Car nous parlons bien de soins médicaux, pour une maladie prises en charge à 100% dans le cadre d’une Affection de Longue Durée. Nous demandons donc aux députés qui ne seraient pas convaincue, ainsi qu’à la Ministre de considérer  la dimension médicale du couple en parcours de soins AMP qui se trouve aussi en difficulté avec son activité salariée.

Si vous voulez suivre en direct la présentation et le vote des amendements de la commission des affaires sociales, c’est par ici

C’est soit ce soir, soit demain que l’avenir de la protection des couples infertiles ce décide à l’Assemblée Nationale.

Environ 15 % de la population française est actuellement concerné par des problèmes de fertilité. Ne les négligeons pas.

RDV télévisuel le 3 novembre

Normandie

Mardi 3 novembre dans le cadre de l’émission Normandie Matin, Virginie est invitée en direct pour parler de l’association COLLECTIF BAMP et de l’action que nous menons auprès du Parlement, au sujet des autorisations d’absences pour les couples salariés en parcours d’AMP.

Rendez-vous à 10h15, sur le canal France3 Basse et Haute Normandie, demain mardi 3 novembre.

Et pour ceux qui n’ont pas la télévision, nous vous rappelons que la semaine prochaine va être déterminante pour l’AMP et le TRAVAIL, en effet les 9 et 10 novembre, la Commission des Affaires Sociales va se réunir pour statuer sur les amendements ajoutés au Projet de Loi Santé.

L’amendement 301 bis proposé et voté par les sénateurs en première lecture qui autoriserait les femmes salariées en parcours d’AMP à s’absenter pour suivre les soins AMP, en fait partie.

L’amendement que BAMP a écrit, qui inclut les hommes dans ces autorisations d’absences, va être proposé et soutenu lors de ces deux jours, par les députés que nous avons rencontrés ces dernières semaines  et par certains groupes parlementaires avec qui nous sommes en contact.

Devant le Sénat la ministre de la santé Marisole Touraine avait indiqué qu’elle ne souhaitait pas que l’amendement 301bis soit inclut dans la loi santé, préférant repousser à l’année prochaine lors de la réforme du code du travail. Nous pensons qu’il ne faut pas remettre à demain ce qui peut être fait le jour même. En effet si cette modification du code du travail est réelle, elle est possible car c’est le code de la santé publique qui est modifié via le projet de loi santé.

L’article du projet de loi santé modifié par les amendements cités ci-dessus, se trouve dans un paragraphe du projet de loi santé intitulé « Faciliter au quotidien les parcours de santé« , chapitre III « Garantir l’accès aux soins« . Donc en plein dans le sujet qui nous intéresse : faciliter au quotidien les parcours de santé des couples en Assistance Médicale à la Procréation et garantir l’égal accès aux soins pour les deux membres du couples engagé dans ce parcours de soin.

Nous vous invitons à lire (si ce n’est pas déjà fait) la lettre écrite à Madame la Ministre de la santé par Simone, blogueuse. A partager aussi

TRÈS CHÈRE MARISOL

#visibilité #infertilité #bamp #amp #amendement
IMG_3218
Faisons en sorte que la voie entre-ouverte par les sénateurs, ne soit pas de nouveau barrée.