Rencontre exceptionnelle à TOURS !

Virginie, fondatrice de BAMP sera à Tours dans le cadre de FFER (le congrès des spécialistes de la reproduction)

Du coup, elle propose aux personnes des environs une rencontre BAMP le mercredi 13 septembre à 20h 

gifwidrencontre

Pour vous inscrire, contactez Virginie : collectifbamp@gmail.com

FFER 2016 – Bilan

Pour la troisième année consécutive le COLLECTIF BAMP a été invité à participer au congrès de la Fédération Française des Études de la Reproduction. BAMP est la seule association dont le travail de fond, le sérieux et l’engagement sont reconnus par tous les professionnels de l’AMP, ce qui se concrétise par ces invitations annuelles qui nous permettent de présenter les actions de l’association via un stand, et cette année avec en plus,  la présentation de l’exposition TRACES.

img_20160923_072346_burst001_coverimg_20160922_082128_burst001_coverimg_20160921_095449_burst001_coverimg_20160922_082008_burst001_cover

Notre stand était installé à côté des fabricants de système d’assainissement de l’air des centres d’AMP, de matériel de transferts et ponctions, de compléments alimentaires sensés soutenir la qualité des gamètes. Nous avons pu ainsi compléter nos connaissances dans ces différents domaines, directement auprès des commerciaux de ces entreprises. Ce qui fera prochainement l’objet d’article d’information.

img_20160922_164038_burst001_coverimg_20160923_085540_burst001_coverimg_20160921_164501_burst001_coverimg_20160921_085510_burst001_cover

Ces trois jours nous ont permis d’échanger avec les professionnels de l’AMP (gynécologues, biologistes, endocrinologues, sages-femmes), mais aussi avec les représentants des laboratoires qui produisent les médicaments. Ces rencontres, nous permettent de faire passer des messages, comme par exemple chez Merck qui commercialisent le Gonal F et le Pergoveris, pour leur dire que les fioles de liquides ne sont pas facile à ouvrir et qu’elles provoquent des coupures dont nous nous passerions bien.

Être présent pendant ces trois jours, nous donne aussi l’occasion de pouvoir intervenir depuis le public, lors des différentes tables-rondes ou conférences, pour faire entendre le point de vue des patients et des personnes concernées par l’AMP et l’infertilité, sur les différents sujets présentés.

Ce que nous pouvons retenir principalement, de ces trois jours :

  • Qu’il est nécessaire dans le cadre de la démocratie sanitaire, que les différents groupes (patients et professionnels) concernés par le sujet, puissent se rencontrer, échanger, s’écouter. En effet, comme nous l’ont dis certains professionnels « on ne pourra rien faire sans vous« . Comme nous, les patients ne pourrons rien faire sans les praticiens de l’AMP. Il est intéressant de constater que tous ce que nous pointons depuis 2013, dans notre manifeste (constats et propositions) sur la nécessité d’améliorer la prise en charge et de faire évoluer la loi de bioéthique, étaient au cœur de ces trois jours dans les discours des professionnels qui eux aussi veulent que ça change. Nous avons l’impression que le travail réalisé depuis trois ans, porte ses fruits et s’est encourageant.
  • Nous avons aussi entendu pendant ces trois jours, le malaise, voir le mal-être qu’ont exprimé certains  professionnels dans leur pratique. Deux choses semblent peser sur le vécu des professionnels de l’AMP Français :
    • La place trop importante que prennent les aspects administratifs  au détriment des soins et de la clinique auprès des couples. « Nous faisons plus de rapports et administratifs que de nous occuper de nos patients« . « En cinq ans, notre métier à complétement changé, nous sommes passés de l’amélioration de la qualité pour le patient à la gestion des risques. C’est très dommageable« 
    • L’autre sujet de malaise, est la perte de vitesse, voir l’inexistence de la recherche française en AMP, sur le plan Européen et Mondial.  « Dans les congrès internationaux, je suis désolé de vous le dire, il n’y a plus de Français« , la frustration de ne pouvoir représenter une recherche Française en AMP de haute teneur, s’est fait entendre à différents moments de ces trois jours « Il faut que l’on puisse travailler autrement en France (exemple de l’interdiction du DPI pour réduire les taux échec d’implantation). Actuellement les praticiens sont dans une frustration maximum« . L’interdiction de réaliser certaines recherches et le manque de moyens viennent en effet, invalider la réalisation des nécessaires recherches. De plus des techniques validées et reconnues comme améliorant les taux de résultats, ne peuvent être utilisées en France, au grand désarrois des professionnels et au détriment des patients. Les études qui pourraient montrer l’impact positif de ces techniques ne peuvent donc pas être réalisées en France, « Nous en sommes à faire des revues de presse sur les innovations et les découvertes des autres« .
  • Les donneurs et donneuses de gamètes sont plus nombreux, sur les six premiers mois de cette année, que les années précédentes à la même période. La mobilisation des différents acteurs pour la diffusion de l’information (spots de l’agence de biomédecine, mobilisation sur les réseaux sociaux, distribution de plaquettes d’information, organisation d’actions spécifiques), ainsi que l’ouverture du don aux personnes n’ayant pas encore d’enfant participent à cette légère augmentation des dons de gamètes. Mais comme nous partons de loin, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous reviendrons plus en détails, dans un prochain article sur des études qui ont été menées plus spécifiquement sur les donneurs et les donneuses sans enfant, études qui sont évidement très intéressantes.

 

  • img_20160923_114437_burst001_coverimg_20160922_084332_burst001_coverimg_20160922_082827_burst001_coverimg_20160922_082531_burst001_cover img_20160922_164826_burst001_cover img_20160923_130346_burst001_coverimg_20160922_132222

L’intervention de Laurent BIDARD, sur le thème de l’AMP et les générations futures était passionnante. Comment penser la complexité, comment penser la reproduction médicale séparé de la sexualité, face à la mondialisation et à la libéralisation. Il a posé la question du sens de ce que nous faisons Monsieur BIDARD  travail avec Edgar MORIN sur les aspects sociologiques, anthropologiques et philosophique de la complexité des organisations. Là aussi nous reviendrons plus longuement dans un prochain article.

Magalie BENOIT, sophrologue, que nous avons vue débuter et qui exerce depuis plusieurs années maintenant en région parisienne (groupe de parole, interventions dans les centres AMP, cabinet privé), a fait une présentation remarquée, sur l’apport de la sophrologie dans l’accompagnement des patients en parcours d’AMP. Cette intervention dans la session Sages-Femmes est une belle reconnaissance du travail réalisé et de l’importance des médecines complémentaires dans l’accompagnement des patients. Bravo pour cette présentation et merci pour l’allusion à BAMP. La solidarité fait du bien.

Nous vous proposerons dans de prochains articles des retours sur des thèmes plus précis. Même si nous pouvons vous apporter une certaine information, qui tend à rester objective, nous essayons toujours de la replacer du point de vue du patient, de l’association militante que  nous sommes. Nous vous rappelons que le meilleur interlocuteur sur les sujets médicaux, reste votre médecin et l’équipe médicale qui vous suit. Si le dialogue est difficile ce n’est pas normal, il est donc nécessaire de pouvoir retrouver un échange et un dialogue de qualité. Les éléments que nous pouvons vous proposer, dans ces retours sur les conférences, peuvent vous donner des pistes de discussion, pour pouvoir renouer le dialogue avec l’équipe qui vous suit.

Un grand merci aux cinq bénévoles de l’association COLLECTIF BAMP (Céline, Stéphanie, Caroline, M.J., Virginie) qui ont donné du temps, ainsi qu’à Franck (ami de la cause)  un peu, beaucoup, passionnément pour installer l’exposition, tenir le stand, participer aux conférences, parler avec les différents interlocuteurs, rédiger des comptes rendus.

img_20160923_150827
Une partie de l’équipe BAMP ! Céline, Virginie et Stéphanie

img_20160922_164149_burst001_cover

Exposer l’infertilité, l’AMP, la stérilité……..

TRACES
L’infertilité laisse des traces

Dans le cadre du congrès FFER 2016 (Fédération Français d’Etudes de la Reproduction) qui commence le mercredi 21 septembre, jusqu’au 23 septembre à Paris, BAMP expose l’infertilité du point de vue des patients et des personnes infertiles, stériles. Trois jours d’exposition à la maison de la Chimie, pour parler aux équipes médicales, aux soignants de l’AMP.

Ce projet créatif, participatif et évolutif d’expositions d’œuvres réalisées par des personnes confrontées à l’infertilité, la stérilité, en parcours d’Assistance Médicale à la Procréation ou non, est portée par l’association collectif BAMP ! Avec Ludivine GUINET, Art-Thérapeute, nous travaillons sur ce projet  depuis deux ans, trois expositions ont déjà été réalisées en 2015 et 2016. Aujourd’hui, nous souhaitons le porter plus loin, le faire grandir encore. Vous pouvez aussi y contribuer, en proposant des œuvres que vous souhaiteriez voir dans de prochaines expositions.

DSC00044

Ces œuvres : photos, peintures, collages, textes, objets sont autant de supports pour dire les émotions exacerbées, les espoirs, les peurs, les rêves, les attentes, les souffrances, les échecs, les doutes, les joies, le désir d’enfant contrarié, la vie sans enfant, le rapport au couple, au corps, à l’autre, au vide, à cet absent tant désiré, à l’intimité dévastée. Elles donnent à voir l’invisible, l’impalpable et tentent de transmettre des messages à ceux qui les regardent.

J’ai imaginé cette exposition après avoir traversée les affres d’un parcours d’infertilité. La photographie, mes photos m’ont permis de garder la tête hors de l’eau, de ne pas sombrer totalement dans les méandres des souffrances de l’enfant qui ne vient pas. Je ne pouvais pas procréer, mais je pouvais encore créer. J’ai tenté de trouver encore de la poésie, du rêve, du beau dans le monde qui m’entourait. J’ai cherché des signes, des réponses, des espoirs autour de moi. Je l’ai photographié pour dire avec des images, ce que je ne pouvais pas dire avec des mots.

Lorsque j’ai créé l’association COLLECTIF BAMP, une phrase était en exergue sur le blog de l’association : Tribune pour des infertilités fertiles ! Dès le départ, nous avions imaginé rendre plus visible les parcours de vie des personnes infertiles via une semaine de sensibilisation sur l’infertilité dont l’exposition d’œuvres, serait le fil rouge pour montrer et dire : « Voilà nos histoires, voilà nos corps, nos espérances, nos souffrances, nos chemins ».

En 2015, lors de la première semaine de sensibilisation sur l’infertilité, organisée à Caen nous avons exposé les œuvres pendant une semaine dans le hall du CHU, puis pendant trois mois à la maison des associations de Caen. Les œuvres ont interpellé, les passants se sont arrêtés, nous ont posé des questions, les ont photographiés, ont été émus devant un texte ou une photo. Des langues se sont déliées, des souvenirs ont été évoqué, des émotions se sont exprimées… En 2016, nous avons renouvelé l’expérience, de nouveau à Caen, ainsi que dans le hall du CHU d’Angers.

Dans ce projet, il est indéniable qu’un processus cathartique, (selon Aristote et Freud) soit à l’œuvre tant pour le créateur que pour le spectateur qu’il soit « infertile » ou pas. Exposer, s’exposer permet aux personnes qui souffrent de l’infertilité de s’exprimer, de sortir de leur isolement, parfois de leur honte, de mettre à distance des moments de vie difficiles tout en sensibilisant le grand public, aux problématiques médicales, sociales, intimes liées à l’infertilité et à la stérilité.

Cette exposition unique en France, s’agrandit au fils du temps avec les ajouts de nouvelles créations. Un livre est également en préparation pour garder une TRACE papier de ce projet qui souhaite éclairer sous un angle nouveau, ce thème, encore, trop souvent tabou et/ou sujet à polémiques.

Témoigner, Informer et Agir tel est le projet de notre association de patients de l’A.M.P. et de personnes infertiles, stériles ; cette exposition y participe grandement. En espérant que vous y trouviez du sens, comme elle donne du sens à nos histoires de vie.

Virginie RIO, co-fondatrice de l’association COLLECTIF BAMP !

31 août 2016


De la galerie virtuelle à l’exposition réelle

Traces autour de l’infertilité

L’infertilité, quelle qu’en soit l’issue, laisse des traces : traces sur le corps, traces sur l’esprit, traces sur le couple, traces sur le projet de vie, traces dans la vie émotionnelle, dans la relation aux autres, au monde… Traces invisibles souvent, traces fertiles aussi.

Lorsque Virginie RIO m’a fait part de son projet d’exposition à l’occasion de la semaine de sensibilisation sur l’infertilité, il m’a semblé intéressant en tant qu’art-thérapeute de réfléchir à un dispositif bien particulier pour pouvoir permettre à chacun de participer à distance tout en lui proposant un cadre, un temps et un espace privilégié et sécurisé pour son cheminement dans la création.

J’avais remarqué que beaucoup de personnes osaient se dévoiler plus facilement sur la toile à travers les blogs anonymement aussi il m’a semblé intéressant de créer à cette occasion une galerie virtuelle : la Galerie WEB-EXPO « TRACES », une plateforme sécurisée pouvant accueillir toutes les créations quel que soit le support (dessin, phrases, textes, citations, schéma, photos, vidéos…).

Aucun prérequis artistique n’est nécessaire pour participer, l’objectif étant avant tout de laisser une trace de son infertilité. Les personnes me faisaient parvenir leur création pour que je puisse les agencer dans la galerie virtuelle et me confiaient aussi parfois leur doute car être infertile est une très grande souffrance.

Je l’ai pour ma part expérimenté et vécu avec des années de doute et de reconstruction pour trouver mon chemin dans ce parcours qui peut parfois avoir des allures de labyrinthe.

Cette galerie virtuelle étant l’occasion de mettre en avant tous ces talents réunis et de montrer la richesse et la force de chacun d’entre nous face à l’infertilité. Exprimer créativement sur l’infertilité, c’est aussi une autre manière de sensibiliser.

Au tout départ, la participation a été assez timide car les gens n’osaient pas dévoiler leur part d’intimité même sous couvert d’anonymat, il a fallu les rassurer pour que petit à petit la galerie s’étoffe.

En tant qu’art-thérapeute et adhérente BAMP, je suis heureuse de constater que ce projet est allé au-delà de mes espérances comme si enfin il y avait une forme de reconnaissance de cette maladie si invisible aux yeux des autres. Aujourd’hui, la galerie virtuelle est devenue bien réelle et est sortie de l’ombre pour qu’enfin nos TRACES autour de l’INFERTILITE soient visibles et en pleine lumière.

De ces créations sont nées des échanges et des rencontres, les participants (féminin majoritairement) m’ont confié quel bienfait cela leur avait apporté de pouvoir déposer une trace de leur vécu : « ces initiatives me sont d’un grand soutien pour me donner le courage de parler librement et sans tabous, de la thématique de l’infertilité et tout ce que cela implique dans mon quotidien […] J‘avais pris ces photos de notre parcours et je me demandais à quoi elles serviraient plus tard, ce projet créatif m’a « libérée » de ce vécu pour donner du sens à ces clichés. »

  Ludivine GUINET, Art-thérapeute

www.parchemine.fr

Un biomarqueur pour améliorer les taux de réussite

L’équipe INSERM unité 1203 Inserm/Université de Montpellier, IRB – Hôpital Saint Eloi dirigée par le Professeur Samir Hamamah., cherche depuis des années à améliorer le taux de réussite des FIV en France. Lors d’une conversation que nous avions eu avec lui en 2014, il nous avait dit qu’il ne pouvait pas se contenter d’un taux de réussite de 20% par FIV, qu’il fallait que les couples ne soient plus dans l’accumulation d’échecs dans leur parcours d’AMP.

En septembre 2014, son équipe avait présenté l’embryon en 3D permettant de mieux voir les caractéristiques physiques d’un embryon pour pouvoir mieux choisir celui a réimplanter.

Lors des FFER 2014, Monsieur le professeur HAMAMAH avait présenté aussi son dispositif WIN-TEST qui permettait, via un prélèvement de l’endomètre de déterminer si l’utérus était apte à recevoir un embryon ou pas. Dans la négation, cela permet de vitrifier les ovocytes, pour les réimplanter sur un utérus moins inflammé, lors d’une prochaine tentative. Tout cela dans le but de réduire les échecs et d’augmenter les taux de réussite.

Aujourd’hui, ils proposent un nouvel « outil » de prédiction, via un biomarqueur sanguin ou via le liquide folliculaire. Ils annoncent un pronostic fiable à 88%. Nous pouvons dire que cette équipe travaille depuis des années à l’amélioration des taux de réussite des FIV en France, en proposant des outils censés améliorer les résultats des FIV.

Nous saluons ce nouvel outil en espérant qu’il puisse être réellement efficace. Si c’est le cas, nous souhaitons qu’il soit utilisé partout en France, pour offrir à tous les couples en parcours de FIV des taux de réussite plus élevés.

La semaine prochaine, lors de FFER auxquels Monsieur Samir Hamamah nous a invité, nous allons donc parler plus en détail de ce sujet et des deux autres outils cités plus  haut, pour voir si effectivement les taux de réussite des FIV à Montpellier connaissent une réduction des échecs et si d’autres équipes d’AMP en France sont susceptibles d’utiliser ces nouveaux outils.

Un nouveau biomarqueur pour prédire les chances de succès d’une FIV

14 septembre 2015

Un biomarqueur présent dans le sang et le liquide folliculaire permet de prédire les chances de succès d’une procréation médicalement assistée avec une fiabilité de 88%. Un résultat inédit qui ouvre la voie à un test de routine pour rationaliser les tentatives.

Un biomarqueur pourrait bientôt permettre de connaître les chances réelles de donner naissance à un enfant au moment d’une fécondation in vitro, à en croire les travaux conduit par une équipe Inserm* au CHU de Montpellier. Les chercheurs ont en effet découvert un marqueur biologique identifiable de manière très peu invasive, permettant de savoir si une FIV a de bonnes chances d’aboutir ou non. Le résultat de ce test semble fiable à 88%. Le Pr Samir Hamamah, responsable de ces travaux, l’utilise depuis 2011 : il a ainsi doublé les taux de naissances issus de procréation médicalement assistée dans son service.

A la recherche d’un marqueur biologique

Tout démarre vers 2009, quand le Pr Samir Hamamah ne peut plus se satisfaire des 20% de chances de conception à l’issue de chaque tentative de conception in vitro. « Ce taux est très insatisfaisant. En outre, des milliers d’embryons sont éliminés chaque année sur des critères morphologiques qui ne permettent pas de connaître leur viabilité réelle. Et impossible de rechercher les anomalies chromosomiques chez les embryons en routine, comme cela se fait dans les pays anglosaxons : cette pratique est interdite par la loi française. Il fallait donc partir sur autre chose et trouver un bon marqueur pour réduire le nombre de tentatives se soldant par des échecs et dont le prix est très élevé pour la collectivité », explique-t-il.

POUR LIRE LA suite de l’article c’est par ici sur le site de l’INSERM

CONGRES FFER 2014

La Fédération Française d’Etudes de la Reproduction organise pour sa 19ème année un colloque qui regroupe pendant trois jours, les chercheurs, les biologistes, les gynécologues, les médecins, les sages-femmes qui interviennent dans l’A.M.P. Il se déroule  du 17 au 19 septembre. Plusieurs groupes de recherches et d’études, présentent ainsi leurs travaux, lors de ces journées.

Le GEDO (Groupe d’Étude sur le Don d’Ovocyte), le BLEFCO (Biologistes des Laboratoires d’Études de la Fécondation et de la Conservation de l’Oeuf), la SALF (Société d’Andrologie de Langue Française), La  SCGP (Société de Chirurgie Gynécologique et Pelvienne), des unités de l‘INSERM et d’autres encore. Tous sont des entités  qui regroupent des médecins, des chercheurs, des étudiants. Certains de vos gynécologues, les biologistes, les équipes des services A.M.P. dans les C.H.U. font partis de l’un ou de l’autre des ces groupes d’études.

Ils explorent scientifiquement tous les domaines de l’infertilité (et /ou de la fertilité), de la gynécologie, de la reproduction humaine. Ils cherchent ainsi, à mieux comprendre « comment ça marche« , à améliorer leurs moyens de diagnostic, à développer des traitements  plus efficaces.

Nos médecins, ceux que l’on croisent dans leur cabinet, au CHU sont des gens qui cherchent à comprendre, qui cherchent à améliorer la prise en charge qu’ils peuvent nous proposer. Pour cela, ils se forment et s’informent, pour, nous l’espérons une médecine de la reproduction Française, plus performante. Mais en France, les équipes manquent de moyens et de volonté politique pour soutenir la recherche (l’un étant la conséquence de l’autre) pour avancer un peu plus loin dans la compréhension des mécanismes complexes et encore inexplorés de la fertilité humaine.

bandeau-accueil

L’association Collectif BAMP sera présente lors de ces 3 journées FFER, représentée par deux Dames Du Bureau et deux adhérentes (Fanny et Artemise), que nous remercions vivement pour leur présence.

Nous pensons que c’est important que les association de patients participent à ces journées. L’année dernière nous avions pris contact avec les organisateurs, mais les frais d’inscriptions étaient trop élevés. Cette année, grâce aux contacts que nous avons établis depuis l’année dernière avec le Professeur Samir Hamamah de Montpellier et Madame le Docteur Belaisch-Allart de Sèvres, BAMP a été invité à participer à ces trois jours de colloque.

Nous allons donc, non pas intervenir pour représenter les patients, nous allons simplement tenir un stand BAMP, ce qui est déjà beaucoup !  La présence d’une association de patients est une nouveauté.

N’oublions pas, qu’en France, il n’est pas dans les mœurs, que médecins et patients participent à une même tribune. Nous aimerions que cela change, nous pensons sincèrement que l’échange et la collaboration entre patients et médecins peut apporter des changements positifs. Notre participation à ce colloque est un premier pas, dont nous nous réjouissons.

Grâce à notre présence là-bas, nous allons pouvoir présenter aux professionnels de l’A.M.P. l’association BAMP, ses adhérents et ses projets. Dire que nous existons et que nous soutenons nos médecins.

Nous allons aussi pouvoir écouter ce qui se dit sur des sujets tous intéressants :

  • Vitrification Ovocytaire et Embryonnaire
  • Les échecs d’implantation
  • Echanges sur l’évaluation des résultats des centres d’AMP
  • L’AMP ET SES MAUX
  • ACCOMPAGNEMENT DES COUPLES LORS DE LEUR PARCOURS DE PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE : UN ENJEU MAJEUR
  • PROCRÉER PAR DON
  • L’IMPLANTATION
  • LES SITUATIONS LIMITES EN CHIRURGIE OU AMP
  • SESSION LE RISQUE EN AMP
  • ACTUALITÉS EN GONADOTROPHINES
  • SESSION NUTRITION ET FERTILITE
  • ENVIRONNEMENT ET REPRODUCTION
  • L’AZOOSPERMIE SECRÉTOIRE
  • CULTURE, PHILOSOPHIE ET SOCIÉTÉ
  • SAGE FEMMES EN AMP : UNE SPÉCIALITÉ A PART ENTIÈRE
  • LA CONGÉLATION D’OVOCYTE DANS LE CADRE DE LA PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ
  • CONTROVERSES EN AMP
 Nous vous invitons à lire le programme détaillé :
Mercredi 17 septembre 2014 / matin 10h-12h30
ATELIER – BLEFCO/CECOS Molière
> Vitrification Ovocytaire et Embryonnaire
Modérateurs : Florence Brugnon, Jean-François Guérin
– Entre efficacité et toxicité : comparaison des milieux de vitrification ovocytaire / Hanae Pons-Rejraji
– Système fermé/système ouvert : protéger/préserver / Pierre Boyer
– Vitrification – réchauffement, du principe à la pratique / Célia Ravel
– Stockage des ovocytes et des embryons vitrifiés : modification des pratiques ? / Oxana Blagosklonov
– Transport d’ovocytes et d’embryons vitrifiés : une entreprise risquée ou une routine quotidienne ? /ValérieVernaeveATELIER – SFEF Salle 9
> Les échecs d’implantation
Modératrice : Isabelle Cédrin
– Les échecs liés à la qualité embryonnaire ou gamétique / François Vialard
– Les échecs liés à l’utérus : cause mécanique et vasculaire / Lionel Reyftman
– Les échecs d’origine immunitaire générale ou thromboembolique / Isabelle Cédrin
– Les échecs liés à une dysimmunité endométriale / Nathalie Lédée
– Comment préparer l’endomètre de façon optimale pour les transferts d’embryons congelés ? /BettinaBstandingATELIER – AGENCE DE LA BIOMÉDECINE Salle 6/7
> Echanges sur l’évaluation des résultats des centres d’AMP
Modérateurs : Nicolas Chevalier, Claude Giorgetti
– Evaluation des résultats 2010-2012 : Etat des lieux – retours sur la méthodologie / Fabienne Pessione
– Indicateurs complémentaires d’activité : interprétations, utilisations / Dominique Royère
– Evaluation des résultats sur les données individuelles 2013 : méthodologie, modèle d’ajustement / Sabrina Di Costanzo
Mercredi 17 septembre 2014 / après-midi 13h30-19h
OUVERTURE OFFICIELLE DU CONGRES – 13H30
Joelle Belaisch-Allart, Rachel Lévy et Jacqueline Selva
SESSION GEFF / SALF / AFU 14H-16H Auditorium
L’AMP ET SES MAUX
Modérateurs : Jean-Luc Pouly, NicolasThiounn- Analgésies de la ponction / Dan Benhamou
– Quelles chances d’avoir un enfant après un traitement FIV infructueux ? / Elyse de la Rochebrochard
– Quelle place pour la souffrance psychique ? / Sarah Bydlowsky
– Si près de l’enfant (paroles de patiente) / Géraldine Jumel-Lhomme
– La douleur de l’homme infertile / Jean-Marc Rigot

16h-16h30 Pause et visite des posters

SYMPOSIUM PFIZER – 16H30-17H30

Auditorium
ACCOMPAGNEMENT DES COUPLES LORS DE LEUR PARCOURS DE PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE : UN ENJEU MAJEUR

Modérateurs : Joelle Belaisch-Allart, Bernard Nicollet

– Quand le regard croise l’écoute… / Dominique Cornet, Charlotte Sibony-Dudkiewicz
– Quels intérêts présente la voie d’administration pour les patients au quotidien ? / Maëliss Peigné
– Questions/Réponses
SESSION CECOS – 17H30-19H Auditorium
PROCRÉER PAR DON
Modérateurs : Nathalie Rives, Louis Bujan

– Etre stérile et procréer / Zohra Perret
– Procréer avec ses gamètes ou avec gamètes de donneur : quelle dynamique familiale ? / Najet Nouri
– Le don dans les récits de conception : pratiques narratives de parenté par don de gamètes / Nikos
Kalampalikis, Marjolaine Doumergue
– Représentation croisée du don : donneur et receveur / Jean-François Guérin, Jean-Pierre Durif
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE GEFF – 19H

Jeudi 18 septembre 2014 / Matin 9h-12h30
Sessions Parallèles – 9h-12h30

SESSION SFEF / 9H-11H00 – Auditorium
L’IMPLANTATION
Modérateurs : Pascale Chavatte-Palmer, Philippe Merviel

– Contrôle du développement de l’embryon par l’utérus / Olivier Sandra
– Adiponectine-leptine et implantation / Marie-Noëlle Dieudonné
– La réceptivité endometriale à la lumière de l’OMICs / Delphine Haouzi
– Cellules souches et implantation / Carlos Simon
SESSION SCGP / 9H-11H00 – Salle Molière
LES SITUATIONS LIMITES EN CHIRURGIE OU AMP
Modérateurs : Nathalie Massin, Auber Agostini

– Hydrosalpinx après 40 ans : chirurgie tubaire ? / Jean-Marc Mayenga
– Endometriose profonde avant 30 ans : resection digestive ? / Pietro Santulli
– Uterus polyfibromateux adenomyosique : metrectomie ? / Jean-Louis Benifla
– Synechie complexe recidivante : chirurgie itérative ? / Auber Agostini
– Tumeur borderline de l’ovaire unilaterale : annexectomie homolatérale ? / Christophe Poncelet

11h-11h30 Pause et visite des posters

Sessions Parallèles – 11h30-12h30

COMMUNICATIONS ORALES SÉLECTIONNÉES – Auditorium
Modérateurs : Bernard Nicollet, Isabelle Koscinski

– Fréquence des anomalies congénitales des enfants issus de FIV en France en 2012 / Fabienne Pessione,
Agence de la biomédecine
– Production in vitro des spermatozoïdes à partir des testicules de souris prépubères : tissus frais, congelés
et vitrifiés / Ludovic Dumont, C.H.U. de Rouen
– Fertilité et réserve ovarienne : étude des connaissances des étudiantes sages-femmes du sud-est de la
France / Laura Chelli, Ecole Universitaire de Maïeutique Marseille-Méditerranée (EU3M)
– L’impact des histones résiduels au sein de la chromatine spermatique sur l’évolution des embryons et
l’obtention de grossesse en AMP / Cyrielle Fournier, Inserm U846
– Dix ans de préservation de la fertilité masculine hors traitement potentiellement stérilisant: bilan d?activité
dans 5 centres de la Fédération Française des CECOS / Jeanne Perrin, CHU la Conception, Marseille
– AMH et prédiction des résultats en FIV / Charles Tibi, Hopital Américain

SESSION LE RISQUE EN AMP
– Salle Molière
Modérateurs : Jean-Marc Ayoubi, Véronique Chabert-Orsini

1. L’anticipation et le management du risque en AMP / Vanessa Gayet
2. Le risque et les marqueurs de SHO dans la pratique courante / Didier Dewailly
3. Stratégies pour la stimulation des patientes à risque de SHO / Paul Barrière

Avec le soutien institutionnel des Laboratoires Ferring

Sessions Parallèles – 12h45-14h00

SYMPOSIUM MSD – Auditorium
ACTUALITÉS EN GONADOTROPHINES
Modérateurs : Paul Barrière, Christophe Blockeel

– Le choix de la dose de gonadotrophine / Paul Barrière
– Innovation en stimulation ovarienne dans la pratique au quotidien / Christophe Blockeel
– Questions/réponses

SESSION NUTRITION ET FERTILITE – Salle Molière
ENVIRONNEMENT ET REPRODUCTION
Modérateurs : Rachel Lévy, Éric Sedbon

– Pollution et reproduction, impact sur la descendance / Pascale Chavatte-Palmer
– Longévité nutrition reproduction / Hugo Aguilaniu
– Environnement et reproduction, la part du mâle / Rachel Lévy

Avec le soutien institutionnel des laboratoires Gallia

Jeudi 18 septembre 2014 / Après-midi 14h15-19h
Sessions Parallèles – 14h15-16h

SESSION SALF / AFU – Auditorium
L’AZOOSPERMIE SECRÉTOIRE
Modérateurs : Marc Bailly, Anne-Marie Junca

– Optimisation/traitement avant prélèvement chirurgical / Hervé Lejeune
– Technique chirurgicale (macroscopique vs microscopique) / Eric Huyghe
– Techniques d’extraction des spermatozoides de la pulpe testiculaire / Aline Papaxanthos
– Prélèvement asynchrone versus synchrone / France Verhaeghe
SESSION GEDO – Salle Molière
CULTURE, PHILOSOPHIE ET SOCIÉTÉ
Modérateurs : Hélène Letur, Betty Rossin

– Diversité culturelle et don de gamètes et d’embryons / Sylvie Epelboin
– Aspects philosophiques du don de produits du corps humain / Bernard Baertschi
– Pourquoi ne pourrait-on pas bénéficier de l’aide des centres privés dans l’exercice
du don d’ovocytes ? / Bernard Nicollet

ATELIER SAGE FEMMES / 14H30-17H30 – Salle 6/7
SAGE FEMMES EN AMP : UNE SPÉCIALITÉ A PART ENTIÈRE
Coordonnateurs : Valérie Blanchet, Sophie Gabach

– Etat des lieux : compétences des sages-femmes en AMP en France / Valérie Blanchet, sage-femme – Cochin
– Analyse de l’enquête 2014 et débat / Sophie Gabach – sage-femme – Sèvres
– Présentation d’une enquête : sage-femme en AMP en Italie /Giula Meucci, sage-femme – Florence (présentation enquête italienne)
– Présentation ESHRE et perspectives / Valérie Blanchet, sage-femme – Cochin

Avec le soutien institutionnel des laboratoires Ferring

16h-16h30 Pause et visite des posters

Sessions Parallèles – 16H30-18H30
SESSION GRECOT – Auditorium
LA CONGÉLATION D’OVOCYTE DANS LE CADRE DE LA PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ
Modérateurs : Catherine Poirot, Jean-Paul Taar

– La vitrification d’ovocytes matures / Christine Decanter, Blandine Courbière
– la MIV / Charlotte Sonigo
– Congélation des ovocytes comme technique additionnelle à la congélation d’ovaire / Flora Marzouk
– Quelles limites d’âge ? Limite basse / Brigitte Clavier ; Limite haute / Jacqueline Selva
SESSION GRAINES DE CHERCHEUR – Salle Molière
Modérateurs : Karine Reynaud, Jean Philippe Wolf

– Tissu adipeux et fertilité chez la femme: Expression et rôle de la visfatine dans les cellules de la granulosa
humaine / Maxime Reverchon (Tours-Nouzilly)
– Topaz1, un nouveau gène impliqué dans la spermatogénèse / Alix Luangpraseuth (Jouy-en-Josas)
– Junon/Izumo, le nouveau couple clé de la fécondation? / Virginie Barraud-lange (Cochin, Paris)
– La communication cellulaire entre les gamètes lors de la fécondation : les exosomes / Achraf Benammar (Bichat, Paris)
– Le nucléole, siège de la biogenèse des ribosomes, et son rôle dans le développement embryonnaire précoce /
Maimouna Kone (Jouy-en-Josas)
– Orateur à préciser

Vendredi 19 septembre 2014 / Matin 9h-13h45
SESSION GEFF/BLEFCO – 9H-11H – Auditorium
CONTROVERSES EN AMP
Modérateurs :JoelleBelaischAllart, Patrice ClémentChaque sujet fera l’objet d’une très courte présentation pour puis contre et d’une discussion avec la salle
– Faut-il congeler les ovocytes ou les embryons ?
Les ovocytes / Pierre Boyer – Les embryons / Christophe Sifer
– La morphologie des embryons a-t-elle encore un intérêt ?
Oui / Christophe Roux – Non / Samir Hamamah
– La stratégie du tout-congelé est-elle réaliste coté biologiste ?
Oui / Anne Marie Junca – Non / Philippe Terriou
– La stratégie du tout-congelé est-elle l’avenir coté clinique ?
Oui / Vanessa Gayet – Non / Géraldine Porcu
– Faut-il imposer le SET dans les bons cas ?
Pour / Chadi Yasbeck – Contre / Philippe Merviel

11h-11h30 Pause et visite des posters

Sessions Parallèles – 11H30-12H30

COMMUNICATIONS ORALES SÉLECTIONNÉES – Auditorium
Modérateurs : Catherine Patrat, Robert Wainer

– La construction d’un score global permettant de noter une tentative d’AMP / Catherine Rapin, INSERM U846
– L’ADN libre intra-folliculaire : nouveau biomarqueur de qualité embryonnaire / Tiffany Mulet, Département de Biologie de la Reproduction, Hôpital Arnaud de Villeneuve, CHU Montpellier
de Biologie de la Reproduction, Hôpital Arnaud-de-Villeneuve, CHU Montpellier
– Aspect morphologique du blastocyste et devenir clinique / Noémie Celton, CHRU Bretonneau, Tours
– Pathologies hypertensives et don d’ovocytes. Résultats d’une large étude comparative / Hélène Letur-
Köenirsch, Centre de Fertilité, Institut Mutualiste Montsouris, Paris
– Fertilité après embolisation des artères utérines pour fibromes symptomatiques, sans autre facteur
d’infertilité: des résultats encourageants / Antoine Torre, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines
– 2014: l’AMP en France dans la mouvance de la procréation pour tous / Véronique Amice, CHRU de Brest

SESSION PROJET DE RECHERCHE EN FERTILITÉ – Salle Molière
Avec le soutien institutionnel des laboratoires Merck Serono
INNOVATION EN MÉDECINE DE LA REPRODUCTION

– Présentation du « Grant for Fertility Innovation (GFI) » depuis 2009 – Apporter une nouvelle vague d’innovation
en fertilité pour le bien-être des couples et leur garantir des plus grandes chances de grossesse. 4 projets
français acceptés : Dominique Royère, François Vialard, Nathalie Lédée, Samir Hamamah
– Modalités de soumission et de sélection des projets de recherche / Sylvie Chabac, Directeur Médical Merck Serono
– Le Win test : Window Implantation Test / Samir Hamamah
– Le Pif (Preimplantation Factor) : un biomarqueur prédictif de viabilité de grossesse / François Vialard
– Recherche de biomarqueurs au niveau des cellules du cumulus par des puces à protéines en phase
inverse / Vincent Puard
– Discussion

Avec le soutien institutionnel des laboratoires Merck Serono

CONFÉRENCE D’ACTUALITÉ – 12H30-13H – Auditorium
Modérateur : Jacqueline Selva

– Le diagnostic génétique des embryons est-il la solution des femmes de plus de 38 ans / Antonio Pellicer

L’AGENCE DE BIOMÉDECINE et l’AMP – 13H-13H45 – Auditorium
Modérateurs : Joelle Belaisch Allart, François Olivennes

– Politique de l’ ABM / Karim Laouabdia
– Questions/réponses à l’Agence : nos problèmes au quotidien / Karim Laouabdia, Dominique Royère

CLÔTURE ET REMISE DES PRIX – 13H45 – Auditorium

Restez connecté sur le compte Facebook et le compte twitter BAMP, pour pouvoir vivre en direct ces  trois journées.

Nous vous invitons a lire le mot des Présidentes, sur le site des FFER

Fédération française d’études de la reproduction

Demain, et pendant trois jours, les chercheurs, les médecins, les gynécologues, les biologistes de la REPRODUCTION HUMAINE, de L’ASSISTANCE MEDICALE à la PROCREATION, vont se réunir à Rouen. Lors des 18e journées de la Fédération française d’études de la reproduction.

Les 25, 26 et 27 septembre.

Trois jours de présentations scientifiques,

Trois jours, où l’innovation, les résultats des recherches, les possibles évolutions sociétales, vont être discutées, présentées.

Trois jours, où nous souhaitions pouvoir nous rendre…  mais lorsque nous avons cherché à nous inscrire au mois de juin, nous nous sommes retrouvés confrontés à un problème administrativo-financier. Pas de case d’inscription pour les personnes hors professions médicales et tarif élevé.

Fin août, nous avons enfin pu avoir au téléphone les organisateurs. Il est possible de s’inscrire même sans être de profession médicale. La case d’inscription correspondante à notre situation est celle des médecins, le tarif aussi : 400 euros pour les trois jours.

Il n’est donc pas possible de s’inscrire. Vraiment dommage.

Vendredi 13 septembre, lors des 40 ans des CECOS, nous avons rencontré le professeur Nathalie Rive, qui avait invité les participants à se retrouver à Rouen. A la fin de son intervention, nous sommes allés la voir, pour nous présenter et négocier un tarif. Après quelques hésitations, elle propose le tarif : « étudiant en médecine » = 200 euros. Oui, c’est super, nous sommes contents, sauf que l’inscription prend fin le lundi 16 septembre, et que nous n’avons personne qui se soit manifesté pour se rendre à Rouen et que relancer une demande d’argent auprès des membres du collectif, dans un temps si court, sans être sûrs que quelqu’un puisse se déplacer, ce n’est pas envisageable. Donc le collectif BAMP n’est pas inscrit à cette grande messe de l’infertilité.

C’est dommage, car lorsque l’on regarde la programme, c’est terriblement intéressant.

L’édito qui suit, devrait vous donner envie d’aller lire le programme (que nous vous avions déjà mis en ligne au mois de juin).

Edito


Chers amis et chers Collègues, En 2010, le prix Nobel de Médecine a été décerné à Robert Edwards pour le développement de la fécondation in vitro. En 2012, John Gurdon et Shinya Yamaka reçoivent ce même prix pour leurs travaux sur la reprogrammation des cellules adultes en cellules pluripotentes. La reprogrammation cellulaire ouvre des perspectives considérables dans le champ de la thérapie cellulaire. Le lien entre ces deux prix Nobel ne semble pas évident et pourtant dans les prochaines années, la Médecine de la Reproduction va bénéficier des avancées dans le domaine de la néogamétogenèse pour répondre aux situations d’infertilités féminine ou masculine pour lesquelles la seule proposition actuelle est le recours à l’AMP avec tiers donneur.C’est ainsi que la Médecine de la Reproduction va connaître de véritables changements et qu’elle va suivre un chemin faisant de cette discipline, une discipline médicale ne visant plus uniquement à apporter une réponse palliative à des pathologies d’infertilité féminine ou masculine.C’est au travers de la préservation de la fertilité féminine ou masculine que cette révolution s’effectue dès à présent avec une place de plus en plus importante dans le champ de la Médecine de la Reproduction. Ainsi, le développement de procédures de préservation de la fertilité place la Médecine de la Reproduction au carrefour de toutes les disciplines médicales bien au-delà du champ du cancer.Mais, ces changements vont également suivre l’évolution de nos sociétés et des différents modes de parentalité qui sont actuellement envisageables ou non encore envisagés. L’AMP va donc permettre de répondre simultanément à des impossibilités de concevoir spontanément pour des raisons médicales ou sociétales.

Les professionnels de l’AMP vont devoir faire face à ces défis technologiques et sociétaux pour répondre à toutes ces demandes. Cependant, les enfants qui en seront issus ne devront pas être oubliés et leur potentiel bien être devra être pris en considération bien avant celui du demandeur ou du couple demandeur. Au cours de ce prochain congrès de la FFER, nous tenterons d’initier des réponses à toutes ces interrogations.

Au nom du Conseil Scientifique et du Comité d’organisation, nous vous invitons au 18e congrès de la FFER qui aura lieu à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rouen, du 25 au 27 Septembre 2013

Professeur Nathalie Rives
Présidente de la FFER

Nous vous invitons à lire le programme, sur le site FFER ici.

Mais il est encore possible de faire plusieurs choses :

  • Rêver d’une invitation du collectif BAMP, par les responsables de l’organisation de ses journées FFER. Oui, c’est beau de rêver…
  • Parler des 18 ème journées FFER avec vos médecins respectifs. Car qui dit grande messe, dit grand rassemblement… vous pouvez donc demander à vos médecins s’ils vont participer ou non à ses journées ? S’il vous dit qu’il va y aller, surtout, il faut lui dire que vous trouvez le programme très intéressant et que vous aimeriez avoir un retour de sa part. Quelles sont les choses importantes, nouvelles découvertes, nouveaux protocoles, nouveaux traitements qui ont été présentés ? Quelles perspectives nouvelles pour votre propre traitement ?
  • Vous avez peut-être dans votre entourage, proche ou moins proche, un étudiant en médecine, une amie sage-femme, un cousin gynécologue, qui va aller à ces journées et qui pourrait vous faire un résumé de ce qui s’est dit là-bas.

Nous espérons que les publications pourront être diffusées rapidement, dans le but d’informer aussi les patients. Il semblerait que ces journées de la recherche française sur la reproduction ont lieu tous les ans. Nous attendrons donc l’année prochaine avec impatience.

Si nous avions pu nous rendre à ces trois jours nous aurions pu :

– Entendre ce que propose la recherche française concernant la reproduction humaine.

– Rencontrer des tas de médecins, gynécologues, biologistes, pour leur parler du collectif BAMP.

– Porter et faire entendre, si cela avait été possible, la parole des patients de l’assistance médicale à la procréation.

GROUPES DE RECHERCHES

 

Liste à compléter avec vos suggestions, que vous pouvez indiquer dans les commentaires.