Vos points de vues sur « Tout va bien se passer »

« Tout va bien se passer » est une pièce de théâtre sur la résilience d’une patiente qui a énormément souffert en parcours de PMA, et aussi une pièce qui parle de la difficile relation entre la patiente et le milieu médical. Le thème est d’actualité au moment où la Loi de Bioéthique est en pleine révision et provoque des débats animés dans notre société.

Maia Brami a connu une fin heureuse à son parcours. Les sourires et les rires d’un enfant illuminent tout et permettent de puiser une nouvelle forme d’énergie pour mener un autre combat : partager et informer.

Elle a exorcisé la douleur en écrivant une pièce incroyablement dure qui relate une partie de son histoire en tant qu’ancienne patiente. Elle raconte comment, avant, face à l’échec :
– Rester debout.
– Tenir bon.
– Continuer.
– Faire confiance au médecin ? Le doute ?? « Prendre ses jambes à son cou » ???

Quelle force d’avoir écrit une histoire aussi difficile avec des mots aussi simples. Et quel courage de se replonger dans la douleur une fois sortie de parcours quand la plupart des patients ne cherchent qu’à oublier l’inoubliable…

Au mieux, quand on l’a vécu on peut l’enfouir quelque part avec d’autres vilains souvenirs et passer à autre chose.

A plusieurs reprises ma gorge s’est nouée. Certaines scènes, ces douloureux moments de vie, font écho à des situations vécues par tous ceux et celles qui auront croisés la PMA sur leur route.

La mise en scène est ponctuée de symboles : la douche froide du diagnostic, la course en bus pour gérer les allers et retours, la gymnastique et les acrobaties logistiques, l’impact des examens médicaux et traitements chronophages sur la vie professionnelle, les palpitations du cœur en musique, la pudeur et l’intimité d’une femme fracassée par une chaise et des étriers, la douche à la bétadine avant la FIV, la douche de fin qui prend un tout autre sens….

Puis un jour « Fini l’équitation! ». Est venue la délivrance avec une fin heureuse au parcours.

La musique douce et la voix envoûtante du chanteur viennent contraster avec la dure réalité des problèmes rencontrés pendant le parcours, elles viennent dénoncer la froideur et le manque d’empathie du corps médical ; qui se transforme parfois en maltraitance médicale.
Le musicien nous embarque dans son « Men’s world », ce même monde d’hommes qui n’existerait pas sans les femmes. Le choix musical est juste pour illustrer les scènes.
La comédienne, Coralie Emilion-Languille, interprète le rôle avec énergie et justesse.

Le 13 juin, à la fin de la représentation, vous pourrez échanger avec Maia Brami et la comédienne Coralie Emilion-Languille des affinités artistiques.
Le 22 juin, à la fin de la représentation, vous pourrez débattre avec Maia Brami et la comédienne Coralie Emilion-Languille et une professeure de sciences politiques, Camille FROIDEVAUX-METTERIE (que nous avions rencontré au forum Européen de Bioéthique à Strasbourg en février dernier), sur les mutations de la condition féminine.

Pour finir ne manquez pas l’exposition temporaire dans les salons du 1er étage.

Une autre spectatrice ; « Le texte est fort, poignant et vrai. La guitare accompagne bien la mise en scène. J’ai parfois occulté certains passages, je pense à cause de l’effet miroir que cela provoque, lorsque l’on vit ces horreurs. Des blancs. Je crains que cette pièce n’est pas le succès  qu’elle mérite. Comment faire pour faire entendre ce texte ?  »

 

Vous pouvez aussi lire ici le point de vue de Super Souris qui a vu la pièce le soir de la première.

 

Une pièce à montrer aux personnes qui ne connaissent pas l’amp et ses affres, pour qu’elles puissent mieux connaître, comprendre ce que beaucoup de personnes vivent.

Il reste 7 représentations, jusqu’au 23 juin ! Pour réserver votre place, c‘est par ici

Si vous êtes adhérents de l’association COLLECTIF BAMP, vous pouvez bénéficier d’un tarif préférentiel. Il suffit de demander le code spécifique au bureau de l’association via collectif@bamp.fr

Et si vous voulez des exemplaires du livre « l’Inhabitée », de Maia BRAMI, nous en avons en stock, chez BAMP !

 

 

TOUT VA BIEN SE PASSER – SSI 2017

Dans le cadre de la SSI 2017, Maïa BRAMI  écrivain (romans, poésies, biographies), journaliste freelance, photographe et Coralie EMILION-LANGUILLE, nous font l’honneur de plusieurs lectures du monologue « Tout va bien se passer » tiré d’un roman écrit par Maïa BRAMI en 2011 « La vie refusée« . Ce spectacle produit par Honorine production, sera joué en 2018, dans un théâtre parisien. Vous pouvez donc, en avant première et dès la fin du mois de mai 2017, venir écouter ce texte fort.

Cet article nous donne l’occasion de rappeler l’importance de la culture et de la création artistique. Votre association COLLECTIF BAMP, pense que la culture est un moyen de toucher et de sensibiliser des personnes non concernées par l’infertilité, c’est pour cette raison que nous soutenons et valorisons différents projets culturels (photographies, théâtres, ateliers créatifs, poésies, chansons, etc). En 2017, nous avions soutenus « Terre d’espérance« , très beau texte et belle mise en scène, qui avait ému aux larmes les spectateurs présents.

Deux rendez-vous à ne pas rater, pendant cette 3ème Semaine de Sensibilisation à l’Infertilité, pour parler autrement d’infertilité. Venez écouter Coralie Emilion-Languille comédienne qui incarne la femme de cette histoire. Venez rencontrer et échanger avec Maïa BRAMI, l’auteur :

Pour ces deux rendez-vous merci, de vous inscrire auprès de Virginie pour Caen (collectif@bamp.fr) et Caroline pour Angers (collectifbamp49@gmail.fr), nombre de places limitées.

Merci aux deux librairies qui vont mettre en avant, ce sujet de l’infertilité.

#SSI2017

#1couple6

#JeSuisInfertile

#ToutVaBienSePasser !