La vidéo Protège ta fertilité

Le collectif « Protège ta Fertilité » lance une campagne de sensibilisation à destination des 18-24 ans.

L’objectif ? Les informer différemment sur les principaux facteurs de risques des troubles de la fertilité, à un âge où on leur apprend surtout comment ne PAS avoir d’enfant.

 

L’objectif ?

Les informer différemment sur les principaux facteurs de risques des troubles de la fertilité, à un âge où on leur apprend surtout comment ne PAS avoir d’enfant.

Pourquoi ?

Car peu de personnes le savent, mais c’est dès maintenant qu’ils peuvent agir sur leur capital fertilité, et ainsi diminuer leurs risques de rencontrer des difficultés lorsqu’ils souhaiteront devenir parents.

Aujourd’hui, nous avons tous un rôle à jouer, à notre échelle, pour partager cette information.

Pour en parler, nous vous invitons à la conférence de presse de lancement de cette campagne, qui sera organisée par le laboratoire MERCK à partir de 9h le 28 novembre 2019 au Café Nuage, 14, Rue des Carmes, 75005 Paris.

« Sensibiliser les jeunes à la question de la fertilité avant qu’il ne soit trop tard »

« En France, on sensibilise les jeunes dès le collège pour leur apprendre comment ne pas avoir d’enfant, notamment au travers des différentes techniques de contraception. Mais finalement, à aucun moment nous ne leur enseignons que leur fertilité est précieuse et qu’il faut la protéger. » explique Nicolas Chevalier, gynécologue au centre AMP Saint Roch de Montpellier.

Sujet tabou ? Pourtant, un constat interpelle en France, dans un contexte où de plus en plus de couples ont du mal à concevoir un enfant, lorsqu’ils se sentent enfin prêts à se lancer dans l’aventure. Car contrairement à ce que l’on pense souvent, avoir un enfant, ce n’est pas un acquis pour tous, et ça n’arrive pas forcément instantanément dès qu’on décide d’en avoir un !

 

En effet, selon le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) en 2012 en France, 18 à 24% des couples sont confrontés à des problèmes d’infertilité en France, soit près d’un couple sur 5 [1]. Une des principales causes de ces difficultés à concevoir : le recul de l’âge moyen pour le premier enfant. En 2017, ce dernier était d’environ 30 ans selon l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED), contre 26 ans en moyenne en 1975. [2]  Ce recul s’explique en partie par l’envie de notre jeunesse de consacrer davantage de leur temps libre à diverses activités ou encore d’atteindre une certaine stabilité financière.[3] Cependant, une réalité : le capital fertilité d’un homme ou d’une femme est à l’image du capital soleil : il n’est pas illimité et se consomme rapidement !

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de prendre soin de sa fertilité au quotidien, si l’on est informé assez tôt ! De nombreux aspects de nos modes de vie actuels peuvent avoir une influence négative sur notre capacité à concevoir un enfant : âge de plus en plus tardif, tabac, pollution, stress, mauvaise alimentation, etc. Autant de comportements dont on ne soupçonne pas forcément l’importance et les conséquences !

« Une campagne soutenue par plusieurs acteurs »

Parce que la fertilité est un enjeu important, c’est tout un collectif regroupant plusieurs acteurs qui a uni ses forces sous la bannière de « Protège Ta Fertilité », pour ainsi mettre en place une campagne de sensibilisation de grande ampleur auprès des jeunes de 18/24 ans :

·         3 professionnels de santé ont travaillé à la mise en place des messages clés de cette campagne :

  • Le Professeur Nathalie Massin, endocrinologue, spécialiste de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) au Centre hospitalier intercommunal de Créteil
  • Le Docteur Florence Lesourd, gynécologue-obstétricien au CHU Paule de Viguier de Toulouse
  • Le Docteur Nicolas Chevalier, gynécologue-obstétricien à la Polyclinique Saint-Roch de Montpellier

·         Le collectif BAMP!, une association de patients de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) représentée par Virginie Rio, co-fondatrice de l’association, apportant à cette campagne le regard des patients.

·         MERCK, acteur majeur de la recherche dans les secteurs des sciences de la vie et un des leaders mondiaux dans la prise en charge des troubles de la fertilité.

Cette sensibilisation des jeunes, bien en amont de leur projet d’enfant, a pour objectif de limiter leurs risques de faire face à des situations souvent dramatiques, lorsqu’ils souhaiteront se lancer dans un projet de parentalité.

Rendez-vous sur la page Instagram @protegetafertilite, également disponible par les mots-dièse (hashtag) #ProtègeTaFertilité et #ProtegeTaFertilite.

[1] Santé Publique France – La fertilité des couples en France, 2012. Disponible sur : https://www.santepubliquefrance.fr/docs/la-fertilite-des-couples-en-france/ Date de consultation : novembre 2019

[2] https://www.ined.fr/fr/grands-themes/naissance-fecondite-contraception/

[3] Etude Merck “Making the Decision to Have Children”, 2018Votre contact Presse : Julie DuquesneEmail

 

    

 

 

VOUS NOUS aidez à diffuser cette campagne ? 

 

Journée mondiale contre la pré-éclampsie

En ce 22 mai, c’est la journée mondiale contre la pré-éclampsie

Dernièrement, nous vous avions parlé d’une nouvelle association sur le sujet, c’est par ici

Cette association propose un Facebook live ce soir à 17h30, vous pourrez poser des questions aux médecins présents en direct de la maternité de Port-Royal.

42849571_330172294402360_5276067250950897664_n

Page Facebook qui a crée l’événement :

Lien de l’événement 

N’hésitez pas à aller poser vos questions !

Cette journée est faite pour en parler et surtout pour essayer de la prévenir en informant !

Le Shnek fest de générations cobayes

Le Shnek Fest : une journée pour parler du sexe féminin, chouette programme !


La deuxième édition du Shnek fest se déroule à Lyon toute la journée du 27 avril.

Cet événement est organisé par l’association « générations cobayes« , qui s’interroge sur les liens entre pollution environnementale et problèmes de santé.
Leurs questionnements sont en phase avec ceux de votre association Collectif Bamp, à savoir, l’augmentation des maladies chroniques telles que l’endométriose, le syndrome des ovaires polykystiques, les problèmes d’infertilité en général, et d’autres,- dont nous ne sommes pas spécialistes mais qui ne nous laissent pas indifférents – comme l’augmentation des cancers…

Nos deux associations sont d’ailleurs adhérentes du « Réseau Environnemennt Santé » et nous pensons que nous avons tout à gagner à unir nos efforts en matière d’information et de sensibilisation. 

Cette année, nous venons grossir les rangs et participer à cette nouvelle édition d’un festival consacré au sexe féminin :  Cynthia (Collectif BAMP) et Amandine (Générations Cobayes) seront présentes de 15h à 16h pour échanger et répondre à vos questions au sujet du syndrome des ovaires polykystiques. 

D’autres ateliers, tables rondes et discussions libres viendront également égayer cette journée.

 


Au plaisir de vous retrouver ou de vous rencontrer lors de ce festival

Sondage européen : Quels sont vos besoins en information ?

Nous vous avions parlé il y a quelques mois d’un sondage réalisé en partenariat avec l’IPSOS, Gédeon-Richter et BAMP pour enquêter sur le vécu des personnes engagées dans un parcours d’AMP. Les résultats seront partagés prochainement. Cette fois-ci nous vous proposons de répondre à un très bref sondage, initié par une association de patients polonaise, au sujet des besoins en information des patients. Plus exactement, le sondage met en tension les besoins en information sur l’infertilité, les explications fournies à propos des diagnostics ainsi que les traitements proposés, et les pratiques actuelles.

Votre avis nous intéresse - bullesL’association à l’origine de l’étude est Nascz-Bocian ; un alter ego de quelque sorte, s’agissant d’une association de patients qui cherche à améliorer la prise en charge des personnes en AMP à l’échelle de la Pologne. Leur initiative s’inscrit dans une démarche plus globale en étant soutenue par notre partenaire européen Fertility Europe, soit le consortium paneuropéen d’associations de patients de l’AMP. Soutenue de la sorte, l’enquête polonaise bénéficie d’une large diffusion.

C’est à notre tour de diffuser cette belle initiative en vous invitant à prendre 5 minutes pour répondre au sondage !

Les résultats du sondage seront présentés fin juin à Vienne, à l’occasion de l’une des conférences gynécologiques les plus importantes au monde dans le champ de l’AMP, celle organisée annuellement par ESHRE (European Society of Human Reproduction and Embryology) ; la conférence regroupe des milliers de gynécologues venus des quatre coins du  globe. Autrement dit, une excellente vitrine pour faire entendre nos besoins en tant que patients et poursuivre le combat d’une meilleure prise en charge de l’infertilité.

Cliquez ici  pour vous rendre au sondage « Patients’ information needs » (et oui, c’est en anglais 😉 mais google traduction ou un autre outil du genre peut être votre ami).

On appelle CAEN !

Les rencontres reprennent à Caen pour 2019 !

Julie vous propose de vous retrouver en petit groupe pour échanger autour de l’infertilité, à Caen le samedi 23 février de 14h à 17h 

 

rencontre caen

Inscriptions/renseignements : collectifbampcaen@gmail.com

SSI2018 – Invitation à la première journée du 4 juin

Les membres de l’association collectif bamp, les bénévoles ont le plaisir de vous inviter à participer à la 4ème Semaine de Sensibilisation à l’infertilité : SSI2018.

Cette année encore, nous vous proposons, différents moments de rencontres et d’échanges, pour parler d’infertilité, d’assistance médicale à la procréation, de don de gamètes, de préservation de la fertilité, des familles et des enfants qui adviennent grâce à une technique d’AMP.

Le programme complet de la semaine n’est pas encore totalement validé, vous pourrez retrouver une rencontre, un débat-ciné, une table-ronde dans différentes villes de France et en Nouvelle Calédonie (là où des bénévoles de l’association se sont mobilisé pour d’organiser quelque chose).

Mais, pour la journée d’ouverture de la SSI2018, c’est à dire le lundi 4 juin 2018, tout est déjà validé.

Alors si vous habitez la région Occitanie, autour de Toulouse ou ailleurs, nous vous invitons d’ores et déjà à prendre connaissance du programme de cette 1ère journée, qui va se dérouler à L’UNION (banlieue de Toulouse), sur un sujet qui est essentiel pour nous depuis la création de l’association : la santé environnementale et son impact sur la fertilité et la santé des enfants et des adultes.

Organisé en partenariat avec le Réseau Santé Environnementale, (dont BAMP est membre du conseil d’administration) : « Y aura-t-il encore des petits Occitans en 2040 ?« , s’annonce comme un rendez-vous essentiel dans la perspective d’une prise de conscience collective et un changement de paradigme dans les approches politiques sur ces questions. Associé au Réseau Environnement Santé  (à l’origine de l’interdiction du bisphénol A dans les biberons et la mise en place dans certaines villes françaises du projet « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens« ), qui fédère différentes associations de patients et qui œuvre avec succès à l’information sur l’impact des perturbateurs endocriniens dans l’augmentation des maladies chroniques (obésité, autisme, cancer, infertilité, etc) ; notre association se mobilise fortement, en tant que représentante des personnes infertiles, concernées pour la hausse des infertilités, la baisse de la qualité et de la quantité de spermatozoïdes dans l’éjaculat des français, l’augmentation des insuffisance ovariennes précoces, du syndrome des ovaires polykystiques, de l’endométriose.

Nous ne pouvons pas rester sans rien faire, pour nos enfants et les générations suivantes. En tant que personnes concernées, nous avons un rôle d’alerte, à jouer, car comme pour d’autres situations, il est plus facile de prendre conscience des choses quand on est directement concernés.  Nous espérons que ce colloque puisse enclencher un réel mouvement de synergie entre les instances politiques locales, mais aussi nationales autour de la nécessité d’une LOI, pour 2019, de SANTE ENVIRONNEMENTALE, avec un volet sur la prévention de l’infertilité etl’impact des perturbateurs endocriniens sur la santé reproductive.

Venez participer à cette première journée pour vous informer, pour montrer aux pouvoirs publiques, que la santé environnementale et reproductive est essentielle à vos yeux. Partagez, cette invitation autour de vous. Merci

Evénement gratuit, mais sur inscription ICI

Le programme complet ci-dessous

Vous pourrez retrouver sur place les stands de différentes associations
Nous vous attendons nombreux et nombreuses

#SSI2018 #VraimentPour #1couple6 #SantéEnvironnementale #SantéReproductive

 

BAMP agit contre les synéchies

Engagée dans la prévention de l’infertilité, votre association COLLECTIF BAMP s’est intéressée à la prévention et la prise en charge des synéchies. La brochure téléchargeable sur cette page porte sur ce thème. Elle est destinée aux gynécologues et vient d’être validée par le CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français). Ce document est le premier d’un dispositif complet qui a pour vocation d’informer les médecins et les femmes sur les causes et le traitement des synéchies. Faisons le point !

Pourquoi cet engagement contre les synéchies ?
Pouvant entraver l’implantation de l’embryon ou empêcher la fécondation, les synéchies ont un impact majeur sur la fertilité. Pourtant, ce facteur est souvent mal connu de tous, médecins et femmes. Seuls certains chirurgiens gynécologues ont l’expertise nécessaire à la prise en charge des synéchies. L’objectif de BAMP est donc, d’une part, de sensibiliser les gynécologues sur les actes ou pathologies pouvant générer les synéchies, sur la place des hystéroscopies diagnostique et opératoire dans le diagnostic, la prise en charge délicate (précoce dans l’idéal) et le suivi. D’autre part, les femmes doivent également être informées sur ces mêmes points afin d’être actrices de leur prise en charge et être en mesure de solliciter les chirurgiens expérimentés, capables de les prendre en charge.

Quelles sont les actions mises en place ?
La première étape de notre travail s’est concrétisée par la réalisation d’une brochure destinée aux gynécologues. Intitulé « Faisons le point sur les synéchies utérines, De la prévention à la prise en charge », ce document a été validé par le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) et mise en ligne sur les pages suivantes de son site :

Cette validation est un point extrêmement important pour BAMP. Elle légitime ce travail et permet sa diffusion auprès de tous les gynécologues et des femmes en recherche d’informations. Cette brochure sera également disponible sur le stand que BAMP tiendra au congrès du CNGOF qui aura lieu du 5 ou 8 décembre prochain à Lille.

Dans les semaines à venir, notre objectif est de continuer sur cette lancée pour cette fois réaliser un document synthétique informant les femmes sur les causes, les symptômes et la prise en charge des synéchies.

Même s’il reste un travail important à réaliser pour prévenir et mieux prendre en charge les synéchies, le travail d’information et de sensibilisation est en marche !

Pour en savoir plus sur l’hystéroscopie , c’est par là

Pour en savoir plus sur les synéchies :
Sur le site BAMP 
Sur le site Hystéroscopie.org

Merci et bravo à Gézabelle HAURAY, référente « synéchie » chez BAMP, qui a construit et porté ce travail de bout en bout. L’engagement et la détermination ont porté leurs fruits. C’est tout l’esprit BAMP ça !

Voici la brochure Brochure Synéchies utérines 5 (planches), si vous voulez l’imprimer, la consulter, la diffuser