Stress et infertilité, comment en parler?

Stress et infertilité, comment en parler?

n, Docteur en médecine et psychothérapeute, vice-présidente de l’Association Française pour la Médecine Comportementale, a publiée un article sur le Huffington Post, sur la conséquence du stress sur l’infertilité.

Encore une fois, il est démontré que le stress en parcours d’infertilité à son importance et serait « source » de difficulté ou d’échec à réussir à tomber enceinte. 

Comment « lâcher prise » dans un tel parcours qui dure quelques fois depuis de nombreuses années ? Comment éviter le stress lorsque l’accumulation des échecs est une réalité ? Quand les femmes subissent des fausses couche ? Comment ne pas être traumatisée par un tel parcours ? Certes un accompagnement chez un psychologue est proposé aux couples au sein de leur PMA. Est-ce la solution afin d’éviter le stress et l’angoisse de ne pas être parents un jour ? Surtout ce qui fonctionne chez l’un ne fonctionne pas forcément chez l’autre. Comment ne pas être stressée lorsque nous subissons au quotidien la réalité de ne pas être parents ? Lorsque nous connaissons les statistiques, pour rappel 1 couple sur 2 ressort d’un parcours AMP sans enfants.

Trouver des moyens afin de faire face au stress est envisageable mais pas à la portée de tous les porte-monnaie.

« Le stress, même s’il n’est pas la cause de l’infertilité, vient très fréquemment compliquer la vie des femmes qui ont des difficultés à commencer une grossesse. On sait notamment que le niveau de stress ressenti par les femmes souffrant de troubles de la fertilité est comparable à celui de personnes qui souffrent d’une maladie grave.

Le fait de ne pouvoir débuter une grossesse lorsqu’on a décidé que c’était le bon moment et le bon partenaire est souvent pour une femme jeune l’occasion d’une première rencontre avec le système médical : consultations répétées, tests diagnostics multiples et intrusifs, confrontation finale à un diagnostic redouté.

Pour ajouter à ce parcours du combattant et à la détresse déjà ressentie, lorsque le désir d’enfant se fait intense et que la grossesse se fait attendre, le monde paraît soudainement peuplé de femmes enceintes et de couples avec bébés. »

La suite de l’article : Ici