HAPPY BIRTHDAY – 40 ans de bébés FIV !

Aujourd’hui, 25 juillet 2018, nous fêtons la naissance, il y a 40 ans du premier bébé FIV : Louise BROWN. Happy Birthday !

Comme vous le savez sans doute, en fin d’année 1977, les parents de Louise BROWN voient leur énième FIV fonctionner, madame Brown est – ENFIN- enceinte et la naissance est prévue pour l’été 1978. Pour rappel, cela fait des années que les équipes médicales Britanniques et sans doute dans d’autres pays aussi, travaillent sur la mise au point d’une nouvelle technique pour résoudre les problèmes de fertilité. Avant la réussite de cette première FIV, seul l’insémination artificielle existait, mais elle ne pouvait répondre qu’à une partie des problèmes de fertilité.

A l’époque de nombreux couples tentent, depuis quelques années, avec l’aide des médecins de voir aboutir leur projet de parentalité, sans succès. En 1977, la FIV en était à ses balbutiements, les techniques que nous connaissons maintenant, n’existaient pas. Il fallait tout inventer, tout tester. Pour rappel à l’époque les ponctions se faisaient par laparoscopie (incisions abdominales, pour aller récolter les ovocytes), les femmes prenaient des doses d’hormones importantes, les injections se faisaient à l’hôpital. L’échographie était aussi à ses débuts. Tout cela était expérimental pour les médecins, porteur d’espoir pour les couples impliqués, mais avec tellement d’incertitudes. Tous étaient des pionniers, qui ont permis qu’aujourd’hui, nous puissions, nous aussi célébrer les naissances de nos bébés « FIV ».

 

Nous profitons donc de cet anniversaire pour souhaiter la bienvenue aux tout nouveaux bébés FIV et FIV avec don de gamètes, mais aussi les naissances obtenues grâce aux inséminations, aux transferts d’embryon (TEC et TEV), au double don, au don d’embryons, de ces derniers mois.  A tous les bébés qui viennent remplir de joies et de bonheurs leurs heureux parents. Et ils sont nombreux !

D’ailleurs l’INED nous rappelle dans une étude récente (juin 2018) que plus de « 1 enfant sur 30  devraient être conçu en 2018 grâce à une techique d’AMP » (FIV, IA, TEC, DON), Et c’est sans compter tous les enfants nés en France grâce à une AMP réalisées à l’étranger (qui ne sont pas comptabilisés dans les chiffres INSERM, INED et ABM).  En France « La FIV domine désormais le paysage de l’assistance médicale, représentant 70% des enfants conçus par AMP« , (Elise de La Rochebrochard, Numéro 556 « Population et Sociétés » Juin  « Un enfant sur trente conçu par assistance médicale à la procréation en France »). Les « bébés AMP » représentent environ 3.4 % des naissances totales en France. Depuis la naissance d’Amandine en 1981, l’INED nous indique qu’en 2019 plus de 400 000 personnes seront né-es grâce à la Fécondation In Vitro.

Au niveau mondial, ce sont plus de 6 millions de personnes qui sont nées grâce à la FIV, donc si vous ajoutez les autres techniques comme l’insémination artificielle, cela fait beaucoup de monde.

Nous profitons de ce jour d’anniversaire pour souhaiter la bienvenue aux bébés de nos adhérents et de nos membres actifs (qui se reconnaîtrons), mais aussi à tous les autres bébés de l’AMP. Merci pour les beaux faire-part de naissances qui illuminent notre boite aux lettres et que nous sommes heureux de recevoir.

Des pensées encore toutes chamboulées, pour Déborah (référente BAMP à Nouméa) et son mari, qui vivent à Nouméa une histoire incroyable, avec l’adoption d’une petite fille de trois mois, tout en étant enceinte de trois mois d’un bébé FIVdon d’ovocyte. C’est juste énorme ce qui vous arrive.

Bienvenue aux bébés filles et FIV don ovocyte de Céline (référente BAMP en Alsace) et Manu.

Nous souhaitons aussi la bienvenue aux enfants venus d’ailleurs, qui ont rejoint – ENFIN – une famille qui les attendait depuis longtemps. Des pensées particulières pour Florence et Germain qui ont créer BAMP avec moi, il y a cinq ans maintenant et qui sont les heureux parents d’un superbe petit garçon – ENFIN –

BIENVENUE à TOUS ces superbes enfants de l’amour et FÉLICITATIONS aux heureux parents.

copyright V.R.

 

Nous adressons aussi plein de courage et de persévérance aux personnes qui sont encore en attente, ainsi qu’à ceux qui n’attendent plus.

 

#19782018 #happybirthdayIVF #40ansDeFIV #HappybirthdayLouiseBROWN #FIV40ans #babyIVF #bebeFIV #happybirthday #LouiseBROWN

Rencontre thématique à Marseille

Nathalie vous propose d’échanger sur le thème :
« Quand des enfants naissent après un parcours AMP »
le samedi 17 mars de 14h à 16h30 à Marseille

Rencontre Marseillethème

On n’y va pas pour travailler mais parler d’infertilité !
Merci à cet espace de coworking pour leur soutien car grâce à eux, nous pouvons réaliser les rencontres à Marseille www.smack-coworking.com

Inscriptions/renseignements : collectifbamp13@gmail.com

RDV dans un an pour fêter les 40 ans de Louise BROWN !

En ce 25 juillet 2017, une famille anglaise fête l’happy Birthday de leur bébé, de leur petite fille. Une famille lambda, une petite fille comme les autres…………….. mais qui pour le reste du monde, est et restera, la première bébé « éprouvette », comme c’était dit à l’époque. Cette date d’anniversaire marque la naissance du premier bébé éprouvette pour le monde entier.

En effet, Louise BROWN est née le 25 juillet 1978 et elle symbolise encore aujourd’hui le bébé miracle, le bébé espoir de millions de gens qui ne peuvent pas avoir d’enfant sans le recours de l’assistance médicale à la procréation. Nous ne reviendrons pas sur les péripéties médicales, éthiques, sociales qui ont permis cette naissance et qui ont agité la société à l’époque. Vous pouvez retrouver un article très complet, que nous avions rédigé en 2015.

Aujourd’hui ce que nous souhaitons vous proposer, c’est un rendez-vous festif, mais dans un an, le 25 juillet 2018 !
Retrouvons-nous pour fêter les 40 ans de la naissance de ce premier bébé FIV !
Parents, enfants, personnes en parcours d’AMP, associations et professionnels de l’AMP, ensemble pour discuter des progrès qu’il reste à faire, faire le point sur l’éthique, la technique, s’interroger sur le passer et l’avenir et festoyer. 

En fonction de vos retours sur ce projet, nous organiserons soit une seule rencontre dans un lieu central, ou alors différentes rencontres en régions.

A vos agendas, dites nous si ce projet vous intéresse et sous quelle forme.

Si vous souhaitez y participer en 2018, en laissant un commentaire

Bon anniversaire Louise BROWN !

 

Des bébés naissent grâce à l’AMP !

Ce soir, nous parlons bébés ! Ce n’est pas souvent me direz-vous. Mais pourtant c’est le projet de fond, c’est l’objectif de toutes les personnes qui s’engagent dans un parcours d’AMP : avoir des enfants.
Parce que oui, grâce à l’AMP des enfants naissent et bien plus que ce que nous disent les chiffres officiels (puisque l’ABM ne comptabilise que les naissances suites à une AMP réalisée en France).
Ces trois derniers mois, trois petits garçons sont nés chez les adhérents BAMP de Normandie.
A l’assemblée générale samedi, il y avait une adhérente qui venait d’accoucher, une autre qui va bientôt accoucher, une autre encore au tout début de l’espoir. Il y avait aussi une Dame Du Bureau qui a annoncé l’arrivée, dans sa vie, de son fils âgé de 4 ans.
Et ce soir, c’est une petite fille qui est venue combler de bonheur ses parents, dans l’est de la France.
C’est toujours très émouvant pour moi d’annoncer ces naissances.
Car elles représentent beaucoup de choses, les parcours plus ou moins longs dans le désir de fonder une famille et dans les parcours d’AMP, les souffrances, les espoirs, les échecs, les renoncements et les réussites. Elles parlent aussi des enfants qui ne sont pas nés, ceux qui n’arriveront plus et qui n’arriveront jamais, .
Alors, je suis émue, très émue, joie, tristesse, bonheur, nouvelle vie, amertume, espérance, tout se mélange. C’est beau et c’est émouvant.
Alors ce soir, fêtons nos enfants  et réjouissons-nous de ceux qui viennent de naitre et ceux à venir.
Alors félicitations à vous, heureux parents grâce à l’AMP et à l’adoption.
Bienvenue à vos enfants !

Vitrification des ovocytes

Voici un article trouvé sur le site TOP SANTE.com, indiqué par TITTOUNETT

Vitrification des ovocytes : le nouvel espoir pour avoir un enfant

Le 02 mai 2012 à 16h55 – Mis à jour le 10 juin 2013 à 17h47 – par Catherine Cordonnier

Pour la première fois en France, un bébé est né grâce à une technique de procréation médicalement assistée basée sur la congélation ultra-rapide des ovocytes.

Vitrification des ovocytes : le nouvel espoir pour avoir un enfant

La technique de vitrification des ovocytes n’est pas nouvelle et a déjà permis la naissance de plusieurs enfants dans le monde (et notamment chez nos voisins belges). Mais jusqu’à présent, cette technique basée sur la congélation ultrarapide des gamètes était interdite en France, seule la méthode dite de « congélation lente » étant autorisée par les lois de bioéthique.

Mais en juillet 2011, la loi de bioéthique est revenue sur cette interdiction, en autorisant désormais la technique de vitrification pour les couples qui doivent faire face à des problèmes de stérilité. La naissance d’une petite Aya, née il y a quelques semaines à l’hôpital Robert-Debré à Paris après la congélation ultra-rapide des ovules non fécondés de sa maman, est donc une première qui apporte une grande bouffée d’espoir aux couples qui ont du mal à avoir un enfant et qui se lancent dans l’aventure de la procréation médicalement assistée. « L’enfant est né naturellement à 36 semaines », rapporte l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Il mesurait 48 cm et pesait 2,980 kg.

Vitrification : une technique plus efficace que la congélation

Par rapport à la congélation lente, la technique de vitrification est plus efficace car la vitesse de refroidissement est si rapide que l’eau contenue à l’intérieur de la cellule n’a pas le temps de se dégrader en cristaux de glace, ce qui ruinerait toute possibilité de fécondation de l’ovule.

La vitrification permet une augmentation considérable de la survie des embryons congelés qui restent intacts, et donc utilisables, une fois décongelés.

« La vitrification permet aujourd’hui de conserver des ovocytes frais non fécondés, et donne la possibilité de préserver la fertilité des patientes », souligne l’AP-HP. Elle apporte aussi un immense espoir aux femmes atteintes d’un cancer car elles pourront préserver leur fertilité et garder l’espoir d’une grossesse, même après un traitement aussi lourd qu’une chimiothérapie. « La perspective d’une grossesse après traitement qui leur était jusqu’alors bouchée est une formidable façon pour elles de s’accrocher à la vie », souligne le professeur Wolf, chef du service d’histologie-embryologie-biologie de la reproduction de l’hôpital Cochin, à Paris, qui a procédé à la vitrification des ovules de la maman d’Aya.

Pauline, son parcours jusqu’à ses jumelles

L’envie d’enfant est arrivée doucement en 2009 après plusieurs années de vie commune. En revanche, très vite sont arrivées aussi les prises de tête pour être sûrs de viser au bon moment, les calculs des dates d’ovulation, etc. Peut-être comme si nous savions déjà que faire un enfant ne serait pas aussi facile de ça.

Fin 2010, je me retrouve chez ma gynéco pour lui expliquer que depuis un an et demi, il ne se passe rien. Elle me propose alors de faire des examens et l’on se lance dans la totale. Le résultat est sans appel: OATS… Avant de filer en PMA, on rencontre d’abord des spécialistes pour comprendre le pourquoi du comment. L’explication tient dans la jeunesse de mon mari et cela impact presque 30 ans plus tard son désir d’enfant… Naze…

Mi 2011, on entre en PMA de nouveaux examens et la décision de l’équipe: d’abord 3 inséminations puis si cela ne marche en passe on passe en FIV. La première insémination sera la bonne. Et la nature nous fait une jolie surprise puisque l’on découvre que l’on attend non pas un enfant, mais des jumeaux. Pour tout vous dire, au départ il y avait même trois embryons, des jumeaux monozygotes partageant la même poche (qui deviendront mes filles) et un autre petit embryon dans une autre poche qui arrêtera son développement durant le 3e mois de grossesse… Et là cette sensation étrange d’être passé du doute « aurais-je un enfant un jour? » à « trois ! Impossible ! »… « Même deux, waouh comment on va faire ? »… Et surtout passer aux yeux des autres du « couple en difficulté » au « couple super fertile »… Et mon mari d’entendre à quasi toutes les annonces (sauf les très proches qui connaissaient notre parcours) « bravo, tu as bien travaillé, quand tu t’y mets tu ne fais pas dans la demi-mesure »… Classe les gens, non ?

S’ensuit une grossesse surveillée, compliquée, loin de ce que j’avais imaginé, pleine d’angoisse, mais qui s’est très bien terminée avec la naissance de mes filles au début de l’été 2012…