ADEDD – Groupes de parole don de gamètes

L’Association Des Enfants Du Don, avec qui BAMP est en relation,  propose depuis plusieurs années des groupes de paroles, pour les enfants nés suite à un don de gamètes, pour les parents, pour les personnes en parcours AMP-Don de gamètes.

« Le concept du groupe de parole est simple. Il s’agit de faire se rencontrer des personnes vivants une situation similaire afin que ces dernières puissent échanger entre elles (personnes conçues grâce à un don de gamètes, couples en parcours de don, etc.). »

D’abord sur Lyon et Rennes, vous pouvez maintenant participer aux groupes qui sont organisés tous les 2 mois environs à Paris, Lyon, Rennes, Rouen, et prochainement à Marseille.

 
« L’antenne de Marseille de l’ADEDD vient de mettre en place un premier groupe de parole qui se tiendra le vendredi 14 novembre 2014 de 19h30 à 22h à la Cité des associations93 la Canebière 13001 Marseille (http://www.marseille.fr/gms/la-cite-des-associations/informations-pratiques-).
 
Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 12 novembre 2014. L’inscription préalable est obligatoire et se fait par email uniquement : adedd.marseille@gmail.com
 
Le nombre de place est limité à 15 personnes.
 
En espérant vous voir nombreux pour ce premier groupe de parole à Marseille, excellente journée à vous. »
 
Par ailleurs, le 29 novembre un groupe de parole ADEDD est organisé au Cecos de Caen, pour vous inscrire contactez l’ADEDD via son site.
Vous trouverez plus d’information sur le site de l’ADEDD ici

Nos proches et l’infertilité

Parce qu’il y a un sujet qu’on a toutes et tous en commun quel que soit notre parcours, quel que soit notre « degré » d’infertilité.

La réaction et l’attitude au quotidien de nos proches.

Je suis tombée sur cet article paru dans le blog d’une femme sans enfant, Catherine-Emmanuelle DELISLE.

On peut tout trouver au sein du Collectif BAMP! : certains ont des proches présents et compréhensifs, d’autres se tapent des réflexions à n’en plus finir, d’autres sont ignorés. Il y a les réactions immédiates et les réactions sur le long terme (au début tout le monde est derrière vous puis à 3 ou 4 ou + de FIV, on ne voit plus personne même avec de bonnes jumelles).

Il y a une phrase assez étonnante qui dit  » d’après les interviews qu’elle (Brené Brown) a menées à travers les années, c’est pour les personnes ayant des problèmes de fertilité que la population en général aurait le moins d’empathie. »

Là on se dit « Mince (parce que je suis polie) décidément on est des supers chanceux! »

L’analyse est intéressante même si un peu choquante en notre qualité de 1er concerné : ce serait en grande partie notre faute.

Avec un peu de recul et de connaissance en AMP on se dit (à contre coeur parce qu’on n’aime pas que ce soit notre faute) que peut être, il est vrai que beaucoup d’entre nous en parlent peu ou n’ont pas fait leur « coming-out ». Dans cette optique, comment être comprise et soutenue ?

D’un autre côté, en ma qualité de Tittounett infertile et avec mon vécu de grande communicatrice de l’infertilité je peux dire que ce n’est pas tout à fait vrai.

J’en parle volontiers à tous les coins de rue, dès que l’occasion se présente. Je me balade avec mon sac BAMP! que personne ne peut ignorer (oui vous avez toutes bavées devant le 7, souvenez-vous ! 😉 ). Et pourtant, en plein dans ma FIV DO n°3, je me sens un peu seule et peu de personnes se demandent où j’en suis (du moins me le demande directement). Ce n’est pas faute d’avoir dit depuis quelques mois que ma prochaine tentative se ferait avant la fin de l’année (on est le 10 décembre, plus fin de l’année que ça tu meurs quand même!).

Mais du coup, je dirais qu’à notre tour, mettons nous à leur place (c’est le chat qui se mort la queue, soyons tous empathiques avec les empathiques!).

Car ce n’est pas évident d’être un proche d’infertile. On a peur de dire des choses blessantes ou mal interprétées. Parce qu’une réflexion le lundi peut être bien prise alors que la même 3 jours après ne le sera pas (oui parce que notre humeur joue un peu aux montagnes russes il faut bien le dire).

Moi même j’ai dû répondre agressivement à 1 ou 2 personnes parce qu’elles m’en auront parlé à un moment où je n’avais pas envie d’en parler et un mois après j’ai envie d’en parler mais il n’y a plus personne. La faute à qui ?

Mais je pense malgré tout que pas mal de personnes s’arrêtent à la sympathie et ne vont pas jusqu’à l’empathie. La différence est très bien expliquée dans l’article d’ailleurs.

Bref, je trouve cet article intéressant même si au final, si nos proches le lisent, ils penseront peut être « ah bah tu vois c’est à elle de nous appeler ». Et ça, soyons franc, ça n’arrange pas nos affaires.

*************EDIT**************** témoignage proposé en fin d’année 2013. Merci Titounnett et bonne route sur le chemin de la maternité. Reste à savoir si les proches plutôt absents lors des moments difficiles réapparaissent comme par miracle (La PMA fait bien des miracles, de tous ordres!) ensuite ….

Le magazine FAMILI s’engage contre l’infertilité!

Le magazine FAMILI, contrairement à son concurrent le magazine « PARENTS »,  semble avoir pris conscience de la situation de l’infertilité en France. Il s’engage, en partenariat avec l’association Maia, à faire une campagne médiatique sur le thème de l’infertilité.

Cette campagne a débuté le 2 décembre pour se poursuivre jusqu’au 20 décembre. Cela va être l’occasion de parler, de faire parler et d’évaluer aussi l’impact de ce thème dans la population.

Un « j’aime » sur leur page facebook va permettre notamment de subventionner l’association Maia,  afin qu’elle puisse continuer son action. Mais surtout ce « j’aime » va permettre de partager « cette gifle à l’infertilité » et de donner une visibilité à nous tous, les couples concernés. 

Voici l’article sur le site famili.fr:

L’infertilité touche aujourd’hui 1 couple sur 6. Si vous n’êtes pas concernée, peut-être avez-vous dans votre entourage une sœur, un ami, une personne qui peine à avoir un enfant et envisage de recourir aux services de procréation médicalement assistée pour connaître le bonheur de devenir parent. Peut-être ces personnes n’osent pas parler du mal-être qui les ronge, ou n’arrivent pas à faire entendre leur voix… Parce que tout le monde est touché, de près ou de loin, par ce sujet encore trop tabou, famili décide de s’engager et lance une chaîne de solidarité pour la fin d’année. L’infertilité est un combat qui nous tient réellement à cœur !

Opération famili et Maia

DEVENEZ FAN DE LA PAGE FACEBOOK DE FAMILI POUR AIDER L’ASSOCIATION MAIA !

Vous aussi, engagez-vous avec nous : faites partie de notre grande chaine de solidarité ! Du 2 au 20 décembre, aidez-nous à soutenir MAIA, une association d’aide et de soutien aux couples et femmes infertiles. Comment ? très simplement, en un clic seulement. Chaque nouveau fan sur la page facebook de famili nous permettra de donner, tous ensemble, une gifle à l’infertilité. 1.000 euros seront reversés pour 20.000 fans, alors partagez l’info ! C’est trop dur de ne pas se faire entendre, surtout à la période des fêtes. On compte sur vous !

Parce qu’il est rare qu’un magazine dédié aux joies de cette maternité qui persiste à nous fuir, s’engage sur ce thème moins glamour, parce que toutes les associations (peu nombreuses…) doivent se serrer les coudes et travailler ensemble et de façon complémentaire, n’hésitez pas à cliquer sur le lien facebook et à diffuser!!!

Merci au magazine Famili, vous êtes super BAMP!

Le Sondage du Samedi: Monsieur, est-ce que tu arrives à parler de votre infertilité avec votre entourage ?

Sondage réservé aux membres d’un couple concerné par l’infertilité bien sur!

Et cette fois ci c’est MONSIEUR qui répond après le sondage destiné à Madame de la semaine dernière !

Parce que le coming out sur ce genre de sujet n’est pas simple, parce qu’on veut s’éviter des maladresses, ou qu’on ne veut pas gêner notre entourage, ou tout simplement que la pudeur nous en empêche!

 

Les autres sondages sont .