Crèmes solaires et fertilité masculine

Selon le site APM international, dont vous pouvez trouver le site ici , certaines molécules de la crème solaire auraient un impact défavorable sur la fertilité masculine. La crème solaire pollue les océans et donc ce que nous mangeons. Mais elle pollue aussi la fertilité de nos hommes. Sans vouloir faire peur à tout le monde, il est temps de prendre soin de notre planète et de nous même !
Les auteurs de cet article pour APM internationale sont fb/ab/APM

WASHINGTON, 17 novembre 2014 (APM) – Certaines molécules aux propriétés de filtre contre les ultraviolets présentes dans des crèmes solaires auraient un effet défavorable sur la fertilité masculine, suggère une étude américaine publiée dans l’American Journal of Epidemiology.

Les molécules de la famille des benzophénones qui protègent contre les radiations UV ont une activité estrogénique et anti-androgénique. Germaine Buck Louis et ses collègues du National Institute of Child Health & Human Development à Rockville (Maryland) ont recherché cinq molécules de cette famille dans l’urine de 501 couples qui avaient décidé d’avoir un enfant, sans problème de fertilité, qui ont été suivis durant un an.

Deux de ces molécules, la tétrahydroxybenzophénone (BP-2) et la 4-hydroxybenzophénone, quand elles étaient présentes dans l’urine des hommes, ont été associées à une moindre fécondité. Les couples dont l’homme présentait les plus fortes expositions (au-dessus du 75ème percentile) avaient une chance de conception durant l’année de suivi diminuée d’environ 30%. Il n’y avait aucun effet de ces molécules chez la femme.

Dans un communiqué des National Institutes of Health (NIH), Germaine Buck Louis souligne prudemment que cette étude ne doit pas inciter à ne plus mettre de crème solaire, dont le rôle protecteur contre les cancers de la peau est important. « Mais les hommes concernés par la fertilité pourraient avoir un intérêt à diminuer leur exposition aux filtres UV à base de benzophénone, soit en passant à d’autres produits, soit en se lavant une fois rentrés à l’intérieur ».

Ces résultats sont extraits de l’étude LIFE, qui a déjà montré dans le passé l’effet négatif sur la fertilité de l’hypercholestérolémie ainsi que le lien entre l’exposition des hommes aux phtalates ou au bisphénol A et les capacités de reproduction.

 

http://www.apmnews.com/accueil.php

 

APM International est une société spécialisée dans l’information à haute valeur ajoutée sur la médecine et les politiques de santé.

  • La politique de santé en France et en Europe
  • La vie hospitalière
  • La médecine
  • La recherche médicale
  • L’industrie pharmaceutique en France et dans le monde
  • Les biotechnologies
  • L’informatique de la santé

APM International publie des services d’information digitaux depuis près de vingt-cinq ans. Il s’agit d’une information soigneusement vérifiée et indépendante, collectée et mise en forme par des journalistes professionnels le plus souvent en temps quasi-réel.

La société est aussi connue par sa filiale l’Agence de Presse Médicale (APM Media) qui fournit à APM International une grande partie de ses contenus d’information.

Reconnue par la CPPAP (Commission paritaire de la presse et des agences de presse), APM Media est sur la liste des agences de presse (décret paru au Journal officiel). APM Media est membre de la FFAP (Fédération française des agences de presse).

Etude : la pollution de l’air en cause dans les fausses couches

Si les effets de la pollution de l’air sur les systèmes respiratoire et cardiovasculaire sont maintenant bien établis, ceux sur la reproduction sont en revanche moins connus. Mais une étude vient de montrer que la pollution atmosphérique pourrait augmenter le risque de fausse couche.
C’est purement informatif, en espérant ne pas vous faire trop peur… nous sommes bien conscientes chez BAMP que de toute façon nous ne sommes pas maitre de ce que nous respirons au quotidien actuellement, mais peut être un peu de ce que respireront les gens dans quelques années…

Un article sur le sujet est paru le 29 avril dernier, via l’association santé environnement france (ASEF) et vous pouvez le retrouver ICI.

Phtalates – les plastifiants peuvent-ils rendre les hommes stériles ?

imagesCAEEE64P

Un article du 28 mars 2013 paru sur le site suisse de l’Office fédéral de la santé nous alerte sur les  dangers des phtalates, notamment sur la fertilité masculine.

L’article se trouve ici.

Les phtalates sont présents dans de nombreux produits de la vie quotidienne. On les utilise comme additifs dans les plastiques pour les rendre souples d’où ils s’échappent dans l’environnement.
On les soupçonne d’altérer la fertilité chez l’homme, de provoquer des malformations de la descendance et de dérégler le système endocrinien.
Les phtalates rendrent le plastique souple et flexible et sont utilisés dans de nombreux produits de la vie quotidienne, notamment les jouets, les emballages, les tuyaux, les revêtements de sol ou les articles d’aménagement.
Ils ne sont pas liés chimiquement aux matières plastiques et s’échappent ainsi facilement. Ils se retrouvent alors dans les denrées alimentaires, l’eau potable, l’air et sur la peau. L’Homme absorbe les phtalates principalement par les aliments. Les enfants sont particulièrement exposés parce qu’ils portent leurs jouets à la bouche et qu’ils absorbent ainsi une plus grande quantité de phtalates que les adultes. Les phtalates peuvent nuire à la santé.

Des expérimentations animales ont montré que les phtalates altèrent la fertilité chez le mâle en réduisant le nombre de spermatozoïdes et provoquent des malformations de la descendance.
Récemment, on a découvert que les phtalates agissent comme les hormones sexuelles féminines et perturbent le système endocrinien des animaux de laboratoire. Différentes lois interdisent ou limitent depuis peu l’utilisation de certains phtalates dans les jouets destinés aux enfants en bas âge, les produits chimiques à usage domestique, les produits cosmétiques et les films alimentaires.

Source : Office fédéral de la santé publique Suisse (OFSP)