Reprise de l’activité d’AMP aux Antilles !

Article très intéressant dans le journal France-Guyane (www.franceguyane.fr) paru le 8 mars. Comme vous le savez pendant l’épidémie de ZIKA, l’activité d’AMP avait été complétement stoppée aux Antilles, créant le plus grand désarroi de nombreux couples infertiles.

Article très complet que nous vous invitons à lire en intégralité sur le site internet du journal :

  • la reprise de l’activité d’AMP en Guadeloupe et Martinique en mars
  • le projet de création d’un centre d’AMP en Guyane
  • l’impact du zika sur la santé des enfants

Crédit photo : @FranceGuyane

 

« Après un an de suspension dû au virus zika, l’espoir renaît pour les couples infertiles en Guyane. Dans des recommandations en date du 26 janvier, l’Agence de la biomédecine annonce que l’activité d’assistance médicale à la procréation (AMP) peut reprendre, sous certaines conditions, dans les centres de Guadeloupe et de Martinique vers lesquels se tournent plusieurs de ces couples.

La reprise de l’AMP aux Antilles autorisée fin janvier par l’Agence nationale de la biomédecine est liée à la fin officielle de l’épidémie du virus zika dans les territoires de Guyane (le 14 octobre 2016), de Guadeloupe (le 10 novembre 2016) et de Martinique (le 11 octobre 2016). Et elle concerne très directement des couples qui tentent d’avoir un enfant en Guyane car, malgré une « forte demande » , le département ne dispose plus de structure prenant en charge des fécondations in vitro (Fiv) et des inséminations artificielles depuis fin 2013 (lire par ailleurs), selon le Dr Herliche Fagla, gynécologue obstétricien qui suit les couples infertiles à l’hôpital de Cayenne.
En Guadeloupe, le Centre caribéen de médecine de la reproduction (CCMR) et le Cecos Caraïbes (Centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme humains) du CHU de Pointe-à-Pitre……………… »
Pour lire la suite de l’article c’est par ici, merci

ZIKA vers une reprise de l’activité d’AMP en Martinique et Guadeloupe !

Bientôt une annonce de la reprise de l’activité d’AMP, sous conditions, à la Martinique et en Guadeloupe. C’est l’information que nous souhaitions partager avec tous les couples en attente depuis bientôt un an.

En effet, suite à l’épidémie ZIKA, la ministre de la santé, suivant les recommandations internationales avait stoppé les activités d’AMP dans les zones à risques et pour les personnes vivant ou séjournant dans ces zones à risques. Voir nos précédents articles ICI puis ICI pour les dernières recommandations en vigeur. Recommandations qui imposaient u

La déclaration officielle de fin de l’épidémie, en Martinique (18 octobre) Guyane et Guadeloupe (10 novembre) a été entérinée par les experts médicaux et les différentes instances publiques  gérant la santé. Ils se sont récemment réunis pour officialiser la fin de l’épidémie et pour envisager les conditions de la reprise de l’activité d’AMP. Les centres d’AMP de Martinique et de Guadeloupe vont pouvoir ré-ouvrir, lorsque le feu vert ministériel sera définitivement donné.

L’activité d’AMP va donc reprendre, mais sous conditions. Les dernières études avaient mise au jour la persistance du virus dans le sperme, plusieurs mois après l’infection, cela avait obligé l’ABM au mois de juillet dernier à revoir ces recommandations, pour allonger le délai et renforcer les analyses médicales.

Pour que la reprise de l’activité dans ce contexte où l’épidémie n’est plus là, mais le virus, oui ; l’agence de biomédecine doit publier prochainement de nouvelles recommandation. Elles doivent permettre de gérer au mieux, médicalement parlant, les situations où le sperme des hommes est toujours infectés.

Pour rappel les recommandations de prises en charge, s’appliquent, aussi pour les personnes ayant séjourné dans un territoire à risque. Voir les recommandations du mois de juillet 2016 ICI

Attention ! Saint Martin et Saint Barthélémy sont toujours en phase épidémique. D’autres pays continuent de l’être également, la Thaïlande notamment.

Il faut donc que vous restiez attentif aux risques liés à ce virus, qui se transmet par une piqure de moustique et par des relations sexuelles avec une personne infectées et qui peut avoir des conséquences graves pour le fœtus.

Si vous habitez dans les DFA (départements Français d’Amérique) rapprochez-vous de vos centres d’AMP pour plus d’informations concrètes. Car même si l’activité est de nouveau autorisée, il risque d’y avoir une cohue importante avec tous les couples en attente depuis de très nombreux mois. En pratique, donc, attendez-vous à des délais importants.