Un biomarqueur pour améliorer les taux de réussite

L’équipe INSERM unité 1203 Inserm/Université de Montpellier, IRB – Hôpital Saint Eloi dirigée par le Professeur Samir Hamamah., cherche depuis des années à améliorer le taux de réussite des FIV en France. Lors d’une conversation que nous avions eu avec lui en 2014, il nous avait dit qu’il ne pouvait pas se contenter d’un taux de réussite de 20% par FIV, qu’il fallait que les couples ne soient plus dans l’accumulation d’échecs dans leur parcours d’AMP.

En septembre 2014, son équipe avait présenté l’embryon en 3D permettant de mieux voir les caractéristiques physiques d’un embryon pour pouvoir mieux choisir celui a réimplanter.

Lors des FFER 2014, Monsieur le professeur HAMAMAH avait présenté aussi son dispositif WIN-TEST qui permettait, via un prélèvement de l’endomètre de déterminer si l’utérus était apte à recevoir un embryon ou pas. Dans la négation, cela permet de vitrifier les ovocytes, pour les réimplanter sur un utérus moins inflammé, lors d’une prochaine tentative. Tout cela dans le but de réduire les échecs et d’augmenter les taux de réussite.

Aujourd’hui, ils proposent un nouvel « outil » de prédiction, via un biomarqueur sanguin ou via le liquide folliculaire. Ils annoncent un pronostic fiable à 88%. Nous pouvons dire que cette équipe travaille depuis des années à l’amélioration des taux de réussite des FIV en France, en proposant des outils censés améliorer les résultats des FIV.

Nous saluons ce nouvel outil en espérant qu’il puisse être réellement efficace. Si c’est le cas, nous souhaitons qu’il soit utilisé partout en France, pour offrir à tous les couples en parcours de FIV des taux de réussite plus élevés.

La semaine prochaine, lors de FFER auxquels Monsieur Samir Hamamah nous a invité, nous allons donc parler plus en détail de ce sujet et des deux autres outils cités plus  haut, pour voir si effectivement les taux de réussite des FIV à Montpellier connaissent une réduction des échecs et si d’autres équipes d’AMP en France sont susceptibles d’utiliser ces nouveaux outils.

Un nouveau biomarqueur pour prédire les chances de succès d’une FIV

14 septembre 2015

Un biomarqueur présent dans le sang et le liquide folliculaire permet de prédire les chances de succès d’une procréation médicalement assistée avec une fiabilité de 88%. Un résultat inédit qui ouvre la voie à un test de routine pour rationaliser les tentatives.

Un biomarqueur pourrait bientôt permettre de connaître les chances réelles de donner naissance à un enfant au moment d’une fécondation in vitro, à en croire les travaux conduit par une équipe Inserm* au CHU de Montpellier. Les chercheurs ont en effet découvert un marqueur biologique identifiable de manière très peu invasive, permettant de savoir si une FIV a de bonnes chances d’aboutir ou non. Le résultat de ce test semble fiable à 88%. Le Pr Samir Hamamah, responsable de ces travaux, l’utilise depuis 2011 : il a ainsi doublé les taux de naissances issus de procréation médicalement assistée dans son service.

A la recherche d’un marqueur biologique

Tout démarre vers 2009, quand le Pr Samir Hamamah ne peut plus se satisfaire des 20% de chances de conception à l’issue de chaque tentative de conception in vitro. « Ce taux est très insatisfaisant. En outre, des milliers d’embryons sont éliminés chaque année sur des critères morphologiques qui ne permettent pas de connaître leur viabilité réelle. Et impossible de rechercher les anomalies chromosomiques chez les embryons en routine, comme cela se fait dans les pays anglosaxons : cette pratique est interdite par la loi française. Il fallait donc partir sur autre chose et trouver un bon marqueur pour réduire le nombre de tentatives se soldant par des échecs et dont le prix est très élevé pour la collectivité », explique-t-il.

POUR LIRE LA suite de l’article c’est par ici sur le site de l’INSERM

Image d’un embryon en 3D, réelle chance d’amélioration des réussites en FIV ?

L’image d’un embryon en 3D permettra-t-elle une réelle amélioration des taux de réussite des FIV ou est-ce un « gadget » supplémentaire dans l’arsenal de visualisation du développement embryonnaire ? Les couples infertiles entre fébrilité et questionnement.

C’est l’effervescence sur la toile-PMA (oui parce qu’en dehors, je ne suis pas sûre que cela fasse le poids devant le reste de l’actualité) suite à l’annonce lundi, d’une nouvelle technique d’évaluation du développement embryonnaire. Essayons de faire le tour du sujet, pour une information complète des patients de l’assistance médicale à la procréation.

article_embryon

Lors des 19ème FFER, la semaine dernière, nous avons pu entendre ce que disait Monsieur le Professeur Samir Hamamah (nous étions là grâce à lui, d’ailleurs). Sa présentation s’est faite dans le cadre d’un atelier intitulé « Controverses en AMP« , où un intervenant présentait un argumentaire POUR et un autre, un argumentaire CONTRE. Monsieur Hamamah a soutenu les arguments CONTRE le sujet suivant « La morphologie des embryons a-t-elle encore un intérêt ? » C’est dans ce cadre qu’il a présenté son projet de reconstitution en 3D de l’image d’un embryon.

Pour rappel, 85% des embryons obtenus suite à une FIV en France ne s’implantent pas, 2 FIV sur 3 se soldent par un échec (vous pouvez retrouver ces chiffres sur la dernière affiche BAMP), beaucoup d’embryons sont détruits car de mauvais pronostic.  Les chiffres ESHRE (European Society of Human Reproduction and Embryology) placent la France avant dernière en termes de taux de grossesses par ponction, ce qui n’est pas très glorieux. Un taux de succès qui stagne autour des 20% par tentatives. Certains médecins Français disent que ces chiffres ESHRE ne sont pas représentatifs de la réalité, car les calculs ne se font pas sur les mêmes bases et indicateurs d’un pays à l’autre.

L’objectif de l’équipe du CHRU de Montpellier est donc d’améliorer ces scores très négatifs, pour que les « patients passent le moins de temps possible dans le parcours d’AMP et obtiennent rapidement une grossesse viable« . L’objectif est donc pour les chercheurs (nous sommes dans l’expérimentation, même si un brevet a été déposé début juillet) d’améliorer avec une méthode non invasive la prédiction préimplantatoire de tel ou tel embryon, « il est inacceptable qu’en 2014, les couples Français soient victimes d’un manque de moyens et de techniques efficaces« . Monsieur le Professeur Hamamah d’ajouter que le principe du « on joue jusqu’à ce qu’on gagne, n’est pas une bonne stratégie« , les couples en ont assez d’accumuler les tentatives et les échecs en FIV.

En ce qui concerne l’étude et l’observation du développement embryonnaire, il existe différents techniques (nous n’allons pas rentrer dans le détail de toutes ces techniques ici, mais il y a l’étude morphologique sous le microscope, la cinétique filmé par le TIME LAPSE et les biomarqueurs). La dernière en date, dont nous vous avions parlé dans d’autres articles c’est l’embryoscope, (qui est le nom d’une marque, il existe donc d’autres marques pour ces incubateurs-photographes).

Le terme générique est le TIME LAPSE, c’est un incubateur, qui éclaire à intervalles réguliers les boites de pétris dans lesquelles se trouvent nos embryons, il prend une image, qui est ensuite montée pour obtenir un film du développement embryonnaire. Les étapes clés du développement sont donc « filmées » pour pouvoir évaluer le « meilleur » embryon au vu de son développement morpho-cinétique.  La question est donc de savoir s’il a fait la bonne division cellulaire au bon moment. Cela va être notamment un des critères de sélection. L’autre intérêt de l’utilisation du Times LAPSE c’est que les embryons restent au chaud, car il n’est pas besoin pour les observer de les sortir de l’incubateur pour les mettre sous un microscope.

L’intervenant qui défendait des arguments POUR continuer à « observer la morphologie des embryons, » nous a indiqué que les techniques d’observations avaient évoluées avec le développement des outils (microscopes avec différents grossissements, TIME LAPSE) Cela permet de visualiser les différentes phases de développements pour mieux VOIR certains éléments déterminants. Et ainsi de mieux évaluer les « CHANCES » d’implantation. L’observation permet la prédiction. Mais il faisait remarquer qu’il manque encore des études prospectives randomisées pour bien évaluer l’apport positif (obtention d’une grossesse) ou non de ces techniques d’observation.

Monsieur Hamamah, présentant les arguments CONTRE la poursuite d’une observation du développement morphologique, précise que pour lui le TIME LAPSE est sans doute nécessaire, mais qu’il faut continuer à penser à d’autres approches, qui soient plus efficaces. Il poursuit, un brin provocateur en nous disant que pour lui le TIME LAPSE est un « gadget », à environ 100 000 euros.

« Gadget » qui a ses limites, étant donné que les taux de succès par FIV (voir les chiffres cités plus haut) restent bas et que cet outil n’apporte pas d’explication sur les échecs d’implantation. Il  interpelle l’assemblée sur le fait qu’ils n’y a pas d’études montrant l’innocuité pour le développement cellulaire d’un éclairage à intervalles réguliers. Est-ce que l’exposition répétée des embryons à la lumière  peut en altérer le développement ? Il indique qu’il n’y a pour l’instant aucune étude comparative. Seulement 4 études sur les taux de grossesses obtenues suite à l’utilisation du TIME LAPSE et aucune études sur des grossesses ayant données un bébé vivant. Les modèles ne sont donc pour lui pas démontrés.

Son équipe travaille donc à rechercher de nouveaux biomarqueurs de la qualité des embryons qui ne soient pas invasifs. Ce sont les recherches OMICS (études du génome et séquençage).

Pour lui, la visualisation de l’embryon en 3 dimensions est idéale. Car la qualité de l’image est bien meilleure, il fait le parallèle avec les échographies en 3D qui permettent d’affiner les diagnostics sur le fœtus. Donc appliquer cette technique aux embryons permet de mieux voir les défauts ou pas, sans traumatiser les cellules. Une seule photo prise un peu avant le transfert et qui permettrait de modéliser ensuite en trois dimensions l’embryon pour décider de réimplanter, ou pas, tel ou tel embryon. Aucune précision n’a été donné sur le tarif de cet outil de modélisation.

Pour conclure, Monsieur Hamamah indique que pour lui les biomarqueurs (on vous en reparlera dans un autre article) sont aussi une autre voix d’avenir, complémentaire. Qu’il faut utiliser les techniques qui existent et EN MÊME TEMPS faire de la RECHERCHE. Coupler différentes techniques pour optimiser cette phase de la FIV permettant ainsi de ne transférer que les embryons ayant le développement le plus optimal, pour augmenter les taux de réussite.

Au moment du débat avec la salle certains de ses collègues lui ont rétorqué que l’EMBRYON 3D c’est aussi un « gadget ». En tout cas les médecins s’interrogent sur le sort des embryons qui sont gardés et ceux qui sont jetés. Certains médecins indiquent qu’à une époque, tous les embryons qui n’avaient pas la bonne morphologie étaient détruits car non congelables (pensait-on). Maintenant ils sont souvent laissés en culture prolongée et 40% arrivent au stade blastocyste, dont 20% seront finalement congelés et aboutiront à une grossesse (mais là je n’ai pas noté le taux). Comment savoir quel embryon est le meilleur  et surtout quel est celui qui pourrait aboutir à un bébé ? Monsieur Hamamah précise qu’il faut laisser leur chance à tous les embryons jusqu’à J5, pour évaluer leur développement.  « On veut le best Embryon pour les couples« .

Alors l’image en 3D de l’embryon, est certainement un outil supplémentaire et nouveau qui pourrait être utilisé pour optimiser les résultats des FIV en France, mais encore faut-il que les équipes puissent acheter l’outil (alors qu’ils viennent pour certains d’acheter un TIME LAPSE, ou qu’ils n’ont même pas l’argent pour le faire), que toutes les équipes soient convaincues de l’intérêt de ce nouvel outil. Que des études importantes puissent aussi montrer l’efficacité de cette technique, l’augmentation des taux de réussite des FIV avec naissance d’un enfant serait un critère irréfutable de l’efficacité de ce dispositif. En tout cas rien ne vous empêche d’en discuter avec vos médecins, un bon dialogue vaut mieux qu’un grand silence.

Pendant que j’écoutais, ces débats d’experts, je pensais à mes petits embryons, qualifiés par le médecin de « moches, pas au bon stade de développement pour des J5. Vous allez revenir pour une autre tentative, désolé. Vous allez partir sans payer, on attend la prise de sang dans 15 jours, mais je ne suis pas optimiste« . Mes moches embryons ont maintenant un peu plus de 2 ans…. Ce sujet du développement embryonnaire et de l’implantation que des « beaux » embryons est complexe, comme sont complexe les mystères de la procréation humaine. Y réfléchir et chercher à comprendre sont des points essentiels et peut-être arriverons-nous à sortir des critères imprécis comme « moches », « beaux », « chance ». Mais dans le même temps, si j’avais dis : « ah non pas des moches  ! » Et que j’ai refusé l’implantation de ces embryons… je n’aurais pas deux enfants formidables.

S’il est démontré que cet outil permet une réelle augmentation des taux de réussite des FIV (grossesses avec naissances viables) des patients Français, nous demandons qu’il soit mis en place dans tous les services AMP et sur tout le territoire. Pour éviter une AMP à plusieurs vitesses. Nous demandons l’égalité dans l’accès aux soins.

Si vous voulez voir les différents articles qui sont sortis lundi et mardi, ainsi que les vidéos sur l’embryon 3D, voici une liste de médias. Il y a de la répétition, mais c’est aussi intéressant de montrer comment est traité un même sujet par de multiples intervenants.

France 3 Languedoc Roussillon avec une vidéo

Sciences et Vie

Pourquoi Docteur

L’express

Midi Libre 2 vidéos

Atlantico 1 vidéo

Huffington Post

BFMTV

Doctissimo

ADDITIVERSE

L’indépendant

Europe1

Merci à toutes les adhérentes qui nous ont envoyé ces différents liens.

Lors des 3 jours de la FFER, Monsieur Hamamah a fait la présentation d’une autre nouveauté le WIN TEST pour évaluer la fenêtre optimale de réceptivité utérine. Cela fera l’objet d’un prochain article.

Don d’ovocytes vitrifiés : premières naissances en France (Sciences et avenir, 06/09/2013)

Nous vous avions déjà parlé de ces premières naissances suite à la vitrification d’embryons, puis à la vitrification des ovocytes issus de la femme du couple. Cette fois, l’article s’intéresse à la vitrification d’ovocytes issus du don, et à ses avantages (pas de necessité de synchroniser les cycles donneuse/receveuse notamment).

Don d’ovocytes vitrifiés : premières naissances en France

Erwan Lecomte

Publié le 06-09-2013 à 10h26

De nouvelles techniques de cryoconservation rapide permettent de mieux planifier les activités liées au don d’ovocytes.

Lilou et Bastien, nés en juillet et août 2013, au CHRU de Montpellier sont chacun issus d’un ovocyte (la cellule précurseur de l’ovule) ayant subi un traitement particulier : la vitrification. Cette technique qui permet la conservation à long terme des ovocytes est utilisée depuis peu en France. Les premières naissances issues d’ovocytes vitrifiés ne remontent en effet qu’à mars 2012.

La nouveauté dans double naissance de Lilou et Bastien (et de quelques autres enfants, voir encadré en bas de l’article) est que non seulement ils sont nés d’un ovocyte vitrifié, mais en plus cet ovocyte a été donné à la future mère par une autre femme. Une première en France qui constitue un pas de plus vers une plus grande égalité entre hommes et femmes.

Le sperme se congèle et se conserve plus facilement que les ovocytes

Auparavant les hommes avaient un net avantage sur les femmes en matière de maîtrise de leur parentalité. En effet, avant de pratiquer une vasectomie (stérilisation définitive), les hommes peuvent bénéficier d’une congélation du sperme à des fins de conservation en vue d’une fécondation ultérieure, grâce à des techniques de congélation « lentes ».

Ainsi, dans le cadre de la préservation de la fertilité masculine, et avant un traitement potentiellement stérilisant, il est possible pour un homme de faire conserver ses gamètes (cellules sexuelles), par exemple avant un traitement médical susceptible de réduire sa fertilité.

Cette possibilité permet même des choix plus extrêmes. Ainsi, selon une étude des Nations Unies, en Amérique du Nord environ 13% des hommes opteraient ainsi pour la vasectomie.

 

Une étude des Nations Unies sur les méthodes de contraception fait état d’un nombre important de vasectomies en Amérique du Nord.

 

En revanche, la congélation des ovocytes se heurtait jusqu’à présent à des contraintes techniques. « En particulier le maintient de la structure d’un ovocyte, du fait de sa grande taille est extrêmement délicat » explique explique le professeur Samir Hamamah, chef du service de biologie de la reproduction au CHRU de Montpellier. En effet, …

LA SUITE ICI.