INVITATION : Je ne suis plus celle que je suis -paysage de l’infertile-

Ami-es Bretons, Bretonnes, Finistériens et Finistériennes.

Madame, Monsieur,

Je vous invite à découvrir à la NON-GALERIE à Brest l’exposition : je ne suis plus celle que je suis -paysages de l’infertile-

Ce projet photographique constitue le témoignage du parcours d’une femme confrontée à l’infertilité. C’est raconter tout le cheminement d’un traumatisme, tant sur le plan physique que psychique, dans les paysages du corps et des pensées, de l’intime. L’acte photographique permet là d’entrer dans une dimension cathartique pour elle qui a perdu une part de sa nature, de son identité, elle qui se définit elle-même par ces mots : je ne suis plus celle que je suis

Les 15, 16 et 17 novembre 2018, trois jours pour présenter ce projet dans sa globalité, série photographique, livre, bande son, avant un cycle d’exposition/conférences en décembre à la galerie L’achronique, Paris 18, sur ce sujet de société auxquels de nombreuses personnes participeront (médecins, psychologues, philosophes, journalistes et artistes).

Rendez-vous du jeudi 15 au samedi 17 novembre 2018 de 11h à 18h, vernissage le jeudi 15 à partir de 18h, à la NON-Galerie, studio Photo/Infographic, 45 rue du château, Brest.

Sincèrement,

Xavier Gavaud

Auteur/Photographe

www.xaviergavaud.fr

Nous vous avions déjà parlé du projet de Xavier et d’Anne-Laure ici

Rencontre « Accepter une vie sans enfant » à Paris

Rencontre BAMP « Accepter une vie sans enfant »


Cette rencontre s’adresse aux personnes qui ont définitivement renoncé à être parents:

– après un parcours AMP infructueux
– parce que votre demande d’adoption n’a pas abouti ou parce que vous ne souhaitez pas recourir à l’adoption
Nous vous proposons de nous retrouver à Paris le samedi 20 octobre à partir de 10h30, pour échanger librement et exclusivement entre personnes vivant cette situation, pendant quelques heures et en petit comité, avec nos réferentes Clotilde et Sandrine
Pour vous inscrire, envoyez-nous un mail à vivresansenfant@gmail.com, en nous racontant en quelques lignes votre parcours

Affiche rencontreSansEnfant

La PARENTAISE

L’équipe de l’association COLLECTIF BAMP, est émue de vous annoncer la création par Ludivine GUINET, d’un espace de ressources, de réflexions et de soutien autour de l’après PMA sans enfant. Problématique que notre association n’a jamais occulté car c’est une réalité vécue par beaucoup d’entre nous (hommes et femmes). Un sujet encore plus tabou que l’infertilité et l’AMP, nous devons ensemble contribuer à ce qu’il ne le soit plus.

Mais pourquoi ce nom, LA PARENTAISE ? C’est un jeu de mot, pour dire : « les parents se taisent » et le mot parenthèse, Les personnes qui sont sorties de l’amp sans enfant, se sont beaucoup projetées en tant que parents, sont parents dans leur tête, se voient parents, se pensent parents. Ou ils voudraient ne plus se vivre, ni se penser parents mais ils ne peuvent le dire, ils doivent taire cette histoire, ce désir, car notre société ne laisse pas d’espace, ni de lieu pour parler de cette situation. C’est aussi la métaphore de la PARENTHÈSE, ouvrir une parenthèse, fermer la parenthèse.

En tout cas, c’est le nom de ce nouveau projet et cela lui va bien.

Ludivine, nous t’adressons nos encouragements et notre soutien, pour ce beau projet solidaire et collectif.

 

La parentaise

Cet espace a été conçu pour toutes les personnes qui se questionnent et souhaitent échanger sur la construction d’une vie possible sans enfant, il y a autant d’éléments de réponse que de parcours de vie.

En 2014, j’ai créé mon blog pour témoigner de mon cheminement du renoncement vers le deuil de la maternité en espérant que cela puisse aider les personnes qui se questionnent sur l’après PMA sans enfant.

Enrichie par cette expérience personnelle et par mon métier d’art-thérapeute, je propose donc aujourd’hui un espace de soutien autour de 3 axes :

  • Des réflexions pour se questionner, avancer et cheminer.
  • Des ressources pour se documenter (articles, livres et témoignages).
  • Du soutien pour se sentir épaulé et pour échanger via le forum privé.

 

 

Cet espace est collectif, n’hésitez pas à partager également vos idées & articles pour que nous puissions ensemble briser le silence autour de ce deuil si tabou et invisible aux yeux de la société.

Il y a malheureusement trop peu d’échos sur l’après-PMA en cas d’échec et pourtant il est important d’avoir conscience qu’un couple sur 2 peut ressortir de la PMA sans enfant. Devant un tel manque sur ce sujet et n’ayant trouvé que trop peu de ressources en France, j’ai eu envie de créer cet espace de soutien :

  • pour être en lien avec d’autres personnes et permettre de rompre la sensation d’isolement.
  • pour faire entendre la voix de ceux qui n’osent pas forcément s’exprimer.
  • pour valoriser d’autres chemins différents de ceux qu’on avait prévus.

photo
Ludivine GUINET, Art-Thérapeute

LA PARENTAISE c’est par là

Quand ELLE donne la parole aux femmes sans enfants après l’AMP

Souvent, nous sommes interpellés sur facebook ou twitter, sur le fait que personne ne parle de l’après AMP sans enfant. Pourtant, nos adhérents et nos fidèles lecteurs savent que ce sujet est au cœur de notre projet associatif et que nous en parlons, et on nous le reproche aussi !

Des rencontres BAMP sur ce thème sont proposées, des projets sont en cours de réalisation sur ce thème : un livre et un documentaire. Nous avons un visuel qui parle de cela, car on ne peut pas envisager l’AMP sous le seul angle du : « t’inquiète pas, une petite FIV et hop tu l’auras ton gosse« .

Car nous connaissons trop de gens pour qui l’AMP s’est terminée par choix ou par force, sans l’enfant tant désiré, sans plan B de l’adoption non plus. Alors, il nous semble important de dire et de redire que notre association ne ferme pas les yeux sur ce sujet, bien au contraire ! Il faut en parler, parler de ce désir si grand, si fort, si total, des échecs si douloureux, si impossibles à vivre et de la vie d’après. Car oui, il y a une vie après !

Nous sommes heureuses que le magazine ELLE  de cette semaine, consacre trois pages sur ce sujet : avec les témoignages de deux de nos adhérentes de la première heure : Ludivine et Clotilde.

Un grand merci à Anne LAMOTTE (journaliste) qui a réalisé ces entretiens qui permettent de donner de la visibilité à l’après AMP sans enfant.

Espace de réflexion et d’échange sur une vie sans enfant

L’assistance médicale à la procréation ne permet pas toujours d’avoir un enfant, des couples quittent le parcours d’AMP sans enfants. Depuis la création de l’association, nous ne voulons pas éluder cette réalité. C’est pour cette raison que des rencontres sur ce sujet sont organisées par les référents BAMP, pour permettre aux personnes qui se questionnent ou qui sont déjà

Sandrine, vient d’ailleurs de rejoindre l’équipe des référents pour organiser des rencontres en région parisienne sur ce thème (les dates seront prochainement annoncées).

Ludivine de son côté a réactivé le forum, qu’elle a créé sur ce sujet de l’après AMP sans enfant. « Cet espace a été conçu pour permettre à toutes les personnes qui se questionnent et souhaitent échanger sur la construction d’une vie sans enfant. Il y a autant d’éléments de réponse que de parcours de vie, aussi j’espère que cet espace permettra à chacun d’avancer et de cheminer » dans ce parcours de vie sans enfant.

Voici les différents thèmes proposés pour le moment :
– Le couple
– Le désir d’enfant
– Le renoncement
– Le deuil
– Les fêtes (Noël, Pâques, fête des mères et des pères…)
– La place de l’homme
– La relation aux autres
– Les alternatives possibles

Pour accéder au forum de discussion privé c’est par ici

Les périodes des fêtes sont souvent douloureuses, cet espace d’échanges peut vous permettre de poser vos questions, d’échanger avec des personnes qui sont engagées dans le temps de l’après amp sans enfant.

 

PMA : Game over ; il nous reste encore une vie !

BAMP inaugure une série de mini-portraits de personnes impliquées dans l’association COLLECTIF BAMP (soit en tant que référente en région, soit en tant que membre du bureau, ou comme organisateurs occasionnel d’actions BAMP).

C’est pour nous l’occasion de montrer la diversité des parcours de vie, la richesse des différences des uns et des autres. De dire que derrière les écrans, il y a des personnes qui s’engagent pour les autres, pour faire vivre l’association COLLECTIF BAMP !

Voici un peu plus d’un an que nous sommes sortie du parcours PMA par la petite porte, celle des 30% de couples qui n’arriverons pas malgré tous les efforts conjugués à avoir un enfant.

5 ans et demi d’espoir, de combat, et finalement, la porte qui se ferme…
Que reste-t-il alors ? Un très grand vide, un trou au cœur, qu’il faut gérer.

Aujourd’hui je me sens privilégiée. Parce que j’aime ma vie, j’ai finalement trouvé mon équilibre, et très vite. Le processus de deuil est très personnel, comment se fait-il ? Je ne pourrais répondre à cette question. J’ai juste quelles clefs me concernant.
Pour ne pas que ce vide au cœur ne se transforme en chagrin, en douleur, nous avons décidé de le remplir de ce que nous avions envie.

Et j’ai ainsi découvert que sans doute, cette petite vie qui m’avait habitée mais n’avait pu aller à terme, m’avait donné en retour un cadeau précieux : la liberté. Par amour pour ma petite étoile, j’ai donc décidé de chérir cette liberté donnée, et de lui permettre de s’épanouir, comme grandirait un enfant.

Nous avons donc décidé de suivre nos envies : d’entreprendre, de découvrir le monde…
Également, pour moi, de m’engager.

J’ai contacté BAMP, c’est ma façon de rester connectée à notre parcours passé, et j’ai poussé la porte d’une association locale, me voici bénévole dans une petite équipe qui propose d’accompagner des jeunes et moins jeunes, tous ages et tous handicaps confondus, à apprendre à nager. Est-ce à cause de mes ovaires défaillants ? Le poids de la différence,  la culpabilité « de ne pas être capable de … », je connais bien. Alors cela fonctionne vraiment dans le bassin, je suis fière de mes nageurs et de leur progrès !

Il y a aussi cette fameuse chambre à la maison, celle qu’on réserve tous, pour le jour tant attendu, qu’en faire quand on repart les bras vide ?
Très vite, la réponse fut limpide : une chambre d’enfants, celles de mes nièces et neveu. Là encore, la réaction fut immédiate, et fantastique. Alors qu’auparavant aucun n’osait vraiment en franchir le seuil, quand elle fut réarrangée, avec leurs jouets, leurs dessins et leurs photos aux murs, ils l’ont tout de suite adoptée.

Mais le plus important, c’est le statut privilégié qu’ils m’ont donné, du haut de leurs quelques années. Je suis une sorte de doudou géant, un mélange de Casimir (le monstre gentil de « l’Ile aux enfants »), Mary Poppins et Peter Pan, le garçon qui ne voulait pas grandir…
Mon histoire n’est pas celle que j’aurais imaginée, c’est vrai, mais elle est belle, pleine d’amour, dans mon couple, dans ma famille, autour de nous : PMA Game over, certes, mais il nous reste une vie, nous allons tout faire pour qu’elle soit belle et bien remplie.

Prochaine Rencontre Bamp à Paris « Et si ça ne marche pas ? Vivre sans enfant après la PMA »

Rencontre thé-matique à Paris

Nous vous proposons dans le cadre des rencontres Bamp!, une nouvelle rencontre sur le thème  « Et si ça ne marche pas ? vivre sans enfant après la PMA ».

Le samedi 18 février 2017 à Paris

Quand on arrive en fin de parcours, quand on a enchaîné les espoirs et les échecs, on se demande parfois comment on fera si jamais la PMA n’aboutit pas à la naissance d’un enfant. Un couple sur deux sortira du parcours d’aide médicale à la procréation sans enfant. Certains se tournent vers l’adoption, d’autres non. Comment alors reconstruire la vie, le couple après tant d’années d’un espoir qui restera inassouvi ?

Nous vous proposons d’échanger à ce sujet, samedi 18 février 2017 de 14h à 17h, à Paris. Cette rencontre est réservée aux personnes qui ont déjà enchaîné plusieurs tentatives, ou qui ont renoncé à poursuivre en PMA, et qui ont besoin de partager leurs ressentis, leurs peurs, leurs espoirs aussi.

Pour plus d’informations et s’inscrire : viesansenfant@gmail.com

(Pour des raisons d’organisation, groupe limité à 10 personnes maximum.)