Jour 2 : Centres d’AMP privés………… privés de leur activité de FIV !

 

 

Ce matin nous vous parlions des points très problématiques du projet de loi bioéthique. Cet après-midi, nous souhaitons vraiment que vous puissiez prendre conscience d’un autre aspect extrêmement incohérent de ce projet de loi. C’est l’alinéa 12 de l’article 2 du projet de loi. Voté suite à un amendement n°779 (proposé par Mmes Ménard et Lorho. Mais d’autres députés ont proposé des amendements similaires).  Les

Cet amendement est problématique car il retire aux centres privés d’amp, la possibilité de prélever, recueillir (spermatozoïdes) et conserver les gamètes. Hors les centres privés d’AMP pour pratiquer la FIV, font depuis plus de 25 ans (1ère loi de bioéthique) des recueils, des prélèvements et de la conservation des gamètes. Votre conjoint ne peut pas donner ses spermatozoïdes lors de votre ponction ? Vos ovocytes sont conserver. Votre ponction est blanche ? Les spermatozoïdes de votre conjoint sont conservés. Le protocole propose un cumul ovocytaire, l’équipe conserve vos gamètes. BREF c’est le quotidien de l’activité de FIV en France. Nous vous rappelons que plus de la moitié des FIV réalisées en France ce font dans des centres privés d’AMP. 

DONC retirer la possibilité aux centres privés de pratiquer les bases de leur activité, va revenir à mettre FIN à l’activité de FIV en France. Car les centres publics ne vont pas pouvoir prendre en charge la totalité des tentatives de FIV, ni la totalité des autoconservations sociétales, ni prendre en charge la totalité de la PMA pour toutes.

Pourtant les professionnels de l’AMP et notre association ont défendu cette idée de l’ouverture de l’activité du don et de l’autoconservation sociétale pour les centres privés. Nous avons proposés des amendements. Mais non seulement les députés ne sont pas allés dans le sens de nos propositions, ils ont tout bonnement retiré la possibilité pour les centres d’AMP privés de pratiquer le quotidien de leur activité. C’est grave !

IL Y A DONC URGENCE à ce que nos parlementaires modifient ce projet de loi ! Et vous pouvez contribuer à cela !

Campagne Citoyenne BAMP « POUR LE MAINTIEN de l’ACTIVITE FIV dans les CENTRES PRIVES d’AMP »

A partager sans modération ! 

Si vous voulez allez plus loin, dans la compréhension des enjeux, nous vous laissons découvrir en dessous, les travaux des professionnels réunis sous l’égide de la Société de Médecine de la Reproduction et du Collectif des Centres Privés d’AMP. 

 

La pratique de la médecine libérale est autorisée et encadrée en France : Pourquoi diaboliser les praticiens de l’AMP libéraux ?

En France la médecine s’organise entre le secteur privé et le secteur public. En AMP c’est pareil, vous pouvez vous adresser à des gynécologues qui exercent soit dans le privé, soit dans le public. Une exception en ce qui concerne le don de gamètes et notamment le don de spermatozoïdes car seuls les CECOS ont l’autorisation de pratiquer cette activité. Pour le don d’ovocyte, certains centres d’AMP publics pratiquent l’activité de don d’ovocyte sans être un Cecos. Pourquoi vouloir à ce point diaboliser le secteur privé de l’AMP ? Ils sont pourtant soumis aux mêmes règles de bonnes pratiques que leur collègues du public, ils

« Ainsi, pour avoir le droit de faire de l’AMP, le gynécologue, comme le biologiste, doit avoir obtenu un agrément. Jusqu’en 2006, celui-ci était délivré par le ministère de la Santé. Depuis le 1er janvier 2007, cet agrément est obtenu auprès de l’Agence de biomédecine, au vu des diplômes, de la formation et de l’expérience du praticien. Il se renouvelle tous les 5 ans.

De la même façon, tout centre, qu’il s’agisse d’une clinique ou d’un hôpital, doit disposer d’une autorisation pour fonctionner. Autrefois délivrée par le ministère de la Santé, elle l’est désormais par les Agences régionales d’hospitalisation (ARH), au vu de l’examen des locaux et des résultats du centre. Cette autorisation est également à renouveler tous les 5 ans.

La liste des centres autorisés et des cliniciens et des biologistes agréés est disponible auprès de l’Agence de biomédecine. » CNGOF

 

Les médecins d’AMP privés et publics sont mobilisés depuis des mois au sujet de la révision de la loi de bioéthique

Nous rappelons que nous travaillons, depuis plusieurs mois, qu’avec les médecins du privé et du public engagés de longue date, sur la révision de la loi de bioéthique. A partir du projet de loi de bioéthique reçu début juillet, ces professionnels (du privé et du public) ont élaboré et présenté des amendements sur les 5 points ci-dessous. Dix sociétés savantes ont signés leur texte que vous pouvez trouver sur le site de la S.M.R..,ce qui représente beaucoup de professionnels mobilisés.

Pour rappel voici le travail des professionnels de l’AMP. Tous ces points essentiels pour eux, qu’ils ont partagé avec nous cet été, ont fait l’objet d’amendements. La Société de Médecine de la Reproduction avait mis en ligne les documents proposés aux députés et au gouvernement. Dix sociétés savantes ont signés ces propositions, ainsi que 483 professionnels de l’AMP (biologistes, gynécologues, etc) et 80 personnes issues de la société civile, associations.  Dont BAMP évidemment, nous vous avions aussi proposé de signer cela début septembre. 

 

Demandes des professionnels de l’AMP faites cet été auprès de nos parlementaires. Propositions signés par 10 sociétés savantes de l’AMP !

Nous, professionnels de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP), nous accordons pour saluer les avancées majeures du projet de loi de bioéthique, en particulier des points de vue sociétal, du don et de l’autoconservation ovocytaire.

Cependant, nous sommes inquiets et en désaccord profond avec certains points de ce projet qui nous semblent inéquitables pour les patients et la médecine libérale. Du fait de notre expertise dans le domaine et l’écoute des patients, nous proposons plusieurs amendements dont l’objectif est de permettre la mise en place de manière effective et pérenne de ces avancées sociétales que nous souhaitons voir émerger.

Pour garantir l’exécution de la future loi, avec une offre de soins de qualité à l’ensemble des personnes et dans des délais raisonnables, nous demandons que la DGOS s’engage pour une valorisation budgétaire des centres biocliniques d’AMP pour permettre le déploiement indispensable des moyens humains et matériels en adéquation avec l’élargissement de l’offre de soins et les mesures proposées.

Amendements demandés

  1. Les professionnels de l’AMP, publics et privés, s’accordent dans leur majorité pour exiger qu’aucune différence ne soit faite entre les centres publics et privés pour la pratique des différentes activités d’AMP, notamment le don de gamètes, l’accueil d’embryon et l’autoconservation ovocytaire. Ces activités sont soumises à autorisation qui garantit les conditions d’application règlementaire dans tous les centres. Une seule autorisation pourrait intégrer tous ces actes d’AMP pour les centres qui le souhaitent.
     
  2. Les professionnels de l’AMP demandent qu’il soit spécifiquement écrit dans le texte de loi que l’accès à l’AMP aux couples de femmes et aux femmes non mariées soit équivalent à celui des couples hétérosexuels en termes de recevabilité de la demande et de délai de prise en charge.
     
  3. Concernant les limites d’âge pour les conditions d’accès à l’AMP et à l’autoconservation, les professionnels considèrent que la décision de prise en charge relève d’une concertation médicale, celle-ci doit  
    – se différencier de l’accord de prise en charge par l’assurance maladie,
    – et être appréciée différemment selon les situations
     : AMP avec les ovocytes actuels de la femme, AMP avec les ovocytes reçus d’une donneuse ou AMP avec ovocytes auto-conservés au préalable.

     
  4. Les professionnels de l’AMP considèrent inacceptable une destruction systématique des gamètes et embryons issus du don et conservés antérieurement à la modification de la loi. Ils demandent que soit mis en place un dispositif permettant d’informer et interroger tous les donneurs et donneuses concernés de manière systématique. Des moyens doivent être déployés pour répondre à cet objectif.
     
  5. Les professionnels de l’AMP proposent que lors du consentement à l’AMP, moment où le couple donne également son accord pour la conservation des embryons, le couple puisse donner son accord ou non pour l’utilisation des embryons en cas de décès d’un des membres du couple, pour le compte du survivant.

Projet de révision de la loi de bioéthique 2019 de la Société de Médecine de la Reproduction 

 

Fin septembre le COLLECTIF DES CENTRES PRIVES D’AMP s’est constitué, pour lancer la mobilisation contre l’alinéa 12 de l’article 2 du projet de loi bioéthique. 

Fin septembre, suite aux débats dans l’hémicycle, sur le projet de loi de révision de la bioéthique, dans lesquels les praticiens du privé ont été diabolisés, soupçonnés de vouloir marchandiser les gamètes, s’ils obtenaient le droit de pratiquer le don de gamètes. Accusation calomnieuses et infondées, puisqu’ils sont soumis aux mêmes règles de bonnes pratiques, à la même loi de bioéthique que les praticiens du secteur public. Qu’ils ont des autorisations d’activités accordées par l’Agence de la bioémédecine, par les ARS (agences régionales de santé). Et qu’ils pratiquent dans le respect de la loi et des règles de bonnes pratiques depuis des décennies. Qu’aucune dérives, pourtant agitées dans l’hémicycle ne vient entacher la pratique de l’AMP libérale en France depuis 25 ans. Que bons nombre d’équipes dans des centres d’AMP privés et publics travaillent en coordination. 

 

COMMUNICATION DU COLLECTIF DES CENTRE PRIVES D’AMP

À l’heure où l’Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi relatif à la bioéthique, le CCP (Collectif de Centres Privés en AMP) avec le soutien du Pr Israël Nisand et le Collège des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF) demandent une équité de traitement pour tous les centres de PMA, qu’ils soient publics ou privés. Pourquoi ne laisse-t-on pas les professionnels de santé qualifiés exercer leur activité en toute responsabilité quel que soit leur mode d’exercice ? Pourquoi les patients ne pourraient-ils pas choisir leurs médecins ?

La place des centres de PMA privés en France

Voilà un quart de siècle que les praticiens libéraux, prennent en charge des couples infertiles, les conseillent et mettent en œuvre les techniques les plus élaborées d’aide à la procréation, jusqu’à l’autoconservation des ovocytes lorsque le contexte clinique le demande.

Cette activité médicale est des plus encadrée. Tous les centres de PMA, publics comme privés, sont soumis à une même démarche qualité, très exigeante, mise en place depuis de nombreuses années, à une même Certification ISO, et aux mêmes visites d’inspections de l’ARS. Des praticiens issus du secteur libéral font partie des groupes d’experts de l’ABM (Agence de Biomédecine) et concourent à la rédaction et au respect du guide des Bonnes Pratiques en AMP du 30 juin 2017.

Les Centres privés de Procréation Médicalement Assistée, tout comme les centres publics, sont tenus de soumettre régulièrement leurs résultats à l’évaluation de l’Agence de Biomédecine, et déclarent leurs incidents à l’AMP vigilance, laquelle accueille d’ailleurs en son sein des praticiens libéraux.

C’est dire que rien ne distingue les acteurs de PMA sous statut public ou privé, aussi bien sur leur niveau d’expertise professionnelle que dans le dispositif réglementaire qui encadre leur exercice.

Une discrimination sans fondement vis-à-vis du secteur privé

Les débats parlementaires ont, hélas, vu resurgir chez certains élus, de vieux stéréotypes marqués d’un dogmatisme archaïque qui voudrait que l’exercice honnête de la médecine soit l’apanage exclusif d’un secteur public immaculé et nimbé de toutes les vertus. Au nom de quoi, le législateur souhaite confier l’exclusivité de la pratique de l’autoconservation des gamètes aux laboratoires publics afin, dit-on, d’éviter la naissance d’un marché de l’autoconservation des gamètes ouvert aux appétits financiers des praticiens libéraux ? Une inacceptable accusation de carence éthique pour rappeler que « les spermatozoïdes et les ovocytes ne sont pas des marchandises comme les autres » !  Est-ce à penser que les libéraux manquent à leur devoir moral ? Alors même que, toutes les enquêtes d’opinion le prouvent, les français sont profondément attachés à la médecine libérale et lui font confiance.

Quid du libre choix des patients ?

L’article 2 du projet de loi de bioéthique, discriminatoire vis à vis du secteur privé, marque un recul dans la prise en charge de l’infertilité et entrave l’exercice d’un libre choix des patientes pour leur médecin. Les professionnels médicaux libéraux réalisent 47.000 tentatives annuelles sur les 92.000 recensées par l’Agence de la Biomédecine. Ces seuls chiffres prouvent l’indiscutable attachement des patients à ce mode d’exercice et toute la confiance qu’ils lui accordent.

Qu’en sera-t-il demain pour celles qui souhaiteront recourir à une autoconservation de leurs ovocytes ? Pourront-elles choisir librement leurs praticiens et le lieu de leur prise en charge ? La réponse est évidemment négative.

Une décision contreproductive aux conséquences néfastes pour les patientes 

Interdire aux praticiens libéraux de pratiquer l’autoconservation des gamètes signifiera un report de toute la patientèle vers un nombre nécessairement limité de structures d’accueil avec, pour effet induit, une ségrégation d’accès aux soins selon l’origine géographique des patients. On assistera rapidement à un allongement des délais de prise en charge qui conduira nombre de patientes (parmi les plus fortunées) à reprendre la route vers des contrées plus accueillantes.

Le législateur dans sa volonté d’ouvrir un droit à une PMA pour tous va édicter une loi contre-productive qui refuse implicitement aux patientes l’exercice du libre choix de leur médecin. Plus encore, cette loi agira contre leur intérêt puisque, en interdisant aux centres privés de prendre en charge l’autoconservation des gamètes, elle réduira leur chance de voir aboutir leur projet parental.

NON AU TRAITEMENT DISCRIMINATOIRE À L’ÉGARD DU SECTEUR LIBÉRAL

OUI A L’ÉQUITÉ DE TRAITEMENT POUR TOUS LES CENTRES DE PMA, PRIVÉS OU PUBLICS

OUI A L’EXERCICE DE TOUS LES PROFESSIONNELS QUALIFIES PUBLICS ET PRIVES

OUI AU LIBRE CHOIX DES PATIENTS.

Le CCP appelle les patients concernés à apporter leur témoignage sur : collectifcentresprives.amp@gmail.com

Communiqué de presse du Collectif des Centres privés d’AMP qui date de début octobre

 

 

NOUS VOUS INVITONS donc à partager cette information, à vous rendre sur la page de notre nouvelle campagne citoyenne POUR LE MAINTIEN DE L’ACTIVITE DE FIV DANS LES CENTRES D’AMP PRIVES. Vous pouvez ainsi alerter vos parlementaires (députés et sénateurs) en deux clic et c’est très important. Vous pouvez aussi aller voir vos parlementaires pour leur dire ce que vous pensez de ce projet de loi bioéthique. Projet qui n’est pas encore promulgué.

De notre côté, nous mettons tous en oeuvre, pour changer cela : travail +++ avec les professionnels de l’AMP, démarches et RDV auprès de nos politiques. Campagne citoyenne. Alerte des médias sur ce sujet. Mais si toutes les personnes concernées par l’AMP en France se mobilisaient, nous irions beaucoup plus vite et beaucoup plus loin ! 

Nous comptons sur vous. Merci 

Vous pouvez aussi partager la vidéo du collectif des centres privés d’AMP 

 

Campagne Citoyenne BAMP « POUR LE MAINTIEN de l’ACTIVITE FIV dans les CENTRES PRIVES d’AMP »

 

#SSI2019 #SemaineSensibilisationInfertilité2019 #bioéthique #PourLesCentresPrivés

Les médecins qui défendent le DPI-A avec nous

Nous vous invitons à regarder (et à partager largement dans tous vos réseaux) cette vidéo sur le diagnostic des embryons aneuploïdes et l’intérêt de ce diagnostic en FIV. Au moment où les députés, dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique, refusés l’autorisation du DPI-A? Cette vidéo apportent des arguments qui vont dans le sens d’une nécessaire mise en oeuvre de cet outil pour les personnes en parcours d’AMP qui rencontrent des échecs d’implantation, qui vivent des fausses couches, ou/et qui ont plus de 35 ans. Car dans ces trois indications, les études récentes montrent que le DPI-A permet d’améliorer la prise en charge en réduisant le temps pour obtenir une grossesse. Car un embryons euploïde a de plus grande chance de s’implanter qu’un embryon aneuploïde. 

Début octobre, Virginie, présidente de notre association a participé à l’enregistrement de cette vidéo avec des professionnels de l’AMP. Vidéo initiée par la Société de Médecine de la Reproduction (S.M.R.). L’émission est présentée par François VIALARD, généticien, Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy Saint Germain. Deux couples témoignent dans cette émission, témoignages poignants sur l’impact de l’absence du DPI-A dans leurs parcours d’AMP. 

Les professionnels de l’AMP qui étaient sur le plateau : 

  • Catherine RONGIERE, gynécologue obstétricien, responsable du centre d’AMP au CHU à Strasbourg
  • Marine POULAIN, biologiste de la reproduction, responsable de laboratoire d’AMP de l’hôpital FOCH
  • Charles COUTON, cytogénéticien, responsable du laboratoire de cytogénétique au CHU de Grenoble

Médecins de l’AMP (biologiste, généticiens, gynécologues) et patients mains dans la mains, pour défendre l’intérêt de l’autorisation du DPI-A en FIV. C’est un travail important que nous réalisons depuis un moment déjà, et qui avec la révision de la loi de bioéthique s’est intensifié. Travailler ensemble à l’amélioration de la prise en charge en AMP en France est une nécessitée que notre association porte depuis sa création. Et nous sommes fières de voir notre engagement quotidien, depuis 6 ans, porter ses fruits, tant au niveau local en région (merci aux référentes BAMP), qu’au niveau national. 

 

Vous l’aurez compris, la bataille pour le DPI-A n’est pas finie ni pour nous, ni pour les médecins. Vous pouvez nous aider à la gagner en alertant vos parlementaires (députés et sénateurs) pour que nous réussissions à obtenir ce DPI-A en FIV. Partagez et faites signer vos ami-es, les membres de votre familles. Via notre campagne citoyenne « Pour le DPI-A en FIV » en quelques clics vous alertez vos parlementaires et vous soutenez nos actions à ce sujet. Un GRAND MERCI !

Et pourquoi ne pas l’envoyer à vos parlementaires cette vidéo ? Un bon moyen de les informer.  Un mail que vous pouvez leur adresser, soit pour leur demander un RDV, soit juste pour leur adresser vos demandes au sujet de la loi de bioéthique. 

 

 

Via le site de la S.M.R.

« Le diagnostic pré-implantatoire des aneuploïdies

Comment, pourquoi, pour qui ? [vidéo]

La révision de la loi de Bioéthique a donné lieu à de nombreuses joutes verbales dans et en dehors de l’hémicycle de l’assemblée nationale. Un point de crispation important est apparu dès lors que le sujet du diagnostic pré-implantatoire des aneuploïdies (DPI-A)  embryonaires a été abordé. Les ardents opposants sont allés jusqu’à parler d’eugénisme à l’heure où la politique de dépistage de la trisomie 21 permet d’identifier jusqu’à 90% des trisomies 21 foetales.

Mais qu’est ce que le DPI-A ? Est ce une méthode dangereuse ? Sera t’elle accessible à tous ? S’il persiste des interrogations, son déploiement aura t’il un intérêt ? Commet distinguer le vrai du faux dans cet afflux d’informations contradictoires ? Faut il arrêter le progrès ?

Cette émission tente de fournir de façon objective des réponses et apporte des témoignages saisissant de patients.

Comme le dit un proverbe chinois: Celui qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour.« 

 

 

 

Nos autres articles au sujet du DPI-A sont par ici

#PourLeDPIAenFIV #DPIA #Bioéthique #PatientsMédecins 

 

 

Autoconservation des ovocytes………………..485 signatures ???? !

485 signatures, seulement……… pour l’autoconservation des ovocytes, pour que cette préservation de la fertilité soit un droit à obtenir et à défendre pour les femmes en France.

Depuis, bientôt 9 mois que la pétition BAMP est en ligne, 485 signatures……..

Dans la réalité, je sais bien que plus de 485 personnes pensent et souhaitent que ce droit à la préservation de la fertilité, soit accessible en FRANCE et pas seulement à l’étranger à toutes les femmes qui en éprouvent le besoin. Mais les combat politiques ont besoin de symboles. Et symboliquement 485, c’est beaucoup moins percutant que 4850 ou 48500 signatures.

2018, c’est l’année où l’on peut obtenir ce droit à la préservation de nos ovocytes……….mais malgré un très fort engagement au quotidien, BAMP et ses représentants seront plus forts s’ils montrent que ce sujet est important pour plus de 485 personnes, alors si vous ne l’avez pas encore fait, prenez deux minutes pour signer cette pétition, pour laisser un commentaire, pour partager. MERCI

https://www.change.org/p/pour-l-autoconservation-des-ovocytes?recruiter=661610540&utm_source=share_petition&utm_medium=twitter&utm_campaign=share_twitter_responsive

 

Le 18 janvier, c’est le lancement officiel des débats de la révision de la loi de bioéthique.

C’est aussi le jour qu’a choisi la Société de Médecine de la Reproduction (SMR) pour tenir sa journée annuelle, qui cette année va parler : « Pratique et éthique en AMP ».

BAMP y sera représenté par Caroline et Virginie.

Virginie interviendra d’ailleurs lors de la table ronde sur :  » La préservation préventive de la fertilité », donc de l’autoconservation des ovocytes…….donc les 485 signatures

Voici le programme de la journée, réservée aux professionnels de l’AMP, auprès de qui nous avons des messages à faire passer à ce sujet aussi.

 

 

 

 

 

#BIOETHIQUE2018 #vraimentPour #autoconservation #ovocyte

 

Le programme de la journée ICI

Questionnaires sur les facteurs de risques d’infertilité

La SMR Société de Médecine de la Reproduction vous propose de répondre à deux questionnaires, pour récolter des informations sur notre niveau d’information des facteurs de risques d’infertilité.

« Ce questionnaire a été conçu dans le cadre d’une thèse de médecine générale avec pour objectif de déterminer les informations dont vous disposez sur les facteurs favorisants l’infertilité et ce, AVANT d’avoir consulté un gynécologue spécialisé dans l’Aide Médicale à la Procréation (AMP) ; et d’objectiver par quel(s) moyen(s) vous avez eu ces informations. »

Deux questionnaires, un pour les Dames et un pour les Messieurs, auxquels vous pouvez répondre en ligne en cliquant sur les liens suivants.

Rappelez-vous vos bonnes résolutions !

Bonjour

Aujourd’hui nous voulions vous rappeler certaines choses importantes :

 

– La boutique des idées fertiles qui s’est ouverte quelques jours avant Noël. Vous pouvez y déposer vos créations et vous pouvez en acheter. Vous pouvez aussi partager son existence avec vos amis, connaissances, pour qu’ils puissent eux aussi profiter de fait à la main ! L’intégralité des recettes de la boutique sont reversées à l’association collectif BAMP. Ce qui permet à l’association de financer son fonctionnement (achats fournitures de bureau, billets de train pour les rendez-vous BAMP, impressions des visuels BAMP, etc).

Boutique 2
La boutique c’est par là

 

– Si le projet de l’association collectif BAMP a du sens pour vous, n’hésitez plus : ADHEREZ ! L’association a besoin des adhésions pour vivre et surtout pour montrer que le projet qu’elle porte, est également le projet de nombreuses personnes. Vous pouvez là aussi, diffuser cette information auprès de vos familles, vos amis. Plus nous serons nombreux, plus nous avons de chance de voir la situation évoluer. Vous vouliez proposer votre témoignage, un article, une action n’hésitez pas nous avons tous besoin les uns des autres.

devenirmembre
Un clic est vous pouvez devenir adhérent !

 

 

Te Aranga, association Belge, vous propose des ateliers d’art-thérapie dédiées aux personnes en parcours d’AMP, confrontées à l’infertilité. Prochaines session les 24 et 25 janvier. Alors n’hésitez plus, inscrivez-vous pour participer à ces groupes.

te-aranga2-1
Un beau projet pour s’aider et être aidé

 

 

– Avez-vous répondu au questionnaire de la SMR sur les pratiques alternatives ? Non ! Mais il faut le faire ! Tout de suite, maintenant, plus une seconde à perdre. C’est un questionnaire en ligne qui vous prend 1 minutes 30 et qui peut permettre là aussi de faire changer les choses. En effet, la Société de Médecine de la Reproduction qui a mis en ligne ce questionnaire, souhaite recueillir un nombre significatifs de réponses, pour pouvoir montrer que ces questions sont essentielles pour les patients et les patientes pris en charge en AMP. Alors répondez au questionnaire de la SMR

Cliquez sur l’image pour répondre directement au questionnaire.

 

 

Les Thés BAMP en région, tous les 2ème samedi du mois à Caen, le prochain a donc lieu le 10 janvier ! Si vous voulez y participer, vous pouvez prendre contact avec Virginie via collectif@bamp.fr

A Angers, le jour du RDV a changé, c’est maintenant tous les 3èmes mardi du mois, entre 20h et 22 heures. Pour y participer, prenez contact avec Caroline via collectifbamp49@gmail.com

Projets de rencontres sur Toulouse, Albi, Rennes, Auxerre et Clermont-Ferrand si vous souhaitez y participer, merci de prendre contact avec le bureau de l’association.

 GIFwidrencontre

 

– La campagne de sensibilisation sur le don de gamètes lancée mi octobre par l’Agence de Biomédecine se poursuit. Il faut continuer là aussi, la diffusion des informations, des visuels. Il faut en parler autour de vous. Parler de la possibilité pour les couples infertiles ayant besoin d’un don de gamètes, de bénéficier d’une prise en charge dans les Cecos. Mais pour diminuer les délais d’attente, il faut qu’un nombre plus importants de donneurs et de donneuses se mettent en relation avec les cecos pour y faire leurs don de sperme et d’ovocytes. Et pour cela il faut communiquer.

Le site de l’ABM

 

– Il faut aussi poursuivre en 2015 la campagne de distribution des flyers et affiches BAMP. Vous pouvez les imprimer directement via le site, ou nous contacter pour que nous vous les adressions par courrier. Vous pouvez retourner dans les lieux où vous en avez déjà mis, trouver de nouveaux lieux où les mettre.

affchouxpointsrencontrepivercaenFichchiffrev4

Questionnaire SMR sur les pratiques alternatives

La SMR, Société de Médecine de la Reproduction a lancé au mois d’octobre, une initiative que nous trouvons excellente et dont vous avez peut-être déjà entendu parler dans votre centre AMP.
La SMR est une association de médecins français, dont l’objet est le suivant :
Article 2 – Objet :

L’association a pour but de favoriser la recherche médicale et scientifique dans le domaine de la reproduction humaine, notamment – par l’organisation de Réunions scientifiques, de conférences ou de congrès, – par la participation à l’élaboration, la rédaction et le développement de publications scientifiques. – en établissant et diffusant des recommandations de bonnes pratiques en Médecine de la Reproduction. – en créant un espace d’interactions entre les différents intervenants dans le domaine de la reproduction. – en participant à l’élaboration d’une structure nationale d’enseignement de la Médecine de la Reproduction. – En offrant des bourses pour la réalisation de projets coopératifs de recherche ou de formation.

Ils ont adressé un questionnaire aux médecins, les interrogeant sur les pratiques alternatives que pouvaient utiliser les patients en dehors du strict suivi médical en vue d’une AMP. Un deuxième questionnaire s’adresse aux patients pour savoir s’ils pratiquent en dehors du service et du protocole AMP d’autres méthodes leur permettant de mieux vivre le parcours d’AMP.
Un thème essentiel pour nous patients AMP, qui pour certains n’osent pas dire à l’équipe médicale qui les suit, qu’ils font des séances d’acupuncture avant le transfert et après aussi, par peur d’être mal jugés ou critiqués, par peur de la réaction du médecin face à ces « pratiques ». Si ce questionnaire peut permettre de libérer la parole entre patients et médecins, c’est déjà un grand pas. S’il peut permettre d’introduire ou de proposer la pratiques de certaines activités dites alternatives via les centres AMP, c’est un pas de géant qui sera fait dans le confort de la prise en charge des couples en AMP !
La reconnaissance et l’utilisation des pratiques dites alternatives fait l’objet d’une des propositions du Manifeste de l’association BAMP. Proposition n°9 « Nous souhaitons la mise en place d’une aide psychologique pendant les parcours d’AMP et que soit proposé et pris en charge au titre de l’infertilité l’accès à des techniques dites alternatives pendant les protocoles souvent difficiles physiquement et moralement (sophrologie, acupuncture, ostéopathie). » Nous sommes donc vraiment ravies de voir que des médecins décident de s’interroger sur cet aspect de la prise en charge pour comme ils l’écrivent : Le but est d’échanger sur nos pratiques respectives et de les évaluer afin d’enrichir notre « arsenal thérapeutique » pour améliorer la qualité de vie des patients.
Cette prise de position, nous semble presque « révolutionnaire » en tout cas très en phase avec les besoins des patients. Il faut donc que le plus grand nombre de questionnaire soient remplit, pour que les données recueillis soient significatives. A vous de jouer !

Cher Ami, Cher Confrère, Cher Collègue,

Le parcours de l’AMP est difficile, nous en avons tous conscience. Et nous souhaitons tous améliorer la qualité de vie des patients.

Les centres proposent des thérapies complémentaires et alternatives pour faciliter ce parcours.

Les couples ont recours à des thérapies complémentaires. Celles que nous leur proposons ou d’autres.

Nous souhaitons partager nos expériences,

et vous demandons de nous dire :

  • d’une part ce que vous proposez «  en plus » dans votre centre,
  • d’autre part ce que vous savez ou pensez que font nos patients en parallèle de ce qui est proposé par le centre
  • enfin, ce que vous pensez de l’efficacité de ces méthodes

Le but est d’échanger sur nos pratiques respectives et de les évaluer afin d’enrichir notre « arsenal thérapeutique » pour améliorer la qualité de vie des patients.

Nous vous invitons à participer à notre enquête en 2 parties :

Ces enquêtes sont totalement anonymes.

Vous remerciant pour votre retour, nous vous prions de recevoir nos salutations amicales.

Dr Annick Neuraz

Le questionnaire à remplir en ligne est ici
Messieurs n’oubliez pas de remplir vous aussi ce questionnaire.

Surtout n’hésitez pas, il se remplit en moins d’une minute et c’est une belle occasion de donner votre point de vue de patients, sur un thème qui concerne un grand nombre d’entre nous !!!

Si vous avez eu l’opportunité de le remplir, via votre centre AMP, venez nous dire ce que cela vous inspire comme réflexion et comment il vous a été présenté.

Quatuor pour un enfant – journée SMR

Mercredi 26 novembre à Paris, la SMR (Société de la Médecine de la Reproduction)  organise une journée d’étude dont le sujet et le programme semblent très intéressants. Réservée aux professionnels, BAMP sera quand même présent (une adhérente et une DDB)  à cette journée, nous pourrons ainsi, vous rapporter le contenu des présentations dont voici le thème

Quatuor pour un enfant

La femme, l’homme, le couple et l’AMP.
Comment optimiser notre accompagnement ?

Journée thématique SMR

26 novembre 2014

Paris- Maison de la RATP- Espace Van Gogh

 

« Quelles questions se posent les femmes
  • Est-ce que je suis « normale » malgré mon problème de fertilité. C. Rongières / D. Lemler
  • Paroles devant l’échec : « Est-ce que c’est moi qui les tue, qui ne les garde pas »… S. Epelboin / R. Freymann
Les hommes sont ils si peu impliqués
  • Le regard et la parole de l’homme : V. Izard / G. de Perseval
  • Manque d’implication ou sentiment de culpabilité : M. Bailly / O. Kerneis
L’entente psychologique du couple dans la démarche
  • Comment aider les patients dans leur parcours d’infertilité : place du soignant. O. Coll & A. Rodriguez / A. Mortureux
  • Mesures alternatives utilisées par les patients, proposées ou non par les médecins. A. Neuraz / M. Lachowsky
Et l’enfant après ça …
  • L’enfant né après AMP est il un enfant comme les autres ? N. Massin et J. Velez / L. Roegiers (Louvain) »

 

Pour voir le programme complet c’est par  ICI Quatuor pour un enfant

La participation à cette journée est payante.