ZOUP et ZOUPETTE

 Voici un nouveau livre pour expliquer la fécondation in vitro aux enfants.  Mélange de réalité concrète (physiologie de la fécondation, les ovocytes, les spermatozoïdes) et d’imaginaire, de magie (présence de la fée-condine…), pour expliquer  comment naissent les bébés.
« L’histoire de Zoup et Zoupette évoque le parcours semé d’embûches d’une conception par fécondation in vitro. Si l’aspect technique est suggéré, l’émotion et la magie qui entourent la naissance sont au premier plan. Les parents peuvent ainsi aborder les difficultés rencontrées, mais surtout redécouvrir le désir qui a porté leur projet d’enfant, cette petite étincelle qui a tout rendu possible.
 » Il n’y a pas d’âge pour se familiariser avec ce miracle qui est la naissance d’un être humain. Encore faut-il aborder les dessous de l’affaire avec tact lorsqu’il s’agit de tout petit. C’est ce que propose l’histoire de Zoup et Zoupette et du Pr Bloub, en évoquant avec humour et poésie un parcours de procréation médicalement assistée ». Pr René Frydman »
zoup-et-zoupette
Vous pouvez trouver d’autres livres pour enfants, dans notre sélection ici

Deux bons plans pour soutenir BAMP sans vous ruiner tout en (vous) faisant plaisir

Vous êtes infertiles vous-même ou vous connaissez des infertiles mais ne savez pas très bien comment les aider ? (Hochez la tête de haut en bas)

Vous avez un cœur « gros comme ça » ? (Ecartez bien les bras)

Vous aimeriez donner plus aux associations mais vous êtes un peu fauchés en ce moment ? (Haussez les épaules)

Vous aimeriez bien que les choses bougent dans le bon sens dans la lutte contre l’infertilité ? (Applaudissez des deux mains)

Vous voyez arriver la période des fêtes de fin d’année avec anxiété, agacement ou lassitude en pensant aux cadeaux à acheter à votre petit neveu et tata Simone ? (Ouvrez grand les yeux et faites la moue)

Si vous avez répondu oui à au moins l’une de ces questions, BAMP a la solution !

Oui vous avez bien lu : comment faire plaisir à Tata Simone tout en faisant profiter les infertiles de votre générosité en aidant une association qui lutte contre l’infertilité sans faire pleurer votre banquier. (Poussez un gros ouf de soulagement).

Il vous suffit de faire tout ou partie de vos courses de Noël sur Amazon en cliquant sur ce lien. Vous n’êtes même pas obligés d’acheter un livre traitant de l’infertilité (quoique …si cela pouvait clouer le bec de Tata Simone avec ses questions débiles du genre « avez-vous enfin trouvé le mode d’emploi ? »). Dès lors que vous arrivez sur le site à partir de ce lien, Amazon reversera 7% de tout ce que vous y achèterez à BAMP. Oui, vous avez bien lu : 7% de tout vos achats : livre, DVD, gazinière, vélo d’appartement, trampoline, cuiseur vapeur, etc, le choix est vaste !

Si vous préférez aider des créatrices indépendantes, vous pouvez aussi faire vos achats sur la boutique des idées fertiles et la, c’est le mi mi, c’est le ra ra, c’est le cle cle, c’est le miracle, ce sont 100 %, oui 100% de vos achats qui seront reversés à BAMP. Puisque le concept c’est que les généreuses créatrices font don de leurs recettes. Et si vous êtes vous-mêmes talentueux de vos dix doigts, vous êtes les bienvenus pour proposer vos créations.

N’hésitez pas à partager ces bons plans autour de vous !

Signé : Simone !

Faut-il sélectionner les donneurs-euses de gamètes ?

C’est la question que souhaite poser le centre d’éthique clinique de Cochin.

Pour BAMP, la réponse est : OUI ! Cela fait même l’objet d’une de nos propositions (n°23 pour notre nouveau manifeste) mais ce point était déjà dans notre manifeste associatif de 2013.  Sélectionner les donneurs-euses sur les bilans génétiques qui doivent être réalisés notamment avant le don et qui permettent de ne pas retenir les personnes à risque de transmission de maladies génétiques autosomales, récessives. Nous insistons sur ce point, car ce n’est pas une évidence en pratique.

Lors du congrès FFER, ce sujet a été longuement présenté, du point de vue des donneurs-euses, qui ne souhaiteraient pas forcément savoir qu’ils ont un risque de maladie génétique. Les questions relatives à l’annonce, la gestion de cette information par le donneur, la donneuse, d’un risque potentiel pour elle-même et/ou sa descendance posait question aux médecins présents. Nous pensons que l’information vaut toujours mieux que le silence. Car lorsque l’on possède une information, le choix devient possible.

img_20160923_100451_burst001_coverFFER2016

Si ce sujet vous intéresse, vous pouvez participer au prochain  « Mardis de l’éthique », organisé à Cochin à Paris. Sujet fort intéressant. Ouvert à tous, on nous donne l’occasion de réfléchir sur un sujet complexe, il ne faut pas s’en priver.

affiche-cec-6-12-2016