Thèse Constance Schuller

Vous souvenez de Constance Schuller, étudiante en sociologie, qui avait pris contact avec l’association, il y a quelques années pour son travail de thèse. Elle nous a informé de la soutenance de sa thèse. Si vous êtes disponible, vous pouvez y assister.

 

J’ai le grand plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de sociologie intitulée

« La décision médicale dans le champ de l’Assistance Médicale à la Procréation. Une étude sociologique sur les pratiques et les représentations des spécialistes de la reproduction »
sous la direction de Bertrand Pulman.

Le jury est composé de :
Philippe Bataille, Directeur d’Études, EHESS, rapporteur
Séverine Mathieu, Directrice d’Études, EPHE, rapporteur
Bertrand Pulman, Professeur de sociologie, Université Paris 13, directeur
Laurence Tain, Professeure émérite de sociologie, Université Lyon 2
Carine Vassy, Maitresse de conférences, Université Paris 13

La soutenance se déroulera le mardi 9 janvier 2018, à 14h, à l’Université Paris 13, 74 rue Marcel Cachin, à Bobigny, dans le bâtiment de l’illustration, en salle M47. Voici un lien qui indique les principaux moyens d’accès au campus: http://www.iut-bobigny.univ-paris13.fr/venir-sur-le-campus.html. L’entrée dans le campus se fait actuellement, soit par la rue de Chablis, soit par l’avenue de la Convention (l’entrée par la rue Marcel Cachin est condamnée). Pour des raisons de sécurité, une pièce d’identité pourra vous être demandée à l’entrée.

La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes chaleureusement conviés, qui aura lieu en salle 1.141, aux environs de 18h. Afin d’organiser au mieux ce moment, merci de m’indiquer votre venue par mail.

Au plaisir de vous y retrouver.

Résumé
Si la fécondation in vitro est une innovation biomédicale récente, datant seulement de 1978, le recours à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) est rapidement entré dans les mœurs, au point que ces procédés participent aujourd’hui à plus de 3 % des naissances françaises.
Les cliniciens et les biologistes de la reproduction jouent un rôle incontournable dans ce champ. Chefs d’orchestre de la rencontre des gamètes, ils sont également les principaux acteurs décisionnaires de l’accès et de la poursuite des traitements de l’infertilité. Pourtant, leur pouvoir décisionnel a moins été étudié que les conséquences de leur intervention en termes de vécu de l’infertilité, de parenté, de filiation et de genre. C’est précisément ce manque que cette recherche vise à pallier.

Au croisement des sociologies de la santé, des professions, des organisations et de l’action, cette étude vise à éclairer la multiplicité des pratiques et des représentations des spécialistes de l’infertilité à travers le prisme des décisions médicales. Elle repose sur deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité.
S’appuyant sur ce corpus de données, et guidée par un souci constant d’articuler les dimensions micro et macro sociologiques, cette investigation s’attache d’abord à resituer les contextes globaux et locaux dans lesquels s’inscrivent les choix des professionnels, puis à analyser les décisions relatives à l’accès à l’AMP et aux techniques médicales.
In fine, cette recherche montre que la sélection des patients et les stratégies médicales, structurées dans des cultures propres à chaque centre, apparaissent comme des compromis trouvés par les acteurs qui composent avec un ensemble de contraintes pour adopter des pratiques en adéquation avec leurs valeurs et leurs représentations.

Mots-clés: Assistance Médicale à la Procréation (AMP) ; Décision médicale ; Infertilité ; Cultures de centre ; Politiques de recrutement ; Politiques médicales