La vidéo Protège ta fertilité

Le collectif « Protège ta Fertilité » lance une campagne de sensibilisation à destination des 18-24 ans.

L’objectif ? Les informer différemment sur les principaux facteurs de risques des troubles de la fertilité, à un âge où on leur apprend surtout comment ne PAS avoir d’enfant.

 

L’objectif ?

Les informer différemment sur les principaux facteurs de risques des troubles de la fertilité, à un âge où on leur apprend surtout comment ne PAS avoir d’enfant.

Pourquoi ?

Car peu de personnes le savent, mais c’est dès maintenant qu’ils peuvent agir sur leur capital fertilité, et ainsi diminuer leurs risques de rencontrer des difficultés lorsqu’ils souhaiteront devenir parents.

Aujourd’hui, nous avons tous un rôle à jouer, à notre échelle, pour partager cette information.

Pour en parler, nous vous invitons à la conférence de presse de lancement de cette campagne, qui sera organisée par le laboratoire MERCK à partir de 9h le 28 novembre 2019 au Café Nuage, 14, Rue des Carmes, 75005 Paris.

« Sensibiliser les jeunes à la question de la fertilité avant qu’il ne soit trop tard »

« En France, on sensibilise les jeunes dès le collège pour leur apprendre comment ne pas avoir d’enfant, notamment au travers des différentes techniques de contraception. Mais finalement, à aucun moment nous ne leur enseignons que leur fertilité est précieuse et qu’il faut la protéger. » explique Nicolas Chevalier, gynécologue au centre AMP Saint Roch de Montpellier.

Sujet tabou ? Pourtant, un constat interpelle en France, dans un contexte où de plus en plus de couples ont du mal à concevoir un enfant, lorsqu’ils se sentent enfin prêts à se lancer dans l’aventure. Car contrairement à ce que l’on pense souvent, avoir un enfant, ce n’est pas un acquis pour tous, et ça n’arrive pas forcément instantanément dès qu’on décide d’en avoir un !

 

En effet, selon le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) en 2012 en France, 18 à 24% des couples sont confrontés à des problèmes d’infertilité en France, soit près d’un couple sur 5 [1]. Une des principales causes de ces difficultés à concevoir : le recul de l’âge moyen pour le premier enfant. En 2017, ce dernier était d’environ 30 ans selon l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED), contre 26 ans en moyenne en 1975. [2]  Ce recul s’explique en partie par l’envie de notre jeunesse de consacrer davantage de leur temps libre à diverses activités ou encore d’atteindre une certaine stabilité financière.[3] Cependant, une réalité : le capital fertilité d’un homme ou d’une femme est à l’image du capital soleil : il n’est pas illimité et se consomme rapidement !

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de prendre soin de sa fertilité au quotidien, si l’on est informé assez tôt ! De nombreux aspects de nos modes de vie actuels peuvent avoir une influence négative sur notre capacité à concevoir un enfant : âge de plus en plus tardif, tabac, pollution, stress, mauvaise alimentation, etc. Autant de comportements dont on ne soupçonne pas forcément l’importance et les conséquences !

« Une campagne soutenue par plusieurs acteurs »

Parce que la fertilité est un enjeu important, c’est tout un collectif regroupant plusieurs acteurs qui a uni ses forces sous la bannière de « Protège Ta Fertilité », pour ainsi mettre en place une campagne de sensibilisation de grande ampleur auprès des jeunes de 18/24 ans :

·         3 professionnels de santé ont travaillé à la mise en place des messages clés de cette campagne :

  • Le Professeur Nathalie Massin, endocrinologue, spécialiste de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) au Centre hospitalier intercommunal de Créteil
  • Le Docteur Florence Lesourd, gynécologue-obstétricien au CHU Paule de Viguier de Toulouse
  • Le Docteur Nicolas Chevalier, gynécologue-obstétricien à la Polyclinique Saint-Roch de Montpellier

·         Le collectif BAMP!, une association de patients de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) représentée par Virginie Rio, co-fondatrice de l’association, apportant à cette campagne le regard des patients.

·         MERCK, acteur majeur de la recherche dans les secteurs des sciences de la vie et un des leaders mondiaux dans la prise en charge des troubles de la fertilité.

Cette sensibilisation des jeunes, bien en amont de leur projet d’enfant, a pour objectif de limiter leurs risques de faire face à des situations souvent dramatiques, lorsqu’ils souhaiteront se lancer dans un projet de parentalité.

Rendez-vous sur la page Instagram @protegetafertilite, également disponible par les mots-dièse (hashtag) #ProtègeTaFertilité et #ProtegeTaFertilite.

[1] Santé Publique France – La fertilité des couples en France, 2012. Disponible sur : https://www.santepubliquefrance.fr/docs/la-fertilite-des-couples-en-france/ Date de consultation : novembre 2019

[2] https://www.ined.fr/fr/grands-themes/naissance-fecondite-contraception/

[3] Etude Merck “Making the Decision to Have Children”, 2018Votre contact Presse : Julie DuquesneEmail

 

    

 

 

VOUS NOUS aidez à diffuser cette campagne ? 

 

Jour 3 : ces petites phrases du quotidien….

Cette année la SSI BAMP se passe en majorité sur les réseaux sociaux.

Nous partageons avec vous une vidéo réalisée à partir des petites phrases du quotidien que le compte Instagram PMANECDOTES récolte et diffuse.

Instagram qui recèle une importante communauté de personnes infertiles.

Des anecdotes négatives, difficiles à entendre, qui montrent bien souvent la méconnaissance de ceux qui les prononcent.

Mais aussi des petites phrases positives.

Merci à Annaïck pour ce compte instagram et pour cette vidéo des pmanedoctes.

« Toutes ressemblances avec des faits et des personnes réelles…………………………………ne serait que la réalité »

Bon visionnage et merci pour les partages !

 

#SSI2019 #SemaineSensibilisationInfertilité2019 #visibilité #Pmanecdotes

Jour 1 : Tata Gracyse donne de la visibilité à l’infertilité !

Quoi de mieux pour commencer cette Semaine de Sensibilisation à l’Infertilité, qu’un peu d’humour !

Cynisme et réalisme sont au rendez-vous des vidéos que nous propose Tata Gracyse sur son compte instagram et sur sa toute nouvelle page facebook.

Nous vous proposons aujourd’hui, le tête à tête avec la bonne copine. Un grand classique, que Tata Gracyse relève avec brio.

Donner de soi, donner de la visibilité à l’infertilité, pas simple, mais nécessaire. 

Défi que Gracy relève avec précision, normal un parcours d’AMP de 4 ans, ponctué de 3 IAC, 2 FIV, 9 transferts d’embryons, 2 fausses couches, 1 hystéroscopie par cœlioscopie qui a mal tourné, avec une hémorragie interne, ça laisse des traces….. Frôler la mort, permet de relativiser la vie et surtout de la prendre avec humour. 

Merci Gracy !

 

 
 
A partager,  à commenter, pour donner plus de visibilité à l’infertilité !
#SSI2019 #SemaineSensibilisationInfertilité2019 #ParlonsInfertilité #Humour 

Les médecins qui défendent le DPI-A avec nous

Nous vous invitons à regarder (et à partager largement dans tous vos réseaux) cette vidéo sur le diagnostic des embryons aneuploïdes et l’intérêt de ce diagnostic en FIV. Au moment où les députés, dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique, refusés l’autorisation du DPI-A? Cette vidéo apportent des arguments qui vont dans le sens d’une nécessaire mise en oeuvre de cet outil pour les personnes en parcours d’AMP qui rencontrent des échecs d’implantation, qui vivent des fausses couches, ou/et qui ont plus de 35 ans. Car dans ces trois indications, les études récentes montrent que le DPI-A permet d’améliorer la prise en charge en réduisant le temps pour obtenir une grossesse. Car un embryons euploïde a de plus grande chance de s’implanter qu’un embryon aneuploïde. 

Début octobre, Virginie, présidente de notre association a participé à l’enregistrement de cette vidéo avec des professionnels de l’AMP. Vidéo initiée par la Société de Médecine de la Reproduction (S.M.R.). L’émission est présentée par François VIALARD, généticien, Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy Saint Germain. Deux couples témoignent dans cette émission, témoignages poignants sur l’impact de l’absence du DPI-A dans leurs parcours d’AMP. 

Les professionnels de l’AMP qui étaient sur le plateau : 

  • Catherine RONGIERE, gynécologue obstétricien, responsable du centre d’AMP au CHU à Strasbourg
  • Marine POULAIN, biologiste de la reproduction, responsable de laboratoire d’AMP de l’hôpital FOCH
  • Charles COUTON, cytogénéticien, responsable du laboratoire de cytogénétique au CHU de Grenoble

Médecins de l’AMP (biologiste, généticiens, gynécologues) et patients mains dans la mains, pour défendre l’intérêt de l’autorisation du DPI-A en FIV. C’est un travail important que nous réalisons depuis un moment déjà, et qui avec la révision de la loi de bioéthique s’est intensifié. Travailler ensemble à l’amélioration de la prise en charge en AMP en France est une nécessitée que notre association porte depuis sa création. Et nous sommes fières de voir notre engagement quotidien, depuis 6 ans, porter ses fruits, tant au niveau local en région (merci aux référentes BAMP), qu’au niveau national. 

 

Vous l’aurez compris, la bataille pour le DPI-A n’est pas finie ni pour nous, ni pour les médecins. Vous pouvez nous aider à la gagner en alertant vos parlementaires (députés et sénateurs) pour que nous réussissions à obtenir ce DPI-A en FIV. Partagez et faites signer vos ami-es, les membres de votre familles. Via notre campagne citoyenne « Pour le DPI-A en FIV » en quelques clics vous alertez vos parlementaires et vous soutenez nos actions à ce sujet. Un GRAND MERCI !

Et pourquoi ne pas l’envoyer à vos parlementaires cette vidéo ? Un bon moyen de les informer.  Un mail que vous pouvez leur adresser, soit pour leur demander un RDV, soit juste pour leur adresser vos demandes au sujet de la loi de bioéthique. 

 

 

Via le site de la S.M.R.

« Le diagnostic pré-implantatoire des aneuploïdies

Comment, pourquoi, pour qui ? [vidéo]

La révision de la loi de Bioéthique a donné lieu à de nombreuses joutes verbales dans et en dehors de l’hémicycle de l’assemblée nationale. Un point de crispation important est apparu dès lors que le sujet du diagnostic pré-implantatoire des aneuploïdies (DPI-A)  embryonaires a été abordé. Les ardents opposants sont allés jusqu’à parler d’eugénisme à l’heure où la politique de dépistage de la trisomie 21 permet d’identifier jusqu’à 90% des trisomies 21 foetales.

Mais qu’est ce que le DPI-A ? Est ce une méthode dangereuse ? Sera t’elle accessible à tous ? S’il persiste des interrogations, son déploiement aura t’il un intérêt ? Commet distinguer le vrai du faux dans cet afflux d’informations contradictoires ? Faut il arrêter le progrès ?

Cette émission tente de fournir de façon objective des réponses et apporte des témoignages saisissant de patients.

Comme le dit un proverbe chinois: Celui qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour.« 

 

 

 

Nos autres articles au sujet du DPI-A sont par ici

#PourLeDPIAenFIV #DPIA #Bioéthique #PatientsMédecins 

 

 

EN 2018, nous avons fais tout ça et bien plus encore

 

Voici, enfin la vidéo annoncée lors d’un précédent article, mais qui n’a jamais voulu entrer dans l’article

Un concentré de nos actions et de notre quotidien pour l’année 2018, en tant que bénévole pour l’association COLLECTIF BAMP !

Encore merci à tous les bénévoles qui ont œuvré en 2018 à faire vivre le projet associatif, tous vos engagements, n’apparaissent pas dans cette vidéo et pourtant vous en faites des choses.

Merci à toutes les personnes qui ont adhéré en 2018, qui nous ont fait confiance et qui nous soutiennent encore aujourd’hui.

Ensemble, nous pouvons faire de grandes choses et même de toutes petites qui font beaucoup !

Mesdames et Messieurs, vous pouvez rejoindre l’association COLLECTIF BAMP en tant qu’adhérent et aussi en tant que bénévole.

Il y a tant à faire encore.

 

Vidéo de la conférence Doctissimo, Eugin, BAMP – SSI 2018

Dans le cadre de la Semaine de Sensibilisation à l’Infertilité, qui s’est déroulée du 4 au 10 juin dernier, nous vous avions indiqué que la conférence Parisienne  : Les Infertilité(s) serait diffusé ensuite en vidéo.

Nous vous invitons donc à visionner cette vidéo, vous pouvez cliquer sur une des trois images suivantes.

Encore un énorme merci à Doctissimo et à Eugin (et surtout à Elodie Lenoir), d’avoir permis l’organisation de cette conférence.

 

 

 

#SSI2018 #SemaineSensibilisationInfertilité #infertilités

BAMP a reçu un cadeau !

1er dans son genre, vous pourrez bientôt découvrir un spot vidéo sur votre association COLLECTIF BAMP. L’envie et l’idée ont émergé il y a quelques mois pour présenter l’association, communiquer sur son projet et ses actions.
 
L’histoire est simple, il s’agit d’une parodie des réunions BAMP. Décalage, humour et autodérision sont au RDV.
Pourquoi ? Parce que d’une part BAMP n’est pas du genre à s’apitoyer mais plutôt à combattre, et d’autre part, ceux qui auront visionné le spot vidéo se souviendront mieux de quelque chose qui les a fait sourire, voire rigoler.
Le tournage s’est formidablement bien déroulé avec 16 personnes (parmi lesquelles on comptait des patients et ex-patients PMA), toutes hyper professionnelles, mobilisées pour la journée : comédiens, scénariste, cameraman, maquilleuse …
Tous sont venus sur ce tournage un dimanche pour nous aider bénévolement, et en plus dans la bonne humeur !
En attendant la diffusion de la vidéo, BAMP tenait à partager son enthousiasme et UNE photo souvenir (pour voir les autres, il faudra patienter !)  de cette incroyable expérience.
MERCI pour ce cadeau, que vous pourrez bientôt découvrir et surtout partager autour de vous !