Du bilan d’infertilité à l’A.M.P. conseils

Voici un article proposé par Mahrianne, il pourra être complété, sur certains points par vos commentaires, vos expériences.

 

  • Quand et qui consulter ?

– Pour les couples sans antécédents médicaux et âgés de moins de 35 ans, il est en général souhaitable de consulter après un an de rapports réguliers sans contraception.

– Pour les couples de plus de 35 ans, les premiers examens seront réalisés après 6 mois de rapports réguliers sans contraception.

– La première consultation pour infertilité peut se faire avec son gynécologue habituel, mais s’il n’est pas spécialiste en AMP, je pense qu’il est impératif d’aller rapidement consulter ailleurs.

  • Bilan d’infertilité – Examens de 1ère intention

Généralement, les premiers examens prescrits  ou qui devraient l’être sont :

Pour la femme :
– Une courbe de température
– Une échographie de l’appareil génital féminin
– Une hystérosalpingographie
– Un bilan hormonal par prise de sang incluant le taux AMH

Pour l’homme :
– Un spermogramme

Pour le couple :
– Un test post-coïtal de Hünher

Ce qui devrait être amélioré :

Test de Hünher : le test doit être fait quelques jours avant l’ovulation pour que le résultat soit significatif. Les médecins devraient donc soit s’assurer que la femme peut cibler son ovulation, soit demander les courbes de température avant de prescrire automatiquement cet examen à J12. Le rapport programmé n’est déjà pas agréable, alors inutile de devoir le faire deux fois !

Hystérosalpingographie : cet examen est plus ou moins douloureux selon les femmes. Certains gynécologues prescrivent un médicament (spasfon) à prendre une heure avant. Quand on est prévenue et qu’on peut se préparer, ça se passe nettement mieux !

– Réalisation d’un bilan d’infertilité complet : le fait de trouver une pathologie chez le mari ou la femme ne devrait pas justifier de ne pas réaliser les autres examens.

L’accompagnement psychologique : à ce stade du parcours, aucun soutien n’est proposé. Pourtant, suite au bilan d’infertilité, 90 % des couples apprennent brutalement une mauvaise nouvelle (infertilité féminine, masculine ou mixte) et les 10 % restants apprennent que la médecine n’a aucune réponse à la cause de leur infertilité, ce qui est tout aussi dur à vivre. C’est dès ce moment qu’il faudrait un soutien !

  • Suite du parcours – Consultation dans un centre AMP

A compléter grâce à vos témoignages…

Suivant les résultats obtenus, d’autres examens seront  prescrits. Certains couples sont directement orientés en centre AMP. D’autres commenceront leurs parcours en AMP (stimulation simple, IAC) directement avec leurs gynécologues.

  • Quand faut-il changer de médecin, consulter dans un centre AMP ?

A compléter également par vos témoignages…

La plupart d’entre nous n’a pas fait d’études de médecine avec option « Gynécologie – Obstétrique »….

Le premier réflexe est donc de suivre les avis médicaux, de faire confiance.

Pourtant, face au manque d’informations/de formation de nos médecins, il ne faut surtout pas à hésiter à prendre un deuxième avis.

En particulier, si les examens mentionnés plus hauts dans le bilan d’infertilité n’ont pas été prescrits, je pense qu’il ne sert à rien d’attendre avant d’aller consulter un vrai spécialiste (par exemple, un gynécologue qui n’aurait pas prescrit de spermogramme après 18 mois d’essais…).

Quelques conseils :

– Il est possible de prendre un rendez-vous en centre AMP sans y être envoyé par son gynécologue.

– Les gynécologues travaillant en centre AMP ont parfois/souvent également un cabinet en ville. C’est parfois plus facile d’avoir un rendez-vous…

17 réflexions au sujet de « Du bilan d’infertilité à l’A.M.P. conseils »

  1. Pour l hystero que j ai dû faire 2 fois (car la 1ère impossible tellement je criais de douleur) a la 2 eme on m’a donné un suppositoire pour détendre le bassin… Je pense qu il pourrait être prescrit d’ office !

    J'aime

  2. A préciser aussi, si les cycles sont dès le départ déréglés , trop longs, irréguliers, etc … pas la peine d’attendre indéfiniment ! Quant à l’échographie elle doit aussi se faire à des moments précis : début de cycle pour compter les follicules, et au moment de l’ovulation pour vérifier qu’elle a bien lieu.
    Pour le spermogramme, il faut qu’il soit complet ! Un test de migration survie (TMS pour les habituées) est primordial pour bien voir s’il y a un souci , et si problème, 1 seul ne suffit pas !
    La pds doit avoir les principales hormones : LH, FSH, progestérone, prolactine, oestradiol (dites-moi si j’en oublie…) C’est important de toutes les citer pour pas en manquer une !
    Sinon c’est bien complet bravo ! et je plussoie pour les points à améliorer !

    J'aime

  3. Pour l’hystérosalpingographie, afin de prévenir de toute infection, il est aussi recommandé un traitement antibiotique à commencer 2 jours avant et à continuer 2 jours après l’examen car celui-ci est invasif et peut entraîner la propagation d’une infection. Donc en plus du Spasfon suppositoire pour la douleur, le traitement antibiotique en prévention. (surtout en cas d’antécédent de salpingite par exemple)

    J'aime

  4. Merci Mahrianne pour cet article! Pour info, je l’ai transféré dans la sous-catégorie « Les examens médicaux » (toujours dans « La prise en charge médicale ») que j’ai créée aujourd’hui.

    J'aime

  5. Alors pour nous, c’est notre médecin généraliste qui nous a prescrit la courbe de tempé, l’échographie, le dosage hormonal et le spermogramme. Suite aux résultats (bon pour moi, moins pour l’homme), elle nous a directement orienté vers un gynécologue spécialisé en PMA qui exerce dans le privé (« ça ira plus vite » qu’elle nous disait. Vrai). Là il m’a prescrit l’hystéro (aïe aïe) et un autre spermogramme. Je souligne et surligne l’importance du laboratoire! Le 1er spermogramme a été fait dans un laboratoire de quartier: 14% de typiques. Ensuite nous avons fait le second (prescrit par le gynéco) dans un laboratoire spécialisé: 3% de typiques. Ensuite l’homme a eu un test pré-imsi (comme un spermogramme mais qui grossit 10X plus, en accentuant la recherche sur la forme des têtes). De là, on a su que ce serait une FIV IMSI.
    Je n’ai plus jamais re-consulté ma gynécologue habituelle.

    J'aime

  6. * Quand et qui consulter ? Perso on a consulté après 2 ans d’essais bébé.
    Nous avons consulté une gynéco traditionnelle qui nous a fait faire les examens, avant de nous envoyer vers une gynéco amp.
    La gygy traditionnelle nous avait prescrit, , hystérosalpingographie (je n’avais pas eus d’antibio ni anti douleurs), bilan hormonaux, échos, frottis, spermogramme, urologue, échos aussi pour Bichon. Pas de test post-coïtal de Hünher, ni de courbes de températures. Cela nous a fait gagner du temps, avant de consulter la gynéco amp. Après c’est au cas par cas.
    J’aurai aimé avoir un accompagnement psychologique, apprendre que mon Bichon a une OATS très sévère juste en ouvrant la lettre du labo, je trouve ça …. choquant, c’est la panique, le ciel nous tombe sur la tête, et le temps t’attendre le prochain rdv, on a le temps de cogiter.

    J'aime

  7. Merci pour cet article! Alors moi je ne sais pas si c’est toujours comme ça mais pour le bilan hormonal j’ai eu une prise de sang à J3 et une autre a J22 (faut essayer de tabler une semaine après ovulation) pour tester le taux de progestérone.
    Pour ma part premiers examens prescrits par ma gygy de ville, suite aux résultats et puisqu’elle voulait qu’on patiente je suis allée de moi même dans un centre pma.
    De manière générale je pense que quand on le sent pas faut pas hésiter à changer. J’ai quitte mon premier centre pma pour aller dans le privé avant de commencer la moindre tentative car je ne me sentais pas vie dans ce centre.

    J'aime

    1. Salut, je preparai justement un article dans le même genre avec les examens prescrits en première attention en quoi ils consistent et comment interpréter les résultats. N’ayant pas compris comment poster un article je comptais l’envoyer par mail donc peut être il serait plus judicieux qu’il viennent compléter le tien pour éviter les répétition?

      J'aime

      1. Oui, ce serait une bonne idée de faire un seul article super complet !
        Pour poster un article, il faut avoir le rôle de contributeur. Mais même si on est toutes les deux contributrices, on ne pourra pas travailler sur le même article. Donc, l’idéal serait de le faire par échange de mails….
        Par contre, je ne sais pas comment faire pour t’envoyer un mail.
        Peut-être qu’une des Dames du Bureau pourraient nous envoyer nos adresses mails respectives pour qu’on puisse travailler ensemble ….

        J'aime

  8. Il faudrait rajouter le bilan hormonal à J3.
    Et pour l’hystérosalpinguo, ne pas hésiter à se faire conseiller le labo par son gynéco PMA ou par une PMEtte sur un forum. Je n’ai pas eu du tout mal car le médecin qui m’a fait l’hystéro salpinguo avait le bon geste (en gros il n’a pas appuyé comme un bourrin sur la poire pour m’injecter le liquide de contracte et c’est ça qui fait la différence). En plus, le spasfon (2 comprimés) c’est juste indispensable !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s