Pour un PLAN contre l’infertilité !

manifeste

130  médecins et biologistes de la reproduction s’associent  dans une tribune publiée dans Le Monde le 17 mars 2016.  Curieusement le texte des journalistes semble vouloir, non pas amorcer un vrai changement de paradigme dans la réflexion sur ces sujets (que, nous, personnes touchées par l’infertilité connaissons bien) mais relancer de vieux débats diviseurs en insistant sur des aspects qui n’existent pas en France, comme l’eugénisme par exemple.

Dans le sillage de l’article du Monde, certains médias reprennent des morceaux de l’information en mettant en avant certains aspects et en occultant d’autres. Parler de l’infertilité et de sa prise en charge, est un vrai sujet pour notre société actuelle et celle à venir. C’est aussi  une question de santé publique, mais la simplification extrême de l’information (PMA=homosexualité) qui peut découler de certains articles ou commentaires journalistiques,  propulse de nouveau ce sujet, sur un terrain extrêmement polémique. Ce qui est dommageable car il nous semble nécessaire de développer au contraire une pensée élaborée, permettant de saisir les différents enjeux du politique, du social, de l’éthique, du médical, de l’émotionnel, qui se croisent sur ce sujet. Thèmes qui devraient pouvoir nous relier et non nous diviser, souvent très violemment. L’opposition brutales des idéologies et la violence qui en découle, empêchent toute réflexion et analyse.

Il nous semble, donc essentiel de rappeler qu’en France, la PMA ne concerne pas seulement les personnes homosexuelles, bien au contraire. Les 149 519 tentatives réalisées en France en 2013, dans le cadre de la loi de bioéthique, l’ont été pour des couples hétéros. Ces chiffres ne sont qu’une partie de l’iceberg car ils ne tiennent pas compte des personnes qui se rendent pour diverses raisons à l’étranger afin d’y bénéficier d’une technique d’amp impossible à recevoir en France. La majorité de ces personnes sont, là encore, des couples hétéros. La pénurie de don d’ovocyte étant une des principales causes des AMP réalisées à l’étranger par des couples hétéros (C.F. Le rapport 2011 de l’IGAS sur le don d’ovocyte).

Dans le texte que nous avons sous les yeux, il est écrit : « Nous médecins, biologistes, reconnaissons avoir aidé, accompagné certains couples ou femmes célibataires dans leur projet d’enfant dont la réalisation n’est pas possible en France« . Au sein de l’association COLLECTIF BAMP, nous sommes nombreux à avoir croisé dans nos longs et douloureux parcours ces médecins qui nous ont accompagnés « dans un projet d’enfant dont la réalisation n’est pas possible en France« . Et ils ne sont pas tous sur la liste des signataires, loin de là !

Il est désespérant d’entendre les médias communiquer sur ce Manifeste sous le SEUL angle de l’AMP pour les couples de même sexe. Ce parti prit vient  brouiller le message de fond qui est essentiellement tourné vers l’AMP telle qu’elle se pratique actuellement en France et telle qu’elle devrait pouvoir évoluer.

Pour vivre et avoir vécu ce parcours d’AMP nous pouvons dire, Nous, association de patients de l’assistance médicale à la procréation et de personnes infertiles, qu’il y a des choses à améliorer dans la prise en charge médicale et sociale de l’infertilité en France. Ce que nous demandons depuis 2013 dans le manifeste de l’association COLLECTIF BAMP. Nos constats et les propositions que nous faisons sont de différents ordres. Nous demandons que :

  • L’impact des pollutions sur la fertilité soit considéré comme un vrai sujet de santé publique.
  • Plus de moyens soient attribués à la recherche et aux équipes d’AMP pour augmenter les taux de réussite des techniques d’AMP.
  • La participation des patients de l’assistance médicale à la procréation et des personnes infertiles soit systématique aux débats médiatiques, politiques, éthiques et sociaux.
  • La loi de bioéthique soit révisée.
  • La mise en place d’une prévention générale sur l’infertilité.
  • Des diagnostics complets soient réalisés à l’entrée dans un parcours d’AMP, pour réduire aussi les nombres d’échecs vécus par les patients.

Aujourd’hui que contient le manifeste des 130 médecins  ? « Quatre situations que nous rencontrons fréquemment en médecine de la reproduction« … situations qui concernent essentiellement la majorité dont nous parlions plus haut, c’est à dire les couples « hétéros », seuls autorisés, pour l’instant, à accéder à la médecine reproductive en France :

  • Le don d’ovocytes :  pas assez de donneuses = délais d’attente trop long, ce qui pousse les couples à partir à l’étranger. Propositions = autoriser une campagne de communication de tous les centres d’AMP publics et privés au niveau local et création de personnel dédié dans les centres amp + dédommagement et prise en charge correcte des donneuses. Voir ici le témoignage d’une donneuse. Il  nous semble évident que l’élargissement de la pratique du don de gamètes aux centres d’AMP privés, participerait à la réduction des temps d’attente dramatiquement trop long pour bénéficier d’un don en France. Nous sommes donc d’accord avec les propositions des 130 médecins, sur la nécessité de communiquer autrement sur le don et de considérer également autrement les donneuses.
  • Le diagnostic pré-implantatoire pour réduire les échecs en FIV, et évaluant mieux la viabilité de tel ou tel embryons, car actuellement malgré les efforts des biologistes, il est quasi impossible de certifier que CET embryon va donner une grossesse. Tous nous rêvons ou avons rêvé d’une réussite à la première FIV. Mais malheureusement, nous sommes encore trop nombreux à cumuler des échecs, majoritairement inexpliqués et cela ne peut plus durer. Nous sommes donc favorables à ce diagnostic préimplantatoire.
  • L’autoconservation ovocytaire préventive : nous nous sommes déjà exprimés sur ce point en 2014. Voir ici, notre article publié sur le site de l’Express. Il nous semble, en effet,  plus responsable d’autoriser la vitrification ovocytaires, au nom de la prévention médicale de l’infertilité et de la liberté des femmes à disposer de leur corps. Il est préférable de faire vitrifier ses gamètes au moment où elles sont dans leur pleine efficience. Ce qui peut permette plus tard de limiter le recours à de nombreuses tentatives d’AMP et de sortir les femmes des injonctions paradoxales et culpabilisantes dans lesquelles la société les accule encore trop souvent.
  • Le don de sperme pour les femmes célibataire. L’orientation sexuelle n’est pas, pour nous, un élément pertinent pour discriminer celles qui auraient droit à une prise en charge médicale sécurisée et efficiente, de celles qui n’y auraient pas droit. Et nous parlons bien ici, du droit à une égalité dans l’accès aux soins d’AMP, aucunement du « droit à l’enfant » qui n’existe pas, et nous en savons quelque chose, nous personnes infertiles !
  • Le Manifeste appelle à la réalisation d’un plan contre l’infertilité : BAMP demande depuis sa création, l’inclusion des associations de patients de l’AMP, dans les débats sur l’infertilité et l’AMP. La démocratie sanitaire, c’est une belle idée qui date de 2002…….nous sommes en 2016, il est plus que temps de considérer les patients, les personnes infertiles comme des interlocuteurs légitimes à débattre de ces sujets.
  • Le texte se termine en rappelant deux principes éthiques fondamentaux dans lequel s’inscrivent ces 130 médecins : La non commercialisation du corps humain et le refus d’utiliser ou d’aliéner une autre personne à son profit quelle que soit sa situation (GPA).

Au-delà des polémiques sur des sujets qui font toujours recettes auprès des « anti » de tous bords et qui cristallisent trop souvent le débat, la tribune des 130 médecins OSE et met le doigt sur la responsabilité de nos gouvernants à se saisir d’un dossier qui concerne toutes les familles et les incohérences des règles actuelles.

Le Collectif BAMP ne peut que s’associer à ces signataires qui mettent en avant, les enjeux médicaux, politiques et éthiques de la prise en charge française qui n’est clairement pas à la hauteur des enjeux de l’infertilité qui touche, rappelons-le, 1 couple sur 6. Sans compter celles et ceux discriminés d’office.

Ouvrons le débat, discutons de la réalité des choses, osons aborder les idées reçues et postures de principes, laissons les professionnels montrer la voie vers une prise en charge plus humaine, de meilleure qualité et qui inclut la prévention, notamment sur un versant environnemental encore trop négligé. N’oublions pas le point de vue, l’expertise des patients et des personnes infertiles, qui peut être différent et complémentaire de celui des médecins.

Tous ensemble, faisons bouger les lignes en faveur d’un PLAN CONTRE L’INFERTILITÉ !

Il est grand temps de parler d’infertilité autrement, nous savons que c’est possible. Sommes-nous les seuls avec ces 130 médecins ? Qui sont d’ailleurs à l’heure de la publication de cet article, un peu plus de 170 !

 Liste des 130 médecins et biologistes signataires du manifeste paru dans Le Monde : Docteur Elodie ADDA HERZOG (Créteil), Docteur Michael AGOJIANTZ (Nancy),Docteur Gilles ALPHANDARI (Saint Herblain), Docteur Silvia ALVAREZ (Paris), Docteur Aurélie AMAR HOFFET (Marseille), Docteur Christophe AMIEL (Aix-en-Provence), Professeur Jean-Marie ANTOINE (Paris), Docteur Paul ATLAN (Paris), Docteur François AUBRIOT (Neuilly), Docteur Alain AUDEBERT (Bordeaux), Professeur Yves AUBARD (Limoges), Docteur Catherine AVRIL (Rouen), Docteur Jean Philippe AYEL (Argenteuil), Professeur Jean-Marc AYOUBI (Suresnes), Docteur Wassim BADIOU (Toulouse), Docteur Virginie BARRAUD-LANGE (Paris), Docteur Bernard BARRY (Marseille), Docteur Julie BENARD (Bondy), Docteur Jean Luc BENHAIM (Paris), Docteur Moncef BENKHALIFA (Amiens), Docteur Jean Jacques BENSAID (Boulogne), Docteur Olivier BESSE (Saint Herblain), Professeur Philippe BOUCHARD (Paris), Docteur Pierre Emmanuel BOUET (Angers), Docteur Jeremy BOUJENAH (Paris), Docteur Charles BRAMI (Neuilly), Docteur Mélanie BRZAKOWSKI (Paris), Docteur Marc BUCHER (Le Mans), Docteur Bruno CAMIER (Amiens), Docteur Bernadette CARCOPINO (Paris), Docteur Guy CASSUTO (Paris), Docteur Virginie CASTERA (Marseille), Docteur Isabelle CEDRIN DURNERIN (Bondy), Docteur Nathalie CHABBERT BUFFET (Paris), Docteur Véronique CHABERT-ORSINI (Marseille), Docteur Coline CHAO (Saint-Denis), Docteur Nicolas CHEVALIER (Montpellier), Docteur Martine CHOMIER (Ecully), Docteur CLOUET Muriel (Toulouse), Docteur Jonathan COHEN (Tenon), Docteur Marina COLOMBANI (Marseille), Docteur Blandine COURBIERE (Marseille), Professeur Emile DARAI (Tenon), Docteur Claude DEBACHE (Paris), Docteur Christine DECANTER (Lille), Docteur Hervé DECHAUD (Montpellier), Docteur Didier DELAFONTAINE (Paris), Docteur Pauline DEMAILLY (Paris), Professeur Philippe DESCAMPS (Angers), Docteur Didier DESTREGUIL (Paris), Professeur Didier DEWAILLY (Lille), Professeur Dominique DE ZIEGLER (Paris), Docteur Véronique DIVRY (Lyon), Docteur Stéphanie DOMINE (Saint-Denis), Docteur Lorene DONADEL (Bruges), Docteur Alain DREVAL (Strasbourg), Docteur Jean Michel DREYFUS (Lyon), Docteur Charlotte DUPONT (Neuilly), Docteur Marine DURAND (Bondy), Docteur Solène DUROS (Rennes), Docteur Jean Claude EMPERAIRE (Bruges), Docteur Jean Philippe ESTRADE (Marseille), Docteur Marc EVEN (Paris), Professeur Renato FANCHIN (Clamart), Professeur Patricia FAUQUE (Dijon), Docteur Antoine FAYSSE (Lyon), Docteur FEGER ROSENTIEL (Schiltigheim), Professeur Hervé FERNANDEZ (Villejuif), Docteur Estelle FEYEREISEN (Paris), Docteur Muriel FLIS TREVES (Paris), Docteur Bernard FONTY (Paris), Docteur J.P. FRANQUE BALME (Marseille), Professeur René FRYDMAN (Suresnes), Docteur Vanessa GALLOT (Clamart), Docteur Pierre GIACOMINI (Reims), Docteur Philippe GILLARD (Angers), Docteur Claude GIORGETTI (Marseille), Docteur Anne-Sophie GODEFROY (Villeurbanne), Professeur Michael GRYNBERG (Bondy), Docteur Frédérique GUILLET-MAY (Nancy), Docteur Anne GUIVRAC’H-LEVEQUE (Rennes), Docteur Brice GURRIET (Marseille), Professeur Samir HAMAMAH (Montpellier), Docteur Gada HATEM (Saint-Denis), Docteur Charlene HERBEMONT : Bondy, Docteur Florence HERVE (Paris), Professeur Claude HOCKE (Bordeaux), Professeur Jean Noel HUGUES (Paris), Docteur Michel HUSS (Saint-Etienne), Docteur Vincent IZARD (Villejuif), Professeur Clément JIMENEZ (Bordeaux), Docteur Franklin JOULIE (Nantes), Docteur Guy KERBRAT (Le Chesnay), Docteur Bertrand KEPPI (Clermont Ferrand), Docteur Frédéric LAMAZOU (Paris), Docteur Christophe LELAIDIER (Montpellier), Docteur Gérard LEBOEUF (Nancy), Docteur Nathalie LEDEE (Paris), Docteur Soizic LE PARCO (Paris), Docteur Isabelle LICHTBLAU (Strasbourg), Docteur Nathalie MASSIN (Créteil), Docteur Marie Bénédicte MERCIER (Angers), Docteur Alexandra MESNER, Docteur Denise MOLINA GOMES (Poissy), Docteur Catherine MORINIERE (Angers), Docteur Eve MULLER (Paris), Docteur Jean-Michel MURAY (Pontoise), Docteur Charles NAHMANOVICI (Nice), Professeur Israël NISAND (Strasbourg), Docteur Pierre OGER (Paris), Professeur François OLIVENNES (Paris), Docteur Pierre PANEL (Versailles), Docteur Pascale PANLOUP (Angers), Docteur Isabelle PARNEIX (Bruges), Docteur Jean PERETTI (Abymes), Docteur Sarah PEYRELEVADE (Suresnes), Docteur Claire PIETIN-VIALLE (Creteil), Docteur Olivier PIRRELLO (Strasbourg), Professeur Pascal PIVER (Limoges), Docteur Khaled POKATE (Paris), Docteur Géraldine PORCU (Marseille), Docteur Marine POULAIN (Neuilly), Professeur Jean-Luc POULY (Clermont Ferrand), Docteur Florence RAYMOND (Beaumont), Professeur Nathalie RIVES (Rouen), Docteur Valérie ROGER (Marseille), Docteur Catherine RONGIERES (Strasbourg), Docteur Betty ROSSIN (Marseille), Professeur Bruno SALLE (Lyon), Docteur G. SARROT (Paris), Docteur Eric SEDBON (Paris), Docteur Nathalie SERMONDADE (Bondy), Docteur Alice SEROKA (Bondy), Docteur Christophe SIFER (Bondy), Docteur Charlotte SONIGO (Bondy), Docteur Michèle SPIZOO (Strasbourg), Docteur Philippe TERRIOU (Marseille), Docteur Jacques TEYSSEDRE (Toulouse), Docteur Charles TIBI (Neuilly), Docteur Meryl TOLEDANO (Paris), Docteur Pierre TOURAME (Marseille), Docteur Juan Felipe VELEZ DE LA CALLE (Brest), Professeur François VIALARD (Poissy), Professeur Yves VILLE (Paris), Docteur Claire VINOLAS (Bondy), Professeur Jean Philippe WOLF (Paris), Docteur Pierre ZITOUN (Neuilly).
Si vous voulez écouter le Professeur Frydman défendre le Manifeste des 130 médecins c’est par ici.

Une réflexion au sujet de « Pour un PLAN contre l’infertilité ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s