Synéchies utérines et infertilité

L’infertilité, quand on peut la prévenir…

 Un des grands objectifs du collectif BAMP est de prévenir et agir pour réduire l’infertilité. Les causes de l’infertilité sont nombreuses et certaines d’entre elles, comme les synéchies, peuvent être évitées ou traitées. Pour cela, il faut être prise en charge par un spécialiste VRAIMENT compétent dans ce domaine très spécifique. Informer les chirurgiens gynécologues et sensibiliser les patientes devient notre mission !

Les synéchies, une pathologie peu connue

Les synéchies correspondent à un accolement des parois internes de l’utérus. Également appelées syndrome d’Asherman, ces adhérences peuvent concerner différentes parties de l’utérus, des petites parties ou de plus importantes, au niveau de la cavité utérine ou de l’isthme (1,2). La plupart du temps, les synéchies ne se manifestent pas, elles ne provoquent pas de symptômes… Elles peuvent donc affecter la fertilité sans pour autant être spontanément suspectées.

Quand elles se manifestent les principaux symptômes sont : les désordres du cycle menstruel comme une absence de règles (aménorrhée) ou une diminution du flux des règles (oligoménorrhée), une infertilité ou des complications survenant durant la grossesse (3,4). Les synéchies peuvent encore impacter les femmes qui ont eu la chance de mener une grossesse après une prise en charges adéquate, en augmentant le risque d’hémorragie du post-partum.

Principalement générées par des gestes endo-utérins traumatiques (révisions utérines, curetage, césarienne, etc.), les synéchies affectent considérablement les chances de grossesses et la possibilité de mener une grossesse à un terme raisonnable (1,4).  En effet, selon les quelques études disponibles sur le sujet, seulement 66,6% des patientes atteintes de synéchies pourront concevoir si elles sont âgées d’au plus 35 ans, au-delà de cet âge, les chances de tomber enceinte chutent à 23,5% (5). L’âge n’est bien entendu pas le seul facteur d’influence de la survenue d’une grossesse, le degré de sévérité des synéchies et l’épaisseur de l’endomètre sont également clés (4). Autant de points à traiter dans le cadre d’une prise en charge adéquate.

Les synéchies, un nouveau cheval de bataille pour le collectif BAMP

Très peu d’études existent sur les synéchies, au niveau national comme international (1). Les chiffres disponibles sont d’une part très anciens et d’autre part concernent des échantillons de femmes très faibles. Une seule étude d’ampleur a été en partie menée aux Pays-bas sur 638 femmes traitées par chirurgie hystéroscopique, la partie de l’étude évaluant l’impact des synéchies sur la fertilité en cours (6). Aujourd’hui, il est même impossible d’avoir une estimation du nombre de femmes atteintes de synéchies en France. Ce manque de connaissance, associé au fait que l’hystéroscopie opératoire qui est le traitement chirurgical de référence est relativement récente, explique sans doute en partie le peu de médecins compétents dans la prise en charge de ces traumatismes.

Notre objectif est donc de travailler en partenariat avec des spécialistes du domaine pour permettre une meilleure information des chirurgiens gynécologues sur les synéchies, leur prévention et leur prise en charge.

Au-delà des gynécologues, nous souhaitons également sensibiliser les sages-femmes. De leur côté, les femmes doivent être en mesure de savoir quand suspecter ou s’inquiéter du développement de synéchies et surtout à qui s’adresser. Notre blog sera régulièrement alimenté pour vous faire part de nos avancées et mettre des documents d’informations à votre disposition.

  1. Conforti A et al. The management of Asherman syndrome: a review of literature. Reprod Biol Endocrinol. 2013;11:118.
  2. Bricou A et al. Synéchies utérines. EMC – Gynécologie 2009:1-13 [Article 158-A-10].
  3. Myers EM, Hurst BS. Comprehensive management of severe Asherman syndrome and amenorrhea. Fertil Steril. 2012;97:160-4.
  4. March CM. Management of Asherman’s syndrome. Reprod Biomed Online. 2011;23:63-76.
  5. Fernandez H et al. Fertility after treatment of Asherman’s syndrome stage 3 and 4. J Minim Invasive Gynecol. 2006;13:398-402.
  6. Hanstede MM et al. Results of centralized Asherman surgery, 2003–2013. Fertil Steril. 2015 Dec;104(6):1561-8.e1.

Une réflexion au sujet de « Synéchies utérines et infertilité »

  1. Coucou, je suis la patiente témoin pour les synéchies si vous voulez! J’ai découvert le souci il y a quelques années, et ces petites cloisons se reforment de plus en plus vite. Tant que j’étais encore en PMA, on devait lever les synéchies (à froid, comme ça, avec un hystéroscope, et ça fait mal ou en chirurgie ambulatoire). Les miennes sont intra utérines mais ferment aussi l’entrée du col ce qui rend les transferts impossibles… On suspecte, comme origine, les agressions de l’utérus et du col (curetages, hystéroscopies…). On a pu les remarquer par la fermeture du col ou son passage de plus en plus difficile, par des douleurs de pré règles en permanence, une diminution des règles et en hystérosonographie (l’eau injectée se répartie mal et on voit les adhérences). Lorsque les synéchies sont récentes, ce sont des sortes de filaments, de ponts souples qui se lèvent à l’hystéroscope et qu’une grossesse débutante lèverait sans problème; lorsqu’elle sont plus anciennes, elles durcissent et s’épaississent, d’après ce que j’ai compris, et s’enlèvent en chirurgie. Elles pourraient s’apparenter aux cloisons en cas de grossesse et gêner, prendre de la place ou se déchirer. Bref, pas top. Les synéchies sont aussi un facteur gênant pour l’oeuf qui veut s’implanter car elles prennent une petite place dans l’endomètre si précieux.
    Lors des chirurgies entre les transferts, il me semble que les synéchies ont moins repoussées (si c’est le terme) lorsqu’on a mis un gel (hyalobarier) et que j’ai eu un traitement (vitamine E = Tocophérol et Torental = pentoxyfilline= vasodilatateur). On avait envisagé la pose d’un petit stérilet mais une autre équipe a eu peur que les synéchies s’emmêlent dans tout ça ou qu’on m’agresse une fois de plus (de trop) en le retirant (agression du col supplémentaire)…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s