« En France, la loi dit qu’on peut donner ses ovocytes même quand on n’a pas eu d’enfant. Mais on ne peut pas appliquer la loi » (Hélène Ferrarini, SLATE, 19/05/2014)

Ou le Casse-tête du don à la française.

Un bel article, complet et qui expose bien les problématiques, enjeux et contexte du don en France. La perversité du système, les freins au changement, les attentes, le politiquement correct, l’efficacité ou l’absence d’efficacité d’une politique de santé publique.

A lire ICI !

En lien avec notre article du 11 mai dernier, relatif à la publication (imminente ????) du Décret permettant le don aux nullipares.

 

Merci à LM, lectrice so BAMP!, pour l’information!

11 réflexions au sujet de « « En France, la loi dit qu’on peut donner ses ovocytes même quand on n’a pas eu d’enfant. Mais on ne peut pas appliquer la loi » (Hélène Ferrarini, SLATE, 19/05/2014) »

  1. J’ai relancé ma demande d’information auprès de mon député… Malheureusement, si il n’a que des courriers du ministère de la santé disant que « c’est en cours »… on ne peut pas y faire grand chose de plus, mais bon déjà 3 ans, c’est vraiment pénible la France pour ce genre de délai complètement irréaliste!!!
    Croisons tout de même les doigts pour que les choses bougent…. enfin!!!

    J'aime

  2. Je viens de faire une petite recherche sur la notion de décret d’application et je suis tombée sur le lien suivant :
    http://www.les-infostrateges.com/actu/13061638/application-des-lois-decret-de-promulgation-ou-dapplication
    Ceci m’a conduite à me rendre au lien suivant … Lien sur le site du Sénat qui nous donne quelques éléments d’explication qui j’ai l’impression on cherche à nous cacher…
    http://www.les-infostrateges.com/actu/13061638/application-des-lois-decret-de-promulgation-ou-dapplication

    J'aime

  3. Je me suis trompée pour le deuxième lien…. Voici le bon….
    http://www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl10-304.html
    J’ai tout particulièrement apprécié la phrase ci dessous…. Qu’ils nous disent clairement qu’ils se foutent de nous au Sénat parce que oser affirmer que d’élargir les critères qui définissent les donneurs ne changera rien au nombre de don est absolument grotesque !!!
    « La commission des affaires sociales du Sénat estime que les mesures proposées par l’Assemblée ne permettront pas nécessairement une augmentation des dons et reste opposée à l’idée de l’autoconservation. »
    Demain si je ne me trompe pas cela fera trois ans jour pour jour… Sans commentaire !

    J'aime

  4. De plus la preuve en est avant même la publication de ce décret qu’ils ont tort puisque des donneurs sont en attente de faire don de leurs gamètes et pour certains ont déjà pris contact avec un cecos !

    J'aime

    1. Ce point reste très mystérieux en effet, car quelles sont les « menaces », les « effets » néfastes ou contre productif à appliquer cette loi qui autorise le don de gamètes pour les personnes n’ayant pas encore eux-mêmes eu des enfants ? Les donneurs et les donneuses sont là, les couples en attentes sont là, la loi de 2011 est là, que manque-t-il pour que le système soit autorisé à se mettre en branle pour enfin, réduire les délais d’attente pour obtenir un don de gamète en France. Mystère !!!!
      BAMP continu à œuvrer pour faire aboutir cette action.

      J'aime

  5. Bien d’accord… Ils réfléchissent là où il n’y a pas à réfléchir. Je sais qu’ils réfléchissent sur un âge minimum supérieur à 18 ans car ce qu’ils craignent c’est que certaines jeunes femmes fassent un don sous la pression d’un membre de leur entourage non fertile…. Mais il semblerait qu’ils aient complètement oublié que les psy des cecos sont des spécialistes qui sont là et qui seront toujours justement présents pour éviter entre autre choses de telles dérives… Pour ma part je n’ai pas l’impression que ce soit de telles bases relationnelles qui unissent les donneurs aux couples receveurs…. Donc même si je ne suis absolument pas d’accord avec cette idée d’âge limite, je trouve que cet argument ne justifie pas 3 ans d’attente…

    J'aime

  6. J’avais rdv au cecos il y a 10jours j’ai posé la question au biologiste. D’après lui il y a des risques que le décret ne passe jamais simplement parce que l’état se protège (il se sont rendu compte de « failles » après avoir voté la loi) :
    Dans le cadre d’un don par une femme sans enfant, « en échange » ils proposaient une auto-conservation pour qu’en cas de soucis de fertilité plus tard, la femme puisse utiliser ses ovocytes congelés. Déjà ça se révèle compliqué puisqu’ils considèrent que pour avoir une chance de grossesse il faut 8 à 10 ovocytes, donc la plupart du temps ça voudrait dire qu’il faut faire 2 ponctions, une pour le don, une pour la conservation.
    Seulement si au bout du compte la femme développe des soucis de fertilité suite aux ponctions et que les ovocytes auto-conservés ne donnent rien, elle pourrait se retourner contre l’Etat.
    Voilà donc à priori pourquoi ça bloque. Et du coup ça bloque aussi les dons de spermatozoïdes par des hommes sans enfants juste parce qu’il ne peuvent pas accepter l’un et pas l’autre…

    J'aime

    1. Ton retour est très intéressant, les arguments que tu présentes semblent en effet cohérents avec la non mise en application du décret.
      Difficile dans ce cas de publier le décret d’application.
      Nous avons du boulot alors !

      J'aime

  7. La solution consiste tout simplement dans ce cas là en un seul mot… responsabilité !
    On rend pleinement responsable les hommes et femmes qui veulent donner en ne leur proposant pas de conserver leurs gamètes ! Ils veulent donner avec les risques que cela comprend en particulier pour la femme… On les responsabilise pleinement face à leurs choix et on les fais signer un papier comme quoi ils agissent en connaissance de cause et en assument entièrement la responsabilité !
    Responsabilité et responsabilisation aussi des services compétents en la matière, à savoir le personnel médical des cecos et de leurs psychologues y compris bien sûr ! Ils sont ceux qui ont le plus l’habitude et sont les plus compétents dans la prise en charge des donneurs et donneuses. Il faut que l’État face enfin confiance à ses spécialistes de la procréation…
    Comme je le disais dans l’article que vous avez publié il y a quelques mois de ça, il y a vraiment un problème d’infantilisation de la société par l’État à mes yeux !!
    Pour ma part le dernier retour que j’ai eu à ce sujet de la part de mon CECOS c’est le problème nulliparite elle mque …
    Ainsi certains membres du personnel de certains cecos craignent que des couples se retournent contre
    Eux si l’enfant qui serait issu de tel ou tel don aurait tel ou tel soucis de santé… En ayant jamais eu d’enfants
    Le risque est plus grand aux yeux de certains d ces professionnels de la PMA mais encore je ne veux pas faire de généralité dans la mesure où tous ne pensent pas de la sorte, ma gynéco faisant par exemple partie de ces derniers (elle est une fervente et super convaincue du fait que les choses changeront grâce aux actions des patients eux même !!! J’adore !!!)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s