Les meilleurs centres de FIV : Les chiffres Français (dossier L’Express) (2/3)

Le taux de réussite moyen s’établit à 20,3 % à chaque rang de fécondation in vitro pour 22.000 naissances en 2010.

Voici l’ »infographie » tirée de l’article de Estelle SAGET, publié par Pierre FALGA, en ligne depuis le 25 juin 2013, dans son intégralité.

Voici le tableau initial, assez peu lisible et ne permettant pas de filtrer pour établir un classement parlant …: http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/le-palmares-des-centres-de-fecondation-in-vitro_1261034.html

Aucun retraitement de chiffres n’a été opéré, aucun chiffre changé !

Tout d’abord, il semble que les données utilisées soient celles de l’année 2010. Elles sont issues du « système national de traitement automatique des actes médicaux » (si quelqu’un sait exactement ce que cela recouvre, qu’il se manifeste!).

Ce classement se base sur les critères du taux de réussite et l’âge des femmes.

Les 6 premiers établissements :

  1. l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart (Hauts-de-Seine),
  2. l’hôpital Cochin (Paris),
  3. le CHU de Tours (Indre-et-Loire),
  4. la clinique mutualiste la Sagesse à Rennes (Ille-et-Vilaine),
  5. le CHU de Montpellier (Hérault),
  6. la polyclinique Jean-Villar à Bruges (Gironde).

Sur l’année 2010,

  • 71 617 ponctions ont été effectuées,
  • 14 514 accouchements en ont résultés,
  • 20,3% s’avère être le taux moyen de succès,
  • 25,9% c’est le taux de réussite moyen pour les femmes de 30 à 32 ans, (de 6.70 % à 72% selon les centres)
  • 33,4%, par extrapolation sur les moyennes, et non les populations, (n’hésitez pas à refaire les calculs!) serait le taux de réussite moyen pour les femmes de 33 à 37 ans
  • 13,7% c’est le taux de réussite moyen pour les femmes de 38/39 ans,  (de 3,20 % à 33.30% selon les centres)
  • 8,2% c’est le taux de réussite moyen pour les femmes de 40/42 ans, (de 1,40 % à 19.30% selon les centres)

Les conclusions à en tirer:

  • un taux moyen de réussite faible, en deça de ce qu’on est endroit d’esperer
  • une chute réelle du taux de réussite autour de la quarantaine
  • des disparités entre centres qui font froid dans le dos
  • une disparité métropole/DOM-TOM qui laisse imaginer la détresse des couples  qui ne peuvent se déplacer en métropole…

Quelques limites de l’étude :

  • l’oubli des 33 à 37 ans, qui doit pourtant constituer le gros des troupes (voir notre extrapolation à partir des moyennes)
  • l’absence de paramètres médicaux (pathologies)
  • l’absence d’information sur les stratégies  de transfert (nombre d’embryons replacés, age de l’embryon )
  • le biais de la sélection des patients : certains centres ne prennent en charge que les cas « faciles » et sont donc avantagés dans le classement, alors que d’autres acceptent justement les dossiers plus difficiles, rejetés par les autres, voire hors prise en charge assurance maladie (5eme FIV et plus…)
  • une lacune incompréhensible : la non prise en compte dans ce taux de succès des transferts ultérieurs d’embryons congelés rattachés au même rang de FIV! Qui pénalise de fait les centres pratiquant le transfert raisonné (1 seul embryon à la fois) ainsi que ceux dont les protocoles permettent d’avoir justement des embryons congelés. C’est donc le taux global tout transferts inclus qui aurait été plus parlant…

Malgré ces lacunes, cette étude a au moins le mérite de tenter de proposer des chiffres et un taux de succès par établissement!

Aux mauvais esprits, pouvoirs publics y compris, qui décortiqueront les chiffres et tenteront de dénigrer cette étude, oserais je dire que si les taux de réussite, quantitatifs et par typologie d’infertilité, étaient publics et accessibles à tous, nous n’aurions pas à nous en remettre à des journalistes de bonne volonté pour nous informer sur NOS chances de succès!

Attention, Attention :

  • Toi lecteur infertile, ne prend pas pour argent comptant les chiffres de cette étude, et ne te précipite pas vers un autre centre soi-disant mieux noté. Par contre, tu peux en profiter pour revoir avec ton médecin si la prise en charge qui t’es proposée est VRAIMENT celle qui t’est la plus adaptée. Et même lui demander s’il se questionne parfois sur la qualité de sa pratique et se sent à la pointe du progrès en matière d’utilisation de techniques et protocoles avancés…
  • Toi, professionnel de santé, ou établissement concerné par l’étude, si tu penses que les chiffres sont erronés, n’hésite pas à nous communiquer LES TIENS plutôt que te contenter de remettre en cause ceux des autres. Tu es justement le mieux placé pour ce type d’exercice, car tu as les données et tu connais l’AMP dans toutes ses composantes… la critique est aisée, mais l’art est difficile, mais tu peux le faire J  Sur moins de 50 000 actes de ponction pour l’année 2010, cela ne semble pas insurmontable de produire quelques chiffres à confronter…

Évitons par ailleurs tout amalgame et prenons ces chiffres pour ce qu’ils sont : une étude quantitative et non qualitative.

Les couples infertiles ne préfèrent pas les chiffres des uns aux chiffres aux autres, ils veulent juste de la TRANSPARENCE, des chiffres fiables issus d’une MÉTHODOLOGIE  ÉPROUVÉE, qui permettent de parler QUALITÉ de PRISE en CHARGE et AMÉLIORATION des PRATIQUES des centres les moins performants !

Les autres articles consacrés à cette étude sont là:

 

18 réflexions au sujet de « Les meilleurs centres de FIV : Les chiffres Français (dossier L’Express) (2/3) »

  1. « l’oubli des 33 à 37 ans, qui doit pourtant constituer le gros des troupes »
    Je pense que par de savants calculs on peut l’obtenir …
    Pas si savants en fait (mais je me la pète ^^): le taux de réussite total n’est pas la moyenne des taux de réussite des trois classes d’ages apparaissant donc je pense qu’en gros on peut l’obtenir
    Je n’ai pas regardé en détails mais F*4 – (G+H+I).
    C’était la minute stat.

    J'aime

  2. réponse rapide : si vous voulez que le tableau soit plus lisible, et pouvoir y appliquer des filtres, il suffit de le copier entièrement et de le coller dans votre tableur. La navigation en est nettement améliorée !

    Merci pour cet article !
    (Mon centre est 7ème !! Je savais qu’ils étaient réputés, mais je pensais pas autant..)

    J'aime

    1. Le lien fonctionne pourtant. Mais pas d’inquiétude, on va reprendre tout ca de façon plus lisible dans un 3eme article sur le sujet, en détaillant par tranche d’age.

      J'aime

  3. Depuis le temps que je me demande quels sont les chiffres dans mon centre. Et bien moi qui me demandait si je n’allais pas aller voir ailleurs finalement je vais rester ! Centre classé 7ème aussi (il y en a au moins deux apparement, Amalys je ne sais pas si on est au même du coup).
    Merci le BAMP d’avoir l’oeil sur l’actualité !

    J'aime

  4. Au moins ça a le mérite de mettre les pieds dans le plat ! Après il aurait été intéressant de savoir les dossiers acceptés vs ceux refusés car si des centres prennent plus de cas dits « difficiles » leurs taux sont forcément moins élevés … Mon centre (2eme fait) , où ça a marché, est le pire de la région !!

    J'aime

    1. Ce biais de sélection est en effet primordial a dénoncer ! Les chiffres du tableau de L’express ne donnant pas le volume de patient par tranche d âge ni l infertilité associée, les centres refusant ou ayant peu de femmes ayant plus de 40 ans sont forcément favorisés !

      J'aime

  5. 46! Quoi penser?
    A ce que j’ai vu ils ne refusent pas les + de 40 ans et ne « virent » pas les gens quand ils voient que c’est difficile…
    Mais….quoi penser?
    46? C’est le milieu , ne moyenne…c’est déjà ça!
    J’avoue ça me trouble un peu, alors celles qui sont dans la queue du peloton, ça être dur ça!

    J'aime

    1. C est bien pour ça que le classement toutes moyennes confondues n’a que peu d’intérêt . Il faut vraiment s’intéresser au taux de réussite pour notre tranche d’âge, faute d’autres éléments .

      J'aime

  6. Ca alors mon centre Toulousain que je ne porte pas dans mon coeur est encore plus nul que ce que j’imaginais mais ça colle avec sa façon de faire du chiffre ! Alors là je me demande si je vais pas envoyer au professeur l’adresse du Bamp …
    Je tente bien de changer de crèmerie mais quel parcours à reprendre à zéro ,les rdv de la réunion a la visite du biolo pour préparer le protocole s’étale sur 4 mois, donc compter 6 mois pour remonter en selle….c’est pas normal pour un simple transfert de centre quand on approche de 40 ans.

    J'aime

  7. Mouais… Mon centre est 16ème mais si l’on filtre par taux de réussite globale il devient 42ème, c’est plus tout à fait la même chose ! Ce centre est très bien et accepte les cas difficiles c’est peut être pour cette raison que le rang baisse… Certains centres pratiquent des techniques plus pointues IMSI et d’autres non cette donnée est intéressante à prendre en compte il me semble.

    J'aime

  8. Il y a une erreur dans l’extrapolation du taux de réussite des 33 à 37 ans: c’est pas possible que le taux soit plus élevé que chez les 30-32 ans. Je trouve pas les chiffres pour refaire le calcul, mais il faut prendre en compte la taille de l’échantillon des 33-37, qui comme tu le dis représente probablement la grosse partie des gens. A vue de nez, le résultat correct est plutôt de l’ordre des 20 et des poussières… désolée de plomber le moral, mais 33% c’est trop optimiste.

    J'aime

    1. Il me semble aussi. Mais comment arrives tu a 20%? Sans l échantillon c est compliqué… D ou le fait que je n ai pas pu pondérer non plus les autres fourchettes d âges a la baisse … Je demanderais bien a l express pourquoi les 33/37 n y sont pas d’ailleurs .,,,ni les moins de 30 ans !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s